Aller au contenu principal

Le lundi 25 mai 2015

Jacques Derrida nous a légué une œuvre foisonnante, une pensée particulièrement riche, à la croisée des disciplines, lui qui affectionnait tant le lieu instable et fertile du seuil. Malgré sa renommée internationale, et l’image d’un homme fortement médiatisé, sa pensée demeure peu connue. Lors de son dernier entretien pour le journal Le Monde (paru dans l’édition du 19 août 2004), à peine quelques semaines avant sa mort, le philosophe avait fait part de son sentiment paradoxal : « Que, d’un côté... on n’a pas commencé à me lire, que s’il y a, certes, beaucoup de très bons lecteurs (quelques dizaines au monde, peut-être), au fond, c’est plus tard que tout cela a une chance d’apparaître; mais aussi bien que, d’un autre côté, quinze jours ou un mois après ma mort, il ne restera plus rien. » La visée première de cet atelier est peut-être d’inciter à lire Jacques Derrida.

S’il y a un thème qui s’impose comme une urgence à la réflexion, face aux nombreux témoignages de violence en tout genre dans les rapports à l’autre, c’est celui de l’hospitalité. L’exigence d’une ouverture inconditionnelle à l’autre que n’a cessé d’affirmer sa pensée, qui correspond à une exigence toujours plus haute de justice et de démocratie, doit être réaffirmée. Comment entendre cette affirmation inconditionnelle de l’autre, impossible et nécessaire, qui scande les textes de Derrida, voilà le fil conducteur qui devra réunir les participants, que nous souhaitons provenir de divers horizons. Elle impose d’entendre l’engagement politique comme invention, ce qui ne se peut sans le respect de l’héritage qui nécessite d’être constamment réinterprété, traduit en autant de langues qu’il y a d’altérités.

Voici, à titre indicatif et préliminaire, quelques questions que souhaite développer cet atelier : Comment entendre le bouleversement que représente le geste de pensée derridien? Quelle expérience philosophique, quels enseignements, quelle pédagogie, quel droit et quelle politique est-il possible de « déduire » à partir de l’œuvre de Derrida?

 

 

 

 

Lire la suite »

Colloque

Section 300 - Lettres, arts et sciences humaines
Ajouter à mon horaire

Responsables

Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 12 h 00
Communication orale
Communications orales
Panel 1 : « Un philosophe “unheimlich” » 
Présidence/Animation : Jade Bourdages (UQAM - Université du Québec à Montréal)
09 h 00
Mot de bienvenue
09 h 15
Éléments pour interpréter la question de l'altérité dans l'œuvre de Derrida : lecture croisée du motif de unheimliche chez Sigmund Freud et Jacques Derrida
Cristina MORAR (IUF-Institut universitaire de France)
Résumé
10 h 00
Retour au Spectres de Marx 
Gilles Labelle(Université d’Ottawa)
Résumé
11 h 00
Ontologie, « différance » et politique : Derrida lecteur de Heidegger
Razvan-Adrian Amironesei(UCSD - University of California San Diego)
Résumé
12 h 00
Dîner

Après-midi

13 h 00 à 15 h 00
Communication orale
Communications orales
Panel 2 : traduire Derrida 
Présidence/Animation : Cristina MORAR (IUF-Institut universitaire de France)
13 h 00
Mochlos, levier et pieu, ou la traduction comme métaphore chez Derrida
René Lemieux (UdeS - Université de Sherbrooke)
Résumé
14 h 00
Maître Jacques module son legs (suite et fin) : l'irrecevable e(s)t D'un ton apocalyptique dans la vallée du Saint-Laurent
Simon LABRECQUE (Chercheur indépendant)
Résumé
15 h 00 à 17 h 00
Communication orale
Communications orales
Panel 3 : la politisation de la pensée derridienne 
Présidence/Animation : Gilles Labelle (Université d’Ottawa)
15 h 00
Derrida lecteur de Schmitt : la philosophie devant le politique
Giustino DE MICHELE(Université de Vincennes Saint Denis (Paris 8))
Résumé
16 h 00
« Un jour, il faudra bien avoir la force de renoncer à la force » : méditations autour de l'Europe de Jacques Derrida ou la grande blessure introduite dans le langage du Sacrum Imperium  
Jade Bourdages (UQAM - Université du Québec à Montréal)
17 h 00 à 18 h 00
Panel
Panel / Atelier
Table ronde : Éléments pour un ethos de l'hospitalité