Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
Christian Longtin
UdeS - Université de Sherbrooke
Yannick Tousignant-Laflamme, Simon Décary, Chad E. Cook, Marc O. Martel, Sylvie Lafrenaye, Lisa C. Carlesso et Florian Naye
École de Réadaptation, Université de Sherbrooke, Faculté de Médecine, Université Laval, Department of Orthopaedics, Duke University, Faculty of Dentistry and Department of Anesthesia, McGill University, Faculté de Médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke, School of Rehabilitation Science, McMaster University, École de Réadaptation, Université de Sherbrooke
5a. Résumé

Introduction : La lombalgie (LBP) est la 1ère cause d’incapacité dans le monde. Il existe ainsi un besoin criant de développer des approches novatrices afin d’optimiser la réadaptation de la LBP. Récemment, le modèle de gestion des vecteurs de douleur et d’incapacité (MGVDI) a été développé; il vise à orienter les décisions thérapeutiques en fonction du phénotype du patient. Objectifs : 1) Déterminer (i) l’applicabilité du MGVDI auprès de patients LBP, et (ii) la faisabilité de conduire un essai clinique; 2) Explorer l’acceptabilité des cliniciens sur l’utilisation clinique du MGVDI. Méthodologie : Devis mixte propsectif à un 1 bras. Des physiothérapeutes (PT) ainsi que leurs patients LBP ont été recrutés dans différentes cliniques. Les PTs ont participés à une formation sur l’intégration du MGDVI dans leur pratique et devaient rapportés des mesures de résultats en lien avec la lombalgie à l’évaluation initiale et à +6 semaines. Des entrevues téléphoniques semi-dirigées avec les PTs ont été effectuées pour documenter l’acceptabilité du modèle. Résultats : L’applicabilité du modèle ainsi que la faisabilité d’un tel protocole ont été confirmés. L’utilisation du MGVDI a été jugée acceptable par l’ensemble des PTs. Toutes les mesures de résultats ont démontrés une amélioration positive à 6 semaines. Contribution : Ces résultats démontrent le potentiel du MGVDI à optimiser la prise en charge de la lombalgie et la faisabilité de conduire un essai clinique à plus grande échelle.

Commentaires