Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.

Du mercredi 11 au jeudi 12 mai 2022

Devant l’urgence d’intervenir afin de contrer la crise écologique, il ne fait aucun doute qu’il faudra mobiliser des moyens draconiens permettant de transformer radicalement les institutions, les infrastructures et l’organisation de la production, lesquelles reposent encore sur la consommation massive d’énergies fossiles. Or, là où l’atteinte d’objectifs tels que la carboneutralité pour 2050 nécessitera la mise en place, dès à présent, d’actions concrètes permettant de réduire de 5 à 10 % par année nos émissions de gaz à effet de serre (GES), c’est pourtant l’inertie qu’on constate au sein des secteurs économiques les plus polluants, ceux-ci reposant toujours sur la consommation massive d’énergies fossiles (Seto et al., 2016). Il est ainsi possible de constater deux paradoxes. D’une part, alors que la société capitaliste avancée est caractérisée par la révolution permanente, entre autres, de l’organisation de la production, elle se démarque autrement par l’inertie, nos secteurs économiques les plus polluants peinant à sortir des énergies fossiles. D’autre part, alors que les gouvernements s’engagent de plus en plus dans d’importants objectifs de transition écologique, ces mesures servent pour la plupart de moteurs accroissant encore plus la crise écologique, notamment par l’accès facilité à une grande quantité d’énergie à coûts abordables (Seto et al., 2016). Il importe de mieux comprendre ces paradoxes afin d’accroître notre capacité à effectuer une transition socioécologique à la hauteur des problèmes auxquels nous devons présentement faire face.

Comment sortir de l’inertie? Comment fonder les actions qui nous permettront de contrer cette force et bousculer un statu quo encore satisfait de la trajectoire pourtant suicidaire dans laquelle nous sommes présentement lancés?

Lire la suite »
Ajouter à mon horaire

Colloque

Section 600 - Colloques multisectoriels

Responsables

Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 10 h 25
Communication orale
Communications orales
Conférence d’ouverture
Discutant-e- : Éric Pineault (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Uniquement en ligne
09 h 00
La médiation géologique du cycle du capital comme vecteur d’inertie climatique: une perspective d’écologie sociale
Éric Pineault (UQAM - Université du Québec à Montréal)
10 h 45 à 12 h 15
Communication orale
Communications orales
Discours, récits et institutions
Discutant-e- : Anne-Marie D'amours (INRS - Institut national de la recherche scientifique), Marouane Joundi (UdeM - Université de Montréal), Clément Mangin (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Participant-e-s : Anne-Marie D'amours (INRS - Institut national de la recherche scientifique), Marouane Joundi (UdeM - Université de Montréal)
Uniquement en ligne
10 h 45
La mise en récits, une mise en mouvement politique ?
Nicolas Barennes (Paris 1 - Panthéon Sorbonne)
11 h 00
Québécor et les écologistes: polémique, polarisation et pistes de dépolarisation
Marouane Joundi (UdeM - Université de Montréal)
11 h 15
À la marge des pratiques formelles d’adaptation aux changements climatiques : s’attaquer aux processus générateurs de vulnérabilités à la chaleur
Anne-Marie D'amours (INRS - Institut national de la recherche scientifique), Sophie L. Van Neste (Institut national de la recherche scientifique)
11 h 30
Le déni climatique comme expression d’une vision du monde individualiste
Clément Mangin (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Après-midi

13 h 15 à 14 h 35
Communication orale
Communications orales
Conférence principale
Discutant-e- : Sébastien Chailleux (Sciences Po Bordeaux)
Uniquement en ligne
13 h 15
Stockage géologique de carbone: instabilité des coalitions et des discours autour d'une technologie d'émission négative de carbone
Sébastien Chailleux (Sciences Po Bordeaux)
15 h 00 à 16 h 30
Communication orale
Communications orales
Quelles transformations sociales pour rompre avec l’inertie climatique?
Discutant-e- : Nadia Lemieux (UQAM - Université du Québec à Montréal), Hélène Madénian (INRS - Institut national de la recherche scientifique), Antoine Marleau (York University), Laurie Patterson (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Participant-e-s : Nadia Lemieux (UQAM - Université du Québec à Montréal), Hélène Madénian (INRS - Institut national de la recherche scientifique), Antoine Marleau (York University), Laurie Patterson (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Uniquement en ligne
15 h 00
De la crise écologique au bien commun : Concevoir une transition vers un espace sécuritaire et florissant à l’intérieur des limites sociales et environnementales
Antoine Marleau (York University)
15 h 15
Comprendre les modes de vie écoresponsables grâce aux initiatives collectives québécoises
Laurie Patterson (UQAM - Université du Québec à Montréal), Sophie Aubé (Université du Québec à Montréal), Marie-Anne Bleau (Université du Québec à Montréal), Gabriel Vallières (Université du Québec à Montréal)
15 h 30
Fondations philanthropiques et action climatique urbaine
Hélène Madénian (INRS - Institut national de la recherche scientifique)
15 h 45
Revisiter la philosophie utopiste de Marcuse pour penser les transformations sociales à venir
Nadia Lemieux (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 10 h 45
Communication orale
Communications orales
Conférence principale
Discutant-e- : Franck Fischbach (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Uniquement en ligne
09 h 00
La rupture écologique comme décrochage historico-temporel
Franck Fischbach (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
10 h 45 à 12 h 15
Communication orale
Communications orales
Financiarisation, extractivisme et inertie climatique
Discutant-e- : Joanie Ouellette (UQAM - Université du Québec à Montréal), Colin Pratte (UQAM - Université du Québec à Montréal), Alejandra Zaga Mendez (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Participant-e-s : Joanie Ouellette (UQAM - Université du Québec à Montréal), Colin Pratte (UQAM - Université du Québec à Montréal), Alejandra Zaga Mendez (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Uniquement en ligne
10 h 45
Du business as usual à l’inertie climatique. L’impact du secteur financier sur les politiques environnementales
Joanie Ouellette (UQAM - Université du Québec à Montréal)
11 h 00
La mise en oeuvre des paiements pour services écosystémiques à Amanalco au Mexique : entre la néo-libéralisation des politiques environnementales et la protection des communs
Alejandra Zaga Mendez (UQO - Université du Québec en Outaouais)
11 h 15
Jusqu’au dernier baril : Relier les réseaux de l’industrie des énergies fossiles et l’inaction climatique au Canada, 1990-2019
Nicolas Viens (York University)
11 h 30
Le gaz naturel au Québec et le verrouillage carbone : analyse de cas à partir du principal distributeur de gaz naturel au Québec
Colin Pratte (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Après-midi

13 h 15 à 14 h 45
Communication orale
Communications orales
Conférence principale
Discutant-e- : Alain Deneault (Université de Moncton)
Uniquement en ligne
13 h 15
Prendre l'éthique au sérieux. Un renouveau écologiste
Alain Deneault (Université de Moncton)
15 h 00 à 16 h 30
Communication orale
Communications orales
L’inertie matérielle de nos économies : représenter l’écologie sociale par l’approche métabolique
Discutant-e- : Krystof Beaucaire (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Participant-e-s : Krystof Beaucaire (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Uniquement en ligne
Résumé de la session
15 h 00
L'inertie matérielle de nos économies. Représenter de l'écologie sociale par l'approche métabolique
Krystof Beaucaire (UQAM - Université du Québec à Montréal), Marc Dionne (Université du Québec à Montréal), Clara Vivin (UQAM - Université du Québec à Montréal)