Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.
Le mardi 14 mai 2024

Depuis la fin des années 1980, l’évolution des politiques publiques québécoises est marquée par l’introduction de la nouvelle gestion publique (NGP) (Hood, 1991), d’abord dans le domaine de la santé (Bolduc, 2018), des services sociaux (Bourque, 2018), puis de la justice (Bernheim, 2023). Les principes à son fondement imposent la rationalisation des finances publiques par l’atteinte d’objectifs mesurables selon des indicateurs d’efficacité, d’efficience, de responsabilité et d’imputabilité. Les conséquences de ce mode de gouvernance sur les organismes et les acteurs du secteur public ainsi que les personnes qui y ont recours sont documentées. D’une part, l’évaluation de la performance du personnel devient tributaire de la célérité de l’intervention sans égard à la complexité de la tâche à accomplir. D’autre part, l’accès aux services publics est de plus en plus difficile en raison de leur rareté, mais aussi de l’imposition de conditions d’accès fondées sur des critères moraux et comportementalistes.

Si l’évolution des politiques publiques et leur implantation dans les domaines de la santé, des services sociaux et de la justice sont documentées, aucune analyse n’a transversalisé les constats dans ces trois domaines en contexte québécois. Or, des liens évidents sont à établir. D’abord, la logique de marché a transformé la conception de ce que sont les services publics. Ensuite, elle a des répercussions sur la qualité du travail des personnes au service de l’État, qu’il s’agisse du sens du travail ou de la capacité à déployer son autonomie professionnelle. Enfin, l’organisation des services sociaux, judiciaires et de santé sur le continuum de services a eu pour effet d’accroître la surveillance et le contrôle des personnes marginalisées, la justice devenant la « porte d’entrée dans les services ».

Le colloque abordera la thématique sous ces trois aspects, en privilégiant les communications portant sur plus d’un des domaines à l’étude.

/
Sur place et en ligne
Ajouter à mon horaire

Colloque

Section 400 - Sciences sociales

Responsables

Afficher tous les résumés

Avant-midi

08 h 45 à 12 h 00
Communication orale
Communications orales
Table ronde 1 : Évolution de la conception des services publics en santé sous l’égide de la NGP
/ Sur place et en ligne
Discutant-e- : Emmanuelle Bernheim (Université d’Ottawa), Françoise Drouin-Soucy (UQO - Université du Québec en Outaouais), Dalia Gesualdi-Fecteau (UdeM - Université de Montréal), Yannick Masse (Université d’Ottawa), Christine Vézina (Université Laval)
08 h 45
Accueil des participants
09 h 15
Mot de bienvenue
09 h 30
Ce que nous dit la jurisprudence relative aux Chartes québécoises et canadienne des droits et libertés sur ce que sont les services de santé et les services publics au Québec
Christine Vézina (Université Laval)
Résumé
09 h 50
Période de questions
10 h 00
La nouvelle gestion publique comme nouvelle rationalité gouvernementale : le cas de l’inspectorat du travail au Québec
Dalia Gesualdi-Fecteau (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
10 h 20
Période de questions
10 h 30
Pause
10 h 45
L’expérience de la justice sociale chez les travailleurs sociaux dans le contexte de la Nouvelle gestion publique : écarts représentationnels et détresse professionnelle
Françoise Drouin-Soucy (UQO - Université du Québec en Outaouais), Mélanie Bourque (UdeS - Université de Sherbrooke), Yannick Masse (Université d’Ottawa), Maude Lévesque (UQAM - Université du Québec à Montréal), Sébastien Savard (Université d'Ottawa), Lilian Negura (Université d’Ottawa)
Résumé
11 h 05
Période de questions
11 h 15
L’organisation des services publics en continuum : quand santé rime avec sécurité publique
Emmanuelle Bernheim (Université d’Ottawa), Guillaume Ouellet (École de travail social, Université du Québec à Montréal)
Résumé
11 h 35
Période de questions

Dîner

12 h 00 à 13 h 00
Diner
Dîner
Dîner libre
/ Sur place et en ligne

Après-midi

13 h 00 à 15 h 00
Communication orale
Communications orales
Table ronde 2 : Conditions et qualité du travail du personnel de l’État sous l’égide de la NGP
/ Sur place et en ligne
Discutant-e- : François Bolduc (Université Laval), Pierre-Antoine Harvey (Centrale des syndicats du Québec), Isabelle Le Pain (UdeS - Université de Sherbrooke), Roxanne Poulin (UQAM - Université du Québec à Montréal)
13 h 00
Les effets de la Nouvelle gestion publique sur le filet de protection sociale des enfants et des familles au Qc : regard sur les difficultés émotionnelles des intervenants sociaux
Isabelle Le Pain (UdeS - Université de Sherbrooke), Katharine Larose-Hébert (TÉLUQ - Université du Québec), Dahlia Namian (Université d’Ottawa), Laurie Kirouac (Université Laval), Alexis H. Truong (Université d’Ottawa)
Résumé
13 h 20
Période de questions
13 h 30
Quand l’organisation du travail vient à bout du collectif : le cas de l’intervention sociale au Québec
Roxanne Poulin (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Résumé
13 h 50
Période de questions
14 h 00
L’évolution des demandes et des pratiques de l’État-employeur lors des récentes rondes de négociation dans le secteur parapublic québécois sous l’angle de la NGP : défis et enjeux
François Bolduc (Université Laval), Pierre-Antoine Harvey (CSQ)
Résumé
14 h 20
Période de questions
14 h 45
Pause
15 h 00 à 17 h 00
Communication orale
Communications orales
Table ronde 3 : Continuum de services, contrôle et surveillance sous l’égide de la NGP
/ Sur place et en ligne
Discutant-e- : Emmanuelle Bernheim (Université d’Ottawa), Sara Lambert (Université d’Ottawa), Dahlia Namian (Université d’Ottawa), Anne Thibault (Université d’Ottawa)
15 h 00
Les ‘grands utilisateurs’ de la police de Gatineau et les refus de services sociaux
Anne Thibault (Université d’Ottawa)
Résumé
15 h 20
Période de questions
15 h 30
L’intervention sur le continuum, du consentement à la contrainte
Emmanuelle Bernheim (Université d’Ottawa), Guillaume Ouellet (École de travail social, Université du Québec à Montréal)
Résumé
15 h 50
Période de questions
16 h 00
Quand l’entreprise fait la loi. La « stratégie du choc » et la gestion néolibérale des désordres urbains : l’exemple du campement Devcore à Gatineau
Dahlia Namian (Université d’Ottawa), Ann-Esther Lehman (Stagiaire, Clinique interdisicplinaire de droit social de l'Outaouais), Sara Lambert (Université d’Ottawa)
Résumé
16 h 20
Période de questions
16 h 45
Mot de clôture