Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.

Du lundi 3 au mardi 4 mai 2021

La langue sert tantôt de terrain de jeu, tantôt de champ de bataille aux différents mouvements qui animent une société. Pensons à la concurrence récente entre autrice et auteure (dont l’usage était jusqu’alors plus fréquent au Québec), qui a provoqué un débat sur les procédés linguistiques de féminisation et sur les enjeux de visibilisation des femmes dans la langue. Dans une autre perspective, l’emploi de bonjour-hi dans les commerces montréalais et la concurrence de take-out et pour emporter récemment évoquée sur Twitter par l’Office québécois de la langue française ont entraîné des débats qui ne portaient pas sur les mots eux-mêmes, mais sur le statut du français par rapport à l’anglais dans la société québécoise. Par ailleurs, des débats n’ayant pas pour origine un objet linguistique peuvent aussi faire une large part à langue. Prenons l’exemple des discussions sur le racisme systémique, qui ont rapidement fait état d’une incompréhension de l’expression de la part de certaines personnes et où le sens de racisme (par rapport à discrimination) et de systémique (par rapport à systématique) a été abondamment discuté. De même, l’emploi d’inconduites sexuelles dans la foulée du mouvement #MeToo a suscité de nombreuses réactions de la part de personnes jugeant que l’expression contribuait à la banalisation des gestes posés.

Ces exemples illustrent le pouvoir des mots (Boutet, 2016) et les enjeux qu’ils sont susceptibles de soulever. De tels débats sont fréquents dans l’espace public et ils trouvent écho chez différents acteurs sociaux, qu’il s’agisse de personnalités politiques, de groupes militants, de chercheuses et de chercheurs, de journalistes ou du grand public. Que les discours produits soient associés aux discours d’autorité (Monte et Oger, 2015) ou aux discours dits profanes ou populaires (Achard-Bayle et Paveau, 2008), ils participent au débat social. Ce sont ces discours sur les mots moteurs de polémique qui seront au cœur de ce colloque. L’objectif est de réunir des spécialistes de la langue qui, s’inscrivant dans différentes approches (discursives, sociolinguistiques, historiques, lexicographiques, sémantiques, etc.), se pencheront sur ces discours de manière à apporter un éclairage linguistique aux échanges suscités.

Références

Achard-Bayle, Guy et Marie-Anne Paveau (réd.) (2008), Linguistique populaire ? numéro thématique de Pratiques. Linguistique, littérature, didactique, nos 139-140.
Boutet, Josiane (2016), Le pouvoir des mots, Paris, La Dispute.
Monte, Michèle et Claire Oger (réd.) (2015), Discours d’autorité : des discours sans éclat(s) ?, numéro thématique de Mots. Les langages du politique, no 107.

Lire la suite »

Remerciements

Nous remercions le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, la Chaire de recherche UQTR sur le discours et la construction du lien social, ainsi que le Centre de recherche interuniversitaire sur le français en usage au Québec.

Ajouter à mon horaire

Colloque

Section 300 - Lettres, arts et sciences humaines

Responsables

Afficher tous les résumés

Avant-midi

08 h 30 à 12 h 45
Communication orale
Communications orales
Jour 1
Discutant-e- : Noémie Allard-Gaudreau (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières), Véronique Durocher (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières), Roxane Grégoire (UdeS - Université de Sherbrooke), Natalie Melanson Breau (Université de Moncton), Sophie Piron (UQAM - Université du Québec à Montréal), Marie Steffens (Universiteit Utrecht / Université de Liège), Isabelle Violette (Université de Moncton), Albin Wagener (Université Rennes 2)
Batiment : En ligne
Local : En ligne
08 h 30
Mot de bienvenue
08 h 45
Les tabous sociaux, des freins au dévoilement d’une agression sexuelle chez l’enfant lors de l’entrevue d’enquête?
Noémie Allard-Gaudreau (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)
Résumé
09 h 15
« Appelons un chat un chat » : débat autour de l’expression « inconduites sexuelles » dans l’espace médiatique
Véronique Durocher (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)
Résumé
09 h 45
« Les feminazi c’est les pires » : autopsie langagière et enjeux sociaux d’une injure antiféministe
Albin Wagener (Université Rennes 2)
Résumé
10 h 15
Le masculin polémique
Sophie Piron (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Résumé
10 h 45
Pause
11 h 15
Pandémie, polémique et variation : le ou la Covid?
Marie Steffens (Universiteit Utrecht / Université de Liège)
Résumé
11 h 45
Le slogan « Right fiers » : de polémique linguistique à formule discursive
Natalie Melanson Breau (Université de Moncton), Isabelle Violette (Université de Moncton)
Résumé
12 h 15
L'anglicisme vu par les Redditors
Roxane Grégoire (UdeS - Université de Sherbrooke)
Résumé
Afficher tous les résumés

Avant-midi

08 h 30 à 12 h 30
Communication orale
Communications orales
Jour 2
Discutant-e- : Ann-Sophie Boily (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Mireille Elchacar (TÉLUQ - Université du Québec), Isabelle Lévesque (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières), Chiara Molinari (Université de Milan), Laurence Rosier (Université libre de Bruxelles), Stefano Vicari (Università di Genova), Nadine Vincent (UdeS - Université de Sherbrooke)
Batiment : En ligne
Local : En ligne
08 h 30
« À chaque mot suffit sa peine » ou mot polémique, mot dialogique? L'exemple du terme « racisé »
Laurence Rosier (Université libre de Bruxelles)
Résumé
09 h 00
« Minorités visibles » ou invisibles? : une formule aux enjeux polémiques
Chiara Molinari (Université de Milan)
Résumé
09 h 30
La polémique sémantique autour de la formule « racisme systémique »
Isabelle Lévesque (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières), Geneviève Bernard Barbeau (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)
Résumé
10 h 00
Pause
10 h 30
La réconciliation au Canada : généalogie et glissement
Ann-Sophie Boily (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Résumé
11 h 00
De « Indien » à « Autochtone » : évolution de la désignation des membres des Premières Nations et des Inuits par les groupes dominants au Québec du 19e s. à aujourd’hui
Mireille Elchacar (TÉLUQ - Université du Québec)
Résumé
11 h 30
Traitement lexicographique d’emplois polémiques : le cas du mot « woke »
Nadine Vincent (UdeS - Université de Sherbrooke)
Résumé
12 h 00
« Populisme » dans les commentaires sur Youtube : entre dimension conflictuelle et enjeux argumentatifs
Stefano Vicari (Università di Genova)
Résumé