Imprimer

20 - Inclusion scolaire : les transformations de l'école

Du mardi 26 au mercredi 27 mai 2015

L’inclusion scolaire est souvent définie comme une philosophie et un ensemble de pratiques pédagogiques permettant à tous les élèves d’apprendre et de pleinement participer à la vie de l’école. L’inclusion n’est pas une focalisation sur un ou des élèves pour qui le curriculum est adapté et à qui un travail différent ou une assistance supplémentaire sont donnés. Ce ne serait également pas une manière d’assimiler les élèves à besoins spécifiques aux formes scolaires classiques. Il s’agirait plutôt d’un processus (et non un état) dans lequel l’école essaie de répondre aux besoins de tous. L’inclusion scolaire supposerait donc un changement paradigmatique par le transfert à l’école ordinaire des besoins particuliers de l’élève. Ainsi, ces changements ne concerneraient pas uniquement les pratiques des enseignants mais l’ensemble des dimensions scolaires.

Dans le cadre de ce symposium, on traitera des implications relatives à l’émergence de l’inclusion scolaire en utilisant le concept de dispositif (Foucault, 1977; Tremblay, 2012). Une analyse des transformations induites par l’inclusion scolaire sera le point central du colloque pquisque en rapport aux six composantes d’un dispositif : 1) les objectifs et finalités; 2) la population; 3) les ressources (qualité, quantité, organisation); 4) les actions prévues et entreprises; 5) les effets (efficacité, efficience, fiabilité, impacts); et 6) l’espace-temps.

Ces six composantes subissant une transformation profonde seront analysées sous deux axes comparatifs (le temps et l’espace). En ce qui concerne le premier axe, nous analyserons les transformations dans le temps induites par ce passage à l’inclusion scolaire. Pour le second axe, nous nous baserons sur des exemples issus de différents contextes scolaires (Québec, Suisse, Belgique et France) pour illustrer ces transformations. À cet effet, nous nous appuierons sur les résultats de différents travaux menés dans ces pays dans une confrontation des contextes éclairant les enjeux de l’inclusion.

Lire la suite »
Colloque
Enjeux de la recherche
Responsables
Université Laval
UCP-Université de Cergy-Pontoise
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
09 h 00 à 09 h 15
Communications orales
Ouverture du colloque
Présidence/Animation : Line NUMA-BOCAGE (UCP-Université de Cergy-Pontoise )
09 h 00
Mot de bienvenue
09 h 15 à 10 h 15
Communications orales
Conférence 1
Présidence/Animation : Philippe Tremblay (Université Laval)
09 h 15
Dispositifs et inclusion scolaire : une transformation paradigmatique
Philippe Tremblay (Université Laval)
10 h 00
Discussion
10 h 45 à 12 h 15
Communications orales
La population et les objectifs/contexte
Présidence/Animation : Sabine Kahn (ULB - Université Libre de Bruxelles)
Discutant : Nathalie Trépanier (UdeM - Université de Montréal)
10 h 45
Discrimination scolaire récurrente des élèves en situation de précarité 
Lise Gremion (HEP-BEJUNE - Haute école pédagodique de Suisse romande)

Autour de la signature du Civil Rights Act de 1964 aux USA paraissent les résultats d'enquêtes qui cherchent à comprendre et enrayer la discrimination sociale. Ces recherches et celles qui les ont suivies tant en Amérique qu'en Europe, ont contribué, depuis 50 ans à préparer le terrain de l'inclusion scolaire et le développement d'une culture de non-discrimination.Pourtant, force est de constater, que la discrimination plus particulière des garçons, des enfants de milieux défavorisés et de minorités culturelles perdure malgré les déclarations internationales, les réformes scolaires et les modifications législatives.Diverses recherches montrent même que les inégalités de traitement de ceux qui sont à la fois pauvres et font partie de groupes minoritaires se sont encore accentuées et que l'ignorance de ce phénomène pourrait mettre en péril la cohérence sociale dans les pays occidentaux (Rist 2002).

En réponse à ce défi, des acteurs scolaires, des écoles, parfois même des états proposent des modèles qui promeuvent avec succès une école plus égalitaire qui offre à chaque élève la possibilité du développement de son potentiel. Au travers des résultats d'une filiation de recherches ethnométhodologiques, la présentation propose d'interroger la capacité de l'institution scolaire à promouvoir une pédagogie de l'accueil de tous les élèves. 



Résumé
11 h 15
Pour une inclusion dans l'école par une inclusion dans la classe : études de cas au collège en Martinique
Marie Line FANEL (Collège Emmanuel SALDES), Marajo MICHELINE (Conseillère d’orientation-psychologue)

Le collège Emmanuel SALDES est classé Réseau d'Education Prioritaire (REP+). Ce classement s'appuie sur le taux important de CSP défavorisé et sur les résultats scolaires. Il met en évidence la forte hétérogénéité des niveaux scolaires. Les familles ont des modes de vie et une culture éloignés de ceux des enseignants.

Notre communication cherche à illustrer et à discuter des changements dans l'école ordinaire, lorsqu'elle cherche à prendre en compte les besoins particuliers des élèves dans une démarche d'inclusion (loi de 2005). Nous mettrons l'accent sur les composantes : objectifs, finalités, population et ressources du concept de dispositif TREMBLAY (2012).

Les projets et actions éducatifs sont mis en œuvre par des groupes de 2 ou 3 enseignants ayant selon le groupe une approche classique ou innovante.

Pour favoriser l'inclusion de tous les élèves dans la classe, les stratégies pédagogiques et éducatives sont développées. Elles ont pour objectifs de donner, à chaque élève, les moyens de réussir son projet d'orientation et de formation, sortir le collège de son isolement, en s'appuyant sur un réseau cohérent de partenaires.

3 études de cas illustrent cette démarche :

Externalisation de la prise en charge (Leny) prévention du décrochage vers la persévérance scolaire

Démarche de co intervention  au profit de l'élève et formation des enseignants (AEXANDRE ET GROZY)

Mise en cohérence d'une action collective de la communauté éducative (Xavier)



Résumé
11 h 45
Médiation grammaticale en contexte réunionnais : école inclusive et sécurisation linguistique
Philippe CLAUZARD (Université de La Réunion)

La situation linguistique sur l'île de la Réunion est particulière : une coexistence du créole et du français en termes de diglossie. Le créole réunionnais est limitéàla sphère privée ou informelle, l'usage du français relevant de la sphère publique et officielle. La parole réunionnaise se caractérise aussi de nos jours par le mélange du créole et du français, qui influe nécessairement sur les apprentissages desélèves et la maîtrise de la langue française selon les attendus du curriculum standard. On pourrait y voir une des raisons d'unéchec scolaire massif du fait d'un bilinguisme non autorisédans les pratiques de classe. Pourtant, le parler créole n'est pas handicapant, c'est le système scolaire français qui handicape le potentiel scolaire de l'élève réunionnais. La médiation grammaticale enécoleélémentaireàla Réunion montre une singularitéqui interroge le modèle développédans nos précédentesétudes sur le territoire métropolitain. Nous faisons l'hypothèse que la conceptualisation de faits grammaticaux, observée dans des glissements conceptuels (Clauzard, 2008), est contrariée: le passage d'une langue outil de communication,àdimensionépilinguistique,àune langue objet de dimension métalinguistique, diffère. En quoi la médiation grammaticale enécoleélémentaire se singularise-t-elle dans un espace créolophone comme celui de la Réunion ? Quelle réponse inclusive de sécurisation linguistique dans les apprentissages est-il possible d'apporter auxélèves réunionnais ?



Résumé
Après-midi
13 h 15 à 15 h 00
Communications orales
Les ressources
Présidence/Animation : Philippe Tremblay (Université Laval)
Discutant : Isabelle NEDELEC TROHEL (Université de Picardie)
13 h 15
De l'exclusion à l'inclusion : la « discuthèque » comme espace de médiation au collège
Michaël VAUTHIER (Université de La Réunion)

En référence à la Circulaire d'orientation et de préparation de la rentrée 20131, à savoir « atteindre des objectifs ambitieux de réduction du décrochage scolaire », une réflexion est

menée à plusieurs niveaux de l'institution afin de lutter contre cette forme d'exclusion. Pour ces enfants qui ont envie de savoir, mais non d'apprendre et de penser, l'objectif à est de les accompagner dans un véritable parcours d'inclusion qui saurait répondre aux besoins, non seulement de ces élèves, mais de l'ensemble de la communauté

éducative. Ainsi le terme d'inclusion implique une appartenance pleine et entière à la communauté scolair, ce qui nécessite un processus d'adaptation, voire

de transformation de cette dernière. Dans un collège de l'île de La Réunion, a été crée un dispositif innovant dénommé discuthèque par une collégienne participante. A partir de cet espace de transition, nous analyserons les impacts et les transformations induites dans le temps au sein de l'établissement par un tel dispositif. Nous présenterons de manière détaillée le dispositif dans son environnement. Nous nous appuierons sur un recueil de données qualitatifs par entretiens et quantitatifs par questionnaires aux élèves et personnels de l'établissement. L'analyse des bilans des élèves en fin de session, nous permettra de préciser les enjeux du dispositif, en terme de mieux-être de l'enfant et de socialisation de l'élève apprenant au sein de la communauté éducative, dans un « mieux vivre ensemble » (Fortin J, 2001).

Résumé
13 h 40
Rôle de la formation dans l'évolution des représentations des futurs enseignants relatives à l'intégration scolaire
Serge Ramel (Haute école pédagogique du canton de Vaud )

Ces deux dernières décennies, les recommandations internationales ont fait de l'intégration et de l'inclusion scolaire une thématique prioritaire. Or, les avancées en la matière restant modestes, la formation initiale est perçue comme essentielle pour amener les futurs enseignant‑e‑s pour développer des attitudes ouvertes envers les élèves en situation de handicap ou ayant des besoins éducatifs particuliers.

Notre recherche porte sur deux populations de futurs enseignant‑e‑s en début, au milieu ou en fin de formation. Elles sont composées respectivement de 261 étudiant-e-s se destinant à l'enseignement primaire et de 212 étudiant-e-s se destinant à l'enseignement secondaire. La recherche vise à mettre en évidence l'intervention de leur pensée représentative dans leurs prises de position envers l'intégration scolaire.

Nos résultats montrent que l'objectivation reste essentialiste et se focalise sur les prototypes de situations de handicap les plus médiatisés. Nos résultats font également fait apparaître la faiblesse du dispositif de formation tel que perçu les futurs enseignant‑e‑s. Bien que la formation soit jugée insuffisante par les étudiant‑e‑s, elle oriente néanmoins favorablement leurs prises de position envers l'intégration des élèves concernés. En particulier, une plus grande pratique de stage, si modeste soit-elle, a un effet important sur ces dernières.



Résumé
14 h 05
L'inclusion scolaire contre la liberté? Former des enseignants à la problématique du décrochage scolaire
Philippe BONGRAND (UCP - Université de Cergy-Pontoise)

Notre communication présente la conception et la mise en oeuvre d'une séquence pédagogique qui demande à des professeurs d'élucider les différents facteurs (sociaux, scolaires) en cause dans les trajectoires d'un adolescent décrocheur. L'enquête porte sur les productions écrites et interventions orales des professeurs. Elle montre que cette séquence, alors qu'elle vise à prévenir le décrochage en suggérant aux enseignants des pratiques inclusives, peut également susciter l'impression que l'inclusion exprimerait une incapacité de l'institution scolaire à admettre le refus des élèves. A cette échelle microsociologique, les objectifs et finalités de l'action entreprise peuvent ainsi être confrontés à certains effets inattendus.

Résumé
14 h 30
Inclusion scolaire et ETJP : pour une formation des enseignants à la prise en charge des jeunes AVK-dépendants
Line NUMA-BOCAGE (UCP-Université de Cergy-Pontoise ), Fanny BAJOLLE

L'éducation thérapeutique du patient se décline de manière particulière lorsqu'elle s'adresse à de jeunes patients. Le service de cardio-pédiatrie de l'hôpital Nécker (France) développe un dispositif tout à fait original pour accompagner l'éducation de patients AVK dépendants et normalement scolarisés (Bajolle, 2008). Depuis trois ans nous analysons cette activité dans une perspective de didactique professionnelle (Pastré, 2002) afin d'en dégager des formes d'amélioration possibles. Il apparait que l'activité menée par le docteur Bajolle dans l'animation de ce dispositif s'appuie sur des ressources qui visent à rendre les patients autonomes dans la prise en charge de leur maladie. Parmi ces éléments, le dialogue avec les familles s'est progressivement développé autour d'outils qui deviennent des instruments psychologiques (suivi téléphonique, fiche médicale, carnet de suivi, séances d'ETJP, jeux…) L'analyse de ces moyens et ressources sont à rapprocher de l'action de l'enseignant. Nous identifions dans ces pratiques des concepts pragmatiques qui favorisent la confiance des jeunes patients et de leur famille et qui participent de notre point de vue de l'efficience du développement de l'autonomie dans la gestion que fait le jeune de sa maladie.



Résumé
14 h 45
Formation professionnelle des enseignants et inclusion universitaire en France et au Gabon
Bertille AVOMO ENGO (UCP - Université de Cergy-Pontoise)

La présente recherche est élaborée dans le cadre d'un travail de thèse de doctorat en sciences de l'éducation portant sur le processus de formation et d'insertion professionnelle. Elle a pour principal objectif  l'analyse de la formation professionnelle des professeurs stagiaires évoluant dans un contexte culturel différent (Gabon/France). Il s'agit de décrire et d'analyser les dispositifs et pratiques pédagogiques d'enseignement avec une attention portée aux difficultés rencontrées et décrites par les apprenants en vue de renseigner les conditions de construction de dispositifs éducatifs de formation des formateurs. L'initiative d'une inclusion universitaire,  processus novateur consistant en une transformation forte de l'institution (université) afin d'adapter les conditions d'apprentissage et pratiques pédagogiques à l'apprenant, reste l'une des améliorations proposées à travers cette recherche. Nous adoptons une approche  descriptive et analytique (questions ouvertes ; entretiens et observations directes). Nos 2 échantillons sont constitués de 30 sujets chacun. Les premiers résultats confirment  le malaise existant d'une part, au sein des  systèmes éducatifs gabonais et français tant au niveau de la perception des stagiaires des pratiques pédagogiques des enseignants qu'au  niveau des conditions matérielles d'apprentissage. Les apprenants revendiquent une véritable inclusion de l'université (changement des dispositifs).

Résumé
15 h 00 à 16 h 00
Panel
Table ronde - Activité commune
16 h 00 à 18 h 00
Cocktail
Cocktail
Afficher tous les résumés
Avant-midi
09 h 00 à 09 h 45
Communications orales
Conférence 2
Présidence/Animation : Sabine Kahn (ULB - Université Libre de Bruxelles)
09 h 00
Dispositifs et différenciation : les risques
Sabine Kahn (ULB - Université Libre de Bruxelles)
09 h 30
Discussion
09 h 45 à 12 h 15
Communications orales
Les actions et les effets (partie 1)
Présidence/Animation : Nancy Granger (UdeS - Université de Sherbrooke)
Discutant : Lise Gremion (HEP-BEJUNE - Haute école pédagodique de Suisse romande)
09 h 45
Le modèle de la « réponse-à-l'intervention » axé sur l'inclusion : vraiment?
Nathalie Trépanier (UdeM - Université de Montréal), France Beauregard (UdeS - Université de Sherbrooke), Marie-Pierre FORTIER (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Dans le domaine de l'éducation, le modèle ou l'approche de la «réponse-à-l'intervention» (RAI) est grandement valorisé en Amérique du Nord depuis une quinzaine d'année. De façon générale, la RAI soutient le développement de pratiques d'intervention différenciées, sur le plan des apprentissages de base et des comportements, en contexte d'inclusion scolaire.

Si ces pratiques servent de filtres pour identifier les élèves qui nécessitent des évaluations spécialisées, elles leur en limitent dorénavant complètement l'accès. Il s'avère dès lors impossible de prévenir l'apparition de difficultés scolaires plus importantes qui pourraient nécessiter des actions concertées auprès de l'élève ou de sa famille, sur une base ponctuelle ou sans délais, liés à l'application de programmes particuliers. Notre proposition présentera en quoi l'application systématique de la RAI peut contribuer à marginaliser davantage certains élèves, plutôt qu'à leur faire vivre des succès en contexte d'inclusion scolaire.



Résumé
10 h 15
Le point sur les dispositifs d'inclusion scolaire en France
Pascale PONTÉ (ESPÉ-de Versailles Université de Cergy Pontoise ), Philippe BONGRAND (UCP - Université de Cergy-Pontoise)

Il s'agira pour cette présentation de présenter un bilan intermédiaire d'une étude conduite depuis deux ans auprès d'un groupe d'enseignants volontaires pour travailler sur une prévention de la difficulté d'entrée dans les apprentissages scolaires, au travers de pratiques enseignantes en matière d'espace et de temps.

 

Cette recherche a été conduite dans le cadre d'une Recherche-Intervention (Mérini,Ponté 2009). Cette R-I s'inscrit dans le cadre du plan départemental de formation. Et s'attache à avoir une approche réflexive sur une pratique visant la réussite et la valorisation des élèves de maternelle.

 

Suite au protocole propre à la RI les enseignants se sont dotés d'outils qu'ils se proposent de mettre en expérimentation dans leurs établissements.

Ces outils entre autres s'appuient sur les travaux de Ricoeur (1991) et Bruner (2000) et l'identité narrative à l'œuvre dans la construction de soi. (PONTE 2004).

 

Cette communication s'attachera donc à présenter le travail d'élaboration et l'appropriation par les enseignants d'un certain nombre de contingences qui semblent les avoir fait changer de paradigme : d'une posture de constat d'incapacité à une posture d'encouragement et de possible.



Résumé
11 h 15
Pratiques inclusives et situation de co-intervention dans un collège français : des effets d'un dispositif conjoint Ulis-Classe
Isabelle NEDELEC TROHEL (Université de Picardie)

Dans un collège français, nous enquêtons sur un dispositif d'inclusion adressé à des élèves présentant des troubles des fonctions cognitives ou mentales élaboré et mis en oeuvre par deux professeurs. Ces élèves étudient en classe de 4ème avec un professeur de géographie et dans l'Ulis (Unité Locale pour l'Inclusion Scolaire) avec un professeur spécialisé (Nédélec-Trohel, soumis). Ils vont diffuser des études de cas dans la classe de 4ème en présence des deux professeurs. Selon une démarche empirique de type clinique pour recueillir les indices nécessaires à la lisibilité de l'action conjointe entre ces acteurs in situ, nous prenons appui sur des outils théoriques de la Théorie de l'Action Conjointe en Didactique (Sensevy, 2011). A partir des vidéos et entretiens effectués, nous questionnons (i) des conditions de transmission du savoir en classe par les élèves Ulis (2) les contraintes de la co-intervention (3) les savoirs émergeant d'un système à l'autre.L'Ulis pourrait constituer un système auxiliaire, pourvoyeur de savoirs légitimes et nécessaires pour ancrer les élèves Ulis en classe ordinaire et étudier des savoirs résistants pour l'apprentissage de tous les élèves en classe.



Résumé
11 h 45
Inclusion scolaire et développement du pouvoir d'agir des enseignants au cœur d'un dispositif collaboratif : une étude menée en didactique professionnelle
Marie-Paule Vannier (IUFM - Institut Universitaire de Formation des Maitres de Nantes), Elodie BIDOU (SAAAIS Angoulême France)

Nous proposons de décrire et de comprendre l'impact d'un dispositif d'inclusion impliquant un partenariat avec un service spécialisé dans la prise en charge de la déficience visuelle. Le cas de l'inclusion d'une élève malvoyante bénéficiant d'un tel dispositif collaboratif, a fait l'objet d'un mémoire universitaire soutenu en 2014 par Elodie Bidou, alors étudiante en Master 2 ASH et par ailleurs, enseignante spécialisée au sein d'un Service d'Aide à l'Acquisition de l'Autonomie et à la Scolarisation (SAAAS). Il s'agissait d'étudier l'impact d'une mise en œuvre du projet personnalisé de scolarisation (PPS), organisant la collaboration entre l'école et un service spécialisé, sur le développement professionnel de l'enseignante de classe (PE) au profit de tous les élèves. Cette étude étaye notre propos. Le cœur de notre exposé s'attardera sur la méthodologie adoptée pour rendre compte du développement professionnel compris comme un processus d'accroissement du pouvoir d'agir (Clot, 2008). En didactique professionnelle, l'analyse de l'activité en situation de travail est première et les méthodologies d'auto-confrontation invitent le professionnel à une prise de conscience des compétences mises en œuvre dans l'action. L'étude témoigne de l'évolution des gestes de PE dans un double mouvement d'adaptation qui invite à (re)considérer la collaboration au cœur du dispositif comme un puissant levier de changement des pratiques scolaires au service d'une école inclusive.



Résumé
Après-midi
13 h 30 à 15 h 00
Communications orales
Les actions et les effets (partie 2)
Présidence/Animation : Isabelle NEDELEC TROHEL (Université de Picardie)
Discutant : Serge Ramel (Haute école pédagogique du canton de Vaud )
13 h 30
Étayage de sphères d'intervention visant à intégrer l'enseignant-ressource au sein de la classe ordinaire 
Nancy Granger (UdeS - Université de Sherbrooke), France Dubé (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Depuis près de dix ans, le MELS (2006) subventionne une mesure de soutien en salle de classe visant à répondre aux besoins des élèves à risque ou HDAA intégrés en classe ordinaire au secondaire. Or, pour y arriver les enseignants titulaires et leurs collègues enseignants-ressources sont amenés à tisser des liens pour mieux définir les actions à valoriser pour guider les élèves vers la réussite scolaire. Notre présentation porte sur un dispositif d'accompagnement (Granger, 2012) des enseignants inspiré des zones d'échanges professionnelles (Bresler, 2004) ayant pour finalité l'explicitation des besoins, le partage de connaissances et ultimement, l'identification des interventions pertinentes pour chaque catégorie d'acteurs. Depuis 2008, des groupes de discussions et des entrevues semi-dirigées ont servi à documenter nos démarches de recherche-action. Les énoncés recueillis ont été catégorisés et analysés grâce au logiciel QDA miner. Des résultats obtenus seront dégagées trois sphères d'intervention graduées qui balisent la fonction d'enseignant-ressource et qui proposent un canevas pour un étayage des pratiques inclusives au secondaire (Granger et Dubé, 2014). 

Résumé
14 h 00
Atelier d'accompagnement personnel en seconde : une action d'aide méthodologique à l'apprentissage
Philippe HOPPENOT (Université Paris Diderot (Paris 7)), Line NUMA-BOCAGE (UCP-Université de Cergy-Pontoise )

L'accompagnement personnalisé est un dispositif d'aide aux apprentissages offert par l'école française. Nous y avons expérimenté et évalué avec les élèves l'intérêt d'un programme d'aide méthodologique à l'apprentissage. Dans l'inscription de l'analyse des actions et de leurs effets dans un dispositif, nous nous appuyons sur les propositions de Tremblay (2012) pour en évaluer l'intérêt pour des élèves en difficulté, dans une perspective de prévention du décrochage et pour une meilleure inclusion scolaire.

Les élèves suivis sont issus d'une classe de seconde. Volontaires et bons élèves en mathématiques, ils désirent améliorer leurs résultats en vue d'études scientifiques. L'objectif est de leur proposer une méthode d'apprentissage en trois étapes. Le cours : (a) se représenter l'objet sur lequel porte l'étude ; (b) décrire avec ses propres mots la notion ; (c) apprendre la définition ou la propriété donnée dans le cours en s'appuyant sur la représentation déjà formalisée par l'élève. Les exercices : (1) Renforcer l'apprentissage du cours et débuter la généralisation à l'utilisation concrète de la notion travaillée ((a) refaire des exercices pas à pas et (b) jusqu'au bout avant de (c) vérifier avec la correction) ; (2) Mobiliser la notion adaptée au problème posé ((a)identifier la notion à utiliser, (b) en rappeler la mise en oeuvre générale puis, (c) l'appliquer au cas particulier).

Résumé
14 h 30
Action de lutte contre le décrochage scolaire : consultation éducative et suivi de mineurs en difficultés
Thierry MALBERT (Université de La Réunion)

Le dispositif « Lutte contre l'érosion scolaire » consiste à opérer un suivi de mineurs en difficultés, mobilisant, dans un objectif de coéducation, la famille, l'établissement scolaire ainsi qu'un psychologue et un éducateur spécialisé mis à disposition par l'Association des Maisons de la Famille de la Réunion-Ecole des Parents et des Educateurs (AMAFAR-EPE).

Résumé
15 h 00 à 15 h 30
Communications orales
Synthèse
Présidence/Animation : Line NUMA-BOCAGE (UCP-Université de Cergy-Pontoise )
15 h 00
Synthèse
15 h 30 à 16 h 00
Panel
Projet de publication
Présidence/Animation : Philippe Tremblay (Université Laval)
15 h 50
Mot de clôture