Aller au contenu principal
Auteur et co-auteurs
Charles-Étienne White-Gosselin
UQAM - Université du Québec à Montréal
François Poulin
Université du Québec à Montréal (UQAM)
5a. Résumé

L’utilisation des médias sociaux (MS) chez les jeunes est liée à des problèmes de santé mentale ainsi qu’à une moins bonne qualité de la relation avec leurs parents (Keles et al., 2020; Sampasa-Kanyinga et al., 2020). Aucune étude menée en Amérique du Nord n’a toutefois démontré un lien entre la dépendance aux MS chez les jeunes, les problèmes intériorisés et la relation parents-adolescent. Les adolescents (N = 436; âge = 19) de notre étude ont complété le Bergen Social Media Addiction Scale (Andreassen et al., 2012), le Mental Health and Social Inadaptation Assessment for Adolescents (Côté et al., 2017) ainsi que le Network Relationships Inventory (Furman & Buhrmester, 1985) afin de mesurer la dépendance aux MS, la dépression et l’anxiété ainsi que trois aspects de la relation parents-adolescents (i.e. intimité, satisfaction, conflits). Les résultats des test-t montrent que les 70 participants jugés dépendants au MS selon les critères du Bergen présentent un niveau significativement plus élevé de dépression et d’anxiété que les 366 jugés non-dépendants. Après avoir contrôlé pour des variables confondantes, le résultat des MANCOVAs montrent que les jeunes dépendants aux MS présentent également un plus bas niveau de satisfaction de la relation avec le père et la mère, un plus haut niveau de conflit avec le père et la mère et un plus bas niveau d’intimité avec le père. Les mécanismes par lesquelles ces liens existent nécessitent d’être étudiés dans des recherches futures.