Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
Émilie Gélinas
UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
Oumar Mallé Samb
Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
5a. Résumé

En 2009, le gouvernement du Sénégal a mis en place une intervention d’humanisation des soins pendant l’accouchement. Cette stratégie étant d’inspiration étrangère, nous avons conduit au printemps 2019 une recherche qualitative basée sur une étude de cas multiples dans le district Dakar Centre pour analyser l’acceptabilité de cette intervention et son adéquation avec les valeurs sociales du Sénégal. Des entrevues semi-dirigées ont été réalisées sur une période de quatre mois auprès de femmes ayant accouché selon la stratégie (n =20), de femmes enceintes (n = 4), de sages-femmes (n = 8), d’agentes de proximité de terrain (n =4), de membres du comité de développement sanitaire (n = 4) et d’hommes (n =4). Les résultats suggèrent que, dans l’absolu, le principe de l’accouchement humanisé est socialement accepté puisqu’il est vu comme pouvant améliorer l’expérience de soins des femmes. Si les concepteurs soutiennent que cette stratégie est en adéquation avec les valeurs sociales, plusieurs membres de la communauté pensent que l’adoption de la position gynécologique et l’absence d’accompagnant dans la salle d’accouchement sont considérées comme la norme sociale. L’analyse de l’acceptabilité de l’accouchement humanisé a montré une mise en œuvre difficile. Revoir l’allocation des ressources, l’encadrement et les moyens de communication pourraient améliorer l’efficacité de l’intervention.

Commentaires