Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.

Le jeudi 30 mai 2019

Il y a, dans les sociétés contemporaines, une sollicitation récurrente à la justice pour gérer les rapports sociaux et les problèmes de la société (Blichner et Molander, 2008; Kaluszinski, 2007; Lemire, Langlois, Noreau et Rondeau, 1998). Cette réponse est apparente, entre autres, dans les situations impliquant la protection des enfants, la violence conjugale, les agressions sexuelles, l’itinérance, les difficultés de santé mentale, etc. Elle a pour effet de créer différents dispositifs d’intervention spécialisés, par exemple des tribunaux spécialisés (Ministère de la Justice, s. d.) ou encore des cellules d’interventions de crise telles que l’équipe de soutien aux urgences psychosociales (Sécurité publique Canada, s. d.). Le développement de ces dispositifs suscite différentes interrogations. Parmi celles-ci, des questionnements peuvent être soulevés relativement aux rôles, aux statuts (reconnaissance, rapports hiérarchiques, etc.) entre les intervenants concernés. Par exemple, il peut être à propos de s’interroger quant aux rôles auxquels adhèrent les acteurs au sein de ces dispositifs impliquant la multiprofessionnalité et quant à ceux qui leur sont attribués. Ces interrogations sont notamment soulevées puisqu’il semble y avoir certaines distinctions dans les écrits au sujet de l’intervention sociojudiciaire en violence conjugale par rapport aux rôles des acteurs concernés selon qu’ils sont appréhendés du point de vue des intervenants psychosociaux ou de celui des intervenants pénaux (voir Groulx, 2002; Lavergne, 1998). Qui plus est, comme la rencontre du social et du judiciaire crée de nouveaux univers de travail, il peut être opportun de se demander si ces univers multidisciplinaires ou interdisciplinaires influencent l’identité professionnelle des intervenants qui y exercent? Le colloque proposé vise à réfléchir à ce type de questions à partir de la perspective psychosociale.

Lire la suite »

Remerciements

Les organisatrices tiennent à remercier toutes les personnes participant à ce colloque et ayant favorisé sa mise en œuvre. Nous tenons particulièrement à souligner le soutien financier de l'Université du Québec en Outaouais dans le cadre du Fonds de soutien à la formation étudiant(e) – ACFAS 2019 qui nous a permis d'embaucher une étudiante afin de nous appuyer dans l’organisation de la journée.

Ajouter à mon horaire

Colloque

Section 400 - Sciences sociales

Responsables

Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 12 h 00
Communication orale
Communications orales
Perspectives de chercheuses relativement à l’intervention sociojudiciaire
Présidence/Animation : Sonia Gauthier (UdeM - Université de Montréal)
Discutant-e- : Audrey-Anne Dumais Michaud (Université Laval), Sonia Gauthier (UdeM - Université de Montréal), Florence Godmaire-Duhaime (UdeM - Université de Montréal), Célyne Lalande (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Batiment : Cégep G.-Roy
Local : 2.319
09 h 00
Mot de bienvenue
09 h 15
Positionnements identitaires des intervenantes en matière d’intervention sociojudiciaire en violence conjugale
Célyne Lalande (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Résumé
09 h 45
Interventions sociales axées sur les droits dans le cas de femmes violentées détentrices de statut migratoire précaire: Enjeux liés aux contacts avec les dispositifs de justice.
Florence Godmaire-Duhaime (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
10 h 15
Pause
10 h 30
Pistes de réflexion sur des moyens pour favoriser la collaboration et la concertation entourant les mesures d’intervention sociojudiciaire en violence conjugale
Sonia Gauthier (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
11 h 00
Le rôle de l’intervenant dans les cours de justice
Audrey-Anne Dumais Michaud (Université Laval), Sue-Anne Macdonald (Université de Montréal)
Résumé

Après-midi

13 h 00 à 14 h 45
Communication orale
Communications orales
Perspectives de praticiennes relativement à l’intervention sociojudiciaire
Présidence/Animation : Célyne Lalande (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Discutant-e- : Nancy Lachance ( CIUSSS Capitale-Nationale), Karine Messier Newman (Carrefour sécurité en violence conjugale), Isabelle Raffestin (UdeM - Université de Montréal)
Batiment : Cégep G.-Roy
Local : 2.319
13 h 00
L’évaluation en quatre axes du besoin de protection et de l’urgence d’agir pour le majeur inapte, présumé inapte ou en situation de vulnérabilité
Nancy Lachance ( CIUSSS Capitale-Nationale), Annick Boivin-Bouchard (Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale), Nadia Gaudet (Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale)
Résumé
13 h 30
Le rôle de l’intervenant social dans un tribunal pour personnes itinérantes
Isabelle Raffestin (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
14 h 00
Pause
14 h 15
Le Carrefour sécurité en violence conjugale : la force de l’agir partenarial pour améliorer la sécurité des victimes de violence conjugale et de leurs proches.
Karine Messier Newman (Carrefour sécurité en violence conjugale)
Résumé
14 h 45
Analyse réflexive d’un CALACS exclu du processus du comité de révision des plaintes en agression sexuelle
Isabelle Bélanger (Organisme communautaire), Émilie Grenon (CALAS de l'Outaouais)
Résumé
14 h 45 à 15 h 45
Panel
Panel / Atelier
Postures et enjeux transversaux des intervenant.e.s psychosociaux au sein de l’intervention sociojudiciaire
Présidence/Animation : Sonia Gauthier (UdeM - Université de Montréal)
Participant-e-s : Audrey-Anne Dumais Michaud (Université Laval), Sonia Gauthier (UdeM - Université de Montréal), Florence Godmaire-Duhaime (UdeM - Université de Montréal), Nancy Lachance ( CIUSSS Capitale-Nationale), Célyne Lalande (UQO - Université du Québec en Outaouais), Karine Messier Newman (Carrefour sécurité en violence conjugale), Isabelle Raffestin (UdeM - Université de Montréal)
Batiment : Cégep G.-Roy
Local : 2.319
16 h 00
Mot de clôture