Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.

Présentateur des activités scientifiques

114 - Les soins d’affirmation de genre pour les personnes transgenres francophones au Canada

Section 100 - Sciences de la santé

  • Lundi 13 mai 2024

Responsables

La transidentité est un terme générique désignant une sous-population qui ne s'identifie pas comme le genre correspondant à son sexe biologique. Selon le recensement canadien de 2021, 0,2 % de la population canadienne de plus de 15 ans s'identifie comme transgenre, et les personnes nées après 1981 ont un taux de transidentité de 3 à 7 fois plus élevé que les personnes plus âgées, ce qui signifie que la transidentité augmente rapidement parallèlement à son acceptation sociale. L'amélioration de la santé mentale a été associée à une chirurgie d’affirmation de genre chez les jeunes transgenres. Au cours de ce colloque, nous nous concentrons sur les transgenres de sexe masculin à féminin (MàF). Contrairement aux autres membres de la communauté LGBT, la transidentité concerne l’identité de genre et non la préférence sexuelle, ce qui signifie que ces personnes ont souvent besoin de chirurgie d’affirmation de genre et d’interventions médicales associées pour leur bien-être. Ceci requiert en amont de la chirurgie, une prise en charge multidisciplinaire des patientes par des professionnels (table ronde no1). La vaginoplastie est actuellement la norme de soins en chirurgie d’affirmation de genre pour les femmes transgenres afin de remplacer les caractéristiques masculines par une apparence féminine. Le plus souvent, l'inversion pénienne est utilisée pour créer un néovagin. Un certain nombre de problématiques médicales existent. Par exemple, l’utilisation de plus en plus fréquente de bloqueur de puberté va réduire la quantité de tissus adéquats disponibles pour les chirurgies. Le génie tissulaire pourrait permettre de fournir une quantité suffisante de tissu adéquat pour la chirurgie et limitant de beaucoup les comorbidités associées (table ronde no2). Enfin après la chirurgie, la prise en charge des patientes demandent des adaptations du système de santé pour pouvoir fournir des soins de qualités aux patientes (table ronde no3).