Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
Sandra O'connor
UdeS - Université de Sherbrooke
Arnaud Gagneur et Sylvie Lafrenaye
Ubiversité de Sherbrooke, Université de Sherbrooke
5a. Résumé

Une revue systématique européenne conclut que la durée d’hospitalisation de bébés prématurés ayant reçu des séances d’ostéopathie (SO) est plus courte. Ce soin n’est pas offert dans les unités néonatales canadiennes. Plus d’études sont requises pour comprendre ses effets et en assurer la sécurité optimale. Le stress, démontré délétère pour les prématurés, n’a pas encore été étudié au cours d’une SO.

But : Examiner pendant une SO les comportements de stress (CS) de bébés prématurés lors des manœuvres ostéopathiques spécifiques (MOS) versus lors des manipulations non spécifiques (MNS).

Méthode : Dans un contexte d’évaluation de la qualité des soins, trois prématurés hospitalisés (AG : 24 +5 à 34 +4) ont reçu une SO. Ont été recueillis, les paramètres cardio-respiratoires par monitoring continu, le bruit ambiant par sonomètre et le comportement du bébé par enregistrement vidéo. Les CS ont été évalués sur vidéo par des évaluateurs en soins du développement à l'aide de grilles validées. La durée des CS lors des MOS et les MNS a été obtenue via MaxQDA.

Résultats : Chez les trois bébés, la durée des CS a été plus élevée, de 40 à 90 %, pendant les MNS, que pendant les MOS. La plupart des CS parurent liés à des facteurs environnementaux/contextuels tels que le bruit et le positionnement du bébé.

Conclusion : Nos résultats suggèrent que le stress des prématurés pendant les MOS est moindre que pendant les MNS. Des données additionnelles sont nécessaires pour valider la sécurité des SO.