Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
Alexia Coulombe-Leveque
UdeS - Université de Sherbrooke
Monica Sean, Matthieu Vincenot, Marylie Martel, Serge Marchand, Louis Gendron et Guillaume Léonard
Centre de recherche sur le viellissement , CIUSSS de l'Estrie - CHUS, Centre de recherche sur le viellissement , CIUSSS de l'Estrie - CHUS, Centre de recherche sur le viellissement , CIUSSS de l'Estrie - CHUS, Génome Québec, Université de Sherbrooke, Centre de recherche sur le viellissement , CIUSSS de l'Estrie - CHUS
5a. Résumé

Problématique : Les mécanismes excitateurs et inhibiteurs de modulation de la douleur sont généralement évalués à l’aide d’outils complexes et couteux (thermode, bain d’eau froide, CoVAS). L’objectif de cette étude pilote était d’évaluer si la neurostimulation périphérique (TENS), une modalité abordable et facile d’utilisation, peut remplacer la thermode et le bain d’eau froide pour mesurer les mécanismes de modulation de la douleur.

Méthodologie : Trente participants sains ont participé à deux séances au cours desquelles leurs mécanismes excitateurs (sommation temporelle) et inhibiteurs (modulation de la douleur conditionnée (MDC)) de modulation de la douleur ont été évalués à deux reprises : à l’aide du protocole TENS et du protocole thermode/bain d’eau froide.

Résultats et conclusions : Les deux protocoles ont évoqué de la sommation temporelle chez le même nombre de participants, mais le protocole thermode/bain d’eau froide a évoqué de la MDC chez un plus grand nombre de participants que le protocole TENS. Il n’y avait aucune corrélation entre la réponse au protocole thermode/bain d’eau froide et la réponse au protocole TENS, ce qui suggère que le protocole TENS ne peut être utilisé pour remplacer le protocole thermode/bain d’eau froide.