Rechercher dans le programme et les archives du congrès



81e Congrès de l'ACFAS

La mise en marché collective des produits agricoles au Québec : évolution récente, défis et perspectives

Auteur : Annie Royer
Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement

La mise en marché collective est un modèle d'organisation et de commercialisation des produits agricoles utilisé depuis près de 60 ans au Québec. Mécanisme d'action collective à caractère obligatoire, la mise en marché collective se veut d'abord et avant tout un outil développé par les producteurs agricoles permettant d'améliorer les conditions de vente de leurs produits au travers d'un meilleur pouvoir de négociation et d'une commercialisation ordonnée. La communication se fera en trois temps. Dans un premier temps, le concept de mise en marché collective, son origine au Québec et ses objectifs seront expliqués. Dans un second temps, il sera question de l'examen des récentes transformations de l'environnement économique du secteur agroalimentaire et des défis que posent ces transformations au modèle de mise en marché collective. Enfin, la présentation se terminera par une réflexion sur les perspectives de développement de la mise en marché collective des produits agricoles dans ce contexte.



81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

Mot de bienvenue

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

Mot de clôture

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

Déjouer les règles du commerce international pour assurer la souveraineté alimentaire : possibilité ou utopie?

Auteur : Geneviève Dufour
Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement

Que ce soit pour des motifs de sécurité nationale, pour répondre aux préférences de leurs citoyens ou afin d'assurer le niveau approprié de protection sanitaire ou environnementale souhaité, les États veulent demeurer souverains en matière alimentaire. Or, les règles du commerce international, entre autres adoptées sous l'égide de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), restreignent la marge de manœuvre réglementaire des États. Il n'en demeure pas moins possible pour les États d'encadrer le secteur agroalimentaire. Cet exercice requiert du législateur un esprit inventif et une excellente connaissance des règles nombreuses et complexes du commerce international. Dans tous les cas, il doit être prêt à faire face à une menace de sanctions économiques de la part des partenaires commerciaux insatisfaits et être en mesure de répondre à une plainte devant le juge de l'OMC. Dans ces circonstances, la meilleure solution réside dans une action en amont, c'est-à-dire, lors de l'élaboration même des normes internationales rendues quasi obligatoires depuis la création de l'OMC, par exemple au sein de la Commission du Codex alimentarius, par une implication active de tous les acteurs étatiques comme non étatiques.



81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

Dîner

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

Le développement des fiducies foncières agricoles au Québec : protéger nos terres à perpétuité grâce à l'innovation sociale et juridique

Auteur : Jocelyn Darou
Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement

Les fiducies foncières (FF) ont comme mission de protéger à perpétuité des terres ayant une valeur écologique, sociale ou patrimoniale importante ou encore leur vocation communautaire ou agricole. Ces organismes sont incontournables dans le monde de la conservation des milieux naturels aux É-U (on en dénombre plus de 2000 et leur existence remonte à la fin du 19e siècle). Depuis environ 30 ans, des FF ont commencé à s'intéresser plus activement à la protection des terres agricoles et plusieurs fiducies foncières agricoles (FFA) ont été créées avec comme mission de protéger les terres agricoles. Dans un contexte québécois où le nombre de ferme est en diminution constante, où l'endettement des agriculteurs et la valeur des terres agricoles augmentent environ deux fois plus rapidement que les revenus agricoles moyens et où on tente de plus en plus de mettre en place un modèle de développement durable des communautés rurales fondé sur l'occupation dynamique des territoires, plusieurs acteurs du monde rural et agricole et du milieu de l'économie sociale désirent explorer comment les FFA pourraient répondre à un certain nombre de besoins. D'ailleurs, la fiducie civiliste au Québec est un outil juridique qui peut être particulièrement intéressant dans la création de FFA, étant donné la souplesse de mise en forme et sa solidité une fois créée. Plusieurs acteurs travaillent actuellement à appuyer le développement des FFA au Québec et aider à créer un réseau d'appui à ce développement.



81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

« metro&nous ». Sens et portée des transformations de l'actionnariat du distributeur Metro

Auteur : David Dupont
Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement

La distribution alimentaire est fortement concentrée au Québec; trois groupes se partagent la presque totalité des ventes au détail d'aliments. Les politiques d'approvisionnement de ces groupes se répercutent dès lors en cascade sur les autres segments des filières agroalimentaires. Jouant à bien des égards un rôle décisif dans les filières agroalimentaires du Québec, la distribution alimentaire n'est pas sans soulever des enjeux relatifs à la souveraineté alimentaire. Une fois ce constat établi, la communication visera à montrer que le déploiement des opérations de Metro à travers le Québec et le Canada s'est effectué concomitamment à une « grande transformation » au sein de son actionnariat. Quelques indicateurs (types d'actionnaires, politique de valorisation actionnariale, portrait du conseil d'administration) laissent à penser que cette transformation fut celle d'un basculement du pouvoir au sein de l'organisation qui la mena à adopter des pratiques attribuables à la financiarisation. La controverse entourant l'accent aigu, retiré du « e » de Metro depuis quelques années, apparaît alors comme le symbole d'une réalité sous-jacente se traduisant en quelque sorte par une forme de déracinement du distributeur. Considéré à travers le prisme d'un objectif de souveraineté alimentaire, le portrait de l'actionnariat de Metro soulève enfin des enjeux de taille pour la société québécoise, enjeux qui seront traités en guise de conclusion. 

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

Emploi, chômage, retraite. Une analyse longitudinale des carrières artistiques en France

Auteur : Vincent Cardon
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création

Les artistes interprètes français ont un statut de salariés atypiques, intermittents, itinérants, à employeurs multiples. Régulièrement hors emploi, ils bénéficient d'un régime spécifique d'indemnisation du chômage, le régime dit « des intermittents du spectacle ». Les effets de ce dispositif de sécurisation des parcours, tant sur les agendas d'activité que sur les modes de production culturelle ou encore la forme des carrières artistiques sont bien documentés. L'articulation de ce système avec les autres pans de la protection sociale des artistes est en revanche méconnue. Cette communication, fondée sur l'analyse longitudinale des données concaténées des Congés Spectacles et de la Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse, des données d'Audiens, caisse de retraite complémentaire des artistes, et sur une quarantaine d'entretiens biographiques, explore les conséquences de long terme de l'inscription durable dans cette flexibilité aménagée. Le régime d'emploi-chômage que connaissent les artistes tout au long de leur carrière, la forme de leurs carrières et la composition de leurs revenus qui font la part belle aux allocations de chômage, et enfin le mode de cotisation à l'assurance vieillesse, débouchent sur des pensions de retraite faibles et décroissantes à mesure que les générations d'artistes retraités se succèdent. Cette faiblesse des retraites constitue une incitation, contrariée par l'état du marché de l'emploi, à la poursuite d'activité jusqu'à des âges très élevés. 

81e Congrès de l'ACFAS

Un secteur en effervescence : la réalité des festivals de musique québécois - Résultats d'une enquête menée dans le cadre d'une étude internationale – Festudy

Auteur : Diane Saint-pierre
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création

Nous proposons d'exposer la réalité de l'emploi dans les festivals de musique à partir du volet québécois d'une étude internationale– Festudy – en cours de réalisation. Dirigé par un Comité scientifique (E. Négrier, M. Guérin, L. Bonet), ce projet repose sur une dizaine d'équipes nationales pour autant de pays. L'étude vise à produire une connaissance commune sur l'ensemble des facettes entourant la vie des festivals de musique (politiques et programmes publics, stratégies déployées, contenus artistiques, publics, ressources humaines, budget). Elle a donné lieu à une enquête auprès d'organismes (N= près 390) à partir d'un questionnaire unique pour tous les pays. Au Québec, l'enquête (N= 43) s'est déroulée à l'été 2012. Dans le cadre du présent colloque, les coresponsables du volet Québec (Audet et Saint-Pierre) centreront leur exposé sur les résultats de l'enquête québécoise, tout en les situant dans une problématique plus large : facteurs de développement, objectifs et défis, attentes des pouvoirs publics et ainsi de suite. Cette communication permettra d'illustrer différents aspects de la vie des festivals de musique au Québec, dont ceux liés à la réalité des emplois et du travail artistique. Enfin, seront mis en relation les résultats de cette enquête avec certains éléments permettant de poser quelques questions et d'émettre certaines hypothèses au regard de ce secteur qui a connu au Québec des développements considérables depuis une vingtaine d'années. 

81e Congrès de l'ACFAS

Développer ses projets artistiques : le cas des Activités de SMartBe

Auteur : Sarah de Heusch
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création

Qu'implique concrètement pour les professionnels de la création de travailler au projet ? Les artistes sont souvent qualifiés de travailleurs intermittents, alternant des périodes de travail rémunéré et non rémunéré. Si le travail à la prestation est une forme particulière de l'intermittence, cette dernière ne se résume pas à une accumulation de contrats discontinus. Les travailleurs du secteur artistique et des métiers de la création, comme d'autres professionnels de l'immatériel sont de plus en plus confrontés à un mode de travail au projet. Cela signifie notamment qu'il incombe à ces travailleurs de trouver eux-mêmes les commanditaires, les distinguant de ce fait des intérimaires et les rapprochant des entrepreneurs. Pour la viabilité économique de leur activité, et pour échapper à la précarité, ils doivent nourrir et développer leur réseau et jongler entre plusieurs métiers et compétences. Ces pratiques connues du secteur, sont analysées à la lumière des données recueillies auprès de nos 10 000 membres utilisant l'outil de gestion Activité. Ce service administratif et financier permet de sécuriser le statut social et fiscal des professionnels de la créativité ; nous avons de ce fait un aperçu concret du fonctionnement du secteur. Les données statistiques sont issues de notre base de données (nombres de contrats, de clients, montants facturés…) et sont ensuite complétées par des données qualitatives recueillies via un questionnaire en ligne et des entretiens semi-directifs.

81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création
81e Congrès de l'ACFAS

Les mondes parallèles de l'art contemporain : hétérogénéité des expériences professionnelles et divergences d'intérêt parmi les artistes

Auteur : Pascale Bédard
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création

Depuis quelques décennies, la diversification des pratiques artistiques a favorisé l'émergence et la consolidation, au Québec, d'un marché et d'un réseau de diffusion de l'art contemporain « de pointe », fortement subventionné, tout en permettant la persistance d'un autre réseau où les œuvres diffusées rejoignent le grand public et bénéficie d'un bon marché, mais d'aucune reconnaissance institutionnelle.

L'existence de ces deux réseaux fonctionnant en circuits assez clos, voire hostiles, structure l'économie des arts visuels, les modèles du travail artistique et les divergences d'intérêts, car les artistes qui constituent ces réseaux présentent des différences marquées dans leur réalité professionnelle : stratégies de carrière, formation, reconnaissance institutionnelle, représentation de soi, etc. C'est ce que révèle la recherche en cours, portant sur les conditons de vie et de pratique des artistes en arts visuels et réalisée dans la perspective d'une enquête à la fois documentaire et compréhensive.

Peut-on décrire et comprendre sociologiquement cette réalité diversifiée, sans soulever le problème de la qualité artistique? Cet enjeu méthodologique s'avère déterminant pour la recherche sur les arts et les artistes, particulièrement au moment d'identifier un corpus d'enquête pertinent, d'autant plus que cette configuration est le plus souvent invisible en regard des statistiques. La communication propose d'éclairer ces questions à partir des données et résultats de l'enquête.

81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création
81e Congrès de l'ACFAS

La protection sociale des artistes et autres groupes de travailleurs indépendants : analyse de modèles internationaux

Auteur : Martine D'Amours
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création

L'objectif de cette étude était de comparer l'état de la protection sociale des artistes et autres travailleurs indépendants dans six pays européens et aux États-Unis, dans le but d'identifier des modèles qui pourraient être pertinents pour le Québec. Les secteurs ciblés en priorité sont ceux des arts visuels, des métiers d'art et de la littérature, pour lesquels il n'existe pas l'équivalent des ententes collectives qui, dans des mesures variables, sont venues bonifier le filet social des artistes de la scène, du disque et du cinéma. 
Le choix des pays étudiés s'appuie sur la typologie d'Esping-Andersen; trois d'entre eux relèvent du modèle conservateur-corporatiste (France, Belgique et Allemagne), deux du modèle libéral (États-Unis et Royaume-Uni) et deux autres du modèle social-démocrate ou universaliste (Suède et Danemark). Dans chacun des pays, nous avons analysé la couverture contre huit types de risques: le sous-emploi, la désuétude des connaissances, le risque d'entreprise, le risque de fluctuation de revenus, la maladie ou l'invalidité, l'accident du travail ou la maladie professionnelle, la parentalité  et l'avancée en âge. 
La démarche adoptée repose sur une perspective doublement comparative : entre les pays et, à l'intérieur de chacun des pays, entre les artistes (salariés ou indépendants), les autres indépendants et les autres salariés. Elle s'appuie sur une analyse systématique de la documentation disponible en français et en anglais sur cette thématique.


81e Congrès de l'ACFAS

Intervention finale

Auteur : Pierre-Michel Menger
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création
81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création
81e Congrès de l'ACFAS

Vivre et survivre dans l'univers des institutions muséales et patrimoniales : quel avenir pour les jeunes professionnels?

Auteur : Yves Bergeron
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création

Cette communication repose d'une part sur l'enquête menée par l'Observatoire de la Culture et des Communications du Québec sur les l'état des lieux du patrimoine, des institutions muséales et des archives qui révélait des données nouvelles et précises sur le financement et les ressources humaines. Ce portrait révélateur de la disparité entre les institutions nationales et les petites institutions muséales qui constituent la large majorité du réseau sera mis en parallèle avec les travaux menés par la Société des musées québécois sur les conditions de travail réalisés dans le cadre des États généraux sur les musées. Les données statistiques et les entrevues menées auprès de membres du réseau permettront de dresser une première esquisse des problématiques propres aux conditions de travail des personnes qui œuvrent dans le monde des institutions muséales au Québec en fonction des différentes catégories d'institutions (musées d'art, d'histoire, d'ethnologie et de sciences).Cette communication fera également appel à l'évaluation des programmes de muséologie qui doivent conduire à la refonte du programme de maîtrise professionnelle en muséologie (UQAM-UdM). Nous tiendrons notamment compte de la nature du réseau des institutions muséales etde la réalité territorialequi contribue à accentuer un décalage important dans les compétences professionnelles.

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création
81e Congrès de l'ACFAS

La situation de l'emploi dans l'industrie de l'humour francophone au Québec : appelés, élus et persévérants

Auteur : Christelle Paré
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création

L'humour au Québec est tout aussi populaire que lucratif, et ce sous diverses formes (scène, DVD, édition, musique enregistrée, télévision, etc.). Si quelques humoristes québécois ont obtenu le titre d' « humoriches » (Robitaille, 2008 : a1), ce n'est pas le cas de tous. Des études empiriques ont exploré le parcours des humoristes des industries anglophones canadienne et américaine (Fry et Allen, 1975; Stebbins, 1990; Clark, 1997; Zoglin, 2008). Toutefois, aucune étude comparable n'est disponible concernant le Québec.

Cette communication a pour objectif d'explorer la situation de travail de certains types d'acteurs (humoristes, auteurs, producteurs, etc.) de l'industrie de l'humour, et ce à l'aide d'entretiens semi-dirigés tenus en 2012 et 2013 et de l'analyse d'articles d'un corpus de presse s'échelonnant de 2008 à 2012. Nous soulignons notamment que les participants rencontrés ont décrit l'industrie de l'humour comme un domaine de travail où la loyauté n'est pas essentielle et où l'influence de la formation est bien sentie, même si très peu y ont accès. De plus, certains rapports de force entre les acteurs de l'industrie peuvent être difficiles, ce qui favorise cependant l'entreprenariat et la création de nouveaux types d'emplois. Nous entendons ainsi mieux comprendre et problématiser les parcours d'emplois créatifs au sein d'une industrie culturelle encore peu analysée.

81e Congrès de l'ACFAS

Mot de clôture

Auteur : Guy Bellavance
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création