612 - Penser l’érobotique : regard transdisciplinaire sur la robotique sexuelle

Section 600 - Colloques multisectoriels

  • Jeudi 30 mai 2019
  • Vendredi 31 mai 2019


Responsables
  • Dave Anctil - Collège Jean-de-Brébeuf
  • Simon DUBÉ - Université Concordia

La fiction d’anticipation annonce depuis longtemps l’avènement de robots dotés de capacités et fonctions sexuelles (sexbots). Depuis quelques années, la réalité rejoint la fiction. En effet, les premiers prototypes de poupées sexuelles dotées d’intelligence artificielle (IA) et de capacités animatroniques ont déjà été développés et mis en marché. Du point de vue de l’industrie des technologies sexuelles, cette innovation permettra de combler les besoins de millions de consommateurs et procurera des bénéfices encore inédits aux personnes célibataires, isolées ou handicapées. Toutefois, l’émergence de ces nouveaux artéfacts sexuels laisse présager des conséquences insoupçonnées; des mouvements sociaux opposés à leur développement se sont déjà formés, notamment la Campaign Against Sex Robots (depuis 2015).

Les premiers chercheurs anglophones ayant abordé la problématique des robots sexuels, à la suite du philosophe John Danaher, sont divisés sur la question : certains dénoncent les risques (p.ex., la promotion de normes sexuelles néfastes), alors que d’autres défendent leur potentiel positif (p.ex., les applications médicales et thérapeutiques). Néanmoins, les études scientifiques sur le sujet demeurent limitées et très spéculatives; aucune recherche théorique ou empirique ne permet de fournir une évaluation scientifiquement rigoureuse de cette technologie. Les conséquences de ce que certain.e.s qualifient déjà de prochaine « révolution sexuelle » sont inconnues et l’acceptabilité sociale de ces artéfacts sexuels commence à peine à être discutée sérieusement. Le présent manque de recherche occasionne de graves incertitudes quant au développement et à l’encadrement futur de l’industrie de la robotique sexuelle. En réponse à cette situation, ce colloque constitue un point de départ pour la formation de collaborations transdisciplinaires futures et le développement d’un premier réseau francophone de recherche en robotique sociale et en intelligence artificielle appliquées à la sexualité.

Spécifiquement, l’approche transdisciplinaire (éthique, sexologique, sociologique, psychologique et féministe) de l’événement permettra d’envisager globalement les enjeux, possibilités et conséquences des nouvelles technologies sexuelles. En outre, il lancera une nouvelle discipline de recherche, « l’érobotique », permettant d’étudier, de manière convergente et intersectorielle, les technologies sexuelles dotées de nouvelles fonctions et capacités d’interactions intimes entre l’humain et la machine. Ultimement, en établissant les fondements de la recherche en érobotique (théorique, expérimentale et clinique), ce colloque permettra de mettre en commun des expertises diverses et complémentaires afin de présenter l’état des connaissances, d’examiner les enjeux éthiques et sociaux de l’érobotique, et d’estimer les possibilités d’applications cliniques des nouvelles technologies sexuelles.