Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.
Le lundi 13 mai 2024

La pandémie de COVID-19 et les mesures prises par les gouvernements partout dans le monde pour y faire face ont eu une incidence économique significative, notamment sur le marché de l’emploi. À l’échelle mondiale, les femmes ont été plus durement touchées par cette crise que les hommes, notamment dans les pays à revenus faibles ou intermédiaires. Plus de 90 % des femmes dans ces pays travaillent dans le secteur informel, qui concentre les emplois les plus précaires. Ces femmes ont eu un accès limité, voire inexistant, aux mesures de protection sociale mises en place par certains gouvernements pour faire face à la pandémie et ont donc été plus lourdement touchées par la perte de revenus due aux confinements et aux restrictions. Lorsqu’elles travaillent dans le secteur formel, les femmes sont surreprésentées dans les domaines de la santé, de l’éducation, du tourisme et des services en général, qui ont été particulièrement touchés par les conséquences à la fois sanitaires et économiques de la pandémie. De plus, les mesures de confinement ont non seulement augmenté la charge du travail domestique et de soins qui pèse habituellement sur les filles et les femmes, mais elles les ont aussi exposées à un risque accru de violence conjugale.

En 2021, le gouvernement canadien, par l’entremise du Centre de recherches pour le développement international (CRDI), a lancé l’initiative Les femmes s’élèvent, visant à financer des projets de recherche sur les conséquences de la COVID-19 et des mesures de riposte à la pandémie sur le bien-être économique et social ainsi que sur la santé mentale et physique des filles et des femmes vivant dans des pays des Suds. Ces projets ont comme finalité, à partir des expériences étudiées, de proposer des stratégies de relance postpandémiques plus inclusives qui contribuent à l’égalité des genres.

/
Sur place et en ligne
Ajouter à mon horaire

Colloque

Section 400 - Sciences sociales

Responsables

  • Anne Calvès
    UdeM - Université de Montréal
  • Madeleine Wayack Pambe
    Université Joseph Ki-Zerbo

Partenaires

  • CRDI
Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 11 h 45
Communication orale
Communications orales
Impact de la COVID-19 sur les adolescentes et les femmes, et relances postpandémiques dans les Suds
/ Sur place et en ligne
09 h 00
Mot de bienvenue
Sana Naffa (IDRC CRDI)
09 h 15
Renforcer la résilience des jeunes travailleuses autonomes au Nigéria
Srividya Iyer (Université McGill), Olafunmilayo Akinpelu (Ministry of Women Affairs & Social Inclusion, Secretariat, Ibadan, Oyo State, Nigeria ), Iyeyinka Kusi-Mensah (Centre for Child and Adolescent Mental Health, University of Ibadan), Funmilola OlaOlorun (College of Medicine, University of Ibadan), Ade Adeniyi (College of Medicine, University of Ibadan), Olayinka Egbokhare (College of Medicine, University of Ibadan), Joshua Akinyemi (University of Ibadan), Oluwatomisin Owoade (Abeni Prints), Olusade Taiwo (DAWN Commission), Arijit Nandi (Université McGill), Aarati Taksal (Douglas Hospital Research Centre), Olayinka Omigbodun (College of Medicine, University of Ibadan)
Résumé
09 h 35
Effets des mesures de réponse à la pandémie de COVID-19 sur la santé et le bien-être socio-économique des femmes en République de Guinée : une approche mixte explicative
Fassou Mathias Grovogui (Centre d'Excellence d'Afrique pour la Prévention et le Contrôle des Maladies Transmissibles, Université Gamal Abdel Nasser), Pépé Kpoghomou (Centre d’Excellence d’Afrique pour la Prévention et le Contrôle des Maladies Transmissibles (CEA-PCMT), Université Gamal Abdel Nasser ), Elie Beavogui (Programme National de Lutte contre le paludisme), Hadja Fatoumata Souaré (Centre d’Excellence d’Afrique pour la Prévention et le Contrôle des Maladies Transmissibles (CEA-PCMT), Université Gamal Abdel Nasser ), Christiane Tolno (Chaire de Santé Publique, Université Gamal Abdel Nasser), N'Faly Conté (Chaire de Santé Publique, Université Gamal Abdel Nasser), Aissata Tounkara (Chaire de Santé Publique, Université Gamal Abdel Nasser), Mohamed Dioubaté (Chaire de Santé Publique, Université Gamal Abdel Nasser de Conakry), Alexandre Delamou (Centre d’Excellence d’Afrique pour la Prévention et le Contrôle des Maladies Transmissibles (CEA-PCMT), Université Gamal Abdel Nasser )
Résumé
09 h 55
Des politiques publiques renforts de vulnérabilité ? Prise en compte des adolescentes et femmes du secteur informel dans les mesures d'atténuation à la Covid-19 au Burkina Faso
Ibrahima Kam (Institut Supérieur des Sciences de la Population), Pricile Sebgo (Université Josepeh KI-ZERBO), Madeleine Wayack Pambe (Institut supérieur des sciences de la population, Université Joseph Ki-Zerbo), Eric Tchouaket (UQO - Université du Québec en Outaouais), Alis Bambara (Institut de démographie et socioécomie (IDESO), Université de Genève), Mamadou Cissé (Direction de l’économie informelle, ministère de la jeunesse et de la promotion de l'entrepreneuriat des jeunes du Burkina Faso)
Résumé
10 h 15
« La pandémie de l’ombre » : Covid-19, dégradation économique et violences multiformes à l’égard des femmes au Sud Bénin
Maude Jodoin Léveillée (UdeM - Université de Montréal), Anne Calvès (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
10 h 35
Période de questions
11 h 25
Mot de clôture