Rechercher dans le programme et les archives du congrès



81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

Financiarisation et agriculture. Les enjeux pour le modèle québécois

Auteur : François L'Italien
Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement

La planète agricole est aujourd'hui traversée par un vecteur de financiarisation de l'économie, qui a pour effet de reconfigurer les structures et les pratiques en fonction des paramètres du système financier. Le rôle grandissant exercé par les produits de couverture sur le prix des denrées agricoles, le poids exercé par les investisseurs institutionnels dans les stratégies de croissance des groupes agroalimentaires, mais aussi la présence de fonds d'investissement sur le foncier sont autant de manifestations d'une logique de valorisation financière des actifs agricoles. Après avoir présenté les principales caractéristiques de cette logique, nous nous interrogerons sur l'effectivité de cette dernière vis-à-vis l'agriculture au Québec, en ne manquant pas de soulever les "résistances" qui sont inhérentes au modèle de développement qui lui est propre.

81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

Le modèle agroalimentaire québécois à l'épreuve de l'économie de la qualité  

Auteur : Mario Handfield
Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement

La réalité des entreprises transformant des ressources naturelles en produits bioalimentaires de spécialité s'inscrit moins bien dans le modèle agroalimentaire dominant. Tout comme leurs produits, leurs clientèles et modes de distribution sont distinctifs, preuve qu'il existe des marchés parallèles et des façons alternatives de les rejoindre. Si ces pratiques peuvent être vues comme innovantes, elles résultent aussi de l'exclusion du modèle dominant, lequel pose des difficultés particulières puisque le système est pensé en fonction des volumes de masse, pour l'achat des intrants comme pour la distribution des produits. De même, la logique de financement des projets privilégie l'expansion de l'entreprise et des marchés à développer pour accroître les revenus, au risque de sous-estimer les effets de l'endettement découlant des investissements nécessaires. Pourtant, ces entreprises qui essaient de se tailler une place en fonction d'une logique basée sur la distinction apportent des contributions importantes dans les régions où elles sont établies et tissent des liens économiques forts à travers le Québec. Elles esquissent ainsi les contours d'autres modèles possibles pour contribuer au développement local et régional. Dans cette optique, la question de l'accompagnement public sera abordée en insistant sur l'idée que les producteurs d'aliments transformés distinctifs ou de niche nécessiteraient un soutien gouvernemental mieux adapté à leurs besoins et réalités spécifiques.



81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

La multifonctionnalité de l'agriculture au Québec, de la théorie à la pratique

Auteur : Élisabeth Sénéchal
Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement

Des initiatives qui mobilisent agriculteurs et intervenants du milieu autour d'objectifs communs. Des projets pour l'agriculture qui procurent également des bénéfices à la société, notamment en termes d'occupation dynamique du territoire. Avec le lancement, il y a deux ans, du Programme pilote d'appui à la multifonctionnalité de l'agriculture, le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec a opté pour un nouveau type d'intervention alliant approche territoriale, participation des parties prenantes et reconnaissance de fonctions qui ne sont pas convenablement assurées dans le cadre d'une économie de marché. Il encourage par ailleurs les entreprises agricoles à adopter des pratiques répondant à des attentes sociales plus récentes telles que la mise en valeur des paysages, l'attractivité des territoires, l'accessibilité de l'espace rural, la préservation du patrimoine agricole, la protection de la biodiversité et la prestation de services destinés à la communauté. Tout en suivant l'application de la multifonctionnalité ailleurs dans le monde, ce programme pilote est l'occasion pour le Québec d'expérimenter des approches dont l'objectif est de répondre à des enjeux et à des besoins du monde agricole et des communautés locales d'ici. Cette communication sera l'occasion de présenter un bilan à mi-parcours de ce programme et d'illustrer, à l'aide d'initiatives concrètes, comment peut s'exprimer la multifonctionnalité de l'agriculture au Québec.

81e Congrès de l'ACFAS

Mot de bienvenue

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

La mise en marché collective des produits agricoles au Québec : évolution récente, défis et perspectives

Auteur : Annie Royer
Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement

La mise en marché collective est un modèle d'organisation et de commercialisation des produits agricoles utilisé depuis près de 60 ans au Québec. Mécanisme d'action collective à caractère obligatoire, la mise en marché collective se veut d'abord et avant tout un outil développé par les producteurs agricoles permettant d'améliorer les conditions de vente de leurs produits au travers d'un meilleur pouvoir de négociation et d'une commercialisation ordonnée. La communication se fera en trois temps. Dans un premier temps, le concept de mise en marché collective, son origine au Québec et ses objectifs seront expliqués. Dans un second temps, il sera question de l'examen des récentes transformations de l'environnement économique du secteur agroalimentaire et des défis que posent ces transformations au modèle de mise en marché collective. Enfin, la présentation se terminera par une réflexion sur les perspectives de développement de la mise en marché collective des produits agricoles dans ce contexte.



81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

Mot de bienvenue

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

Mot de clôture

Colloque    424 - Le modèle agricole québécois à la croisée des chemins : tensions, transformations et voies de renouvellement
81e Congrès de l'ACFAS

Les artistes en arts visuels, portrait statistique des conditions de pratique au Québec

Auteur : Christine Routhier
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création

La communication porte sur les résultats d'une récente étude statistique réalisée par l'Observatoire de la culture et des communications de l'Institut de la statistique du Québec au sujet du groupe de travailleurs culturels que constituent les artistes en arts visuels. Il sera question des principales caractéristiques de cette population totalisant environ 3 600 personnes au Québec : profil sociodémographique, formation, taille et provenance des revenus des artistes, conditions dans lesquelles ils exercent leur profession, activités de production et de diffusion des œuvres et autres activités professionnelles connexes à la pratique de l'art. La population des artistes en arts visuels étant relativement hétérogène, il sera aussi fait état des résultats d'une analyse statistique permettant de segmenter cette population en six sous-groupes, sur la base de certaines variables clés comme le revenu personnel total, le revenu tiré de la pratique artistique et la proportion du temps de travail consacrée à l'art.

Les constats présentés sont tirés d'une enquête par questionnaire réalisée en 2010 auprès d'un échantillon probabiliste de personnes répondant aux critères définissant un artiste professionnel en arts visuels. Les données recueillies ont fait l'objet de divers traitements statistiques permettant de produire des résultats représentatifs de l'ensemble de la population ciblée par l'étude.

81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création
81e Congrès de l'ACFAS

Notes de recherche : pour une typologie étendue des modèles entrepreneuriaux dans le domaine des arts

Auteur : Guillaume Sirois
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création

Cette communication présentera les premiers résultats d'une démarche de recherche sur les innovations entrepreneuriales dans le domaine des arts que mènent présentement le Carrefour jeunesse-emploi Montréal Centre-Ville et le Laboratoire / art et société / terrains et théorie de l'INRS.
Au Québec, comme dans de nombreux pays, les organismes de création et de production artistique sont principalement divisés en deux catégories, qui correspondent aux deux grands modèles de financement proposés par l'État : les organismes à but non lucratif et les entreprises commerciales. Or, puisque l'un et l'autre de ces deux modèles présentent des limitations, de jeunes artistes tentent de dépasser cette dichotomie traditionnelle pour créer des modèles entrepreneuriaux hybrides et souvent novateurs.
L'équipe de recherche procède actuellement à un recensement des nouveaux modèles en interrogeant des organismes clés du secteur. Ce premier recensement permettra de dégager une typologie de ces modèles entrepreneuriaux. Ainsi, aux deux modèles classiques s'ajouteront les organisations bicéphales qui conjuguent une structure à but non lucratif à une autre à but lucratif, les organisations auto-mécènes qui financent leurs activités déficitaires par la vente d'autres produits reliés, et les structures de mise en commun des besoins et des ressources. Cette nouvelle typologie permettra d'établir une nouvelle base pour des recherches futures sur les modèles entrepreneuriaux dans le domaine des arts.


81e Congrès de l'ACFAS

Des dispositifs publics de soutien aux artistes à la question des compétences 

Auteur : Sophie Le Coq
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création

Cette proposition de contribution s'intéressera à la question des effets de dispositifs de soutien aux artistes qui émanent de collectivités publiques territoriales en France, notamment à l'échelon communal et départemental. Dans un premier temps, nous préciserons les logiques qui président à la mise en œuvre de ces dispositifs par ces collectivités territoriales dont, entre autres,- une conception ascendante de leurs territoires de responsabilités politiques ;- une volonté de maintenir une « présence artistique » dans une perspective d'attractivité ;- une réaction à une conjoncture de contraintes budgétaires.Dans un second temps, nous porterons la focale sur deux dispositifs spécifiques : l'un, à l'adresse d'artistes plasticiens bénéficiaires du RMI (revenu minimum d'insertion ) étudié dans le cadre d'un travail contractuel réalisé en 2005 pour le Conseil Général de Gironde ; l'autre, à l'adresse d'artistes, quel que soit le domaine artistique, visant des interventions sur des nouveaux espaces urbains ou dans le domaine de l'action sociale à Rennes, en Région Bretagne. Ces exemples nous permettrons de montrer comment ils soulèvent la question des compétences des artistes, laquelle, selon les cas, trouve socialement à se résoudre dans la maîtrise, par ces derniers, des processus artistiques. Pour autant, dans des situations d'actions extra artistiques, cette compétence – bien que rarement définie – tend à inscrire ces artistes dans le registre de la prestation de service.


81e Congrès de l'ACFAS

Mot de bienvenue et présentation du colloque

Auteur : Guy Bellavance
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création
81e Congrès de l'ACFAS

Pause

Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création
81e Congrès de l'ACFAS

L'emploi artistique en Champagne-Ardenne (France) : exploitation d'une étude menée dans cette région en 2008-2009 et perspectives de catégorisation

Auteur : Fabrice Thuriot
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création

Nous proposons de développer une approche originale sur l'emploi artistique à partir d'une étude sur l'emploi culturel que nous avons menée en Champagne-Ardenne en 2008-2009 pour l'Etat (DRAC) et la Région (ORCCA), en comparaison avec d'autres régions et le niveau national.

Suite à un travail méthodologique très détaillé sur les sources (organismes collecteurs) et les données afin d'être le plus exhaustif possible et d'éviter les recoupements, nous sommes parvenus tantôt à des chiffres très précis mais changeant constamment, tantôt à des estimations plus globales mais plus stables, l'ensemble constituant des ordres de grandeur valables à la fois dans l'instant et dans le temps. Ainsi, comme pour le chômage désormais, nous pouvons afficher deux totaux, l'un de 7 052 emplois stricts en 2006, l'autre de 10 193 au sens large, en intégrant les intermittents du spectacle et de l'audiovisuel déclarés mais non indemnisés car n'ayant pas travaillé assez d'heures, ainsi que des contractuels de la fonction publique territoriale, notamment.

Nous procèderons à une analyse distinguant les emplois artistiques en tant que tels et les missions temporaires, souvent cumulatives ; les métiers ou professions liés à la formation des personnes et les postes ou fonctions dans les structures publiques ou privées ; les indépendants, les employés, et les employables qui peuvent occuper des postes ou fonctions temporaires et se situent en partie dans l'écart entre les deux résultats présentés ci-dessus.

81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création
81e Congrès de l'ACFAS

L'analyse du travail artistique : les acquis et les défis

Auteur : Pierre-Michel Menger
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création
81e Congrès de l'ACFAS

Les petits lieux de spectacles comme espace de travail créatif

Auteur : Martin Lussier
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création

Depuis quelques années, les industries musicales ont connu d'importantes transformations. Parmi celles-ci, la montée du spectacle vivant, dit live, a amené plusieurs acteurs des mondes politiques, médiatiques et académiques à se pencher sur la place singulière qu'occupent les petites salles de spectacle dans lepaysage musical. Que ce soit pour leur participation dans l'instauration d'une scène locale (Cohen, 1991; O'Connor, 2002; Straw, 2005) ou d'un son particulier (Becker, 2004; McLeay, 1994) ou leur fonction d'espace d'apprentissage pour les artistes et travailleurs culturels (Finnegan, 1989; Frith, 2007), ces lieuxsont aujourd'hui considérés comme des intermédiaires culturels d'importance pour le développement culturel local. Cette présentation prend appui sur une enquête par questionnaire auprès d'une vingtaine de petits lieux de spectacles à Montréal. Nous y esquisserons d'abord un portrait des lieux (programmation, emploi,fonctionnement) et des pratiques qui ont pu y être documentées. Comment ces salles sont-elles organisées? Comment les capitaux y circulent-ils? Que font-elles? Selon quelles conditions matérielles, technologiques et politiques opèrent-elles? Quels sont les artistes qui y performent et à quel moment? Nous proposons que ces salles de spectacles représentent des dispositifs complexes, des assemblages de techniques, d'institutions et de technologies (Foucault, 1977; Sterne, 2005) permettant à certaines pratiques et à certains travailleurs culturels de circuler.


81e Congrès de l'ACFAS

Le programme La culture en entreprise de l'organisme Culture pour tous et les nouvelles figures d'artiste

Auteur : Anithe de Carvalho
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création

L'objet de cette communication concerne les nouvelles figures d'artistes apparues grâce au programme La culture en entreprise de l'organisme québécois Culture pour tous. Considérés comme des atouts en matière d'innovation managériale, des programmes d'intégration des arts en milieu de travail ont été mis sur pied dans plusieurs pays occidentaux afin de répondre aux besoins de réinvention de l'entreprise du 21e siècle. C'est le cas de La culture en entreprise. Les artistes sont sollicités à investir un nouveau lieu d'intervention culturelle dans l'exercice de leurs professions, ce qui occasionne des fonctions atypiques. Cette communication démontrera que ce programme de médiation est un nouveau dispositif externe aux desseins des artistes qui les amène cependant à reformuler leurs identités. Tout en étant invité à être pluriactif et polyvalent dans l'organisation de leur travail par projets, l'artiste devient un animateur, un conférencier et un médiateur qui peut même être convié à jouer sur le terrain du manageur. Nous démontrerons notre hypothèse à travers l'analyse du Catalogue des activités offertes par le programme et d'un corpus d'interventions en regard de la catégorisation des statuts d'artiste étudiés par la sociologue de l'art Francine Couture. La thèse d'André Compte-Sponville sur le rôle du manageur et la notion de critique artiste théorisée par Luc Boltanski et Ève Chiapello nous permettront de poser un regard nuancé sur les nouvelles fonctions de l'artiste.

81e Congrès de l'ACFAS

Période de questions

Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création
81e Congrès de l'ACFAS

Bourses et carrière : les artistes en arts visuels au Québec

Auteur : Marcel Fournier
Colloque    425 - Travail artistique et économie de la création

Dans la carrière d'un artiste ou d'un écrivain, l'obtention d'une bourse d'un organisme subventionnaire est souvent importante, pour ne pas dire déterminant, car, l'obtention d'une telle bourse fournit une aide financière  tout en constituant une reconnaissance (par les pairs). Notre communication porte sur le processus d'évaluation de demandes de bourses  en arts visuels au  Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) dans le cadre du programme de Recherche et création, et plus particulièrement sur le mode de classement des candidatures pour les membres des jurys. La question que nous nous posons pour cette communication est de savoir s'il y a une relation entre la réussite au concours des candidats et certains aspects de leurs trajectoires, dont  l'obtention de diplômes universitaires (lieux et niveaux), les expériences professionnelles et la réussite à d'autres concours (bourses). Nous tenons aussi compte  de l'âge professionnel (ou années de pratique), du sexe et du lieu de résidence. L'analyse porte principalement sur  des données qui ont été collectées par entrevue auprès membres des jurys, mais s'appuie aussi  des observations effectuées pendant les délibérations. Pour l'analyse de ces données collectées par entrevue,  nous nous sommes servis du logiciel SPSS et avons constitué des  statistiques descriptives. Notre démarche analytique et théorique s'inspire des travaux de H. Becker, N. Heinich et M.  Lamont.