Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.

Présentateur des activités scientifiques

513 - Francophonie éducationnelle en contexte plurilingue et pluriculturel : valorisation, développement et attentes sociétales

Section 500 - Éducation

  • Vendredi 17 mai 2024

Responsables

Au Canada, entre 1971 et 2021, la population déclarant le français comme première langue première a diminué de 6,1 %, atteignant 21,4% (Statistique Canada, 2022). Cette tendance met en lumière les enjeux sociolinguistiques auxquels sont confrontées les minorités francophones du Canada (au Nouveau-Brunswick, en Ontario, au Manitoba ou en Saskatchewan), et fait écho à d'autres francophonies marginales des Amériques (Gomes et al., 2022 ; Rivard, 2016). Parallèlement, les populations francophones majoritaires doivent elles-mêmes composer avec des minorités linguistiques, par exemple autochtones (Sioui, 2023) ou créoles (Anciaux et Molinié, 2017). Ainsi, dans un contexte pluriculturel où des mesures gouvernementales et des lois sont adoptées pour préserver la langue française, les francophonies doivent aussi considérer les enjeux que posent l’immigration, la mobilité (Bédard et Macià, 2018), l’éthique et l’inclusion (Doutreloux, 2020).

La francophonie éducationnelle joue un rôle primordial par rapport à ces enjeux. Celle-ci englobe l'ensemble des initiatives et des projets éducatifs souhaitant cultiver un environnement propice à l'épanouissement du « vivre en français ». Elle s'inscrit dans les aspirations sociétales et mondiales contemporaines pour lesquelles la diversité, l'inclusion et l'adaptabilité constituent des valeurs tout autant que des impératifs fondamentaux (UNESCO, 2015).

Ces impératifs impliquent de grands défis. Comment valoriser le français en tant que langue d'enseignement dans un contexte plurilinguistique (Vaudrin-Charette, 2021) ? Comment approcher de manière inclusive les difficultés en français des individus tout en maintenant la visée d’atteinte de compétences langagières de haut niveau, celles-ci étant essentielles au développement social et individuel (OCDE, 2013) ? Enfin, comment l'éducation peut-elle contribuer à créer des environnements favorables au « vivre en français » dans les sphères qui lui sont connexes, que ce soit dans les domaines professionnel, politique ou culturel (Gouvernement du Québec, 2018) ?


Appel à communications

Vous pouvez soumettre une proposition pour une présentation orale de 30 minutes. Si celle-ci est acceptée, vous devrez vous inscrire à l'Acfas et supporter les coûts d'inscription ; votre présentation aura alors lieu le 17 mai 2024 et pourra être réalisée en présence (Ottawa) ou en ligne.

Les communications proposées doivent toucher à la francophonie éducationnelle, qui se définit comme l'ensemble des initiatives et des projets éducatifs aspirant à cultiver un environnement propice à l'épanouissement du « vivre en français ».

En outre, les communications doivent s'inscrire dans un des trois axes suivants :

Axe 1 - Valorisation et réconciliation :

Cet axe aborde la manière dont la valorisation de la langue française peut se déployer dans des contextes éducatifs inclusifs soucieux de prendre en compte la diversité des rapports à la langue des personnes apprenantes.

Axe 2 – L’enseignement du français et des disciplines en français :

Cet axe porte sur les stratégies et pratiques pédagogiques soutenant le développement des compétences langagières en français à l'intérieur des projets d'études ou de formation continue des apprenantes et apprenants.

Axe 3 – Le développement culturel, citoyen et professionnel en français :

Cet axe examine les activités ou initiatives éducatives qui peuvent contribuer à créer des environnements favorables au "vivre en français" dans l’espace scolaire ainsi que dans les sphères connexes (professionnelles, politiques, culturelles, etc.) à cet espace.
 

Le comité d'organisation s'appuiera sur les critères suivants pour évaluer les propositions:

  • Pertinence par rapport aux trois axes proposés ;
  • Clarté de la problématique et des objectifs présentés;
  • Rigueur du cadre théorique et de la méthodologie ;
  • Présence de résultats préliminaires ou finaux (s’il y a lieu) ;
  • Qualité de la langue écrite.


Pour soumettre une proposition, envoyez à l'adresse Labsel@cgodin.qc.ca un fichier Word contenant :

  • Le nom, prénom, courriel, fonction et établissement d'attache de chacun des auteurs ;
  • Le titre de votre communication (max 30 mots)
  • Le résumé de votre communication (max 250 mots)
  • Le type de présence envisagé lors du colloque (en ligne ou en présence)

Un accusé confirmant la réception de votre proposition vous sera envoyé au plus tard 48h après le dépôt de celle-ci.


Date limite de réception des propositions : 19 février 2024

En cas de questions, écrivez à : C.Belec@cgodin.qc.ca