Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.

Le vendredi 7 mai 2021

Dans la francophonie, le désistement du crime (parfois appelé « désistance ») est un objet d’étude relativement nouveau. Il connaît cependant un essor important dans les milieux scientifiques anglo-saxons depuis une trentaine d’années. Les études phares sur le désistement ont d’abord cherché à comprendre comment des personnes ayant commis de nombreux délits et n’ayant pas participé à des interventions dites correctionnelles sont parvenues, non seulement à abandonner leur carrière criminelle, mais aussi à se définir comme « ex » contrevenantes (Maruna, Immarigeon et LeBel, 2004). Ces études, pour la plupart réalisées au Royaume-Uni ou aux États-Unis, ont permis d’identifier les facteurs individuels (p. ex., maturation psychosociale, changement identitaire, agentivité, transformations cognitives) et structurels (p. ex., mariage, emploi) qui peuvent déclencher ou faciliter ce processus de changement (voir Bersani et Doherty, 2018; Graham et McNeill, 2017). Sortir de la délinquance requiert des changements comportementaux, cognitifs, identitaires et sociaux. Il s’agit d’un processus long et complexe, caractérisé par l’ambivalence et l’incertitude, en plus d’être parsemé d’obstacles structurels (Healy, 2012). Or, des études ont mis en évidence l’importance du soutien social formel et informel à travers ce processus (F.-Dufour, Villeneuve et Perron, 2018). Il apparaît désormais essentiel de mieux comprendre comment les politiques et les pratiques déployées au sein du système de justice pénale peuvent contribuer à déclencher, à soutenir ou à freiner le processus de désistement (Villeneuve, F.-Dufour et Farrall, 2020). Ces connaissances sont essentielles pour s’assurer que les politiques et les pratiques destinées aux justiciables soient ancrées dans des principes humains, moraux et éthiques respectant les plus hauts standards de pratique.

Ce colloque scientifique permettra de réunir, pour l’une des rares fois, des chercheurs francophones de différents horizons disciplinaires afin d’échanger des connaissances sur le désistement du crime, plus spécifiquement sur les différentes sources de soutien formel (politiques sociopénales, pratiques d’intervention) et informel (famille, pairs, conjoint.e) qui sont favorables au processus de sortie de la délinquance d’adolescents et d’adultes ayant commis divers types de délits, présentant des profils particuliers (problèmes de santé mentale, dépendance, itinérance) et exposés à diverses conséquences (peine communautaire, casier judiciaire, privation de liberté). Ce colloque permettra à des étudiants et à des chercheurs émergents et établis s’intéressant à l’intégration sociale et communautaire des personnes contrevenantes de communiquer leurs connaissances et de proposer des pistes concrètes pour soutenir le développement de politiques, de programmes et de pratiques centrés sur les besoins des personnes contrevenantes afin de les accompagner dans l’élaboration et l’actualisation d’un projet de vie porteur de sens.

Lire la suite »
Ajouter à mon horaire

Colloque

Section 400 - Sciences sociales

Responsables

Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 10 h 30
Communication orale
Communications orales
Le désistement assisté (Partie 1)
Présidence/Animation : Marie-Pierre Villeneuve (UdeS - Université de Sherbrooke)
Discutant-e- : Natacha Brunelle (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières), Sarah Perrin (Université de Bordeaux)
Batiment : En ligne
Local : En ligne
09 h 00
Accueil des participants
09 h 15
Trajectoires d’usage-revente au féminin. Une analyse sociologique des relations entre des policiers et des femmes usagères-revendeuses intégrées socialement à Bordeaux (France).
Sarah Perrin (Université de Bordeaux)
Résumé
09 h 45
Désistement de la délinquance et services en dépendance à partir du point de vue des personnes judiciarisées
Natacha Brunelle (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières), Nadia L'Espérance (CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec), Julie-Soleil Meeson (Université de Montréal), Sabrina Lapointe (Université Laval), Marie Drolet-Noël (Université du Québec à Trois-Rivières)
Résumé
10 h 15
Discussion
10 h 30
Pause
10 h 45 à 12 h 00
Communication orale
Communications orales
Le désistement assisté (Partie 2)
Présidence/Animation : Marie-Pierre Villeneuve (UdeS - Université de Sherbrooke)
Discutant-e- : Valérie Aubut (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières), Philippe Mercier (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)
Batiment : En ligne
Local : En ligne
10 h 45
Le désistement assisté des personnes âgées judiciarisées : comment mieux pallier les lacunes du système judiciaire
Valérie Aubut (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières), Chantal Plourde (Université du Québec à Trois-Rivières), Mathieu Goyette (Université de Sherbrooke)
Résumé
11 h 15
Comment le réseau social peut faciliter la (ré)intégration sociocommunautaire des Québécois.es judicriarisés.es âgés.es de 16 à 35 ans ayant vécu une situation d’itinérance ?
Philippe Mercier (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières), Natacha Brunelle (Université du Québec à Trois-Rivières), Isabelle F.-Dufour (Université Laval)
Résumé
11 h 45
Discussion

Après-midi

13 h 30 à 14 h 15
Communication orale
Communications orales
Le désistement assisté (Partie 3)
Présidence/Animation : Marie-Pierre Villeneuve (UdeS - Université de Sherbrooke)
Discutant-e- : Roxanne Couture-Dubé (Université Laval), Isabelle F.-Dufour (Université Laval), Marie-Pierre Villeneuve (UdeS - Université de Sherbrooke)
Batiment : En ligne
Local : En ligne
13 h 30
Transcendance et désistement
Isabelle F.-Dufour (Université Laval), Brenda Aucoin (Université Laval), Marie-Christine Fortin (Université Laval), Julie Marcotte (Université du Québec à Trois-Rivières)
Résumé
14 h 00
L'expérience du passage à la vie adulte de jeunes Québécois judiciarisés âgés de 16 à 25 ans
Roxanne Couture-Dubé (Université Laval), Isabelle F.-Dufour (Université Laval), Natacha Brunelle (Université du Québec à Trois-Rivières)
Résumé
14 h 30
Surveiller pour contrôler ou surveiller pour soutenir? Le désistement de la délinquance d'adolescents suivis dans la communauté
Marie-Pierre Villeneuve (UdeS - Université de Sherbrooke), Isabelle F.-Dufour (Université Laval)
Résumé
15 h 00
Pause
15 h 15
Discussion