Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.

La communauté 2024

Les accompagnateur·rices

Leur rôle est d'accompagner les participant·es tout au long de l'année pour les orienter dans leur processus d'idéation et de réalisation de leur projet de culture scientifique.


estelle

Estelle Chamoux, responsable pédagogique de l'école d'été, professeure de biologie cellulaire et de communication scientifique, Université Bishop’s

Professeure de communication scientifique à l'Université Bishop's, je suis l'une des instigatrices du programme de second cycle en mobilisation des connaissances dans lequel j'enseigne la communication scientifique. Convaincue que c'est par l'expérience que l'on apprend le plus, je développe depuis plusieurs années des ateliers participatifs et des animations scientifiques pour divers publics. J'ai développé le programme pédagogique de l'école d'été Prendre Part en plaçant l'engagement et la participation du public au coeur des ateliers de formation. J'ai très hâte de rencontrer nos participants et de les accompagner dans la concrétisation de leurs idées!


ImageElyas

Elyas Aissia, communicateur scientifique

Elyas Aissia est un communicateur scientifique passionné et engagé dans la lutte contre la désinformation en ligne. Il est responsable francophone de LaSciencedAbord, une initiative canadienne qui sensibilise à une communication ouverte et transparente sur les données probantes, démystifie les sciences et encourage la curiosité scientifique. Son travail consiste à vulgariser la science et à connecter les scientifiques francophones avec un public plus large. Grâce à son engagement, Elyas milite pour un accès à une science accessible et inclusive.


ImagePerrine

Perrine Poisson, chargée de projets, Cœur des sciences de l’UQAM

Perrine développe et gère des initiatives de culture scientifique depuis plus de 18 ans. Des plus conventionnelles : festivals, animations, conférences; aux plus originales : soirée d’improvisation en illustration scientifique, festival éclair en IA pour les adolescent•es etc. Elle a un faible pour les formats d’événements inusités. À travers ces années d'expérience elle a développé un réseau important de contacts à travers toute la province québécoise et travaillé avec de nombreux partenaires. « J’ai hâte de rencontrer les participant·es de l’école d’été et de triper ensemble à développer de nouveaux projets de culture scientifique. Nous avons tout avantage à partager nos trucs, nos succès et nos échecs pour que nos publics puissent en bénéficier. »


ImageOlivier

Olivier Robin, professeur en génie mécanique, communicateur scientifique et formateur

En parallèle de ses recherches menées dans le domaine de l'acoustique, Olivier se spécialise en communication scientifique depuis plus de 5 ans. Il a cocréé et enseigne deux cours dans ce domaine à l'Université de Sherbrooke. Il a participé au montage de quatre expositions muséales, est également bédéiste et pilote plusieurs projets BD-sciences. Être accompagnateur pour Prendre part : l'école d'été en communication scientifique, c'est pour Olivier un contexte unique pour transférer son expertise et son expérience, mais surtout une occasion de rencontrer des idées et des personnes pour en apprendre encore plus et participer à l'émergence de cette culture florissante de la communication scientifique au Québec.


ImageStephan

Stéphan Chaix, directrice, Cœur des sciences de l’UQAM

Très heureuse de faire partie de cette école d’été, placée sous le signe de la rencontre. Les rencontres, c’est notre mantra au Cœur des sciences! Pour nous, la communication scientifique est avant tout une conversation. Que ce soit entre nos conférenciers et notre public adulte ou scolaire ou encore entre scientifiques et artistes, ce qui naît de ces échanges est une source d’enrichissement et d’émerveillement… pour tous. Ravie de vous rencontrer en juin!


Les intervenant·es

À l'occasion des rencontres de partage, les intervenant·es susciteront la réflexion et les échanges d'idées sur les diverses manières de « prendre part », de transmettre les savoirs et de s'engager dans le dialogue sciences et société. La liste des intervenant•es sera complétée jusqu'au rassemblement de mi-juin.


Image_Patrick

Patrick Turmel, professeur de philosophie, Université Laval

Les vertus de la communication scientifique ne sont pas si différentes des vertus de la citoyenneté. Dans un cas comme dans l’autre, il faut savoir traduire ou présenter ses idées d’une façon à intégrer les intérêts de ses interlocuteurs, être ouvert aux perspectives différentes des nôtres, être surtout disposé à se regarder dans le miroir de l’esprit critique et à se remettre soi-même en question. Ces vertus scientifiques et politiques sont aussi aujourd’hui menacées par le discours populiste, et il nous faut donc plus que jamais prendre part à leur défense.


veronique

Véronique Grenier, autrice et enseignante de philosophie, Cégep de Sherbrooke

Véronique Grenier enseigne la philosophie au collégial. Elle est l’autrice de plusieurs recueils de poésie et a collaboré à quelques collectifs (Sous la ceinture : unis pour vaincre la culture du viol, Québec Amérique; Libérer la colère, Remue-Ménage; Avec pas une cenne, Québec Amérique), revues et pièces de théâtre. Chroniqueuse et blogueuse, elle contribue depuis 2020 à la section « Idées » du journal Le Devoir.

Ses implications sociales sont nombreuses et importantes, notamment auprès d’Arrimage Estrie, des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS), du Conseil du statut de la femme, du Musée des beaux-arts de Montréal pour le projet Éduc’Art. En 2016, elle est co-porte-parole de la campagne nationale « Sans oui, c’est non » pour contrer les violences à caractère sexuel. Elle réalise en 2017, une œuvre littéraire originale, sous forme de narration dans le cadre de l'exposition Le Temps file au Musée national des beaux-arts du Québec.


webster

Webster, artiste Hip-hop et conférencier

Aly Ndiaye, alias Webster, a grandi dans le quartier Limoilou à Québec. Né d’un père sénégalais et d’une mère québécoise, il est fier de ses origines et se présente comme un SénéQueb métis pure laine. À la suite de l’obtention d’un baccalauréat en histoire de l’Université Laval, Webster met sur pied plusieurs initiatives pour une meilleure reconnaissance de l’histoire des communautés noires au Québec. En plus d’offrir des conférences, il présente les tours guidées Qc History X et a été le commissaire de l’exposition Fugitifs! présentée au Musée national des beaux-arts du Québec. Par ailleurs, Webster est un pionnier du mouvement hip-hop québécois. Depuis 2009, il présente des ateliers d'écriture tant au Québec qu’à l’international mettant en valeur la composition de textes hip-hop. Il est aussi l’auteur de deux livres, en plus d’avoir traduit le livre-monument Le contrat racial.


ImageJulie

Julie Bolduc-Duval, communicatrice scientifique, formatrice et auteure

Formée en astrophysique et en éducation, Julie Bolduc-Duval partage sa passion pour les sciences depuis près de 25 ans. Dernièrement, elle a joué un rôle central dans l’organisation de l'observation de l’éclipse solaire totale au Québec et dans le reste du Canada, entre autres en formant le personnel scolaire et en tant qu’auteure du livre Éclipse. Passionnée par l'éducation et le pouvoir de la science pour rendre le monde meilleur, Julie collabore avec des communicateurs scientifiques de partout dans le monde. Elle est ravie de participer à cette école d’été et d’échanger avec vous sur la communication scientifique et comment elle s’engage à travailler en collaboration - à prendre part - afin de faire avancer notre société.


imagerémi

Rémi Boucher, coordonnateur scientifique, Réserve internationale de ciel étoilé du Mont-Mégantic

En travaillant comme communicateur scientifique pendant plus d'une quinzaine d'années à l'ASTROLab du Parc national du Mont-Mégantic, j'ai eu le plaisir de partager non seulement la beauté du ciel nocturne, mais aussi de vulgariser les plus incroyables découvertes et faits inusités de notre Univers immense, et ce avec un public de tout âge et provenant de sphères très différentes. Pour moi, bâtir un pont entre le travail des scientifiques et le public, c'est « Prendre part » à une éducation au-delà des murs de l'école, pour être mieux informé, prendre de bonnes décisions et élever le niveau de connaissances générales. Aujourd'hui, je dédie mon travail à la protection du ciel étoilé et à la réduction des nuisances de la pollution lumineuse sur l'humain et sur l'environnement. Et au centre de ces efforts, j'y retrouve toujours le même besoin de créer un lien entre les experts, les décideurs et les citoyens.


ImageAPDP

André-Philippe Drapeau Picard, agent de recherche, Insectarium de Montréal - Espace pour la vie

Biologiste de formation, André-Philippe Drapeau Picard s'intéresse aux interactions humains-arthropodes. Au fil des différentes fonctions qu'il a occupées au sein de l'Insectarium, il a été impliqué dans divers programmes de science participative comme Mission monarque et eButterfly. Il est aussi contributeur et utilisateur des données de tels programmes, dont il se sert pour documenter l'abondance et la répartition des espèces, mais aussi pour voir le monde à travers les yeux du public non-expert. « Prendre part » au programme de science participative pour contribuer à mieux comprendre la biodiversité qui nous entoure et susciter la biophilie!


Les participant·es

Leur rôle est de se former à la communication scientifique et de mener un projet de culture scientifique à dimension participative / citoyenne.

 

ImageRiham

Riham Alkhalaf, Université de Moncton

Pour moi, « prendre part » signifie s’impliquer activement dans un processus ou une activité, contribuer de manière significative et participer de manière consciente et volontaire. En ce qui concerne l’engagement citoyen des scientifiques, cela revêt une importance particulière dans le contexte du changement climatique et d’autres enjeux mondiaux. […] Les scientifiques peuvent s’engager dans des activités de sensibilisation et d’éducation, en collaborant avec des écoles, des organisations communautaires et d’autres groupes pour transmettre des connaissances scientifiques et encourager la pensée critique.


ImageJoanie

Joanie Bédard, Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale

Prendre part, pour moi, c'est aider à co-construire des ponts entre ceux qui créent des connaissances scientifiques, ceux qui créent des connaissances expérientielles et tous ceux et celles à qui ces connaissances pourraient être utiles. Dans mon domaine, soit la réadaptation, l'activité physique et la participation sociale des personnes qui vivent avec un handicap, on a beau vouloir décider des projets, mener la science et produire des connaissances, si elles n'ont pas un lien direct avec la réalité des populations et ne répondent pas à leurs besoins prioritaires, on passe à côté de quelque chose.


ImageMarieLouise

Marie-Louise Charette, Université Laval

Lors de ma première semaine de cours en médecine, une médecin de famille nous […] avait lancé l’invitation suivante : se questionner sur le genre de médecin que nous désirons être dès le début de notre parcours et faire de cette aspiration une motivation pour nos études et notre pratique futur. Dès ce moment, je savais que de participer à l’éducation en santé ferait partie de ma mission professionnelle. Pour moi, c’est ça « prendre part ». C’est faire de la santé un projet de communauté et participer activement à son amélioration pour tous.


ImageEmna

Emna Fakhfakh, Université de Montréal

Pour moi, « Prendre Part »signifie s'engager activement dans des initiatives visant à créer un impact positif dans la société. En tant que scientifique, cet engagement se traduit par la volonté de partager mes connaissances et les résultats de mes recherches de manière accessible et pertinente pour le public. Cela implique également d'inclure les citoyens dans les activités de recherche ou de création de produits de mobilisation des connaissances, en recueillant leurs avis et en collaborant avec eux pour mener à bien des projets scientifiques ou de mobilisation des connaissances.


ImageVera

Vera Granikov, Centre de recherche du CHUM

Prendre part, pour moi, c'est prendre part au dialogue, aux échanges, et apprendre ensemble de ces échanges. En tant que chercheuse, professionnelle de l'information et citoyenne engagée, je suis convaincue que le fait de transmettre simplement des connaissances scientifiques au public n'est pas la solution pour les aider à prendre des décisions éclairées […].J’ai à cœur d’apporter à la société une contribution qui corresponde autant à mes compétences qu’à ma conviction profonde de l'importance de la démocratisation des connaissances et la participation active des sciences dans la vie de tous les jours.


ImageKarima

Karima Hadria Gondry, Institut national de la recherche scientifique

Pour moi, « prendre part » signifie participer du mieux que l'on puisse faire, et selon son domaine, à améliorer la société. Dans mon cas de scientifique et ma spécialisation en chimie environnementale, ce serait partager ce que l'on m'a appris sur ce sujet, plus précisément pouvoir expliquer les implications que peuvent avoir certaines pratiques et habitudes quotidiennes sur l'environnement par exemple. L'engagement citoyen des scientifiques et donc le mien, est de pratiquer une science responsable et transparente. La science ne doit pas être inaccessible aux non scientifiques. En tant que scientifique, on se doit de partager les connaissances avec enthousiasme et humilité.


ImageAdrien

Adrien Jean-Pierre, HEC Montréal

Selon moi, « prendre part » signifie faire partie activement de la société. On peut être scientifique sans s’engager dans nos communautés. Il s’agit alors, quand on choisit de s’engager, de sortir de sa zone de confort académique et aller faire face à l’altérité. C’est respecter le devoir de redonner aux autres ce que nous avons reçu, un espace d’apprentissage et de partage. En effet, perpétuer une démocratie ne se réalise pas une fois tous les quatre ans lors des élections provinciales ou nationales. En tant que scientifiques, il faut s’évertuer à démocratiser le savoir et valoriser les différentes formes de savoir.


ImageAudreyAnne

Audrey-Anne Lagüe, Université Laval

L’engagement citoyen des scientifiques se fait lorsque l’on crée un milieu propice aux échanges et à la discussion entourant des questions d’ordre scientifique. « Prendre part » signifie s’impliquer activement dans un projet, donc, sur le plan scientifique, on parle de toute une gamme d’actions mobilisant les compétences scientifiques et ayant pour objectif de contribuer à améliorer la société. Par exemple, on peut donner son expertise dans les débats sociaux, collaborer avec des ONG ou des organismes gouvernementaux, ou mettre en place des activités de vulgarisation scientifique […] Je m'interroge souvent sur comment faire sortir les connaissances du milieu universitaire.


ImageMarc

Marc Lamontagne, Cégep Édouard-Montpetit

« Prendre part » signifie pour moi « prendre part à la démocratie », c’est-à-dire « prendre part au dialogue visant l'entente » qui structure une société démocratique. Pour ce faire, il faut cependant être capable d'assurer un transfert significatif en termes de connaissances et d'habiletés démocratiques de la part des chercheurs aux études supérieures vers la jeunesse et la communauté, ainsi qu'à l'inverse, de la communauté et de l'avenir de l'humanité vers les chercheurs qui se préoccupent dans leurs recherches de la justice et de la société démocratique. Le premier élément de cette justice […] est l'éducation des jeunes générations.


ImageLea

Léa Lefevre-Radelli, Université du Québec à Trois-Rivières

Pour moi, « prendre part » signifie concevoir la recherche scientifique comme un outil d'engagement social, visant à susciter la réflexion collective et parfois le changement social. […] À mon échelle, je considère que mes domaines de recherche (relevant de l'équité et l'inclusion en milieu scolaire) sont une forme d'engagement citoyen. J'ai publié plusieurs articles de vulgarisation scientifique dans des revues professionnelles : bien qu'elles ne me permettent pas une reconnaissance scientifique équivalent à celle des publications dans des revues scientifiques, je les considère essentielles. Elles permettent d'influencer plus directement les pratiques et favorisent un rapprochement entre le monde académique et des personnes qui ont moins accès à la science.


ImageAlitzel

Alitzel Lopez Sanchez, Université de Sherbrooke

En tant que scientifique, transmettre les résultats de recherche est important, mais je crois que susciter la curiosité est encore plus crucial. En étant plus accessible et accueillant, nous pouvons découvrir les préoccupations et les questions du public. Ces connaissances ne peuvent pas être obtenues uniquement par des enquêtes ou des statistiques; elles doivent être vécues directement. Par conséquent, nous devrions créer des environnements où les gens se sentent à l'aise pour poser des questions. Entendre des questions réelles du public permet à un scientifique de changer de perspective. Il est également essentiel de comprendre que le but d'une discussion est la croissance mutuelle, et non la supériorité intellectuelle. 


ImageBrice

Brice Arsène Mankou, Centre de recherche en éthique de l'UdeM

Pour moi prendre part c'est d'abord :

- participer à travers mon vécu de chercheur à cet engagement scientifique; 

- collaborer avec l'ensemble des participants à l'éclosion d'une dynamique participative pour faire avancer nos connaissances;

- transformer nos acquis théoriques en recherche-action qui sera transformatrice de notre société qui attend du chercheur un engagement plus humain.


ImageMarieClaude

Marie-Claude Mathieu, Université Laval

Pour moi « prendre part » est au cœur de mes préoccupations de chercheuse, car ma motivation à poursuivre des études supérieures est directement en lien avec les questions et problématiques que j'ai rencontrées durant ma pratique comme enseignante de musique au secondaire. Je souhaite faire de la recherche « avec » au lieu de « sur » les enseignants de musique. Je trouve que dans mon domaine, on ne se base pas toujours sur la recherche pour prendre des décisions pédagogiques. Je souhaite donc créer ce lien entre la communauté scientifique et la communauté des praticiens pour que l'échange de savoirs se fasse de manière plus concrète et fluide.


ImageMarieEve

Marie-Eve Millette, Université de Sherbrooke

Je comprends que « prendre part » c'est de démocratiser la culture scientifique à la population.

Dans mon cas, ce sera de rendre accessible les informations concernant la malade de Castleman à des personnes étudiantes à la faculté de médecine et des sciences de la santé ainsi qu'à des personnes francophones vivant avec le diagnostic de la maladie de Castelman, leurs proches et des registres européens.


ImageAudrey

Audrey Sergerie, Université Laval

Mes travaux de doctorat portent sur l’identification d’une nouvelle cible thérapeutique contre le parasite responsable du paludisme. Dans ce contexte, « prendre part » signifie pour moi deux choses. D’une part, m’investir dans la lutte contre une maladie tropicale trop souvent négligée et d’autre part, de m’impliquer dans la dissémination de la science et dans la lutte contre la désinformation. À mes yeux, la science doit être partagée. Elle doit bien sûre être partagée entre scientifiques, puisque c’est ce qui favorise les collaborations et les avancées, mais aussi avec le grand public, puisque c’est ce qui permet de forger l’esprit critique des individus et leur permet de prendre des décisions éclairées.


ImageLaurie

Laurie St-Fleur, Université de Montréal

En commençant le doctorat, j'ai la chance d'intégrer une touche personnelle avec un retour aux sources et une appropriation de mon identité haïtienne. J'ai donc une vision personnelle à ce projet et j'aimerais que les participant•es de mon étude […] fassent partie du projet en étant des co-créateurs. C’est pourquoi la vision de « Prendre part » me parle beaucoup et faciliter le pont entre la science et le public est important, pour que le public puisse se sentir interpellé et inclus dans la science et que le chercheur s'intéresse à l'intérêt du public également, en valorisant une relation égalitaire, d'échange et de partage d'informations de part et d'autre.


ImageMarieCatherine

Marie-Catherine St-Pierre, Université Laval

Pour moi, mon orientation professionnelle dans une carrière scientifique était indissociable du « Prendre part » à la société dans laquelle j’évoluais. C’est ce que j’ai fait, c’est ce que je fais toujours. Pour prendre part, je forme des cliniciennes et cliniciens aguerri•es dans mon enseignement universitaire. Pour prendre part, je suis active en formation continue dans les milieux professionnels. Pour prendre part, j’ai développé et contribué à des projets de recherche-action. Pour prendre part, j’ai publié livres et chapitres de livres pour soutenir le développement et le perfectionnement des connaissances des professionnel•les, ainsi que du matériel d’intervention pour soutenir leurs pratiques […].


ImageDelphine

Delphine Theberge, Université Laval

Ma vision de « prendre part » est d’abord une posture d’humilité. Celle de la science qui ne peut pas tout savoir et celle d’une scientifique qui est avant tout un être humain. L’histoire de la science nous montre comment celle-ci s’est érigée en posture de vérité. Mais, la science n’émerge pas de nulle part et elle est le produit d’un contexte social. Néanmoins, la science est merveilleuse et peut donner des pistes d’inspiration pour des prises de décisions collectives. Pour ce faire, je rêve d’une culture scientifique davantage présente chez nos concitoyens. Dans un monde idéal, il faudrait être capable de capter les multitudes de savoirs disponibles (et parfois contradictoires) pour, collectivement, formuler les meilleures solutions possibles.


ImageLysander

Lysander Tucker D'hollander, Université Bishop's

Pour moi, prendre part signifie concrètement s'impliquer dans la société en informant le public sur les recherches actuelles. La science a pour but ultime de comprendre le monde qui nous entoure et de diffuser cette information. Ce but de dissémination est d'autant plus important dans notre contexte socio-politique actuel où la désinformation est endémique. L'engagement scientifique citoyen implique la participation proactive des citoyens à la science, incluant la recherche, la collecte de données, la vulgarisation scientifique et des actions de sensibilisation. Cet engagement repose sur l'idée que la science ne doit pas être réservée aux seuls chercheurs et experts, mais qu'elle peut être enrichie par tous et toutes.

La communauté 2023

Les accompagnateur·rices

Leur rôle est d'accompagner les participant·es tout au long de l'année pour les orienter dans leur processus d'idéation et de réalisation de leur projet de culture scientifique.


estelle

Estelle Chamoux, responsable pédagogique de l'école d'été, professeure de biologie cellulaire et de communication scientifique, Université Bishop’s

Professeure de communication scientifique à l'Université Bishop's, je suis l'une des instigatrices du programme de second cycle en mobilisation des connaissances dans lequel j'enseigne la communication scientifique. Convaincue que c'est par l'expérience que l'on apprend le plus, je développe depuis plusieurs années des ateliers participatifs et des animations scientifiques pour divers publics. J'ai développé le programme pédagogique de l'école d'été Prendre Part en plaçant l'engagement et la participation du public au coeur des ateliers de formation. J'ai très hâte de rencontrer nos participants et de les accompagner dans la concrétisation de leurs idées!


ImageJD

Jean-Daniel Doucet, vulgarisateur scientifique

Je travaille fort pour que la science intègre les discussions de 5@7, les soupers du dimanche et les tournois de ballon chasseur. Je me joins à des humains inspirants issus de la science, des communications et des arts pour monter des projets qui résonnent avec le plus de monde possible. J’suis un touche-à-tout de la vulgarisation scientifique (télé, musée, scolaire, Web) qui a bien hâte de découvrir de nouvelles façons de faire autour d'un café, ou d'un verre.


perrine

Perrine Poisson, chargée de projets, Cœur des sciences de l’UQAM

J’ai hâte de rencontrer les participant·e·s de l’école d’été et de triper ensemble à développer de nouveaux projets de culture scientifique. Nous avons tous avantage à partager nos trucs, nos succès et nos échecs en vulgarisation scientifique pour que la société en général puisse en bénéficier.


joel

Joël Leblanc, rédacteur et concepteur en chef, Zapiens Communication scientifique

L’information scientifique facilement accessible contient probablement autant de faussetés que de vérités. Et les faussetés voyagent dix fois plus vite et dix fois plus loin que les vérités sur les réseaux numériques. Ça fait peur... Et si on produisait 10 fois plus de vérités, histoire de rétablir l’équilibre et d’inonder les réseaux de données probantes et intéressantes? L’école d’été Prendre part, c’est un peu comme ça que je la vois : les initiatives de médiations scientifiques doivent être légions et une fin de semaine intensive comme celle-là permettra de déverser rapidement de la science attrayante dans notre société. À très bientôt!


vikie

Vikie Pedneault, Vulgarisatrice scientifique La baleine nomade

À mon avis, rallier les gens à une cause quelconque, ça passe par l'éducation et dans le cas de ma cause environnementale, ça passe également par l'humour J'utilise quotidiennement la science pour fasciner les gens à propos de la biodiversité, de la nature qui les entoure et des facettes plus extraordinaires du monde animal. C'est une méthode efficace pour les amener tranquillement à apprécier leur environnement et ainsi eux-mêmes prendre action. À mon sens, la culture du savoir et le développement de la confiance citoyenne envers la science est la seule méthode pour nous assurer un futur meilleur et j'y consacre chacun de mes kilojoules, au quotidien!


Les participant·es

Leur rôle est de se former à la communication scientifique et de mener un projet de culture scientifique à dimension participative / citoyenne.


Jean-Luc

Jean-Luc Atchiriki, Université de Sherbrooke

Pour moi, « Prendre part », c'est proposer des moyens pour diminuer l'écart entre des concepts complexes et des concepts simples de la vie courante. C'est rassembler des informations qui sont éparpillées un peu partout, les synthétiser et les mettre sous une forme qui permet à la majorité de comprendre. La vulgarisation devient vraiment efficace lorsque les gens sont capables de prendre des décisions en fonction des informations les plus fiables possible. Lorsque les gens comprennent dans quoi ils s'engagent, ils peuvent anticiper les conséquences et se préparer.


Jessica

Jessica Avila Lopez, Université de Sherbrooke

Pour moi, participer signifie me considérer comme faisant partie de la communauté et comme agent de changement face aux problèmes que cela peut présenter. C'est critiquer le plus objectivement la façon dont les choses ont été faites, reconnaître les mesures qui ont favorisé la communauté et changer ou adapter celles qui ne favorisent pas l'avancement de la communauté par la collaboration. Pour moi, l'engagement citoyen des scientifiques envers la communauté est de s'exprimer dans un langage adéquat et clair afin que les connaissances acquises par les scientifiques soient comprises par la société et puissent ainsi favoriser une prise de décision éclairée en son sein. 


coralie

Coralie Beaumont, Université de Sherbrooke

Si la science vise à faire progresser les connaissances, je suis d’avis que les scientifiques devraient aussi contribuer à faire progresser les connaissances de la population générale. En effet, il me semble que la science n’est pas suffisamment partagée en dehors des murs des universités, dans un langage clair, accessible et utile afin de permettre aux citoyens de prendre des décisions éclairées. J’aimerais m’arrêter sur le terme « utile » qui, pour moi, rejoint l’idée de « prendre part ». Prendre part c’est, selon moi, l’engagement citoyen des scientifiques de faire vivre la science dans l’espace public par du partage d’informations mais, aussi, par la contribution ou la mise en œuvre de projets qui reposent sur des bases scientifiques solides.


charline

Charline Belmas, Université de Sherbrooke

En tant que citoyens, on prend part, par choix, autrement dit : on participe activement et volontairement à une activité ou à un projet qui est considéré comme important pour la société. On choisit d'aller voter, d'aider à des causes qui semblent importantes en faisant du bénévolat, mais on peut éventuellement participer à des manifestations pour des sujets de justice environnementale, par exemple. Prendre part, pour moi, n'est rien d'autre que de s'engager (participer activement) pour une cause : le bien d'une communauté et/ou mon épanouissement personnel. [...] 


vincent

Vincent Couture, Université de Sherbrooke

En tant que futur enseignant au secondaire de ce qui touche à l'univers social, donc pour tout ce qui a trait à l'histoire, la géographie et la politique, alors je devrai effectuer des travaux de recherche continuellement afin de me tenir au courant de la matière à enseigner et des avancées produites par les différentes recherches. Ainsi, une telle formation me permettrait d'acquérir un bagage supplémentaire quant à la vulgarisation scientifique liée aux sciences historiques, géographiques et politiques.


Aure-Elise

Aure-Elise Duret, CIUSSS de l'Estrie - CHUS

Une émulsion d'idées, de projets, d'intelligences! En tant que communicateurs scientifiques, nous avons parfois l'impression d'être en décalage par rapport aux autres manière de penser, d'être des rabat-joies, des « anti-sensationnalisme » avec nos avis mesurés et rationnels. C'est aussi l'impression de ramer seuls face aux enjeux environnementaux et humains actuels (« la science est une croyance comme une autre »). Voir parfois d'être perçus comme faisant partie du complot et de « big pharma »... 


kelly

Kelly Godbout, Université Laval

Pour moi, prendre part est de participer à rendre la science accessible à toutes et à tous. En tant que citoyenne engagée, je désire transmettre l’importance fondamentale des sciences. Bien comprendre l’univers qui nous entoure est crucial pour élaborer les bons choix de société dans un environnement sain. J’aimerais inciter le plus grand nombre d’individus à être pleinement informé et conscientisé envers les actions qu’ils entreprennent. Ces citoyens auront un esprit critique quant aux conséquences de leurs choix puisqu’ils en comprendront les impacts. 


leo

Léo Guiramand, Université Laval

D’un premier abord, pour un scientifique, prendre part serait de participer et faire la science au travers de recherches et d’études. Mais, il manque ici un aspect important qui serait le transfert et le partage de ces recherches, entre autres au reste de la population. Dans ce processus de communication de la science, les scientifiques doivent y prendre part et en sont des acteurs indispensables. En tant qu’étudiant au doctorat, je considère également avoir une place à jouer et ainsi prendre une part dans le lien qui lie le monde de la recherche scientifique avec le reste de la population.


souheila

Souheila Hassoun, Université de Sherbrooke

De mon coté je m'occupe d'un projet de vulgarisation scientifique qui vise à sortir les sciences quantiques des murs de l'institut quantique, de ses laboratoires, et les rendre accessible au grand public. C'est-à-dire à tout citoyen peu importe son niveau scientifique. Je m'occupe aussi du comité de vulgarisation scientifique de l'institut quantique, formé par des étudiants très motivés. On les encourage à participer aux événements de communication scientifique, on les outille et accompagne pour devenir capables de vulgariser leur sujet de mémoire ou de thèse. 


oriane

Oriane Herviault, Université Bishop's

Prendre part c'est s'investir soi-même au sein de la communauté et faire profiter de ses connaissances pour faire avancer la collectivité. Les scientifiques en tant que spécialistes se doivent d'engager des discussions avec le grand public pour contribuer à la démocratie. Par le biais d'un échange, les scientifiques apprennent aussi du public ce qui leur permet de rester en accord avec les valeurs démocratiques. C'est donc en communiquant objectivement et en instaurant une participation active du public que le scientifique peut prendre part.


myriam

Myriam Labbé, Université Laval

Le public a un niveau de littératie scientifique qui varie énormément, il est donc très important de pouvoir interagir avec lui (et non, de seulement diffuser des connaissances vulgarisées en sens unique). Je crois que les scientifiques doivent participer aux projets qui engagent les citoyens envers la science. L’organisation de ces projets nécessite des personnes qui connaissent le milieu scientifique, mais qui sont aussi passionnées par la communication. Je crois que des projets permettant aux citoyens de toucher et d’entrer dans les coulisses de la science sont nécessaires pour regagner la confiance qui a été ébranlée dans les dernières décennies.


aurore

Aurore Lebourg, Institut national de la recherche scientifique

 « Prendre part » est une opportunité extrêmement intéressante qui pourrait me permettre de développer des compétences en communication scientifique. Depuis quelques années je m'intéresse beaucoup aux moyens mis en place pour parler de sciences à un large public qui n'a aucune connaissance scientifique. Mais beaucoup d'informations et certaines fausses circulent sur internet, ce qui provoque des confusions. C'est pour ça que j'ai voulu développer une chaine de vulgarisation. Afin de pouvoir donner des informations vérifiées d'un point de vue scientifique, mais également d'intéresser les plus jeunes qui pourraient envisager des études en sciences!


gabriel

Gabriel Lemieux, Université de Sherbrooke

Pour moi, « prendre part » a pour but de d'épauler et d'outiller une communauté de scientifiques éprouvant un intérêt dans le domaine de la communication scientifique et qui souhaitent l’intégrer plus activement dans leurs activités. Cela permettra de favoriser le développement d’individus faisant preuve de sens critique qui seront en mesure de rejoindre et d’informer la population aux travers de moyens différents afin d’allumer des discussions, voire des débats sur les sujets qui nous touchent. Bref, prendre part, c’est agir personnellement afin de continuer de brasser la soupe collective d’idées afin d’éviter que certains ingrédients se séparent avec le temps et s’isolent dans le gros chaudron qu’est notre société.


marisol

Marisol Lemieux, CIUSSS de l'Estrie - CHUS

Prendre part pour moi ce n'est pas de juste dire mon point de vue mais aller récolter activement d'autres opinions, d'autres témoignages de gens afin que ce soit un mouvement de groupe et non seulement moi qui partage mon opinion. Je suis un coup d'ailes de papillon qui incite les gens à s'exprimer sur le sujet tout en encadrant la discussion.


marlybell

Marylbell Ochoa Miranda, HEC Montréal

Pour moi prendre part c’est la démocratisation des savoirs et des connaissances, en favorisant les échanges avec différents types de publics sur un territoire donné, afin d’enrichir ces savoirs et connaissances et de contribuer à leur co-construction et à leur appropriation. C'est aussi un exercice nécessaire de questionnement et de réflexion réciproque entre la communauté scientifique et les citoyens sur un sujet, qui ne se limite pas à apporter des connaissances, mais favorise l’éveil de la curiosité pour ce sujet, motive à le prendre en compte et, dans le meilleur des cas, engage. C'est être séduit par la communication scientifique, trouver des passerelles entre le monde scientifique et le grand public, gagner en empathie à la fois pour les préoccupations scientifiques et les préoccupations des citoyens et ouvrir de nouvelles possibilités avec des intérêts collectifs [...].
 


jeanfrancois

Jean-François Plante-Tan, HEC Montréal

Pour moi prendre part signifie s’impliquer professionnellement et personnellement dans une cause, en influençant son évolution et assumer les responsabilités des conséquences. Prendre part, c’est avoir une écoute active sur la direction de la recherche et les résultats de celle-ci. C’est aussi veiller au discours politique et les omissions manipulatives de chacun des camps. Enfin, prendre part, c’est développer son jugement pour intervenir avec pertinence dans l’exercice scientifique et dans le débat publique afin de rectifier les erreurs de raisonnement. Il s’agit donc d’être un scientifique actif et non passif.


steven

Steven Poulin, Université Bishop's

Pour moi, prendre part signifie de prendre les mesures nécessaires afin d'éclairer les choix des citoyens, leurs options, et pour ce faire, bien vulgariser et avoir de la patience. [...] Localement, les vulgarisateurs qui "prennent part" prennent le temps de faire comprendre l'importance de la bio-diversité, des plantes natives, des effets nocifs de produits, des impacts futurs de gestes mondains. Inspirer les jeunes à poursuivre des études supérieures est également ce que je considère « prendre part ».


emilie

Emilie Rouaud, Université de Montréal

Avez-vous déjà regardé le documentaire « Demain » de Cyril Dion et Mélanie Laurent (2015)? À titre personnel, je lui dois ma prise de conscience que je devais « prendre part » dans un des cinq piliers de notre civilisation qu’explore ce documentaire : l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. C’est ainsi qu’en 2015, j’ai changé de carrière et j’ai décidé de prendre part en éducation. L’objectif? Rajouter ma pierre à l’édifice. Joindre mon énergie à toutes celles et tous ceux qui ont décidé, aujourd’hui et hier, que le progrès de nos sociétés avait besoin de têtes bien faites, éclairées et éclairantes. Pour moi « prendre part », c’est donc avant tout « faire sa part » en interdépendance avec les autres. [...]


manon

Manon Saucier, Université du Québec à Trois-Rivières

Pour moi, « Prendre part » signifie participer à l’avancer de la recherche scientifique, afin de contrer la désinformation, briser les mythes, les stéréotypes, les fausses croyances. L’engagement citoyen des scientifiques, pour moi, c’est de contribuer à m’impliquer socialement et prendre conscience des différents enjeux tant dans notre société qu’intentionnellement, de diverses problématiques. Je deviens alors, pas qu’un simple auditeur qui assimile de l’information, mais un acteur qui contribue à l’avancer des connaissances, tout en ouvrant la porte pour d’autres recherches subséquentes.


karine

Karine-Sophie Vandal, Université de Montréal

D'abord et avant tout il s'agit d'avoir un intérêt pour la recherche scientifique et pour le développement de connaissances. À la rigueur, il s'agit aussi de formation et d'enseignement. Mais aussi, selon moi l'engagement scientifique est non seulement d'avoir de l'intérêt et être motivée pour un sujet innovateur mais c'est aussi d'être stimulée à s'y investir dans la collectivité, à le partager, le promouvoir et de maintenir nos connaissances et compétences à jour. C'est un investissement en temps, et un processus continu qui je l'espère pour moi deviendra une carrière.


Les intervenant·es

À l'occasion des rencontres de partage, les intervenant·es suscitent la réflexion et les échanges d'idées sur les diverses manières de « prendre part », de transmettre les savoirs et de s'engager dans le dialogue sciences et société.


david

David Robichaud, professeur de philosophie, Université d’Ottawa

Le bonheur individuel et collectif passe par la liberté des individus à se fixer des objectifs et par leur capacité à identifier les meilleurs moyens de les atteindre. La science n’est rien de moins qu’un outil nécessaire pour rendre possible cette poursuite du bonheur. Elle permet de comprendre le monde dans lequel on évolue, d’identifier le champ des possibles, de prédire les conséquences de nos gestes, de justifier nos décisions avec des arguments valides et pertinents et d’éviter les décisions contreproductives. C’est parce qu’elles nous rendent libres et heureux que l’on doit s’intéresser à la vérité et la connaissance. C’est pour cette raison que le dialogue science-société est aussi important.


veronique

Véronique Grenier, autrice et enseignante de philosophie, Cégep de Sherbrooke

Véronique Grenier enseigne la philosophie au collégial. Elle est l’autrice de plusieurs recueils de poésie et a collaboré à quelques collectifs (Sous la ceinture : unis pour vaincre la culture du viol, Québec Amérique; Libérer la colère, Remue-Ménage; Avec pas une cenne, Québec Amérique), revues et pièces de théâtre. Chroniqueuse et blogueuse, elle contribue depuis 2020 à la section « Idées » du journal Le Devoir.

Ses implications sociales sont nombreuses et importantes, notamment auprès d’Arrimage Estrie, des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS), du Conseil du statut de la femme, du Musée des beaux-arts de Montréal pour le projet Éduc’Art. En 2016, elle est co-porte-parole de la campagne nationale « Sans oui, c’est non » pour contrer les violences à caractère sexuel. Elle réalise en 2017, une œuvre littéraire originale, sous forme de narration dans le cadre de l'exposition Le Temps file au Musée national des beaux-arts du Québec.


martin

Martin Aubé, professeur-chercheur de physique, Cégep de Sherbooke

Le développement de la science est ancré dans la société qui le désire et le supporte. C'est pourquoi je crois que le transfert des connaissances auprès du public devrait être une priorité de toute/tout scientifique.


jade

Jade Savage, entomologiste et professeure de biologie, Université Bishop's

Qu’ils fascinent ou qu’ils rebutent, les arthropodes tels que les insectes et les tiques ne laissent personne indifférent. J’adore parler « bibittes » dès que l’occasion se présente et je me suis finalement lancée dans l’aventure de la science citoyenne il y a quelques années en créant le projet eTick. J’ai bien hâte d’échanger avec vous sur l’importance de la communication scientifique dans notre société!


jacques

Jacques Kirouac,  Science pour tous

Une école d’été, en communication et médiation scientifique, quelle superbe idée! Ensemble, nous développerons avec ces jeunes des complicités qui sauront très certainement être exceptionnelles. Des échanges, dans tous les sens et avec tous nos sens, un plaisir, une curiosité qu’il faut faire essaimer au bénéfice du plus de gens possible. Des moments intenses à venir, une passion à partager, des idées à faire émerger pour la promotion de la science mais aussi et surtout, pour notre plus grand plaisir.


myriam

Myriam Landry, Université Laval

Agronome de formation, j'étudie maintenant les impacts de l'alimentation des vaches laitières sur la composition du lait dans le cadre de mes études de doctorat à l'Université Laval. J'ai voulu essayer une toute nouvelle forme de communication en participant à la soirée d'humour Lundi HIHI lors du dernier Congrès de l'Acfas. Je viendrai partager ma récente expérience avec les participants de Prendre part.

Les accompagnateur·trices

 

Leur rôle est d'accompagner les participant·es tout au long de la fin de semaine pour les orienter dans leur processus d'idéation et de création de leur projet de culture scientifique.


image Estelle

Estelle Chamoux, responsable pédagogique de l'école d'été, professeure de biologie cellulaire et de communication scientifique, Université Bishop’s

Professeure de communication scientifique à l'Université Bishop's, je suis l'une des instigatrices du programme de second cycle en mobilisation des connaissances dans lequel j'enseigne la communication scientifique. Convaincue que c'est par l'expérience que l'on apprend le plus, je développe depuis plusieurs années des ateliers participatifs et des animations scientifiques pour divers publics. J'ai développé le programme pédagogique de l'école d'été Prendre Part en plaçant l'engagement et la participation du public au coeur des ateliers de formation. J'ai très hâte de rencontrer nos participants et de les accompagner dans la concrétisation de leurs idées!


Image stephan

Stéphan Chaix, directrice, Cœur des sciences de l’UQAM

Très heureuse de faire partie de cette école d’été, placée sous le signe de la rencontre. Les rencontres, c’est notre mantra au Cœur des sciences! Pour nous, la communication scientifique est avant tout une conversation. Que ce soit entre nos conférenciers et notre public adulte ou scolaire ou encore entre scientifiques et artistes, ce qui naît de ces échanges est une source d’enrichissement et d’émerveillement… pour tous. Ravie de vous rencontrer en juin!


image jd

Jean-Daniel Doucet, vulgarisateur scientifique

Je travaille fort pour que la science intègre les discussions de 5@7, les soupers du dimanche et les tournois de ballon chasseur. Je me joins à des humains inspirants issus de la science, des communications et des arts pour monter des projets qui résonnent avec le plus de monde possible. J’suis un touche-à-tout de la vulgarisation scientifique (télé, musée, scolaire, Web) qui a bien hâte de découvrir de nouvelles façons de faire autour d'un café, ou d'un verre.


image joel

Joël Leblanc, rédacteur et concepteur en chef, Zapiens Communication scientifique

L’information scientifique facilement accessible contient probablement autant de faussetés que de vérités. Et les faussetés voyagent dix fois plus vite et dix fois plus loin que les vérités sur les réseaux numériques. Ça fait peur... Et si on produisait 10 fois plus de vérités, histoire de rétablir l’équilibre et d’inonder les réseaux de données probantes et intéressantes? L’école d’été Prendre part, c’est un peu comme ça que je la vois : les initiatives de médiations scientifiques doivent être légions et une fin de semaine intensive comme celle-là permettra de déverser rapidement de la science attrayante dans notre société. À très bientôt!


image perrine

Perrine Poisson, chargée de projets, Science pour tous

J’ai hâte de rencontrer les participant·e·s de l’école d’été et de triper ensemble à développer de nouveaux projets de culture scientifique. Nous avons tous avantage à partager nos trucs, nos succès et nos échecs en vulgarisation scientifique pour que la société en général puisse en bénéficier.


Image Sonya

Sonya Anvar, stratège en transfert de connaissances

J'ai longtemps entretenu une méfiance envers la science, baignant plutôt dans les pseudosciences. C'est au cours d'un long processus, au contact de communicatrices et communicateurs comme vous, que j'ai pu déconstruire ce monde de convictions. J’en ai tiré une grande leçon d’humilité, qui m’a poussée à prendre mes aises avec la nuance, le nonsavoir. C’est ainsi qu’à mon sens, prendre part, c'est d'abord poser un regard sur soi – user de précaution face à nos biais, nos opinions, pour ensuite poser un regard bienveillant sur l’autre. C’est labourer un terrain propice au dialogue, question d’y semer une culture scientifique… !


image jacques

Jacques Kirouac, mentor de l’édition 2022 - prix Thérèse Patry 2021

Une école d’été, en communication et médiation scientifique, quelle superbe idée! Ensemble, nous développerons avec ces jeunes des complicités qui sauront très certainement être exceptionnelles. Des échanges, dans tous les sens et avec tous nos sens, un plaisir, une curiosité qu’il faut faire essaimer au bénéfice du plus de gens possible. Des moments intenses à venir, une passion à partager, des idées à faire émerger pour la promotion de la science mais aussi et surtout, pour notre plus grand plaisir.


 

 

 

 

Les participant·es

annemarie

Anne-Marie Allaire, Université de Sherbrooke

« Prendre part », c’est participer… Participer, c’est non seulement avoir accès à une certaine information, mais aussi avoir la possibilité de se l’approprier et d’être considéré dans les prises de décision qui peuvent s’ensuivre et qui nous concernent. Prendre part à sa vie citoyenne, c’est développer un pouvoir d’agir, c’est s’assurer un certain contrôle de notre environnement afin de faire en sorte qu’il nous ressemble et qu’il puisse répondre à nos besoins et réalités [...]. Le ou la scientifique doit participer à créer des espaces de dialogues, s’assurer que ses recherches reflètent la réalité et qu’elles participent aux changements de sa société.


lucianomartin

Luciano Martin Ayala Valani, Université Bishop's

Les scientifiques peuvent s’impliquer à différents niveaux. Certains vont être des enseignants et transmettre leur savoir en classe. D’autres vont aller dans les médias traditionnels ou sur les réseaux sociaux [...] Certains décident de s’impliquer auprès des organismes de leur communauté. D’autres préfèrent agir dans la sphère privée, ils sont l’encyclopédie vivante de leur famille, ceux qui prennent le temps de discuter avec leurs proches, ceux qui aident à trouver les réponses quand eux-mêmes ne les ont pas [...] pour tenter de déconstruire des idées préconçues, le tout avec calme et respect.


sarah

Sarah Bélanger, Université Laval

Pour moi, « prendre part » rime avec devoir. Car bien qu’un scientifique demeure libre de prendre part ou non au partage du savoir, il en demeure néanmoins de son devoir moral de le faire [...]  Tel un phare dans la tempête, les scientifiques aident le public à naviguer le long fleuve tumultueux qu’est la science, tout en leur évitant de dériver vers la désinformation [...] Il est à mon avis si important de saisir cette chance d’ouvrir la discussion sur la science de manière bidirectionnelle, où citoyen et scientifique échangent activement dans le respect.


carmen

Carmen-Édith Bellei-Rodriguez, Université de Sherbrooke

Je comprends l’engagement citoyen des scientifiques comme un engagement à servir la société au meilleur de nos compétences pour répondre aux besoins de la population, par exemple en générant de nouvelles connaissances ou à les affiner [...] Ma définition personnelle de « prendre part » implique d’endosser un rôle, mais également à influencer les pratiques et les politiques en ce sens, à outiller d’autres personnes du domaine académique et à contribuer au mouvement de changement des pratiques.


marie-christine

Marie-Christine Brault, Université du Québec à Chicoutimi

L’appel à candidature précise : « Prendre part, ce n'est pas prendre parti, prendre position, pour une idéologie quelle qu’elle soit. » Je suis entièrement d’accord que prendre part ne doit pas viser à prôner une idéologie et surtout pas verser dans le dogmatisme. Toutefois, en tant que sociologue, je comprends que la science n’est pas neutre : tous les scientifiques prennent position, par exemple lors du choix du sujet ou des théories mobilisées. Il faut en être conscients et prôner une diversité de perspectives, afin de permettre aux citoyens de comprendre les différents regards, leurs avantages et leurs conséquences.


marieclaudeb

Marie-Claude Brouillette, Université Laval

Pour moi, prendre part, c’est faire partie, s’engager, participer. La connaissance scientifique est très utile dans différents domaines, tant en science naturelle et génie qu’en science humaine et sociale. Je trouve qu’il est essentiel de décloisonner la science. De plus, il est important d’insister sur la compréhension de la science, de sa méthodologie et de son impermanence… Toute preuve scientifique est valable jusqu’à sa réfutation! [...] L’engagement citoyen peut également prendre la forme de militantisme ou encore se vivre à travers le choix du sujet de recherche.


alice

Alice Bruneau, Université McGill

L'engagement citoyen des scientifiques est pour moi un aspect nécessaire à une société. Il y a tant de façons de contribuer à la société en tant que scientifique, que ce soit en participant à des conférences pour le public, en s'engageant dans des organismes à but non-lucratifs, en vulgarisant la science dans les écoles, ou en donnant des entrevues dans les médias traditionnels et les réseaux sociaux [...] Ça signifie aussi un apprentissage en continu et une écoute active du public cible afin de bien comprendre ses besoins.


dominic

Dominic Chartrand, Université Laval

Pour moi, « prendre part » est synonyme de « s'impliquer ». Selon moi, « prendre part » nécessite de participer activement dans la réalisation de quelque chose. Dans le contexte de la science, il s'agit, à mon avis, de s'assurer que les scientifiques et le grand public soit tous deux impliqués de manière équitable dans le processus de la recherche scientifique et puissent s'exprimer sur les différents sujets qui s'y rattachent. [...] Je suis d'avis qu'une communication adéquate de nos travaux et de leur importance tout en encourageant les échanges avec le grand public permettra d'assurer une plus grande confiance de la part de la population face à la science et au processus scientifique, et contribuera à développer leur intérêt pour la science.


juliane

Juliane Choquette-Lelarge, Université de Montréal

Je suis particulièrement investie par l'idée d'une meilleure porosité entre le monde académique et l'univers citoyen. Je suis convaincue, comme beaucoup, qu'un meilleur partage des connaissances et des perspectives intellectuelles est à la base d'une société en santé, capable de mieux se comprendre et de mieux s'orienter. Je crois que les chercheurs en sciences sociales détiennent à cet égard un rôle important et, que ce soit en s'alliant aux acteurs médiatiques ou en proposant leurs propres canaux, doivent accompagner leurs concitoyens dans une meilleure compréhension du monde qui les entoure.


dolores

Dolorès Contré, Université de Montréal

Prendre part signifie pour moi m’impliquer autant au niveau de la recherche-action et de la création de nouveaux modèles que de partager l’expertise par la vulgarisation scientifique en appliquant les principes de manière pratique dans les milieux en éducation et en communautaire, que cela soit multiculturels ou environnementaux. De me consacrer au développement du potentiel humain et à sa transformation [...] afin de mieux l’outiller pour rencontrer les défis qui l’attendent dans cette crise mondiale que nous vivons actuellement.


marion

Marion Cossin, Université de Montréal

Je souhaite démystifier la science et donner un modèle, je l’espère inspirant, aux jeunes et principalement aux jeunes filles. Il est donc important pour moi de stimuler l’intérêt pour toutes les disciplines scientifiques par des conférences, des ateliers interactifs ou des articles de vulgarisation. Je ne sais pas si on peut parler d’un engagement citoyen puisque je fais cela en premier par passion, même si je suis très heureuse et je souhaite contribuer à rendre plus accessible la science et les recherches actuelles à un maximum de personnes.


xavier

Xavier Dagenais-Chabot, Université de Montréal

Pour moi prendre part est incroyablement important dans le domaine scientifique pour le rendre plus significatif et utile socialement. [...] C’est là que réside concrètement, selon moi, l’engagement : c’est l’ouverture et l’effort a la discussion, l’écoute et la mise en commun des savoirs. C’est en créant des liens forts avec plusieurs personnes avec différents buts et biais que les pas vers une société plus inclusive et responsable vont être lancés.


elliot

Elliot Dreujou, Université du Québec à Rimouski

Je suis persuadé que la science ne doit pas être limitée à une communauté unique, et que la société doit pouvoir bénéficier des fruits de la recherche académique et privée. Les activités de recherche doivent intégrer une interaction avec les citoyens, notamment afin d’apporter un regard critique extérieur sur les résultats ainsi que de proposer de nouvelles directions futures. Le lien science/société est nécessaire pour permettre la participation de la population et son implication dans la prise de décision collective.


marika

Marika Drouin, Université de Sherbrooke

Pour moi, prendre part signifie saisir et créer des opportunités de conversation entre les scientifiques et les non-scientifiques pour démocratiser la science. C’est engager un dialogue, afin que la science soit accessible et attrayante. Cela inclut partager à son entourage comment faire preuve de sens critique. C’est également mettre des parcours inspirants de l’avant, afin d’inciter les jeunes à poursuivre une carrière en science.


maya

Maya Fakhfakh, Université Laval

En tant que citoyens, il est de notre rôle de « prendre part » dans notre communauté, de s’impliquer et d’être des acteurs actifs afin de créer une vie dynamique et agréable au sein de notre société. Cela se fait notamment à travers des discussions et des échanges respectueux entre les membres de la communauté, dans une vision d’innovation, de créativité et surtout de démocratie.  [...] Dans ma vision, être une citoyenne « scientifique » se manifeste par la volonté de créer un impact positif autour de soi en apportant une touche scientifique quotidienne au sein de la communauté.


herinirina

Herinirina Fanevamampiandra, Université de Sherbrooke

Pour moi ce mot signifie contribuer au développement social de son entourage. A part mes études, je suis co-fodatrice et présidente [d'une association] qui travaille sur la promotion des énergies renouvelables à Madagascar. Et ici à Sherbrooke, j'ai fait partie [d'une autre association] qui fait la sensibilisation de la science au prêt des enfants. Ces deux activités présentent pour moi mon engagement en tant que citoyenne active pour ma société.


stephanie

Stéphanie-M. Fecteau, Université du Québec en Outaouais

Collaborer avec les personnes concernées par la recherche enrichira non seulement la manière dont je mène une étude, permettra aussi à une génération d’étudiant-e-s gradué-e-s de s’initier à la recherche participative, et surtout valorisera l’apport de la neurodiversité dans la pratique et la recherche. Je tiens à contribuer à la reconnaissance de la diversification des modes de communication scientifique, tout en le faisant pour et avec les personnes autistes et les membres de leur entourage.


juliette

Juliette François-Sévigny, Université de Sherbrooke

Je considère que l’engagement citoyen des scientifiques repose, notamment, sur le geste de transmission des savoirs de recherche. De vulgariser quoi! En fait, pour moi, mon rôle d’étudiante-chercheuse implique de faire de la recherche tout comme la vulgariser à un plus large public [...] À mon sens, l’engagement citoyen repose, notamment, sur la vulgarisation scientifique puisqu’il s’agit d’un geste pour, mais surtout avec le public.


carole

Carole Govin, Université du Québec à Rimouski

L’expression « prendre part » pour moi est synonyme de partage et d’engagement dans le domaine de la biologie, mais aussi dans la société actuelle. Dans le domaine scientifique, cela implique le partage des connaissances et l’engagement dans la recherche des dernières nouvelles scientifiques. La vulgarisation est aujourd’hui plus importante que jamais dans cette ère de désinformation où l’information relayée est souvent erronée, entrainant un clivage entre la population scientifique et le grand public.


martine

Martine Labossière, Université TÉLUQ

Prendre part signifie pour moi faciliter le rassemblement de tous les citoyens qui en ressentent le besoin dans une démarche scientifique collective nous amenant à conscientiser ce que sont les vrais droits fondamentaux et les moyens que nous devons déployer pour mieux les protéger. Je conçois que l’engagement civique des chercheurs et l’implication scientifique des citoyens sont sur le même continuum puisque les chercheurs sont des citoyens et que les citoyens sont appelés à démontrer leurs aptitudes pour la recherche, la découverte, la création et l’innovation à différents moments de leurs vies et en des circonstances diverses.


Hamid Lamoudan

Hamid Lamoudan, Université du Québec à Trois-Rivières

L’engagement citoyen des scientifiques en recherche offre plusieurs bénéfices, tant à la communauté de recherche qu’aux citoyens qui n’exerçant aucune activité professionnelle en recherche scientifique. Cet engagement joue un rôle très important, il permet à des personnes non scientifiques d’approcher et de renforcer leur sens critique vis-à-vis des thématiques en milieu scientifique et aussi de produire de nouvelles connaissances scientifiques.


marion

Marion Leménager, Université de Montréal

Partager ces progrès en mettant la science à portée de toutes et tous afin de piquer la curiosité, ou faire rayonner de nouveaux questionnements, c’est ça pour moi prendre part. Partager les avancées techniques ou théoriques avec la communauté qui nous entoure permet d’inciter l’engagement scientifique, d’améliorer les débats, nuancer nos avis, et d’avoir les outils pour pousser nos réflexions afin de se construire un esprit critique aiguisé et éclairé. Ce sont autant d’atouts qui nous permettent de construire une société qui fonctionne.


gaby

Gaby Loupiac, Université Bishop's

Les scientifiques ne s'engagent pas que derrière les « rideaux », d'une manière théâtrale, à analyser les substances dans les laboratoires. Un engagement citoyen du scientifique relève d'un grand investissement moral et émotionnel auprès de son voisin, son parent, l'enfant de son ami... C'est donc un engagement conscient qui a du sens. 


image_sara

Sara Marullo, Université de Montréal

Prendre part c’est partager, éduquer, discuter, débattre, rêver ensemble d’un monde où chaque citoyen a conscience de sa planète, de sa santé, et a à sa disposition des outils qu’il peut trouver, des personnes qu’il peut solliciter pour répondre à ses questionnements et faire de la science un véritable mouvement citoyen, une part intégrante de la vie de tous.


vanessa

Vanessa Di Maurizio, Université du Québec à Montréal

Prendre part, c'est créer et consolider des liens entre les sciences et la société. C'est multiplier les lieux d'échanges entre les scientifiques et les citoyens où la perspective des uns enrichit celle des autres. C'est mobiliser les connaissances scientifiques vers le grand public et s'assurer de renforcer le sentiment que la science est à la portée de tous et de toutes. C'est dans cet esprit que je désire développer toutes sortes d'activités scientifiques auxquelles le grand public et les jeunes pourront eux aussi prendre part!


agathe

Agathe Ribéreau-Gayon, Université du Québec à Trois-Rivières

En tant que jeune scientifique et femme j’ai particulièrement à cœur de pouvoir contribuer à la transmission de connaissances scientifiques dans mon domaine de recherche [...] aux futures générations de leaders, penseurs, critiques et scientifiques, avec un intérêt tout particulier pour les femmes en STIM qui demeurent sous-représentées à l’heure actuelle [...] Ce processus de transmission des connaissances au public est donc non seulement enrichissant pour le public concerné mais également pour le/la scientifique qui affine ainsi sa connaissance du sujet et sa manière de la transmettre, notamment à ses pairs au sein de la communauté scientifique.


natasha

Natasha Roy, Université du Québec à Montréal

Pour moi, prendre part signifie participer, collaborer, coopérer ou encore être intéressée à faire, à créer quelque chose. Je trouve qu’il y a un esprit collectif, de faire les choses ensembles, dans cette expression. C’est avec cette idée en tête que je souhaite prendre part à établir le dialogue entre les scientifiques qui s’intéressent aux aspects théoriques (le pourquoi) et factuels (les données), et les populations concernées.


nazdar

Nazdar Roy, Université de Montréal

Pour moi prendre part, c’est ouvrir les portes au public sur [des] univers en lui offrant plusieurs façons d’apprendre la science pour améliorer sa compréhension du monde qui l’entoure. Une de ces façons d’appendre, pour moi, c’est par l’art. En allant chercher des manifestations de la science à l’extérieur de la théorie, je crois que nous en facilitons l’accessibilité.


marieclaude2

Marie-Claude Savoie, Université Laval

Le savoir qui est développé par les scientifiques et leurs recherches doit être transmis à l’ensemble de la société. De plus, je crois que ce sont les chercheurs même qui sont les mieux placés pour partager le fruit de leurs efforts. [...] Pour moi « prendre part » c’est aller vers les autres pour les écouter et leur partager des informations importantes pour tous les aspects de leur vie.


félix

Félix Soucy, Université Bishop's

Prendre part pour moi, c'est être présent dans la communauté et intervenir en y apportant mes connaissances. Mais prendre part c'est aussi d'écouter et interagir avec les autres afin d'accroitre nos connaissances en tant que communauté. Pour moi l'engagement scientifique peut être fait de plusieurs façons et c'est ce qui le rend si intéressant. Que ce soit à une petite échelle (bulle familiale, amis, collègues, ...), ou à une grande échelle (réseaux sociaux, congrès, enseignement, présentation, ...) les deux offres une panoplie d'opportunités pour s'engager dans la communauté.


magloire

Bi Tofié Magloire Zoro, École nationale d'administration publique

Je considère les médias et l'accès à l'information comme des outils indispensables à une participation citoyenne et à l'expression de la démocratie. [...] Pour moi, un engagement citoyen des scientifiques pourrait se traduire par la capacité qu'a, un groupe de personnes sans distinction aucune, de penser constamment à apporter des solutions innovantes, efficaces et efficientes à des problèmes de société, et de panser cette société par leurs actions concrètes.


 

 

 

 

Les intervenant·es

À l'occasion des rencontres de partage, les intervenant·es susciteront la réflexion et les échanges d'idées sur les diverses manières de « prendre part », de transmettre les savoirs et de s'engager dans le dialogue sciences et société.


Image David

David Robichaud, professeur de philosophie, Université d’Ottawa

Le bonheur individuel et collectif passe par la liberté des individus à se fixer des objectifs et par leur capacité à identifier les meilleurs moyens de les atteindre. La science n’est rien de moins qu’un outil nécessaire pour rendre possible cette poursuite du bonheur. Elle permet de comprendre le monde dans lequel on évolue, d’identifier le champ des possibles, de prédire les conséquences de nos gestes, de justifier nos décisions avec des arguments valides et pertinents et d’éviter les décisions contreproductives. C’est parce qu’elles nous rendent libres et heureux que l’on doit s’intéresser à la vérité et la connaissance. C’est pour cette raison que le dialogue science-société est aussi important.


Photo véronique

Véronique Grenier, autrice et enseignante de philosophie, Cégep de Sherbrooke

Véronique Grenier enseigne la philosophie au collégial. Elle est l’autrice de plusieurs recueils de poésie et a collaboré à quelques collectifs (Sous la ceinture : unis pour vaincre la culture du viol, Québec Amérique; Libérer la colère, Remue-Ménage; Avec pas une cenne, Québec Amérique), revues et pièces de théâtre. Chroniqueuse et blogueuse, elle contribue depuis 2020 à la section « Idées » du journal Le Devoir.

Ses implications sociales sont nombreuses et importantes, notamment auprès d’Arrimage Estrie, des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS), du Conseil du statut de la femme, du Musée des beaux-arts de Montréal pour le projet Éduc’Art. En 2016, elle est co-porte-parole de la campagne nationale « Sans oui, c’est non » pour contrer les violences à caractère sexuel. Elle réalise en 2017, une œuvre littéraire originale, sous forme de narration dans le cadre de l'exposition Le Temps file au Musée national des beaux-arts du Québec.


Image Patrick

Patrick Turmel, professeur de philosophie, Université Laval

Les vertus de la communication scientifique ne sont pas si différentes des vertus de la citoyenneté. Dans un cas comme dans l’autre, il faut savoir traduire ou présenter ses idées d’une façon à intégrer les intérêts de ses interlocuteurs, être ouvert aux perspectives différentes des nôtres, être surtout disposé à se regarder dans le miroir de l’esprit critique et à se remettre soi-même en question. Ces vertus scientifiques et politiques sont aussi aujourd’hui menacées par le discours populiste, et il nous faut donc plus que jamais prendre part à leur défense.


Image Julie

Julie Dirwimmer ou Madame Cosinus, slameuse scientifique

Le plaisir est au cœur de ma pratique, en slam, en conte comme en humour. Quand je ne sais plus où je vais avec Madame Cosinus ou pourquoi j’y consacre tant d’énergie, c'est au plaisir que je cherche à me reconnecter. En souhaitant que nous le trouvions tous pendant cette fin de semaine, comme un élan vers nos projets respectifs!


Image Martin

Martin Aubé, professeur-chercheur de physique, Cégep de Sherbooke

Le développement de la science est ancré dans la société qui le désire et le supporte. C'est pourquoi je crois que le transfert des connaissances auprès du public devrait être une priorité de toute/tout scientifique.


Photo Jade

Jade Savage, entomologiste et professeure de biologie, Université Bishop's

Qu’ils fascinent ou qu’ils rebutent, les arthropodes tels que les insectes et les tiques ne laissent personne indifférent. J’adore parler « bibittes » dès que l’occasion se présente et je me suis finalement lancée dans l’aventure de la science citoyenne il y a quelques années en créant le projet eTick. J’ai bien hâte d’échanger avec vous sur l’importance de la communication scientifique dans notre société!


image frederic

Frédéric Bouchard, Doyen de la Faculté des arts et des sciences et professeur de philosophie, Université de Montréal

Philosophe des sciences, Frédéric Bouchard essaie de montrer l’apport de la philosophie à la recherche scientifique et à notre compréhension de la nature et, inversement, comment les avancées de la science peuvent contribuer à nos réflexions philosophiques classiques. Il s’intéresse aussi à diverses questions d’épistémologie des sciences tels le rôle de l’expertise scientifique dans le débat démocratique et les décisions publiques, et aussi la question ontologique de l’individualité biologique.


image Vikie

Vikie Pedneault, Vulgarisatrice scientifique La baleine nomade

À mon avis, rallier les gens à une cause quelconque, ça passe par l'éducation et dans le cas de ma cause environnementale, ça passe également par l'humour J'utilise quotidiennement la science pour fasciner les gens à propos de la biodiversité, de la nature qui les entoure et des facettes plus extraordinaires du monde animal. C'est une méthode efficace pour les amener tranquillement à apprécier leur environnement et ainsi eux-mêmes prendre action. À mon sens, la culture du savoir et le développement de la confiance citoyenne envers la science est la seule méthode pour nous assurer un futur meilleur et j'y consacre chacun de mes kilojoules, au quotidien!