Imprimer

Budget fédéral 2015 : Ottawa confirme les engagements de la stratégie des sciences et de la technologie et sa volonté de privilégier la recherche orientée au détriment de la recherche fondamentale

Montréal, le 22 avril 2015 –  L’Association francophone pour le savoir – Acfas se réjouit que l’argent promis pour le financement public de la recherche dans la stratégie des sciences et de la technologie du Canada en décembre dernier ait été confirmé dans le budget fédéral de 2015. Elle voit ainsi d’un bon œil l’augmentation de 1,33 milliard de dollars sur six ans à partir de 2017-2018 du budget de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) afin d’appuyer les infrastructures de recherche au pays ainsi que l’augmentation, également à partir de 2017-2018, de 37 millions par année des fonds dédiés aux conseils subventionnaires. L’ajout de 419 millions sur quatre ans à partir de 2016-2017 dans les programmes de prêts et bourses aux étudiants, la hausse de 9 millions par année du budget du Fonds de soutien à la recherche – anciennement nommé Programme des coûts indirects de recherche (PCI) – pour appuyer les coûts reliés à des recherches financées par le gouvernement fédéral et la décision d’accorder 56,4 millions de dollars sur quatre ans, à compter de 2016-2017, au programme Accélération de Mitacs pour appuyer de nouveaux stages en recherche et développement méritent également d’être souligné.

Toutefois, l’Acfas s’inquiète de la volonté clairement énoncée du gouvernement Harper de privilégier le financement de la recherche appliquée à l’industrie, au détriment de la recherche fondamentale. Suivant cette tendance, la majorité des fonds supplémentaires dédiés aux organismes subventionnaires seront investis dans des projets en partenariat principalement avec l’entreprise privée. Les fonds promis en recherche non orientée pour l’année 2015-2016 demeureront très faibles, la grande majorité des investissements étant seulement promis à partir de l’année suivante. « La recherche en partenariat avec le privé est une voie intéressante, mais il est essentiel de maintenir un équilibre entre la recherche orientée et la recherche libre et fondamentale, croit Louise Dandurand, présidente de l’Acfas. L’innovation et le développement de nos sociétés sur le long terme découlent en effet directement de ces deux approches de la recherche».


De plus, l’Acfas attend toujours la constitution du comité de sélection du nouveau Fonds d’excellence en recherche Apogée Canada (FERAC), annoncée pour ce printemps. Elle espère ainsi que l’attribution de ces fonds de recherche puisse se faire sur une base concurrentielle, résultant d’une évaluation par les pairs et indépendante. Rappelons que la présence de deux sous-ministres au sein du comité directeur de ce programme suscitait déjà l’inquiétude de l’Acfas lors de son annonce en décembre dernier, tout comme la présence de ces deux mêmes hauts fonctionnaires au sein du comité directeur du nouveau Fonds de soutien à la recherche.


À propos de l’Acfas
Créée en 1923, l'Association francophone pour le savoir – Acfas s'attache à promouvoir l'activité scientifique, à stimuler la recherche et à favoriser la diffusion du savoir. Établie au Québec, l'Association regroupe plusieurs milliers de passionnés de la recherche issus de tous les secteurs de la connaissance.


-30-