309 - Regards interdisciplinaires sur l'adaptation de textes

Section 300 - Lettres, arts et sciences humaines

  • Jeudi 30 mai 2019
  • Vendredi 31 mai 2019


Responsables
  • Michèle LALIBERTÉ - UQO - Université du Québec en Outaouais
  • Marie-Josée Goulet - UQO - Université du Québec en Outaouais

À l’ère de la mondialisation et de la circulation des productions écrites et multimédias à l’international, de plus en plus d’individus et d’entreprises se donnent comme mission d’accroître la diffusion des œuvres et des documents de tout acabit. Se faire comprendre par l’Autre, à l’ère numérique de surcroit, est devenu une préoccupation universelle. L'objectif de ce colloque est de susciter une prise en compte des dimensions culturelle et interdisciplinaire de l’adaptation de textes. En effet, celle-ci s’impose de façon différente selon les domaines, les situations et les cultures. Dès lors, le défi est double, car il faut négocier l’adaptation entre un contexte global et territorial.

La pertinence de ce colloque réside dans la mise en commun d’expertises complémentaires dans le but d’aborder un sujet propre à diverses disciplines. Pour certains, l’adaptation de textes est un processus de reterritorialisation du texte de départ (Brisset, 1986). D’autres la définissent comme une forme de naturalisation visant à produire le même effet que l’original (Santoyo, 1989). L'adaptation web, pour sa part, suppose la révision et la modification de l'ensemble des aspects communicationnels d'un document (Kavanagh, 2007). S’il peut être utile de dresser une typologie de l’adaptation de textes, nous devons tenir compte du fait qu’elle se moque bien de la sempiternelle fidélité absolue à l’original : dans tous les cas, elle sollicite la créativité du langagier, qu’il soit rédacteur ou traducteur. Cette activité est donc davantage de l’ordre de la recréation que de la traduction ou de la rédaction. Cependant, adaptation de textes ne saurait rimer avec liberté inconditionnelle. En effet, c’est l’existence de limites qui permet la définition d’un espace de l’adaptation et par là même, de l’activité rédactionnelle ou traduisante. Les règles servent de tremplin à la création au sein de limites préétablies.

Ce colloque interdisciplinaire invite des communications sur l’adaptation de textes, la tradaptation ou la transcréation (depuis ou vers le français et l’anglais si le thème est la traduction) dans les domaines littéraire, artistique ou pragmatique :

=> Traduction et/ou adaptation cinématographique

=> Traduction et/ou adaptation théâtrale

=> Traduction et/ou adaptation de livres pour enfants

=> Traduction et/ou adaptation audiovisuelle

=> Traduction et/ou adaptation publicitaire

=> Traduction et/ou adaptation de logiciels

=> Vulgarisation de textes scientifiques ou techniques

=> Adaptation web

=> Localisation de jeux vidéo

=> Localisation web

=> Adaptation de textes traduits automatiquement

=> Narration transmédia

=> Rédaction et/ou adaptation selon les supports choisis

=> Rédaction et/ou adaptation selon les publics visés

=> Rédaction et/ou adaptation selon des contraintes éditoriales

=> Rédaction et/ou adaptation selon les niveaux de littératie

=> Etc.

Appel à communications

« Regards interdisciplinaires sur l'adaptation de textes » (Gatineau, 30-31 mai 2019)

Date et lieu du colloque : 30-31 mai 2019, Université du Québec en Outaouais (Gatineau, Québec, Canada)

Date limite des propositions : 25 février 2019

Organisatrices : Michèle Laliberté, Ph. D.

et Marie-Josée Goulet, Ph. D.

 

La pertinence de ce colloque réside dans la mise en commun d’expertises complémentaires dans le but d’aborder un sujet propre à diverses disciplines. Pour certains, l’adaptation de textes est un processus de reterritorialisation du texte de départ (Brisset, 1986). D’autres la définissent comme une forme de naturalisation visant à produire le même effet que l’original (Santoyo, 1989). L'adaptation web, pour sa part, suppose la révision et la modification de l'ensemble des aspects communicationnels d'un document (Kavanagh, 2007). S’il peut être utile de dresser une typologie de l’adaptation de textes, nous devons tenir compte du fait qu’elle se moque bien de la sempiternelle fidélité absolue à l’original : dans tous les cas, elle sollicite la créativité du langagier, qu’il soit rédacteur ou traducteur. Cette activité est donc davantage de l’ordre de la recréation que de la traduction ou de la rédaction. Cependant, adaptation de textes ne saurait rimer avec liberté inconditionnelle. En effet, c’est l’existence de limites qui permet la définition d’un espace de l’adaptation et par là même, de l’activité rédactionnelle ou traduisante. Les règles servent de tremplin à la création au sein de limites préétablies.

Ce colloque interdisciplinaire invite des communications sur l’adaptation de textes, la tradaptation ou la transcréation (depuis ou vers le français et l’anglais si le thème est la traduction) dans les domaines littéraire, artistique ou pragmatique :

Traduction et/ou adaptation cinématographique

Traduction et/ou adaptation théâtrale

Traduction et/ou adaptation de livres pour enfants

Traduction et/ou adaptation audiovisuelle

Traduction et/ou adaptation publicitaire

Traduction et/ou adaptation de logiciels

Vulgarisation de textes scientifiques ou techniques

Adaptation web

Localisation de jeux vidéo

Localisation web

Adaptation de textes traduits automatiquement

Narration transmédia

Rédaction et/ou adaptation selon les supports choisis

Rédaction et/ou adaptation selon les publics visés

Rédaction et/ou adaptation selon des contraintes éditoriales

Rédaction et/ou adaptation selon les niveaux de littératie

Etc.

 

Les propositions de communication (20 minutes) doivent inclure un titre, les noms des auteurs, leurs affiliations, un résumé (300 mots), une courte bibliographie et un CV synthétique (1 page, interligne double). Les propositions doivent être envoyées à la responsable (michele.laliberte@uqo.ca) au plus tard le 25 février 2019.

 

Les propositions doivent énoncer clairement comment la recherche s'inscrit dans le thème du colloque.

 

Les réponses seront envoyées aux auteurs au plus tard le 12 mars 2019.

Télécharger le pdf de l'appel à communications

Lien vers l'appel à communications