Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
Patrick Martin
Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ)
Louise Bouchard, Amélie Perron et Mélie-Jade Lynch-Bérard
Université de Montréal, Université d'Ottawa, Université Laval
5a. Résumé

Le projet de recherche dont il sera question dans le cadre de cette présentation a pour objet d’investiguer les rapports de pouvoir qui sont exercés à l’endroit d’infirmières oeuvrant dans des secteurs de soins spécialisés : infirmière praticienne spécialisée (IPS), infirmière clinicienne spécialisée (ICS), infirmière pivot, etc. Nous cherchions à documenter ce que ces infirmières avaient à dire au sujet de ces rapports, des décisions affectant l’exercice de leur rôle et leur autonomie professionnelle. Enfin, nous désirions connaître leur rapport au politique en explorant leur vision d’ensemble des dominations les affectant, en explorant également les efforts de conscientisation et de solidarisation déployés en vue de transformer leur vécu en expérience dialogique, délibérative et émancipatrice. Cette étude au devis qualitatif s’inspire de la grille d’analyse sociopolitique proposée par Boisvert (1997) – l’analyse postmoderniste. L’analyse thématique des entrevues individuelles (n=21) d’infirmières au rôle élargi a généré des pistes d’investigation à pousser dans le 2e volet en cours misant sur les groupes de discussion (n=32). Les participantes réclament de la proximité avec les patients et dénotent plusieurs facteurs minant leur autonomie professionnelle. Plusieurs se sentent comme des « bouche-trous » et dénoncent les iniquités salariales dont elles font les frais. Elles indiquent subir les répercussions d’une gestion néolibérale et craignent la déshumanisation des soins.