Imprimer

La preuve par l'image

Découvrez les 20 images de la sélection 2018  

Les 20 images ont été présentées le dimanche 6 mai à l'émission Découverte de Radio-Canada. Retrouvez-les aussi sur la page du Prix du public Découverte, et votez dès maintenant pour votre coup de coeur.

Le concours

Prendre la science par l'autre bout, par l'image et non par les mots. C’est l’idée originale derrière ce concours lancé par l'ACFAS en 2010. Dédié aux images issues de recherches scientifiques dans tous les domaines de la connaissance, le concours s'étend depuis 2016 à l’échelle canadienne, grâce à la collaboration avec le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG).

Les images de l'édition 2018 :

    • Gravure alla Digitalis purpurea
      Ahmed Chakroun

      Université de Sherbrooke

    • Une valse à deux temps
      Anders Thorin

      Université McGill

    • Séisme au sein du silicium
      Anthony Moulins

      École de technologie supérieure

    • Beauté intérieure
      Cornelia Krause et Claire Fournier

      Université du Québec à Chicoutimi

    • Coopération bactérienne
      Cynthia Gagné-Thivierge et Steve Charette

      Université Laval

    • Plancton hautement toxique
      Fatma Dhifallah

      UQAR - Université du Québec à Rimouski

    • S’accrocher à la vie!
      Gwyneth Anne MacMillan

      Université de Montréal

    • La belle dévoreuse
      Julien Saguez

      Centre de recherche sur les grains (CÉROM)

    • Haute définition cosmique
      Laurent Drissen et Alexandre Alarie

      Université Laval et Universidad Nacional Autónoma de México

    • S’assembler pour composer
      Manel Ghribi

      Université du Québec à Trois-Rivières

    • Affinités entre canidés
      Sabrina Sénéchal et Marie-Claude Blais

      Aquarium du Québec et Université de Montréal

    • Panne de neurones moteurs?
      Marie Franquin

      Université McGill

    • Formule d’un visage
      Mario Antoine Aoun

      Université du Québec à Montréal

    • Yin et Yang ribonucléique
      Mathieu Dupont

      Université de Montréal

    • Abstractions mathématiques!
      Mathias Legrand

      Université McGill

    • Parcours migratoire
      Sarah Keil et Gregory Emery

      Université de Montréal

    • Incendie volontaire
      Tanja Pelzmann

      Polytechnique Montréal

    • Pupille dilatée
      Yosri Ayadi

      Université de Sherbrooke

    • L’arbre cache la forêt
      Cassy Berguet

      Université du Québec à Chicoutimi

    • Réunion de famille
      Sarah Fraser et Rodrigo Valencia Rendon

      Université de Montréal

    Agrandir

    Gravure alla Digitalis purpurea

    Ahmed Chakroun

    Université de Sherbrooke

    Voici des structures improbables, hautes d’environ 350 micromètres et larges de quelques-uns. Elles ont été créées à la suite de la gravure par plasma d’une plaque de silicium, une procédure courante de fabrication des microprocesseurs qui a mal tourné. Cet accident microscopique a conduit non pas à une découverte scientifique, mais à une révélation artistique semblable à la fleur de la digitale pourpre. (Largeur de l’image : 825 micromètres; Microscopie électronique à balayage)

    Sujets :
    Agrandir

    Une valse à deux temps

    Anders Thorin

    Université McGill

    Lorsque deux petits jets d’eau se rencontrent, leur fusion engendre une curieuse torsade. En s'enlaçant, les jets s'unissent pour minimiser leur énergie de surface. Simple d’apparence, cette danse demeure complexe à décrire. Son étude permet de mieux comprendre les fondements mêmes du comportement mécanique de l’eau. (Diamètre des jets d’eau : 2 millimètres; Nikon D600, iso 800, durée d’exposition 1/500 seconde)

    Sujets :
    Agrandir

    Séisme au sein du silicium

    Anthony Moulins

    École de technologie supérieure

    Tout commence par une pression exercée à la surface d’une plaquette de silicium. Comme on le voit au haut de l’image, au centre, une ligne de fracture, profitant d’un défaut de surface, s’est propagée dans l’épaisseur du matériau. Les surfaces créées lors de cet événement, quasi instantané, dévoilent une géométrie spectaculaire. On cherche ici à comprendre les phénomènes de rupture souvent imprévisibles au sein de cet élément si abondant dans la croûte terrestre et si présent dans les objets de notre quotidien. (Largeur de l’image : moins de 2 dixièmes de millimètre; microscopie confocale 3D avec une technologie laser)

    Sujets :
    Agrandir

    Beauté intérieure

    Cornelia Krause et Claire Fournier

    Université du Québec à Chicoutimi

    Glissez votre fine couche de bois sous le microscope : en examinant les cellules, vous saurez s’il s’agit d’un bouleau ou d’un pin. Ici, l'image est constituée de six coupes minces dans les trois plans de croissance de feuillus (haut) et de conifères (bas). On peut ainsi remonter l’histoire ancienne du couvert végétal en identifiant les cellules de petits échantillons de bois enfouis dans les tourbières. (Épaisseur des coupes minces : 10 micromètres; cellules colorées avec de la safranine et de l’astra bleu)

    Sujets :
    Agrandir

    Coopération bactérienne

    Cynthia Gagné-Thivierge et Steve Charette

    Université Laval

    Pseudomonas aeruginosa est une spécialiste de la construction des biofilms, ces structures grâce auxquelles les bactéries peuvent coopérer pour mieux coloniser un milieu aqueux. Comme sur l’image du haut, certains types de souches construisent un biofilm robuste, résistant au flot, contrairement à ceux bâtis par les deux autres types. Expliquer ces différences aidera à lutter contre cette bactérie indésirable. (Largeur de l’image : 2 millimètres; images obtenues par microscopie optique, puis colorisées à l’aide d’un logiciel d’analyse)

    Sujets :
    Agrandir

    Plancton hautement toxique

    Fatma Dhifallah

    UQAR - Université du Québec à Rimouski

    De nombreux micro-organismes peuplent les ports de l’Arctique canadien. Voici Dinophysis acuminata, un membre particulièrement toxique du groupe des dinoflagellés. La toxine produite s’accumule dans les mollusques et les poissons, et contamine toute la chaîne alimentaire, jusqu’à l’humain. En collaboration avec les populations locales, les scientifiques échantillonnent les eaux régulièrement pour surveiller l’arrivée éventuelle de ces micro-envahisseurs aux macro-effets. (Grossissement 3500x; microscopie électronique à balayage; colorisation)

    Sujets :
    Agrandir

    S’accrocher à la vie!

    Gwyneth Anne MacMillan

    Université de Montréal

    Après avoir passé la plus grande partie de sa vie sous forme de larve, au fond d’un lac arctique, ce chironome adulte vient tout juste d’émerger. Agrippé à une chandelle de glace, il s’apprête à prendre son envol nuptial pour se reproduire. Pour les poissons, les larves de cet insecte sont au menu. Pour les chercheurs, il est un indicateur précieux de la pollution ou des changements climatiques. ( A partir, d’une embarcation navigant en eaux libres le long de la berge d’un lac, au centre encore gelé, près de Resolute Bay; appareil photo numérique Olympus TOUGH TG)

    Sujets :
    Agrandir

    La belle dévoreuse

    Julien Saguez

    Centre de recherche sur les grains (CÉROM)

    Voici une chrysalide de la Belle Dame ou Vanessa cardui. Ce papillon migrateur possède l'aire de distribution la plus étendue au monde, et il est très surveillé par les producteurs agricoles. À l’état adulte, il joue un rôle de pollinisateur, mais sa chenille est une grande dévoreuse des feuilles des plants de soya. (120 photographies assemblées; microscopie numérique avec prise de vue multicouche)  

    Sujets :
    Agrandir

    Haute définition cosmique

    Laurent Drissen et Alexandre Alarie

    Université Laval et Universidad Nacional Autónoma de México

    La nébuleuse IC 443 résulte de la violente explosion d’une étoile massive. Sur cette toute petite portion de IC 443, on note la présence d’hydrogène (orangé), d’oxygène (bleu) et de soufre (vert). D’une définition de 4 millions de pixels, l’image permet, entre autres, d’estimer la vitesse de propagation des poussières d’étoiles. (Image réalisée avec le spectromètre imageur SITELLE, développé au Québec et installé sur le Télescope Canada-France-Hawaï)

    Sujets :
    Agrandir

    S’assembler pour composer

    Manel Ghribi

    Université du Québec à Trois-Rivières

    Si cet assemblage peut être confondu avec la chevelure de la statue grecque de l’Apollon du Belvédère, il s’agit en réalité d’un amas de cellules bactériennes (des Bacillus) formant un biofilm. Cette communauté cellulaire de micro-organismes est ici réunie pour composer une structure produisant du bioplastique, biodégradable bien sûr… (Largeur de l’image : 9,2 millimètres; microscopie électronique à balayage)  

    Sujets :
    Agrandir

    Affinités entre canidés

    Sabrina Sénéchal et Marie-Claude Blais

    Aquarium du Québec et Université de Montréal

    Âgée de 6 ans, Chichi a failli perdre la vie suite à une maladie auto-immune détruisant ses globules rouges. Heureusement, la recherche a démontré qu'une transfusion de sang canin peut sauver la vie d'un renard arctique. En 2017, une chirurgie et pas moins de deux transfusions ont été réalisées par l’équipe de la Faculté de médecine vétérinaire de St-Hyacinthe chez cette renarde hébergée à l'Aquarium du Québec. Chichi se porte bien depuis. (Photographie retouchée)  

    Sujets :
    Agrandir

    Panne de neurones moteurs?

    Marie Franquin

    Université McGill

    La sclérose latérale amyotrophique (SLA) trouve-t-elle son origine dans la moelle épinière, comme beaucoup le pensent, ou dans le cerveau? Voici une tranche de cerveau d’une lignée spéciale de souris, au début de la maladie. En haut de l’image, les filaments verts renvoient à des neurones moteurs du cortex, à l’origine du mouvement des muscles. Les anomalies que montrent ces neurones suggèrent-elles qu'ils seraient les instigateurs de la SLA? (Grossissement : 20x; microscopie confocal à balayage laser)

    Sujets :
    Agrandir

    Formule d’un visage

    Mario Antoine Aoun

    Université du Québec à Montréal

    Ce dessin stylisé, basé sur une simple formule mathématique, a été généré, en quelques lignes de code, sous forme de fractale. Par hasard, celle-ci se compose d’un motif, ici une sorte de goutte d’eau, répété d’une échelle à l’autre. Donc, une équation élémentaire a conduit à recréer la forme d’un visage... Quelle compression d’image! (Nombre d’itérations : 2;  logiciel : Ultra Fractal 6)  

    Sujets :
    Agrandir

    Yin et Yang ribonucléique

    Mathieu Dupont

    Université de Montréal

    Nous voici dans l’univers de la bio-informatique. Le chercheur utilise des méthodes statistiques computationnelles pour saisir les dynamiques fondamentales du vivant. Il s’intéresse ici au ribosome, la machine moléculaire qui, à partir du code provenant de l’ADN, synthétise des protéines. Cette exploration l'a amené à confirmer la présence de la boucle sarcine-ricine. Pointée par la ligne rouge, cette structure est la cible d’une famille de toxines qui rend le ribosome dysfonctionnel. (Visualisation numérique de la séquence d’ARN de la sous-unité 23S du ribosome de la bactérie E. coli)

    Sujets :
    Agrandir

    Abstractions mathématiques!

    Mathias Legrand

    Université McGill

    L'état de n'importe quel système dynamique, à un instant donné, peut être symbolisé par un point dans un espace mathématique abstrait. Ici, les surfaces représentent l'ensemble des états à éviter pour concevoir un modèle simplifié de réacteur d'avion. Une représentation très schématique, puisqu’il s’agit d’une projection en trois dimensions d’un ensemble qui en compte 100! (Les équations ont été écrites à la main, puis résolues numériquement avec Mathematica 11)

    Sujets :
    Agrandir

    Parcours migratoire

    Sarah Keil et Gregory Emery

    Université de Montréal

    Voici une « chambre d’œuf » de drosophile où le bleu représente les noyaux cellulaires. À droite, sous de nombreuses cellules folliculaires, se cache l’œuf. À gauche, ce sont ses cellules nourricières. Tout au centre (vert), on voit un petit groupe de cellules ayant migré de l’extrémité gauche de la chambre jusqu’à l’œuf. Le mécanisme est intéressant à étudier parce qu’il est analogue à celui de la propagation des métastases. (Taille de la chambre d’œuf : 0,4 millimètre; image 3D reconstituée à partir de photos prises au microscope confocal)

    Sujets :
    Agrandir

    Incendie volontaire

    Tanja Pelzmann

    Polytechnique Montréal

    Légers et robustes, les matériaux composites sont largement utilisés en aéronautique. Alors que leurs fibres de carbone résistent bien au feu, comme sur cette image, les résines de synthèse s’enflamment plus facilement. À l’aide d’un banc d’essai à petite échelle, on peut comprendre ce complexe processus de combustion et ses impacts sur les propriétés mécaniques des matériaux. (Image non retouchée en lumière naturelle; Nikon D750)

    Sujets :
    Agrandir

    Pupille dilatée

    Yosri Ayadi

    Université de Sherbrooke

    En matière de micro-nanofabrication de circuits intégrés, la moindre erreur peut être très coûteuse – ou provoquer un joli gâchis. Ici, une infime éclaboussure de solution acide a engendré le soulèvement localisé d’une couche de polymère recouverte d’un mince film de titane. Cet échantillon est sans valeur… sauf aux yeux d’un marchand d’art. (Diamètre de l’éclaboussure : 32 micromètres; grossissement : 2280x; microscopie électronique; colorisation)

    Sujets :
    Agrandir

    L’arbre cache la forêt

    Cassy Berguet

    Université du Québec à Chicoutimi

    Ce puissant tronc d’arbre n’est qu’illusion. Inclinez la tête sur la gauche : vous découvrirez un paysage forestier réfléchi sur la surface d’un lac. À l’avant-plan, une épinette noire, en train de perdre pied, observe sa noyade prochaine. Une fois tombée au fond de l’eau, elle ira s’enfouir dans les sédiments, et un jour, ses cernes de croissance raconteront son histoire. (Photo prise à l’aide d’un iPhone 5)

    Sujets :
    Agrandir

    Réunion de famille

    Sarah Fraser et Rodrigo Valencia Rendon

    Université de Montréal

    Prêt à partir pour la chasse, Billy (15 ans) embrasse sa Ajaq (tante) Caroline Weetaltuk, qui lui a tout appris sur cet art. Tous deux ont participé à la mise en place d’une première maison « de la famille », où relations intergénérationnelles et transmission des savoirs occupent la place centrale. Pour ce projet de recherche-action, la photographie a servi à documenter les activités et le savoir-être de cette population. (Photographie retouchée)

    Sujets :