Aller au contenu principal
Il y a présentement des items dans votre panier d'achat.

Du lundi 9 au mardi 10 mai 2022

Problématique

Si l’on considère que les savoirs circulent davantage à notre siècle qu’aux précédents, il convient néanmoins de (se) poser la question de leur démocratisation. En effet, une meilleure accessibilité aux savoirs implique-t-elle leur démocratisation? C’est tout l’enjeu de ce colloque.

On interrogera dans ce colloque les savoirs au pluriel, c’est-à-dire tant les savoirs scolaires, officiels (universités, instituts de recherche, etc.), que les savoirs endogènes. Par savoirs endogènes, on inclut les savoirs considérés ou vécus comme traditionnels. Dans cet ordre d’idées, on envisage les rapports entre les savoirs. Mais qui décide de leur visibilité et de leur transmission à grande échelle? Une indéniable concurrence idéologique existe entre des savoirs propres, c’est-à-dire à soi, et des savoirs majoritaires, souvent impropres, non pertinents, parce qu’imposés, trop généralisés (Deleuze et Guattari, 1980 et 1991). C’est également ce que montre le théoricien du contrôle culturel, l’anthropologue mexicain Guillermo Bonfil Batalla (1991), en proposant une catégorisation qui définit les éléments culturels selon que les décisions sont propres ou extérieures. Dans certains de ces cas, il y a résistance à l’absorption d’une culture par une autre.

On peut légitimement s’interroger sur ces conflits entre les savoirs : comment faire pour que la démocratisation n’empêche pas certains savoirs d’être reconnus à leur juste valeur? Nous constatons pourtant que certains éléments culturels de sociétés données peuvent devenir des postulats universalisables (pharmacopées autochtones d’Amazonie, cas des savoirs féminins sur la pêche en Afrique de l’Ouest, etc.), mais sont cependant discrédités et/ou poussés vers l’invisibilité.

Si l’on accepte, avec certains philosophes, que des populations de cultures endogènes et/ou autochtones sont à même de créer des concepts nouveaux, de sens différents, on ne peut nier leur capacité à produire des néologismes ou des sens re-signifiés. C’est donc une question de catégorisation sociale ou raciale, y compris en ce qui concerne l’inégalité entre les sexes. Car la « valence différentielle des sexes » (Héritier, 1996) est en passe de devenir, non sans mal, un objet de recherche légitime avec l’acceptation progressive de l’axiome selon lequel « la question de l’inégalité des sexes est éminemment politique. Ce modèle inégal est la matrice de tous les autres régimes d’inégalité » (Héritier), comme le montre son corollaire, la notion de « sexage » (Guillaumin, 1992).

Le fond de la question serait donc ici la position de subalternité imposée par les dominants dans la dynamique de coexistence des savoirs. Les dominé‑e‑s ont leur propre mode de certification et de validation des savoirs. Après James C. Scott (1990), il est reconnu que les subalternes développent une politique souterraine et résistent, de façon plus ou moins dissimulée, aux discours et aux pouvoirs dominants. Ils et elles imaginent un ordre social différent.

 

Lire la suite »
Ajouter à mon horaire

Colloque

Section 600 - Colloques multisectoriels

Responsables

Afficher tous les résumés

Avant-midi

08 h 30 à 09 h 30
Communication orale
Communications orales
Conférence d’ouverture
Présidence/Animation : Benoît Baltus (Université de Guyane)
Discutant-e- : Montserrat Fitó (EHESS, Paris - CIRCACIA, Cayenne)
Uniquement en ligne
08 h 30
Mot de bienvenue
08 h 40
Conférence d'ouverture
Benoît Baltus (Université de Guyane)
09 h 00
Discussion
09 h 10
Période de questions
09 h 30 à 12 h 20
Communication orale
Communications orales
Circulation des savoirs en Guyane
Présidence/Animation : Montserrat Fitó (EHESS, Paris - CIRCACIA, Cayenne)
Uniquement en ligne
09 h 30
Revitalisation d’une culture autochtone de Guyane (kali’na) par sa jeunesse
Amandine Galima (Jeunesse autochtone de Guyane)
Résumé
09 h 50
Savoirs littéraires guyanais et apprentissage
Dominique Boisdron (Université de Guyane)
Résumé
10 h 10
Modalités de transmission des savoirs liés aux plantes médicinales dans une société multiculturelle. Le cas de la Guyane française
Résumé
10 h 30
Période de questions
10 h 50
Pause
11 h 00
Relire Fanon en Guyane : enjeux d’une lecture propre à sa pensée
Benoît Baltus (Université de Guyane)
Résumé
11 h 20
Du déracinement au suicide : les jeunes Autochtones de l'intérieur en Guyane
Saïla Bidiou (Organisation des Nations Autochtones de Guyane - (ONAG))
Résumé
11 h 40
Savoirs autochtones et savoirs dominants en Guyane : interférences ou coopération ?
Wellya Jean-Jacques (CIRCACIA)
Résumé
12 h 00
Période de questions

Dîner

12 h 30 à 14 h 00
Diner
Dîner
Dîner libre
Uniquement en ligne

Après-midi

14 h 00 à 17 h 00
Communication orale
Communications orales
Dialectique des savoirs en Afrique
Présidence/Animation : Dominique Boisdron (Université de Guyane)
Uniquement en ligne
14 h 00
Acquis constitutionnels des savoirs en gouvernance traditionnelle akan matrilinéaire et démocratie moderne
Kouamé Arnaud Diby (Université Alassane Ouattara de Bouaké -Côte d'Ivoire)
Résumé
14 h 20
Les savoirs traditionnels au service de la lutte contre les effets des changements climatiques (CC) : cas de deux communes (Sô-Ava et Les Aguégués) du sud Bénin
Dossa Hyppolite Dansou (Université Laval)
Résumé
14 h 40
Impact des savoirs institués démocratisés sur l’éthique : les élites intellectuelles au Sud-Cameroun
Jérôme Manfred Manga (INJS CAMEROUN)
Résumé
15 h 00
Période de questions
15 h 20
Pause
15 h 40
Subalternité dans les savoirs en Côte d’Ivoire
Diamoi Joachim Agbroffi (Université Alassane OUATTARA)
Résumé
16 h 00
Le système éducatif au Cameroun : entre acceptation sociale et homologation des savoirs endogènes et traditionnels
Victorine Ghislaine Nzino Munongo (Université Catholique d'Afrique Centrale), Justine Nzweundji (Institut de Recherches Médicales et d’Etudes des Plantes Médicinales - Cameroun)
Résumé
16 h 20
Conceptions endogènes de la richesse à Yaoundé : « la richesse, c’est les hommes »
Emmanuel Galland (Aix-Marseille Université)
Résumé
16 h 40
Période de questions
Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 12 h 30
Communication orale
Communications orales
Visibilité décoloniale et savoirs endogènes
Présidence/Animation : Benoît Baltus (Université de Guyane)
Uniquement en ligne
09 h 00
Trouver sa place : entre transmission et réinvention des savoirs rituels
Michèle Fellous (Centre national de la recherche scientifique (CNRS), France )
Résumé
09 h 20
Décoloniser la Grèce antique. Pourquoi l’invisibilisation du conflit entre les sophistes et Platon nous concerne toujours
Laura Moscarelli (Aix-Marseille Université)
Résumé
09 h 40
Période de questions
10 h 00
Pause
10 h 20
Les savoirs sur l'énergie humaine, de l'endogène à l'universel
Montserrat Fitó (EHESS, Paris - CIRCACIA, Cayenne)
Résumé
11 h 00
« Caring for Country » : ce que la situation coloniale australienne fait aux savoirs autochtones
Martin Préaud (EHESS)
Résumé
11 h 20
Période de questions

Dîner

12 h 30 à 14 h 00
Diner
Dîner
Dîner libre
Uniquement en ligne

Après-midi

14 h 00 à 17 h 00
Communication orale
Communications orales
Les savoirs du genre : rapports sociaux de sexe, idéologie patriarcale, sexisme systémique
Présidence/Animation : Victorine Ghislaine Nzino Munongo (Université Catholique d'Afrique Centrale)
Uniquement en ligne
14 h 00
Approvisionnement des villes et rapports sociaux de sexe au Cameroun
Fati Oumarou Houssaina (Université Maroua)
Résumé
14 h 20
La parité « hommes-femmes » au prisme de l'idéologie patriarcale dans l’exécutif et au Parlement gabonais (1960-2020)
Omer Arsène Ivora Mouangoye (Université Omar Bongo)
Résumé
14 h 40
Sexisme systémique, équilibre du temps et conciliation vie privée-vie professionnelle sur la performance des enseignants-chercheurs de Côte d’Ivoire
Albertine Monney (Université Alassane Ouattara, Bouaké, Côte d'Ivoire)
Résumé
15 h 00
Période de questions
15 h 20
Production et circulation des savoirs au sein de l’appareil médico-étatique : une proposition de démocratisation de l’intuition au féminin
Audrey Bujold (UQO - Université du Québec en Outaouais), Sandrine Vallée-Ouimet (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Résumé
15 h 40
De la théorie à la pratique : penser et valoriser les savoirs endogènes dans une perspective décoloniale
Mathilde Gouin-Bonenfant (University of Cambridge), Marie Fall (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi)
Résumé
16 h 00
Période de questions