Imprimer

528 - Les écrits professionnels : enjeux socioéconomiques et enjeux de formation

Le jeudi 11 mai 2017

Bien que les écrits professionnels soient cruciaux dans notre société et se situent au cœur des activités quotidiennes des travailleurs, un écart s’observe entre les attentes des employeurs et la capacité à communiquer par écrit des diplômés du postsecondaire (MELS et MESRST, 2013). Qu’on les nomme « écrits utilitaires » ou « écrits fonctionnels », ces textes ont pour but, entre autres, de transmettre un message d’information ou d’incitation à l’action (courriel, argumentaire de vente, manuel d’utilisateur, etc.) ou de reconstruire des pratiques (rapport d’intervention, rapport d’incident, notes d’évolution, etc.). Le scripteur, en dehors de l’exploitation du potentiel épistémique et heuristique de l’écriture (Blaser, Saussez et Bouhon, 2014), écrit pour être compris, avec une écriture de type communicationnel associée à l’accomplissement d’un mandat (Beaudet et Rey, 2012). Des enjeux socioéconomiques de différents ordres entrent en ligne de compte, et les acteurs concernés peuvent être tout aussi influents que nombreux. Les écrits professionnels servent alors, par exemple, à défendre une image professionnelle ou identitaire, à sceller une entente ou à soutenir une preuve à la cour. Conséquemment, il importe de former les futurs travailleurs à l’écriture professionnelle en tenant compte de ces enjeux et de contribuer de manière efficace au développement de la compétence à produire des écrits professionnels attendue dans l’exercice d’un métier ou d’une profession (Pelletier et Lachapelle, 2016). Qui plus est, il s’avère pertinent de se demander comment y parvenir dans un contexte où les difficultés des étudiants de niveau postsecondaire à produire les écrits demandés dans toutes les disciplines sont notables et en appellent à la nécessité de mesures de soutien (Donahue, 2008; Pollet, 2001; Thyrion, 2011). Les pratiques d’accompagnement devraient reposer sur la mise en place d’activités disciplinaires pertinentes, comportant des tâches qui s’inscrivent dans des contextes spécifiques et qui concernent différents types d’écrits. Il s’agirait en somme de « transformer la part langagière du travail en contenus didactiques » (Adami et André, 2012).

Lire la suite »
Colloque
Section 500 - Éducation
Responsables
Cégep de Sherbrooke
UdeS - Université de Sherbrooke
UdeS - Université de Sherbrooke
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 30 à 12 h 20
Communications orales
Enjeux de formation : identité, genre et langue
Présidence/Animation : Julie Pelletier (Cégep de Sherbrooke)
Discutant : Guillaume Lachapelle (Cégep de Sherbrooke)
Batiment : (BR) BRONFMAN
Local : (BR) 151
08 h 30
Mot de bienvenue
08 h 40
Didactique de l’écrit professionnel, identité narrative et construction de l’identité professionnelle
Olivier Patris (Haute Éole Charlemagne)

Cette communication articulera la présentation de dispositifs d'enseignement-apprentissage, l'analyse des résultats obtenus grâce à ces dispositifs et une réflexion théorique portant sur la didactique de l'écrit professionnel.

Les dispositifs qui seront présentés ont été conçus et expérimentés dans le cadre d'activités d'apprentissage en rédaction professionnelle destinées aux étudiants des Bacheliers Assistant de direction et Gestion hôtelière de la Haute École Charlemagne à Verviers en Belgique. Ces dispositifs permettent aux étudiants de développer leurs compétences en rédaction professionnelle tout en travaillant à la construction de leur identité professionnelle. Pour atteindre ce double objectif, les séquences didactiques proposées alternent la pratique de la rédaction professionnelle lors de stages en entreprise et des activités d'apprentissage en classe de français. Au cœur de ces dispositifs, on trouve la notion d'identité narrative, telle que l'ont notamment théorisée Paul Ricœur (1990) et David Carr (1992). Cette notion permet notamment d'alimenter, lors d'ateliers d'écriture, le travail de rédaction grâce à l'analyse d'extraits d'œuvres de fiction.

La présentation de chaque dispositif didactique donnera lieu à une réflexion sur l'évaluation des résultats obtenus et cherchera à s'inscrire dans une réflexion plus large sur la didactique de l'écrit professionnel et l'apprentissage des processus d'écriture de haut niveau.

Résumé
09 h 10
Discussion
09 h 20
L’activité d’appropriation des écrits de métier en formation professionnelle du secondaire par des élèves non diplômés
Isabelle Rioux (UdeS - Université de Sherbrooke)

On retrouve, dans le discours social au Québec, présence d’une forte demande pour une hausse des compétences communicationnelles. En réponse à cette demande sociale, la formation professionnelle (FP) québécoise fait face à de nombreux défis en lien avec l’écrit. Notamment, une partie de sa population est composée d’adultes non diplômés dont le rapport particulier à l’écrit (Lahire, 1991; Balcou-Debusche, 2004) est susceptible de freiner la participation à la FP. Ce projet doctoral a pour objectif général de mieux comprendre l’activité d’appropriation des écrits de métier par des élèves non diplômés fréquentant la FP. La méthodologie envisagée est une étude de cas d’un programme de FP, choisi de concert avec les personnes intervenantes d’un centre de formation professionnelle, pour lequel la question de l’écrit semble poser défi auprès des élèves inscrits non diplômés. Ce projet de recherche doctoral est rendu possible grâce au financement du Fonds de recherche du Québec-Société et culture (FRQSC) et du Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MÉES).

Résumé
09 h 50
Discussion
10 h 00
Accompagner l’écriture des genres textuels dans sa discipline : retombées d’un programme de collaboration université-cégep
Stéphanie LANCTÔT (UdeS - Université de Sherbrooke), Christiane Blaser (UdeS - Université de Sherbrooke)

Le projet Écrits en chantier, issu d’un programme de collaboration Université-Cégep (PCUC), a été mené par une équipe constituée d’enseignants du collégial ainsi que de professeurs et d’étudiantes de l’Université de Sherbrooke de 2012 à 2016. S’inscrivant dans le courant de recherche des littéracies universitaires (Delcambre et Lahanier-Reuter, 2010; Pollet 2001, 2014), le projet visait à former et à outiller des enseignants d’établissements collégiaux non spécialistes de la langue à mieux encadrer et soutenir leurs étudiants dans la lecture et la production des genres de textes propres à leur discipline, dont des écrits professionnels. L’équipe d’Écrits en chantier a ainsi élaboré divers dispositifs de formation centrés sur l’appropriation des genres textuels (Bronckart, 1996; Chartrand, Émery-Bruneau et Sénéchal, 2015; Schneuwly, 1995). C’est dans ce contexte qu’a d’abord pris forme un cours de 2e cycle, DID875 – Accompagner l’écriture des genres dans sa discipline, puis des ateliers de formation offerts par l’entremise de l’Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC) ainsi qu’un cours de 3e cycle DED903 – Lire et écrire pour mobiliser la recherche au profit de l’intervention. Toutes ces formules ont pour objectif de stimuler une réflexion sur l’importance du genre textuel dans la production d’écrits. Dans cette communication, nous présenterons les fondements d’Écrits en chantier, ses retombées et les perspectives de recherche ultérieures.

Résumé
10 h 30
Discussion
10 h 40
Pause
11 h 00
La préparation à la rédaction de genres de la sphère académique, un enjeu pour les études supérieures en recherche
Olivier Dezutter (UdeS - Université de Sherbrooke), Jaci Brasil Tonelli (Université de Sao Paulo), Eliane Gouvêa Lousada (Université de Sao Paulo)

Au sein du domaine général de la littératie académique, nous avons proposé (Lousada et Dezutter, 2016) de classer les textes produits dans le contexte universitaire en deux sphères selon le statut des scripteurs et la visée des textes. À l’intérieur de la sphère universitaire, les étudiants exercent leur métier d’étudiant et apprennent le futur métier qu’ils exerceront dans la vie professionnelle; pour ce faire, ils produisent les textes demandés par les professeurs et évalués par eux. À l’intérieur de la sphère académique, les professeurs-chercheurs exercent leur métier de formateur et de chercheur, et produisent une série de textes à objectifs multiples. 

À l’intersection des deux sphères nous situons les productions des étudiants des programmes de formation à la recherche (maîtrise ou doctorat) telles l’avant-projet de recherche, l’article scientifique et le mémoire ou la thèse, dont le but est d’apprendre le métier de chercheur et de se faire reconnaître en tant que tel. Nous présenterons les résultats d’une enquête réalisée auprès d’étudiants brésiliens à propos de leurs représentations associées à ces genres ainsi que le travail réalisé dans le cadre d’un cours spécifique offert aux étudiants et centré sur la rédaction des genres académiques. Ce cours est basé sur les travaux relatifs à l’analyse des discours de Bronckart (1999) et à la didactisation des genres (Dolz, Pasquier et Bronckart, 1993; Schneuwly et Dolz, 2004).

Résumé
11 h 30
Discussion
11 h 40
Travailler la syntaxe dans les formations à l’écrit professionnel
Françoise Boch (Université Grenoble Alpes (France)), Julie Sorba (Université Grenoble Alpes)

Dans un premier temps, notre étude dresse un état des lieux des compétences syntaxiques de jeunes adultes francophones futurs professionnels, la gestion de la syntaxe (phrastique et textuelle) étant une composante forte (et peu documentée) de la compétence linguistique nécessaire à la rédaction d’écrits professionnels. À cette fin, nous avons analysé les résultats d’une expérimentation menée en 2015 auprès de 366 étudiants ayant passé un test en français écrit (Certificat en Compétences Rédactionnelles, cf. http://www.linksium.fr/projet/certiredac/). 

Réalisé par notre laboratoire à partir des travaux disponibles en littéracie avancée (cf. notamment Rinck et Sitri, 2012), ce certificat évalue finement les compétences de tout adulte francophone dans le domaine de l’écrit professionnel (pour le détail de l’architecture du test et ses principes de fonctionnement, cf. Boch, Sorba & Bessonneau, 2016). 

L’analyse a permis de mettre en lumière les points de résistance dans le domaine syntaxique tels que la difficile gestion de l’anaphore textuelle et le délicat maniement de la coréférence entre une participiale et une proposition principale. 

Ces résultats nous ont amenés, dans un second temps, à construire des démarches et des outils pédagogiques adaptés à des formations destinées à des publics adultes ciblant la dimension linguistique (et en particulier syntaxique) des écrits professionnels. Ces outils seront présentés et soumis à la discussion lors de la communication.

Résumé
12 h 10
Discussion
Dîner
12 h 20 à 13 h 30
Dîner
Dîner
Batiment : (BR) BRONFMAN
Local : (BR) 151
Après-midi
13 h 30 à 15 h 15
Communications orales
Enjeux socioéconomiques : des défis dans différents contextes
Présidence/Animation : Julie Pelletier (Cégep de Sherbrooke)
Discutant : Olivier Dezutter (UdeS - Université de Sherbrooke)
Batiment : (BR) BRONFMAN
Local : (BR) 151
13 h 30
Français écrit au collégial et marché du travail : habiletés jugées essentielles et représentations professionnelles importantes
Julie Pelletier (Cégep de Sherbrooke), Guillaume Lachapelle (Cégep de Sherbrooke), Godelieve Debeurme (Université de Sherbrooke)

La communication présentera les résultats de la recherche Français écrit au collégial et marché du travail (Pelletier et Lachapelle, 2016), où le concept de la compétence scripturale (Dabène, 1987 et 1991; Charaudeau, 2001) a été revisité à travers la compétence à produire des écrits professionnels attendue dans l’exercice d’un métier ou d’une profession (CPEP). Une méthodologie mixte reposant sur une série d’enquêtes par sondage et par entretien ainsi que sur l’analyse de documents officiels a permis d’établir certains constats au regard de divers programmes techniques du collégial (Techniques policières, Soins infirmiers, Graphisme, Technologies du génie électrique et Techniques administratives). Il s’avère notamment que la contribution de la formation spécifique de ces programmes, celle de non spécialistes de la langue, est plutôt lacunaire en ce qui a trait aux habiletés jugées essentielles par les employeurs, comme celles de rédiger avec pertinence, clarté, précision, objectivité et en conformité aux normes linguistiques et de présentation de texte ou encore d’adapter les écrits au destinataire. Or, ces habiletés sont inhérentes aux enjeux de respect d’obligations légales, de crédibilité, d’image professionnelle et d’efficacité auxquels les futurs travailleurs seront confrontés au quotidien et autour desquels doivent se forger leurs représentations professionnelles (Guillot, 2011; Abric, 2003; Beckers, 2007).

Résumé
14 h 00
Discussion
14 h 10
La formation aux écrits professionnels dans un contexte de nouvelles contraintes et de nouvelles normes : le cas des éducateurs de la PJJ (Protection judiciaire de la jeunesse)
Martine Morisse (Université de Vincennes Saint Denis (Paris 8)), Céline MATUSZAK (Université de Lille)

Dans le cadre d'un projet co-financé par la Direction de la protection judiciaire de la jeunesse et la MESHS de Lille, des chercheurs, provenant de disciplines différentes, ont analysé cette écriture adressée aux magistrats dans un contexte professionnel contraint par des décisions judiciaires et porté par des valeurs éducatives. C'est devant un paradoxe que l'éducateur fait des choix d'écriture, construit une stratégie argumentative pour dire l’évolution du jeune dont il assure le suivi et se situe dans le cadre de l'aide à la décision judiciaire auprès du magistrat. L’instance de formation a donc un rôle à jouer dans la compréhension de ces logiques identitaires, menacées par un manque de partage d’une identité commune. La réflexivité des éducateurs sera au cœur de notre communication, au sein de « communautés de pratique » (Wenger, 2005), en tentant de lever un défi à la fois épistémique, didactique et politique.

Résumé
14 h 40
Discussion
14 h 50
Pause
15 h 15 à 17 h 00
Panel
Points de vue d’acteurs influents
Présidence/Animation : Julie Pelletier (Cégep de Sherbrooke)
Discutant : Olivier Dezutter (UdeS - Université de Sherbrooke)
Batiment : (BR) BRONFMAN
Local : (BR) 151
15 h 15
Table ronde sur l’importance de la qualité des écrits professionnels
Guillaume Lachapelle (Cégep de Sherbrooke)
16 h 45
Mot de clôture