Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
88e Congrès de l'Acfas
Auteur et co-auteurs
Élora Midavaine
UdeS - Université de Sherbrooke
Alexandra Trépanier, Vera Zeugin, Christine Mona, Jean-Michel Longpré, Éric Marsault et Philippe Sarret
Université de Sherbrooke, Université de Sherbrooke, Université de Sherbrooke, Université de Sherbrooke, Université de Sherbrooke, UdeS - Université de Sherbrooke
5a. Résumé

La mortalité des patientes atteintes d’un cancer du sein dépend de la formation de métastases osseuses. Ces cancers secondaires se développent chez 75% des patientes et sont une source de douleurs débilitantes. Plus de 50% des patientes rapportent ne pas être soulagées par les traitements analgésiques actuels. Le but de ce projet est de développer une nouvelle thérapie ciblant le récepteur aux chimiokines CCR2 pour 1) enrayer le développement de métastases osseuses et 2) traiter les douleurs associées. L’étude repose sur un modèle de métastase osseuse du cancer du sein chez le rat. Le rôle de notre récepteur cible a été étudié en utilisant deux approches distinctes, soit l’interférence de l’ARN délivrée par des nanoparticules, et la modulation allostérique, puis analysé par des essais de prolifération, de la cytométrie en flux, des tests comportementaux de douleur, de l’imagerie médicale et des analyses histologiques. En perturbant la communication neuroimmunitaire au niveau des ganglions sensoriels, nos traitements induisent une analgésie ainsi qu’une diminution de la croissance métastatique. Les animaux atteints du cancer présentent une réduction des neurotransmetteurs associés à la douleur ainsi qu’une diminution du recrutement de cellules immunitaires. Cette étude met en lumière l’importance de la communication neuroimmunitaire dans la douleur et la progression tumorale, et souligne le récepteur CCR2 comme cible de choix pour cette pathologie.

 


Commentaires