Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.
88e Congrès de l'Acfas
Auteur et co-auteurs
Mélanie Roch
UdeS - Université de Sherbrooke
Mélanie Morin et Nathaly Gaudreault
Université de Sherrbooke, Université de Sherbrooke
5a. Résumé

Problématique : L’insertion d’aiguilles sèches dans les points gâchettes (PG) en physiothérapie est une technique de traitement utilisée, mais les effets de cette technique demeurent peu étudiés.

L’objectif est de démontrer les effets d’une puncture sèche sur les propriétés mécaniques d’un PG. 

Méthodologie : Un PG a été identifié dans le muscle infraépineux chez quarante-huit personnes avec atteinte à l’épaule et des mesures de viscoélasticités (raideur et tonus) étaient relevées (T1) à l’aide du MyotonPro. Une aiguille sèche était insérée dans le PG identifié et après le retrait, l’évaluateur mesurait la raideur et le tonus (T2), ainsi que 30 minutes plus tard (T3).

Résultats : Des ANOVA pour mesures répétées  ont révélé une diminution significative du tonus (p=0,003) et de la raideur (p < 0,001) du PG suite à l’insertion de l’aiguille, ainsi que 30 minutes plus tard. Les analyses post-hoc ont révélé des changements significatifs de tonus (p=0.004) et de raideur (p < 0.001) entre T0 et T1 et de raideur entre T1 et T3 (p=0.013).

Conclusion et implications : Cette étude révèle que la puncture sèche dans un PG permet d’en diminuer le tonus et la raideur suggérant ainsi que cette technique pourrait être une avenue thérapeutique potentielle pour les patients atteints d’une douleur à l’épaule.