Imprimer

207 - Présence virtuelle et technologies mobiles pour la santé connectée

Le lundi 27 mai 2019

La qualité, l’accessibilité et la viabilité du système de santé sont au cœur de toute société moderne, mais des défis importants lui sont associés tels que : la population vieillissante, les besoins criants dans les régions éloignées et la volonté de plus en plus répandue de gérer et de contrôler sa propre santé. En parallèle, le monde connaît une croissance rapide des technologies émergentes. Nous sommes maintenant entourés de dispositifs mobiles (téléphones intelligents ou tablettes) qui sont devenus très puissants et qui intègrent de nombreux capteurs abordables. D’autres dispositifs, tels que les technologies de réalité virtuelle et augmentée, deviennent de plus en plus accessibles sur le plan commercial, ce qui permettrait d’en faire l’exploration pour diverses utilisations.

De quelle façon ces évolutions technologiques pourraient-elles nous aider à faire face aux défis actuels en santé? Les technologies de santé connectée peuvent certainement faire partie de la solution, mais plusieurs questions restent sans réponses. En particulier, est-ce que les technologies mobiles peuvent être mises à profit de façon sécuritaire dans une plateforme de santé connectée? Qui plus est, est-ce que les technologies de téléprésence et d’environnements immersifs accessibles permettraient d’offrir des soins de santé à distance?

L’objectif du colloque proposé est de rassembler plusieurs joueurs importants dans le domaine de la santé connectée. Les experts en technologie du secteur privé présenteront leur expérience des diverses technologies afin de discuter de celles qui ont le plus grand potentiel. Des chercheurs de diverses organisations de recherche gouvernementales et universitaires présenteront leurs innovations les plus récentes qui pourraient être intégrées dans la santé connectée de l’avenir. Finalement, les professionnels de la santé viendront discuter de l’utilisation des technologies de santé connectée tout en mettant en relief les défis reliés à son adoption et à son acceptabilité clinique.

Lire la suite »
Remerciements

Le comité organisateur désire remercier nos conférenciers provenant du secteur industriel privé (Gameloft), des institutions académiques (Universités de Sherbrooke, Laval et UQO) et clinique (Institut Douglas), ainsi que des organisations de recherche gouvernementales (Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain, Conseil national de recherches Canada).

Colloque
Section 200 - Sciences naturelles, mathématiques et génie
Responsables
Di Jiang
Conseil national de recherches Canada
Francis Thibault
Conseil national de recherches Canada
David Rivest-Hénault
Conseil national de recherches Canada
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 45 à 12 h 00
Communications orales
Avant-midi
Présidence/Animation : Di Jiang (Conseil national de recherches Canada )
Batiment : UQO A.-Taché
Local : C0426
08 h 45
Mot de bienvenue
09 h 00
Santé connectée: le lien entre la technologie et les soins intelligents
Di Jiang (Conseil national de recherches Canada ), David Rivest-Hénault (Conseil national de recherches Canada), Catherine Pagiatakis (Conseil national de recherches Canada), Francis Thibault (Conseil national de recherches Canada)

Un seul clic de bouton nous sépare d’amis en Australie, mais quelle est la distance entre nous et notre médecin? Entre nous et lui, il y a les salles d'attente des cliniques souvent débordées, le temps d'attente qui se compte souvent en mois, sans mentionner les défis reliés aux personnes vivant en régions éloignées. D’autre part, les téléphones intelligents, les tablettes et les ordinateurs portables sont devenus omniprésents, et l’IoMT, la réalité virtuelle et la réalité augmentée sont en train de devenir commodité. Ainsi, la technologie nous fournit un plateau d'outils pour nous aider à réduire cette distance physique et temporelle. De fait, la télésurveillance de notre santé est une option prometteuse qui prend graduellement sa place dans notre société. Cette notion fait partie d’un concept plus général qu’est la santé connectée que nous abordons dans cette présentation. Nous faisons un survol de l'état actuel ainsi que des défis, espoirs, difficultés et solutions. Nous présentons également les recherches en cours sur la santé connectée au CNRC.

Résumé
09 h 30
La face cachée des appareils mobiles: plus puissant que votre ordinateur personnel?
François Duranleau (Gameloft), Réginald Louis (Gameloft)

Les appareils mobiles sont généralement perçus comme servant à accomplir des tâches routinières (p.ex. naviguer le Web, consulter une carte ou ses réseaux sociaux, téléphonie, photographie), à se divertir avec des jeux casuals ou, dans certains cas, effectuer des tâches spécialisées (p.ex. mesures du battement cardiaque, du stress, etc.). Bien que ceci soit vrai pour certains types d'appareils, les téléphones intelligents et les tablettes sont quant à eux tout aussi versatiles et, jusqu'à un certain point, capables que les ordinateurs personnels. L’industrie du jeu vidéo est connue pour constamment chercher à exploiter au maximum le matériel sur lequel roulent les jeux, particulièrement sur les consoles de jeu et les ordinateurs personnels, mais également sur les appareils mobiles. Nous nous servons ainsi de l’exemple des jeux vidéo pour donner un aperçu de ce que nous arrivons à accomplir sur ces derniers, et montrer tout leur potentiel au delà de la simple portabilité.

Résumé
10 h 00
Rôle de la présence virtuelle et des technologies mobiles dans le soutien aux décisions éclairées des patients
Mélissa Côté (Chaire de recherche du Canada Tier 1 sur la décision partagée et l'application des connaissances), France Légaré (Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la décision partagée et l'application des connaissances)

Les possibilités thérapeutiques et diagnostiques ne cessent de croître. Par conséquent, les professionnels de la santé sont appelés à jouer un nouveau rôle, celui de « courtiers des décisions », et les patients sont appelés à participer activement à la prise de décision concernant leur santé. La décision partagée réfère à un processus nécessitant la participation conjointe du patient et du professionnel de la santé. Celui-ci repose sur des données scientifiques de la plus grande qualité possible et mettre en évidence les risques et les bénéfices de toutes les options disponibles, y compris celle de s’abstenir. De plus, la décision partagée tient compte des valeurs et préférences du patient. Enfin, la décision partagée représente le standard de référence pour le consentement éclairé aux soins.

La décision partagée peut être favorisée les technologies mobiles. Depuis quelques années, les professionnels de la santé et les patients ont intégré diverses technologies mobiles et utilisent des applications santé. Même si ces outils ne peuvent pas remplacer totalement la rencontre clinique, ils peuvent constituer un outil complémentaire utile. Les applications mobiles sont accessibles à tous, ont des procédures faciles à suivre et intègrent les données probantes les plus récentes. Enfin, elles peuvent aider les patients à identifier ce qui est important pour eux afin de personnaliser leur choix et assurer que le système de santé est centré sur la personne.

Résumé
10 h 30
Pause
10 h 45
Les cyber attaques dans le monde médical… Que peut-on faire?
Manon Gaudet (Gouvernement fédéral), Di Jiang (Conseil national de recherches Canada )

Le milieu de la santé est un monde complexe, mais combien important pour tous… Nous y colligeons des tonnes d’information personnelles, que ce soit chez notre médecin personnel, l’hôpital, le pharmacien, le laboratoire, et maintenant à travers les dispositifs médicaux, et les différents portails WEB que nous explorons et souscrivons. D’un logiciel malicieux encodé dans un brin d’ADN, à la simple attaque de type ‘regards par-dessus l’épaule’, tout semble possible… mais qu’en est-il vraiment?

Les données médicales comme toutes les données personnelles représentent une mine d’or pour les attaquants, du simple débutant dans son sous-sol au crime organisé.

Cette présentation permettra de faire une revue des différents segments du domaine de la santé, susceptibles d’être ciblés par des attaques cybernétiques. Un schéma d’interaction sera exploré pour essayer d’en identifier les faiblesses potentielles.

Résumé
11 h 15
Hackons la douleur neuropathique: Développement d’une approche novatrice combinant la réalité virtuelle et les stimulations trans-crânienne et proprioceptives
Marie-Therese Laramee (CIUSSS du Centre-Sud-de-l'île-de-Montréal- Institut universitaire sur la réadaptation en déficience physique de Montréal), Nancy Dubé (IRGLM-CIUSS Centre Sud de l'Ile de Montréal), Mélanie Labelle (Institut universitaire sur la réadaptation en déficience physique), Marie-Therese Laramee (CIUSSS du Centre-Sud-de-l'île-de-Montréal- Institut universitaire sur la réadaptation en déficience physique de Montréal), Cyril Duclos (Université de Montréal)

La présence de douleur neuropathique (DN) est un problème majeur et très fréquent affectant grandement le quotidien et la qualité de vie des personnes ayant une lésion médullaire. Les traitements actuels, pharmacologiques ou non, apportent peu de soulagement à une DN installée. Le développement de nouveaux traitements, répondant à la problématique des usagers et basés sur les évidences, est nécessaire. Dans le cadre de cette étude, une approche novatrice combinant différentes stimulations est proposée. Notre objectif est de tester la faisabilité et l’efficacité préliminaire d’un protocole d’intervention utilisant de façon isolée ou combinée les stimulations visuelles (via la réalité virtuelle), cérébrales non invasives (via la stimulation électrique transcrânienne) et proprioceptives (via des vibrations musculaires) contre la DN sur 5 participants ayant une lésion médullaire. Cette étude pilote de cas multiples est caractérisée par un devis à mesures répétées. Une visite d’évaluation permet de recueillir des données cliniques. Suite à une première session d’essai de matériel, le protocole comprend ensuite 4 sessions d’intervention, dans lesquelles chaque type de stimulation est donné, de façon isolée ou combinée. Ce projet pluridisciplinaire vise ainsi à explorer de nouvelles approches de traitement de la DN et à déterminer l’effet immédiat des différentes stimulations sur l’intensité de cette douleur. Les premiers résultats seront présentés lors du congrès.

Résumé
11 h 45
Discussion
Après-midi
13 h 30 à 16 h 30
Communications orales
Après-midi
Présidence/Animation : Francis Thibault (Conseil national de recherches Canada)
Batiment : UQO A.-Taché
Local : C0426
13 h 30
La réalité virtuelle pour les soins cognitifs : développement collaboratif d’une plateforme multi-sensorielle
Patricia Debergue (Conseil national de recherches Canada), Catherine Proulx (Conseil national de recherches Canada), Anne Cabral (Conseil national de recherches Canada), Nushi Choudhury (Conseil national de recherches Canada)

Les troubles ou dysfonctions cognitives touchent de nombreux individus, de la petite enfance à l’âge adulte avancé. Les évaluations neuropsychologiques traditionnelles présentent des lacunes importantes en ne permettant pas de prendre en compte le fonctionnement de l’individu dans ses activités quotidiennes et dans un environnement naturel complexe. La réalité virtuelle est désormais sérieusement considérée comme alternative ou complément aux méthodes traditionnelles. Son utilisation permet non seulement de pallier au manque de validité écologique mais permet également d’obtenir une quantification objective des réactions comportementales et même physiologiques des individus. Nous présentons une nouvelle plateforme de recherche logicielle exploitant notamment la réalité virtuelle immersive. La plateforme est en cours de validation et d’adaptation pour l’évaluation et la gestion des déficits cognitifs en lien avec des troubles de santé mentale variés. Nous discutons de l’approche retenue de développement collaboratif. Cette approche permet le développement ciblé sur les individus tout en assurant une rigueur et une validité scientifique et maximisant l’adoption clinique. La recherche en cours vise entre autre le développement de contenu minimisant les risques de cybermalaises pour lequel des résultats obtenus sur des participants sains sont présentés. D’autres avenues de recherche ainsi que des exemples d’application sont abordés.

Résumé
14 h 00
Un traitement par exposition à la réalité virtuelle à distance pour les Autochtones. Protocole de preuve de concept d’une thérapie sous forme de télécliniques
Liliana Gomez-Cardona (Institut en santé mentale Douglas), Outi Mantere (McGill University, Psychiatry Department), Di Jiang (Conseil national de recherches Canada ), Robert DiRaddo (Conseil national de recheches Canada), Stéphane Bouchard (UQO - Université du Québec en Outaouais), Muthucumaru Maheswaran (Département de Psychiatrie, Institut Douglas)

Les populations autochtones sont parmi les plus vulnérables aux problèmes de santé mentale pour plusieurs raisons. De plus, les services psychiatriques ne sont pas optimaux dans les régions éloignées (Chachamovich et al. 2015). En réponse à un besoin non comblé de ce type de soins, nous suggérons le traitement cognitivo-comportemental pour le trouble de stress post-traumatique (TSPT) appliqué à distance et combinant l’exposition à la réalité virtuelle (RV). Bien qu’il existe des preuves de l’efficacité de ce traitement et que des outils technologiques soient disponibles, ceux-ci sont peu utilisés. Encore, les thérapies en RV n’ont pas été validées chez des populations Autochtones. Or, la recherche montre que la culture et la langue sont parmi les principaux  déterminants de la santé (Santé Canada 2009). Dans cette communication, nous présentons un protocole pour évaluer l’acceptabilité sociale et culturelle d’un traitement du TSPT par exposition à la RV chez les Autochtones. Nous expliquons les étapes de ce processus en portant une attention particulière aux enjeux éthiques de la recherche en contexte autochtone. Également, nous rendons compte des méthodes (qualitatives et quantitatives) de collecte et analyse des données utilisées pour déterminer l’acceptabilité et l’utilité dudit traitement. Nous montrons comment ces méthodes nous permettent d’identifier le besoin de faire des adaptations culturelles au contenu des scènes en RV, et donc d’améliorer la portée du traitement.

 

Résumé
14 h 30
Pause
14 h 45
Favoriser la collaboration entre les utilisateurs, les milieux de pratique, universitaires et des nouvelles technologies dans le développement d’interventions en cybersanté
Mathieu GOYETTE (UdeS - Université de Sherbrooke), Valérie Aubut (Université de Sherbooke, Campus de Longueuil), Jorge Flores-Aranda (Université de Sherbrooke, Campus de Longueuil), Karine Bertrand (Université de Sherbrooke, Campus de Longueuil), Marianne Saint-Jacques (Université de Sherbrooke, Campus de Longueuil), RÉZO - (Santé et mieux-être des hommes gais et bisexuels, cis et trans)

Le développement d’applications mobiles en santé rend incontournable l’intégration des perspectives et expertises des utilisateurs ainsi que des acteurs des milieux de pratique, universitaires et des nouvelles technologies. Cet état des choses amène des défis entourant la collaboration et la co-construction de savoirs entre les différents acteurs. Cette présentation vise à partager le processus collaboratif mis en œuvre dans le cadre du développement de MONBUZZ.ca, un portail d’intervention brève en ligne destiné aux hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes qui consomment des substances psychoactives. Un comité de développement composé de personnes ayant des profils variés a été formé pour assurer le suivi du projet. Des entrevues semi-structurées ont été menées auprès de 8 membres de ce comité et ont porté sur différents thèmes (p. ex., leur participation, leur(s) rôle(s) et le processus de prise de décisions). L’analyse thématique soulève l’importance de certaines attitudes personnelles, de stratégies de clarification des rôles, de gestion des rencontres et du projet dans son ensemble afin de favoriser un climat d’ouverture et d’engagement envers le projet. Des stratégies sont également proposées pour pallier les défis rencontrés. Les constats et recommandations tirés de cette expérience sont mis en relief à la documentation scientifique et transposés à la planification d’un projet en cours portant sur l’adaptation de l’application mobile Stop-Cannabis.

Résumé
15 h 15
Déterminisme réciproque entre l’anxiété et le sentiment de présence en réalité virtuelle
Stéphane Bouchard (UQO - Université du Québec en Outaouais), Geneviève Robillard (Université du Québec en Outaouais)

Le sentiment de présence ressentie lors des immersions en réalité virtuelle (RV) est considéré par plusieurs comme un facteur important pour expliquer son efficacité dans le traitement des troubles d’anxiété. Ainsi, les études montrent qu’anxiété et présence sont fortement corrélées. Nous avons effectué deux études expérimentales pour examiner le sens de la relation causale entre ces deux construits. Dans un premier temps, nous avons expérimentalement manipulé l’anxiété chez 31 adultes anxieux en induisant, dans un ordre contre balancé, de l’anxiété ou non lors de l’immersion en RV. Les analyses montrent que la procédure a été efficace (F d’interaction pour l’anxiété = 14.64, p < .05), et qu’induire de l’anxiété mène à une augmentation statistiquement significative du sentiment de présence (F d’interaction pour la présence = 4.01, p < .05). Dans un second temps, 33 adultes anxieux ont été immergés en RV alors que, dans un ordre contre balancé, le sentiment de présence a été manipulé pour être fort ou faible. La manipulation a aussi été efficace (F d’interaction pour la présence = 8.75, p < .05), et l’induction d’un sentiment de présence plus élevé mène à plus d’anxiété (F d’interaction pour l’anxiété = 12.73, p < .05). Les résultats sont discutés sous l’angle d’une relation de déterminisme réciproque (bidirectionnalité) entre l’anxiété et la présence, du moins chez les adultes anxieux.

Résumé
15 h 45
Prédiction des cybermalaises liés à l'usage de la réalité virtuelle
David Roy (Conseil national de recherche du Canada), Jordan Hovdebo (Conseil national de recherches Canada), Rola Harmouche (Conseil national de recherches Canada)

Avec le fleurissement des applications à base de réalité virtuelle,  sont apparus les cybermalaises, qui touchent certaines personnes à des degrés divers, allant d’un simple inconfort à la nausée en passant par des maux de tête ou de la sécheresse oculaire.

Notre recherche porte sur les applications médicales de la réalité virtuelle, visant la santé cognitive et comportementale. Dans ce contexte, nous enregistrons les mouvements des mains et de la tête des participants à très petits intervalles de temps, nous permettant d’étudier le comportement de ces derniers dans différents scenarios de réalité virtuelle.

Ce projet a pour objectif de développer et entraîner un réseau de neurones à partir des mouvements connus de différents participants, affectés ou non par une forme de cybermalaise. Ce réseau de neurones servira ensuite à prédire l’apparition des symptômes en temps réel, en fonction des mouvements courants.

Résumé
16 h 15
Discussion
16 h 30
Mot de clôture