Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
Zahya Idrissi
UdeS - Université de Sherbrooke
Johanne Queenton et François Michaud
Université de recherche, Université de Sherbrooke
5a. Résumé

Un robot de téléprésence et d’assistance, objet de notre recherche, a vu le jour pour répondre à des besoins croissants en santé. En effet, dans le monde entier, il est question de faire face aux changements démographiques qui ont accéléré le vieillissement des populations (Flandorfer, 2012). Par conséquent, une augmentation de la demande du personnel soignant est nécessaire. De fait, des stratégies doivent être mises en place afin de faire face aux défis que cela engendre (Lutz et al., 2008). Ainsi, une des solutions serait de permettre, via des technologies d’assistance, le maintien à domicile des aînés favorisant leur autonomie et leur longévité à leur domicile (Broadbent et al., 2009). Parmi ces technologies, il y a les robots d’assistance sociale (Wada et al., 2003). Toutefois, des initiatives concernant ce type de robot n’ont pas fonctionné malgré d’importants investissements comme les robots Jibo et Buddy par exemple. Ce sont tous ces débats constitutifs, mais non exhaustifs, qui ont permis d’orienter notre projet et de démontrer la pertinence de notre question de recherche : comment amener les parties prenantes du projet à adhérer au robot de téléprésence et d’assistance en santé ? "Pousser" une technologie dans les milieux est difficile si au départ, les parties prenantes ne sont pas intégrer à la réflexion. Le fait d’étudier ce robot dans un contexte réel permettra de présenter des meilleures pratiques visant à faire adhérer les parties prenantes au projet.