Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
88e Congrès de l'Acfas
Auteur et co-auteurs
Marie-Christine Milot
UdeS - Université de Sherbrooke
Ophélie Bélissant, Véronique Dumulon-Perreault, Samia Ait-Mohand, Patrick Richard, Étienne Rousseau et Brigitte Guérin
Département de médecine nucléaire et radiobiologie, Université de Sherbrooke, Centre d'imagerie moléculaire de Sherbrooke, Centre de recherche du CHUS, Département de médecine nucléaire et radiobiologie, Université de Sherbrooke, Département de chirurgie, Université de Sherbrooke, Centre de recherche du CHUS, Département de médecine nucléaire et radiobiologie, Université de Sherbrooke, Centre de recherche du CHUS, Département de médecine nucléaire et radiobiologie, Université de Sherbrooke, Centre d'imagerie moléculaire de Sherbrooke,Centre de recherche du CHUS
5a. Résumé

Problématique Lors de la récidive du cancer de la prostate (CaP), des méthodes plus efficaces sont nécessaires pour identifier les métastases et les traiter.

Le 64Cu-DOTHA2-PSMA est composé d’un ligand de l’antigène membranaire prostatique spécifique (PSMA) surexprimé dans le CaP et un chélateur DOTHA2 du cuivre-64 (64Cu) développé par notre groupe offrant une forte stabilité de complexation. Nous proposons d’utiliser ce produit pour cibler le PSMA et ainsi 1) détecter tôt les lésions de CaP en tomographie d’émission de positons (TEP), une modalité d’imagerie non invasive et très sensible et 2) traiter ces lésions par endoradiothérapie par particules β- et électrons Auger.

Méthodologie La biodistribution du produit est évaluée d'1h à 48h post-injection (p.i.) (n=27 souris balb/c) et permet de calculer la dosimétrie (OLINDA/EXM). L’imagerie TEP bloquée et non bloquée se fait de 0 à 1h et à 4h et 24h p.i. (n=8 souris NRG avec CaP). La survie de ce modèle animal sera comparée entre traitement par 64Cu-DOTHA2-PSMA, natCu-DOTHA2-PSMA ou 177Lu-DOTA-PSMA (n=30 NRG avec CaP).

Résultats L’imagerie TEP confirme une haute captation tumorale du 64Cu-DOTHA2-PSMA et la spécificité. La survie est plus longue avec le 64Cu-DOTHA2-PSMA que le natCu-DOTHA2-PSMA et non significativement plus longue qu’avec le 177Lu-DOTA-PSMA. Ce projet conclura quant à l’intérêt de réaliser des études cliniques pour ce nouvel outil prolongeant potentiellement la survie des patients souffrant d’une récidive du CaP.


Commentaires