Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
88e Congrès de l'Acfas
Auteur et co-auteurs
Francis Cloutier
UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières
Yassine Oufqir, Carlos Reyes Moreno et Gervais Bérubé
Université du Québec à Trois-Rivières, Université du Québec à Trois-Rivières, Université du Québec à Trois-Rivières
5a. Résumé

L’inflammation aiguë joue un rôle important pour la santé d’un individu. C’est un mécanisme naturel de protection du corps contre une agression externe (infection par des micro-organismes (bactéries, champignons, virus), brûlure, plaie) ou interne (cellules cancéreuses). Toutefois, l’inflammation chronique peut mener à des maladies dites inflammatoires, dont la maladie de Crohn et l’arthrite rhumatoïde. Avec le temps, l’inflammation chronique peut aussi provoquer des lésions à l’ADN et contribuer au développement d’un cancer. C’est le cas entre autres du cancer de la vessie, du sein et de la prostate. Le développement de nouvelles stratégies de traitement du cancer faisant intervenir un anti-inflammatoire attire l’intérêt des chercheurs. Nous avons identifié un dérivé de l’acide para-aminobenzoïque (1) pouvant réduire la taille d’une tumeur de la vessie de 90% en seulement 25 jours dans un modèle animal, et ce sans effets secondaires apparents. Dans le but de découvrir des produits encore plus puissants, une série d’hydrazones (2) ont été préparés en quatre étapes chimiques efficientes et testés pour leur pouvoir anti-inflammatoire sur des cellules cancéreuses murines de la vessie (MB49-I) et sur les macrophages murins (RAW-264.7). Cette communication portera sur la synthèse et l'activité biologique de ces nouveaux composés.


Commentaires