Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.
Auteur et co-auteurs
Danyka Therriault
UdeS - Université de Sherbrooke
Danyka Therriault, Jean-Pascal Lemelin, Jean Toupin et Michèle Déry
Université de Sherbrooke, Université de Sherbrooke, Université de Sherbrooke, Université de Sherbrooke
5a. Résumé

Les relations d’attachement aux pairs à l’adolescence sont reconnues comme un important déterminant de l’adaptation psychosociale. Or, les connaissances sur les facteurs qui permettent d’expliquer leur qualité demeurent parcellaires et peu de conclusions claires sur les facteurs les plus importants peuvent être tirées des écrits scientifiques. Cette étude vise à identifier les facteurs prédictifs de la qualité des relations d’attachement aux pairs au cours de l’adolescence et à établir leur contribution relative. 706 adolescents, âgés en moyenne de 11,29 ans lors du premier temps de mesure, ont participé à l’étude longitudinale sur deux ans. Les analyses montrent que l’attachement aux parents, l’âge de l’adolescent ainsi que la qualité de la relation enseignant-élève sont positivement associés au score global d’attachement aux pairs alors que les problèmes de comportement intériorisés et le rejet social y sont négativement associés. Ces variables permettent d’expliquer 21.3% de la variance totale. Ces mêmes variables permettent aussi d’expliquer la variabilité des trois dimensions de l’attachement aux pairs (confiance, communication et aliénation). Lorsqu’on s’intéresse aux prédicteurs des dimensions spécifiques de l’attachement, des différences de sexe sont observées. Cette étude permet de mettre en lumière l’importance de certaines variables relationnelles, tant du contexte familial que du contexte scolaire, en tant que prédicteurs des relations d’attachement aux pairs.