Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.

Le mardi 10 mai 2022

Depuis les années 2000, l’« intersectionnalité » a connu un succès inégalé, notamment dans les études féministes (Bilge, 2015). Alors que cette approche semble être devenue une bonne pratique pédagogique (ibid.), de plus en plus de militant‑e‑s et de chercheur‑se‑s décrient sa dépolitisation, et même son instrumentalisation : l’intersectionnalité devient une marque qui « paraît bien » (Tlostanova,2015). Cette approche se voit même de plus en plus intégrée aux politiques tant nationales qu’internationales (Collins et Bilge, 2016), en plus d’être largement mobilisée par les universitaires, les discours publics ou les organisations internationales. Ce concept et cette approche sont devenus si à la mode que l’on remet en question leur charge heuristique et leur portée critique.

Une telle visibilité des approches intersectionnelles pourrait laisser croire qu’elle s’accompagne d’un rééquilibrage des inégalités sociales multiples que cette approche veut déconstruire. Or, de nombreux travaux démontrent au contraire que les rapports de pouvoir perdurent et se renouvellent, sans compter que la pandémie actuelle a été accompagnée d’un durcissement de ces inégalités touchant notamment différemment des groupes moins privilégiés et plus vulnérables (Froidevaux-Metterie, 2020).

L’année dernière, notre panel s’était concentré sur les approches genrées/féministes. Cette année, nous proposons une rencontre autour de l’engouement quant à l’intersectionnalité. Nous l’articulerons autour de plusieurs axes de réflexion, allant des enjeux liés à l’instrumentalisation de ces approches, aux « interstices » qui n’ont pas ou qui ont peu fait l’objet d’une analyse tenant réellement compte d’une hétérogénéité des expériences d’oppression. Quels sont ces interstices et comment leur analyse fait-elle apparaître des réalités sociales jusqu’ici restées dans l’ombre? L’instrumentalisation de ce concept parfois de manière apolitique ne participerait-elle pas à dissimuler les dynamiques inégalitaires plurielles constitutives des rapports de pouvoir? Autant de questions que nous aborderons entre chercheur‑se‑s issu‑e‑s d’horizons divers.

Lire la suite »

Remerciements

Nous remercions tous.tes les participant.es qui ont participé à ce colloque, ainsi que toutes les personnes, de près ou de loin, qui ont permis l'organisation de cette journée de conférences. 

Ajouter à mon horaire

Colloque

Section 400 - Sciences sociales

Responsables

  • Marianne Kempeneers
    UdeM - Université de Montréal
  • Corynne Laurence-Ruel
    UdeM - Université de Montréal
  • Amani Braa
    UdeM - Université de Montréal
  • Madon Awissi
    UdeM - Université de Montréal
Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 09 h 30
Communication orale
Communications orales
Ouverture du colloque
Présidence/Animation : Marianne Kempeneers (UdeM - Université de Montréal)
Discutant-e- : Madon Awissi (UdeM - Université de Montréal), Amani Braa (UdeM - Université de Montréal), Corynne Laurence-Ruel (UdeM - Université de Montréal)
Uniquement en ligne
09 h 30 à 11 h 00
Communication orale
Communications orales
Intersectionnalité : entre méconnaissance et distorsion
Présidence/Animation : Madon Awissi (UdeM - Université de Montréal)
Uniquement en ligne
09 h 30
Aux intersections du militantisme féministe togolais
Maude Jodoin Léveillée (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
10 h 00
Pour un féminisme sénégalais inclusif : réception de l’intersectionnalité chez les féministes sénégalaises
Ndeye Fatou Kane (Université de Paris )
Résumé
10 h 30
Politiques d’utilisation/distorsion de l’intersectionnalité dans des espaces gouvernementaux
Geneviève De Breyne-Gagnon (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Résumé
11 h 15 à 11 h 45
Communication orale
Communications orales
Intersectionnalité : entre capacitisme et invisibilisation
Présidence/Animation : Corynne Laurence-Ruel (UdeM - Université de Montréal)
Uniquement en ligne
11 h 15
Handicap, capacitisme et intersectionnalité : quelques pièges à éviter dans le travail d’articulation des axes d’oppression
Jean-François Filiatrault (UdeM - Université de Montréal), Marie-Eve Veilleux (Université de Montréal)
Résumé
11 h 45 à 12 h 15
Communication orale
Communications orales
Retour sur les communications : questions?
Présidence/Animation : Amani Braa (UdeM - Université de Montréal)
Discutant-e- : Madon Awissi (UdeM - Université de Montréal), Amani Braa (UdeM - Université de Montréal), Corynne Laurence-Ruel (UdeM - Université de Montréal)
Uniquement en ligne

Dîner

12 h 15 à 13 h 15
Diner
Dîner
Dîner
Uniquement en ligne

Après-midi

13 h 15 à 14 h 45
Communication orale
Communications orales
Intersectionnalité : entre réification du religieux et stigmatisation
Présidence/Animation : Amani Braa (UdeM - Université de Montréal)
Uniquement en ligne
13 h 15
Les enseignantes musulmanes voilées à la croisée de multiples oppressions
Soraya Boucetta (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
13 h 45
Déconstruire la figure de "l'homme musulman" : exploration des liens entre islam(s) et masculinités
Youssef Benzouine (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
14 h 15
Penser les familles de djihadistes avec des lunettes intersectionnelles
Amani Braa (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
14 h 45 à 15 h 00
Communication orale
Communications orales
Retour sur les communications et fermeture du colloque
Présidence/Animation : Amani Braa (UdeM - Université de Montréal)
Discutant-e- : Madon Awissi (UdeM - Université de Montréal), Amani Braa (UdeM - Université de Montréal), Corynne Laurence-Ruel (UdeM - Université de Montréal)
Uniquement en ligne