628 - Les tensions entre la rigueur et la pertinence en gestion de projet sous la loupe des fondements de la recherche

Section 600 - Colloques multisectoriels

  • Jeudi 30 mai 2019


Responsables
  • Jacques-Bernard Gauthier - UQO - Université du Québec en Outaouais
  • Lavagnon IKA - Université d’Ottawa

Kozak-Holland (2011) situe la naissance de la gestion de projet à plusieurs milliers d’années.  Ceci étant dit, ce n’est qu’à partir de la moitié du siècle dernier que la gestion de projet s’est institutionnalisée en pratique professionnelle. Dès son émergence, elle avait besoin de se nourrir de nouvelles connaissances et de nouvelles approches (Morris, 2013). Autrement dit, elle réclamait deux choses : (i) la production de connaissances pertinentes et (ii) leur application concrète notamment la mise au point d’outils et techniques sophistiqués de gestion tels que PERT et CPM. 

Ce n’est que bien plus tard que sera mise en chantier l’entreprise de produire des connaissances rigoureuses sur les projets et leur gestion (Turner et al., 2011). Le nombre de publications reposant sur un devis méthodologique scientifique – LA voie par excellence de la rigueur – explose (Turner, 2010).  Dans la foulée de ce rigorisme, paraîtront les premiers ouvrages de théories (ex. Turner et al., 2010) et de méthodologies de la recherche (ex.: Drouin et al., 2013).  Cette fois, la rigueur scientifique prend le pas sur la pertinence pratique en gestion de projet. Néanmoins, si certains mettent l’accent sur l’importance de la pertinence (ex.: Hällgren et al., 2012), d’autres militent en faveur de celle-ci en prenant comme prismes conceptuels et analytiques les concepts aristotéliciens de praxis (ex.: Lalonde et al., 2010) et de phronesis (ex.: Bredillet et al., 2015). 

De toute évidence, le balancier est passé historiquement de l’orthodoxie de la pertinence à celle de la rigueur. D’ailleurs, les résultats d’une recension des écrits que nous avons récemment effectuée dans le Project Management Journal et l’International Journal of Project Management rendent bien compte de cette opposition.

Le colloque proposé a pour objectif de réunir des chercheurs, des étudiants et des professionnels souhaitant discuter des tensions entre la rigueur et la pertinence en recherche sur les projets et leur gestion. L’angle à emprunter est celui des fondements de la recherche. Gauthier et Ika (2012) insistent sur quatre fondements de la recherche en gestion de projet: l’ontologie, l’épistémologie, la théorie et la méthodologie. En s’inspirant de Creswell (2013) ainsi que de May et Perry (2017), nous ajoutons trois autres fondements qui pourraient servir de lunettes à l’analyse des tensions entre la rigueur et la pertinence: l’axiologie, la rhétorique et la réflexivité.

Appel à communications

Votre proposition de communication (1500 caractères, espaces compris) doit être envoyée avant le 15 février 2019 à Jacques-Bernard Gauthier (Jacques-Bernard.Gauthier@uqo.ca) ou à Lavagnon Ika (ika@telfer.uOttawa.ca). Les notifications d’acceptation des communications seront transmises aux auteurs au plus tard le 8 mars 2019.

Télécharger le pdf de l'appel à communications