Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
David Poulin-Grégoire
Université Laval
Patrick Martin
Université Laval
5a. Résumé

Plus de 39.7% des infirmières se déclarent victimes de bullying dans leur milieu de travail. Dans 60% des cas, il est question de violence verticale impliquant une personne en supériorité hiérarchique. Peu d’études portent sur ce phénomène sans le confondre avec d’autres types de violence. Outre les répercussions recensées chez les victimes, on estime que le phénomène de bullying occasionne 44 000$ en pertes économiques par cas rapportés, en plus de compromettre la santé et la sécurité des patients. Par le biais de la phénoménologie descriptive, l'étude présentée visait à décrire l’expérience vécue de la violence verticale par des infirmières soignantes exerçant en milieux hospitaliers et l’effet de cette violence sur leur travail. Une collecte des données par entrevues semi-dirigées a été réalisée auprès de six infirmières, dont l’analyse a été effectuée avec le cadre de référence de McCormack et McCance (2010). Au vu de nos résultats, la représentation globale des effets de la violence verticale vécue par des infirmières soignant en milieux hospitaliers se traduit par un détournement des initiatives infirmières qui renvoient à des soins diligents et personnalisés à la lumière de cinq thèmes qui seront détaillés lors de la présentation. Les résultats de cette étude indiquent la nécessité de préciser les facteurs organisationnels favorisant la violence verticale en milieux hospitaliers ainsi que d’élaborer des politiques organisationnelles qui considèrent ledit phénomène.