Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
Martine Shareck
UdeS - Université de Sherbrooke
Stephanie Alexander et Nicole Glenn
Fondation MGEN, University of Alberta
5a. Résumé

Les méthodes in situ comme les entrevues go-along et le Photovoix sont connues pour donner la parole aux groupes marginalisés et valoriser les savoirs expérientiels. Elles sont pourtant rares en recherche en promotion de la santé malgré les principes centraux du domaine comme l'équité et l'autonomisation. 

Nous illustrerons les liens entre les méthodes in situ et les principes de la promotion de la santé en nous basant sur trois projets de recherche s’appuyant sur des entrevues walk-along auprès de jeunes fumeurs à Montréal (QC), des groupes de discussion walk-along auprès de Torontois marginalisés (ON) et un projet Photovoix avec groupes de discussion explorant le jeu chez les enfants à Nairobi, Kenya.

Plusieurs aspects des projets s’arriment aux principes de la promotion de la santé comme: (1) l'équité; (2) l'autonomisation; (3) accroître le contrôle sur sa vie; (4) la création d'environnements sains; et (5) le développement de compétences personnelles. Par exemple, le Photovoix a illustré les inégalités d’opportunités de jeu entre les écoles à Nairobi. En lien avec une approche axée sur les forces, les participants des études walk-along ont souligné les aspects positifs de leur quartier et élargi leurs cartes cognitives en visitant de nouveaux endroits, gagnant ainsi plus de contrôle sur leurs espaces de vie.

Les méthodes in situ sont utiles pour intégrer les principes de la promotion de la santé dans la recherche et devraient faire partie de sa boîte à outils méthodologique.