Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Pour diffusion immédiate

 

Montréal, le 8 juin 2022 – L’Acfas est heureuse d’annoncer le financement de 11 nouveaux projets et la poursuite de 8 projets dans le cadre du Programme de coopération en recherche dans la francophonie canadienne. Ces projets ont été financés grâce aux contributions des gouvernements de l’Ontario, du Québec et du Nouveau-Brunswick. L’Acfas se réjouit également que le gouvernement de la Nouvelle-Écosse se joigne au programme dans le cadre de l’appel à candidatures qui est en cours jusqu’au 10 septembre 2022.

Posez votre candidature

Ce programme encourage la collaboration pancanadienne francophone en recherche en offrant des subventions d'au maximum 5 000$ pour couvrir les frais de déplacement et de séjour d’un-e- chercheur-se- invité-e- participant à un projet conjoint avec un-e- chercheur-se- d’un autre territoire ou province. Il peut s’agir de projets de formation ou de recherche, et les chercheur-se-s participant-e-s peuvent être des étudiant-e-s aux cycles supérieurs, des postdoctorant-e-s, des professionnel-le-s de recherche ou des professeur-e-s.

Avec la nouvelle contribution du gouvernement de la Nouvelle-Écosse à titre de partenaire du programme, les chercheur-se-s de cette province, qui sont affiliés à une université publique, peuvent désormais eux aussi séjourner dans la province ou le territoire de leur choix dans le cadre d’un projet collaboratif, tout comme les chercheur-se-s du Québec et du Nouveau-Brunswick. Les chercheur-se-s des autres provinces et territoires, qui sont affiliés à une université publique, peuvent pour leur part recevoir des chercheur-se-s invité-e-s venant de ces provinces.

Les nouveaux projets financés en 2022, décrits ci-dessous, sont issus de domaines de recherche variés :
  • Le professeur Carlo Lavoie, de la University of Prince Edward Island, et deux chercheurs de l’Université Concordia, Chedly Belkhodja et Daniel Salée, collaboreront afin de contribuer à l’avancement des connaissances sur les enjeux socio-culturels et politiques de l’immigration dans des dans le contexte particulier de l’Île-du-Prince-Édouard;
  • Les professeurs Slimane Belbraouet, de l’Université de Moncton, et Abdelouahed Khalil de l’Université de Sherbrooke, allieront leurs expertises afin d’évaluer la relation entre le stress oxydatif et la carcinogenèse mammaire chez des témoins en santé et des participantes avec tumeur bénigne ou cancer du sein à différents stades de la maladie;
  • Karim Zongo, doctorant à l’École de technologie supérieure, effectuera des séjours au sein du groupe de recherche du professeur Laurent Karim Béland de l’Université Queen’s, afin de développer une expertise en apprentissage machine, modélisation et simulation atomistique, dans le contexte de l’entreposage à long terme des déchets nucléaires;
  • Les professeur-e-s Arnaud Scaillerez, de l’Université de Moncton, et Diane-Gabrielle Tremblay, de l’Université TÉLUQ, mettront leurs expertises en commun afin de passer en revue les espaces de coworking (ECW) et les espaces ouverts de travail (EOT) au sein de plusieurs organisations au Québec et au Nouveau-Brunswick. Deux doctorant-e-s du Québec participeront aussi au projet;
  • La chercheuse postdoctorale Leila Forsyth, de la University of Waterloo, effectuera un séjour de recherche auprès de la chercheuse Nathalie Isabel, professeure associée à l’Université Laval, et de ses collaborateur-trice-s, afin d’étudier la capacité d’adaptation des différentes populations d’épinettes noires aux changements climatiques;
  • La recherche historique menée en collaboration par les professeurs Colin Coates, du Collège universitaire de Glendon de l’Université York, et Stéphane Castonguay, de l’Université du Québec à Trois-Rivières, aborde le changement environnemental au Québec entre 1806 et 1914 comme produit de l’intégration de la vallée laurentienne dans des circuits d’échanges commerciaux de l'Empire britannique;
  • Les professeur-e-s Wladyslaw Cichocki, de la University of New Brunswick, et Svetlana Kaminskaïa, de la University of Waterloo, collaboreront dans un projet qui vise à décrire le rythme dans trois variétés de français : le québécois de la ville de Québec; l’ontarien de la ville de Windsor; et l’acadien de Tracadie;
  • La professeure au Département de sociologie et de criminologie de l’Université de Moncton Véronique Chadillon-Farinacci accueillera deux collaborateur-trice-s de l’Université Laval, le professeur Yannick Charrette et l’étudiante de maîtrise Maude Mailloux-Savard. Ils analyseront les risques de faire l’objet de contrôles d’identité dans le temps en fonction de caractéristiques des proxénètes soumis à une enquête et de leur entourage.
  • Sofia Glackin, étudiante de maîtrise à l’Université Laval, effectuera un séjour de recherche en Saskatchewan, sous la supervision du professeur Romain Chareyron, afin de collaborer dans un projet visant à créer la première base de données en ligne et libre d’accès concernant l’histoire de la représentation du handicap dans le cinéma français;
  • La professeure Isabelle Leblanc de l’Université de Moncton fera une série de séjours de recherche au Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) de l’Université d’Ottawa afin d’explorer, avec la professeure et directrice Lucie Hotte ainsi que son équipe, des fonds d’archives, dans le cadre de recherches sur les traces écrites de femmes acadiennes;
  • Les professeur-e-s Marc Pilon, de l’Université Laurentienne, et Cynthia De Champlain, de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, étudieront comment les relations avec les parties prenantes sont gérées pour mener à bien les objectifs organisationnels dans le secteur de la santé dans le Nord-Est ontarien et en Abitibi-Témiscamingue.
Tous ces projets comptent une partie de collaboration virtuelle et une partie sur place, qui se fait dans le respect des mesures sanitaires. De plus, ces projets s’ajoutent aux collaborations pluriannuelles qui ont été financées l’an dernier et qui se poursuivent cette année :
  • L’étudiant Julien Vallières-Gingras de l’Université McGill et la professeure Hélène Cazes de l’Université de Victoria déploient et interrogent la base de données Satorbase et testent les possibilités de lecture automatisée de structures récurrentes dans le récit et le discours;
  • Les professeurs-chercheurs Yves Bergeron de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue et Loïc D’Orangeville de l’Université du Nouveau-Brunswick mettent en commun leurs expertises afin de faire avancer les connaissances sur l'influence relative du climat et des perturbations naturelles sur la dynamique des peuplements isolés à la transition entre les forêts tempérées et boréales;
  • Sandrine Duval, étudiante au doctorat à l’Université McGill, réalise un stage au sein de la Chaire de recherche du Canada en études des minorités à l’Université de Waterloo, avec la professeure Nicole Nolette, qui en est titulaire. Ce stage est axé sur l’étude du théâtre dans la francophonie canadienne;
  • Les professeurs Étienne Hébert-Chatelain de l’Université de Moncton et Abid Oueslati de l’Université Laval collaborent afin de mieux comprendre la maladie de Parkinson et de contribuer à identifier de nouveaux processus pour développer des traitements pour cette maladie neurodégénérative, à l’aide des technologies et connaissances de leurs équipes respectives;
  • Les professeurs Gregory Kennedy de l’Université de Moncton et Yves Frenette de l’Université de Saint-Boniface mènent un projet de recherche en histoire portant sur les migrations francophones de l’Amérique du Nord de 1640 à 1740, et utilisent la subvention du présent programme afin de développer plus particulièrement la portion de recherche sur l’Acadie;
  • Les professeurs Pierre Bastien de l’Université de Montréal et Viktor Khalack de l’Université de Moncton, ainsi que deux étudiants du professeur Khalack, effectuent des observations des étoiles magnétiques chimiquement particulières (mCP) avec le Polarimètre de l’Observatoire du Mont-Mégantic (POMM);
  • Les professeures Stéphanie Collin de l’Université de Moncton et Nancy Michaud de l’Université du Québec à Rimouski travaillent à analyser et comprendre les dynamiques relationnelles entre les acteurs associés aux réseaux de santé et leur influence sur l’émergence et l’adoption de pratiques innovantes en matière d’accès aux soins et services de santé pour les communautés francophones vivant en contexte minoritaire au Nouveau-Brunswick;
  • Les professeur-e-s Denis Rodrigue de l’Université Laval et Laura Romero-Zeron de l’Université du Nouveau-Brunswick mettent en commun leurs expertises afin d’optimiser des procédés de purification et de dépolymérisation de résines polyesters pour les valoriser et créer une valeur ajoutée.
Posez votre candidature

Au total, 19 projets sont donc soutenus cette année par les gouvernements partenaires, que l’Acfas remercie chaleureusement.

Les chercheur-se-s (étudiant-e-s, professeur-e-s, professionnel-le-s de recherche, postdoctorant-e-s) qui aimeraient aussi bénéficier du programme peuvent poser leur candidature dans le cadre de l’appel qui est en cours jusqu’au 10 septembre 2022. Les projets déposés doivent commencer (à distance ou sur place) à l’hiver 2023. Consultez la page du programme pour plus d’informations. Pour trouver un collaborateur ou une collaboratrice, vous pouvez publier votre offre de collaboration sur la page Internet du programme et joindre son groupe LinkedIn.

Le Programme de coopération en recherche dans la francophonie canadienne de l’Acfas est une version élargie de l’ancien programme de coopération universitaire Québec–Nouveau-Brunswick.

- 30 -

À propos de l’Acfas

L’Acfas, qui célèbre son 100e anniversaire de mai 2022 à juin 2023, est une actrice incontournable de la grande aventure scientifique francophone au Québec et Canada. Résolument tournée vers l'avenir, elle est un puissant vecteur de démocratisation et de communication scientifique. Elle valorise les chercheuses et chercheurs de toutes les disciplines, ainsi que l'excellence en recherche.
 
Source :
Acfas
 
Contact :
Laura Pelletier
Chargée de projets – francophonie canadienne et services aux membres
Acfas
Tél. : 514 849-0045, poste 234
Courriel : laura.pelletier@acfas.ca