Aller au contenu principal
Justine Cinq-Mars
Finaliste

Justine Cinq-Mars

Université du Québec à Trois-Rivières

Conséquences des expériences traumatiques sur la santé cognitive des personnes réfugiées 

Avez-vous déjà tenté de vulgariser votre thèse à votre famille? Qu’est-ce qui a constitué le plus gros défi? Ce processus a-t-il suscité des réactions cocasses?

Je me suis exercée à vulgariser mes recherches avec un public cible idéal : ma nièce de 4 ans! Cela m’a donné l’idée de comparer les fonctions cognitives à des hamsters tournant dans une roue. Je crois que ce genre de comparaison fonctionne très bien, elle s’en souvient encore des mois plus tard!

Pour vous, que représente votre recherche : un rêve d’enfance devenu réalité, un choix de carrière réfléchi, etc.?

Mon projet vient d’une opportunité offerte par ma directrice dont je suis très reconnaissante. Avant d’entreprendre ma thèse, j’étais peu informée sur les problématiques reliées aux crises migratoires. Mes recherches m’ont permis de réaliser qu’il s’agit d’une problématique mondiale urgente et je désire maintenant grandement m’investir pour cette cause.

Au quotidien, à quoi ressemble votre vie d’étudiante chercheuse? Quelle est l’expérience la plus enrichissante que vous avez vécue en tant que chercheuse?

Dans le cadre de ma recherche, j’effectue des entrevues avec des personnes réfugiées volontaires, ce qui est extrêmement enrichissant. En discutant avec eux, j’en apprends davantage sur les situations de guerre qui les a menés à être déplacés, sur le quotidien d’un camp de réfugiés et sur l’adaptation dans un nouveau pays en plein hiver!

Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Ma thèse en 180 secondes?

Quand je suis passionnée par un sujet, j’adore en parler! Apprendre à vulgariser mon projet de thèse me permet donc de partager le sujet passionnant de ma thèse à plus de personnes!  Maintenant, quand quelqu’un me demande sur quoi je travaille, je peux lui répondre de façon amusante en 180 secondes! De plus, je serais très heureuse que cette tribune permette de sensibiliser les gens sur l’urgence de venir en aide aux personnes réfugiées.