Aller au contenu principal
Clara Superbie
Finaliste

Clara Superbie

Université de la Saskatchewan

Performance individuelle et dynamique d’une population de caribous naturellement régulée 

Avez-vous déjà tenté de vulgariser votre thèse à votre famille? Qu’est-ce qui a constitué le plus gros défi? Ce processus a-t-il suscité des réactions cocasses?

Oui bien sûr! J’adore parler de mes recherches à ma famille et mes amis! Malheureusement pour eux (ou à leur plus grande joie?), il peut être difficile de m’arrêter quand on me lance sur le sujet... J’ai toujours peur de ne pas en dire assez et de me retrouver avec des gens béats qui me répondent « tu m’as perdu-e- », ou « Mais… Ça sert à quoi? »

Pour vous, que représente votre recherche : un rêve d’enfance devenu réalité, un choix de carrière réfléchi, etc.?

J’ai bien envie d’aller dans le cliché et répondre le rêve d’enfant… Petite, je répétais sans cesse que « plus tard, je sauverais les animaux en voie de disparition ». À l’époque, je m’imaginais en super héroïne des luttes anti-braconnage. Mais au fur et à mesure que je découvrais les rouages et les différents acteurs de la protection de la biodiversité, le monde universitaire m’a donné de nouveaux outils pour avancer : la connaissance et son partage!

Au quotidien, à quoi ressemble votre vie d’étudiante chercheuse? Quelle est l’expérience la plus enrichissante que vous avez vécue en tant que chercheuse?

Comme beaucoup cette année, je travaille depuis la maison. Heureusement, à ce stade, je n’ai besoin de rien d’autre que de logiciels farfelus pour analyser mes données. Mais avant, vous m’auriez certainement trouvée dans un hélicoptère au Nord de la Saskatchewan traquant caribous et loups; ou en haut d’un arbre, attendant un ours pour l’équiper d’un GPS. Mes recherches m’ont menée dans ces lieux incroyables, sauvages et isolés où je rêvais de m’aventurer!

Pourquoi avez-vous décidé de participer au concours Ma thèse en 180 secondes?

Étrangement, l’exercice m’amuse beaucoup! Ça permet également de prendre du temps pour réellement réfléchir à comment expliquer simplement ses travaux et identifier les messages clés d’une thèse. Mais je pense surtout que ces occasions de vulgarisation sont primordiales, parce qu’elles permettent de partager et transmettre les connaissances générées par la recherche qui sans ça, perdrait une grande partie de leur valeur et de leur utilité.