Aller au contenu principal
Justine Faramia
Finaliste

Justine Faramia

Université Laval

Modulation et rôle d’IGFBP-2 dans les maladies cardiométaboliques

Avez-vous déjà tenté de vulgariser votre thèse à votre famille? Qu’est-ce qui a constitué le plus gros défi? Ce processus a-t-il suscité des réactions cocasses?

Ma famille est d’un grand soutien pour moi, j’en parle donc souvent avec eux ! Je pense qu’ils peuvent tous dire avec facilité que je fais de la recherche sur l’obésité et le diabète. Mais la difficulté est de leur expliquer en vulgarisant les problématiques rencontrées lors d’expériences en laboratoire. Quand j’explique mes recherches à quelqu’un pour la première fois, la réaction la plus commune est le « Tu vas donc me dire quoi faire pour moi! ». Alors oui, mais non…

Pour vous, que représente votre recherche : un rêve d’enfance devenu réalité, un choix de carrière réfléchi, etc.?

Mon choix de faire de la recherche a été basé sur mon projet professionnel : l’enseignement universitaire. Partager, apprendre des autres, débattre… c’est ce qui m’anime. En revanche, mon projet de recherche actuel découle de ma curiosité, et me permet de répondre à une question qui m’a fasciné lorsque j’étais au CHU de Montpellier en France : « comment la chirurgie peut-elle guérir le diabète? ».

Au quotidien, à quoi ressemble votre vie d’étudiante chercheuse? Quelle est l’expérience la plus enrichissante que vous avez vécue en tant que chercheuse?

Je travaille dans un laboratoire au sein de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ), entourée de personnes passionnées et passionnantes. Mon quotidien consiste principalement à faire parler les tissus issus de patients de l’IUCPQ participant à des recherches cliniques (il n’y aurait pas de recherche sans vous, merci!). Échanger et débattre avec d’autres étudiant-e-s et des scientifiques reconnu-e-s internationalement en congrès a été de loin l’expérience la plus enrichissante à ce jour.

 

  • Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Ma thèse en 180 secondes?

 

Mon enfance a été bercée par des émissions TV de vulgarisation scientifique françaises E=M6, C’est pas sorcier, Le bus magique... Participer au concours MT180 c’est réaliser mon rêve de petite fille en étant de l’autre côté de l’écran.