Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.

Le mercredi 5 mai 2021

Encore peu de données sont disponibles au Québec et ailleurs dans le monde pour mesurer les répercussions de la pandémie de COVID-19 sur les violences intimes, familiales ou structurelles (VIFS). Toutefois, des travaux ayant documenté les effets de situations d’urgence et de crises humanitaires montrent que ces événements sont susceptibles de provoquer une hausse des VIFS (Bell et Folkerth, 2016; Parkinson, 2019; Yoshihama et al., 2019). Les observations faites sur le terrain depuis mars 2020 semblent aller en ce sens. On note en effet une augmentation du nombre de cas de 20 à 30 %, ce qui correspond à ce qui est observé dans d’autres pays (CSF, 2020). Une enquête de Statistique Canada (2020) dévoile qu’une femme sur 10 et qu’un homme sur 20 redoutait la violence familiale pendant la période de confinement. Les intervenants sur le terrain observent également une plus grande complexité des violences. Le confinement et les mesures d’urgence exceptionnelles mises en place semblent avoir créé un contexte de vulnérabilité accrue aux VIFS. L’isolement social, l’impossibilité d’accéder aux habituelles sources de soutien et l’amplification de certains facteurs associés aux violences contribuent notamment à ce contexte, qui pourrait affecter davantage des groupes déjà fragilisés (Bracewell et al., 2020; INSPQ, 2020).

En parallèle, on observe une modification dans les demandes d’aide, des barrières dans l’accès aux services (INSPQ, 2020), de même qu’une adaptation des organismes qui doivent composer avec les règles sanitaires et les craintes des employés et de la clientèle (Lavergne et al., 2020). En outre, la fermeture des tribunaux a entraîné des délais importants dans les audiences et rendu difficile l’obtention d’ordonnances de protection, augmentant ainsi les risques pour les victimes (Bracewell et al., 2020). La situation exceptionnelle que l’on connaît pose donc d’importants défis pour les organismes, en plus de soulever des enjeux éthiques. 

Lire la suite »
Ajouter à mon horaire

Colloque

Section 400 - Sciences sociales

Responsables

Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 10 à 10 h 45
Communication orale
Communications orales
Pandémie et violence conjugale et familiale
Discutant-e- : Rosita Vargas Diaz (UdeM - Université de Montréal)
Batiment : En ligne
Local : En ligne
08 h 45
Accueil des participants
09 h 00
Mot de bienvenue
09 h 10
Comment la pandémie de COVID-19 influence-t-elle la violence conjugale? État des connaissances scientifiques et pistes d’action
Julie Laforest (INSPQ - Institut national de santé publique du Québec)
Résumé
09 h 50
Pause
10 h 00
Cooccurrence de violence conjugale envers les femmes et de violence faite aux enfants : répercussions du confinement sur les familles et la pratique en protection de la jeunesse
Chantal Lavergne (CIUSSS Centre-Sud-de-lÎle-de-Montréal), Rosita Vargaz Diaz (Université de Montréal )
Résumé
10 h 40
Pause
10 h 45 à 12 h 00
Panel
Panel / Atelier
Table ronde – Effets de la pandémie sur différents milieux de la pratique
Présidence/Animation : Catherine Rossi (Université Laval)
Participant-e-s : Audrey Mantha (Centre de solidarité lesbienne), Valérie Meunier (GAPI - Groupe d'aide aux personnes impulsives), Josée Turbis (Violence Info)
Batiment : En ligne
Local : En ligne

Dîner

12 h 00 à 13 h 15
Diner
Dîner
Dîner sur place
Batiment : En ligne
Local : En ligne

Après-midi

13 h 15 à 15 h 45
Communication orale
Communications orales
Regards des intervenants et des professionnels sur leurs pratiques
Discutant-e- : Valérie Meunier (GAPI - Groupe d'aide aux personnes impulsives), Catherine Rossi (Université Laval)
Batiment : En ligne
Local : En ligne
13 h 15
Violences intimes et pandémie: enjeux et pistes de solution
Geneviève Lessard (Université Laval), Catherine Rossi (Université Laval)
Résumé
13 h 45
Pause
13 h 55
Regards pré et per pandémie des intervenants.es et professionnel.les de la santé sur les interventions en contexte de violence conjugale en période périnatale
Sylvie Lévesque (UQAM - Université du Québec à Montréal), Alena Valderrama (CHU Sainte-Justine)
Résumé
14 h 35
Pause
14 h 45
Violence conjugale et pandémie : observations du personnel des organismes d’aide aux conjoints aux comportements violents et adaptation des pratiques
Normand Brodeur (Université Laval), Valérie Roy (Université Laval), Dorian Laverdière (Université Laval), Valérie Meunier (GAPI - Groupe d'aide aux personnes impulsives)
Résumé
15 h 30
Mot de clôture