Aller au contenu principal

Uniquement en ligne

Du jeudi 6 au vendredi 7 mai 2021

Le soutien communautaire en logement social prend aujourd’hui plusieurs formes, toutes caractéristiques d’un nouveau système de protection sociale organisé en réseaux, plus orienté vers la responsabilisation des usagers et la mobilisation des acteurs locaux issus des organisations publiques, privées ou du tiers secteur (Andreotti et Mingione, 2013). Les réseaux locaux, où se rencontrent les acteurs pour négocier les modes de relation et les mécanismes de coopération (Klein, 2014), cherchent à apporter une solution à une situation problématique, à planifier ou à implanter des programmes et services dans une communauté. Ils sont surtout utilisés pour aborder des problèmes complexes (Ferlie et al., 2011), car ils sont reconnus pour présenter un avantage collaboratif; la collaboration pouvant générer des retombées plus grandes que l’action individuelle des acteurs locaux (Divay et al., 2013). 

Les personnes vivant en logement social sont confrontées à une multitude de problèmes complexes pour lesquels une solution unique n’est pas possible, et pour lesquels plusieurs aspects, individus et organisations doivent être considérés (Leblanc et Morin, 2010). Les problèmes complexes appellent l’action intersectorielle, une réponse de plus en plus fréquente à la fragmentation, à la complexité et au dynamisme de nos sociétés (Bryson et al., 2014; Torfing et Sorensen, 2014). Cependant, les instances intersectorielles sont structurantes dans la mesure où les institutions qui y participent sont capables de réviser leurs services à la lumière des besoins du milieu et dans le but de renforcer les capacités collectives (Divay et al., 2013). Or, les instances de concertation et d’action intersectorielle de type « réseaux », dont le nombre a considérablement augmenté au cours des deux dernières décennies, révèlent plutôt un rapport social descendant dans la planification locale et un sous-investissement dans la disponibilité des ressources (Bilodeau et al., 2014).

Sur le plan scientifique, la pertinence de ces deux journées repose sur une meilleure compréhension des actions devant la multiplicité de leurs formes ainsi que des facteurs institutionnels qui les influencent. Sur le plan social, l’intérêt sera d’approfondir de nouveaux enjeux et de faire connaître des pratiques en émergence. Au cours de la première journée, les conférenciers seront appelés à discuter des conditions qui favorisent ou contraignent le développement des réseaux locaux et leur fonctionnement. Au cours de la deuxième journée, les présentateurs seront invités à se pencher sur les nouveaux enjeux vécus au sein des logements sociaux ainsi que les pratiques en émergence.

Lire la suite »

Colloque

Section 400 - Sciences sociales
Ajouter à mon horaire

Responsables

  • André-Anne Parent
    UdeM - Université de Montréal
  • Dominic Foisy
    UQO - Université du Québec en Outaouais
  • Paul Morin
    UdeS - Université de Sherbrooke
  • Stéphane Grenier
    UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
  • Isabelle Lacroix
    UdeS - Université de Sherbrooke
  • Carolyne Grimard
    UdeM - Université de Montréal
Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 12 h 00
Communication orale
Communications orales
Bloc 1 – Structures, politiques et programmes
Présidence/Animation : Paul Morin (UdeS - Université de Sherbrooke)
Discutant : Marie-Camille Gagné (UdeS - Université de Sherbrooke), Isabelle Lacroix (UdeS - Université de Sherbrooke), Paul Morin (UdeS - Université de Sherbrooke), Jean-François Vachon (UdeS - Université de Sherbrooke)
Batiment : En ligne
Local : En ligne
09 h 15
L’autonomie avant tout : l’évolution de l’idée du regroupement des OMH au Québec (1969-2016).
Jean-François Vachon (UdeS - Université de Sherbrooke), Isabelle Lacroix (Université de Sherbrooke), Paul Morin (Université de Sherbrooke)
10 h 00
Les fondements législatifs et juridiques du regroupement des offices d’habitation.
Marie-Camille Gagné (UdeS - Université de Sherbrooke), Paul Morin (Université de Sherbrooke)
11 h 15
Analyse territoriale du regroupement des Offices d’habitation.
Paul Morin (UdeS - Université de Sherbrooke), Isabelle Lacroix (Université de Sherbrooke), Jean-François Vachon (Université de Sherbrooke)

Après-midi

13 h 00 à 17 h 00
Communication orale
Communications orales
Bloc 2 – Réseaux locaux et collaborations intersectorielles
Présidence/Animation : André-Anne Parent (UdeM - Université de Montréal)
Discutant : André-Anne Parent (UdeM - Université de Montréal), Samuèle Rémillard-Boilard (UdeS - Université de Sherbrooke)
Batiment : En ligne
Local : En ligne
13 h 15
Réseaux locaux, intervention de proximité et retombées de l’intervention en HLM.
André-Anne Parent (UdeM - Université de Montréal)
14 h 00
Collaborations et perte d’autonomie dans les coopératives d’habitation pour aîné(e)s.
Paul Morin (UdeS - Université de Sherbrooke), Samuèle Boilard-Rémillard (Université de Sherbrooke)
15 h 15
Le rôle de l’organisation communautaire des CISSS et CIUSSS dans le maintien des collaborations intersectorielles locales en logement social.
André-Anne Parent (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
16 h 00
Synthèse

Soir

17 h 00 à 19 h 00
Réseautage
Réseautage
Cocktail d’échange
Présidence/Animation : André-Anne Parent (UdeM - Université de Montréal)
Batiment : En ligne
Local : En ligne
Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 12 h 00
Communication orale
Communications orales
Bloc 1 – Proximité et liens sociaux
Discutant : Serigne Touba Mbacké Gueye (UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue)
Batiment : En ligne
Local : En ligne
09 h 15
Soutien communautaire en OSBL d’habitation et point de vue des familles immigrantes à Parc-Extension et Saint-Michel, Montréal.
10 h 00
Recherche interventionnelle en logement social
Isabelle Lapointe (UQAM - Université du Québec à Montréal)
11 h 15
Évaluer une action communautaire destinée à des enfants: une approche différente combinée à des embûches diverses. L'exemple « le local » de Rouyn-Noranda.
Serigne Touba Mbacké Gueye (UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue)

Après-midi

13 h 00 à 17 h 00
Communication orale
Communications orales
Bloc 2 – Mobilisation et participation des locataires
Présidence/Animation : Stéphane Grenier (UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue)
Discutant : Stéphane Grenier (UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue), Carolyne Grimard (UdeM - Université de Montréal), Patricia Viannay (P.O.P.I.R. Comité logement)
Batiment : En ligne
Local : En ligne
13 h 15
La perception de la participation des locataires dans le milieu des HLM.
Daphné Paquette (UdeS - Université de Sherbrooke)
14 h 00
L'action collective pour du logement social comme outil de résistance à la gentrification des quartiers populaires.
Patricia Viannay (P.O.P.I.R. Comité logement)
15 h 15
Culture organisationnelle et participation des locataires, tensions dans le vivre-ensemble.
Stéphane Grenier (UQAT - Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue), Carolyne Grimard (Université de Montréal)
16 h 00
Synthèse
16 h 30
Mot de clôture