Imprimer

1 - Performances et particularités des défis de la recherche menée par les étudiants au collégial

Le lundi 27 mai 2019

L’organisation d’un colloque où l’on débat de l’intégration des étudiants dans les recherches menées au collégial est incontestablement un grand défi d’intérêt indéniable. Ce colloque a pour objectif de susciter un large échange sur les performances, les défis, les particularités, les contraintes et les questionnements liés à l’intégration des étudiants de niveau collégial dans les recherches menées dans tous les domaines de sciences. L’idée est de réunir un nombre important et diversifié de partenaires, incluant les centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT), les chaires de recherche industrielle et les collèges publics et privés qui viendront présenter chacun leurs expériences dans l’encadrement des travaux d’étudiants de niveau collégial. Les échanges seront cadrés mais non limités et vont porter, entre autres, sur : les procédures de recrutement et d’encadrement des étudiants, les tâches assignées, le financement des étudiants, les contraintes des chercheurs et des étudiants, les histoires à succès, etc.

Dans un premier temps, plusieurs enseignants-chercheurs travaillant dans différents établissements scolaires et ayant une expérience dans l’encadrement des étudiants en recherche ont été sollicités, ont répondu favorablement et comptent ainsi contribuer avec la participation des étudiants et/ou des professeurs. Ces enseignants-chercheurs sont rattachés aux cégeps et collèges suivants : Dawson, Jonquière, Maisonneuve, Marie-Victorin, Saint-Hyacinthe, Sorel-Tracy et Vieux Montréal. 

Si la proposition est acceptée par l’ACFAS, ce colloque sera ensuite ouvert à d’autres chercheurs travaillant dans le milieu collégial et ayant une expérience (ou un intérêt particulier) dans l’encadrement de recherches menées par des étudiants. Aussi, un appel de communications est prévu à l’attention des étudiants impliqués en recherche collégiale pour qu’ils puissent faire une présentation orale de leurs travaux.

Lire la suite »
Colloque
Enjeux de la recherche
Responsables
Cégep du Vieux Montréal
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
09 h 00 à 10 h 30
Communications orales
La parole aux étudiants : des résultats concrets
Présidence/Animation : Hélène Nadeau (Collège Dawson)
Batiment : UQO A.-Taché
Local : E0236
08 h 50
Mot de bienvenue
08 h 55
Objectifs du Colloque
Mohamed Benhaddadi (Cégep du Vieux Montréal)
09 h 00
Étude du profil des faisceaux de matière blanche reliant les zones de mémoire de travail suite à une commotion cérébrale à l'aide d'une IRM pondérée par diffusion
Kenza El Ghomari (Collège Dawson), Matthew Williams (Collège Dawson), Guido Guberman (Université McGill)

Le Traumatisme Cranio-Cérébral Léger (TCCL) a été historiquement sous-diagnostiqué car il ne pouvait pas être détecté par les techniques d'imagerie conventionnelles. Récemment, des études menées à l’aide d’IRM en utilisant l’Imagerie par Tenseur de Diffusion (ITD) ont montré une diminution de l’intégrité de la matière blanche, mesurée par l’Anisotropie Fractionnelle (AF), dans les régions responsables de la mémoire de travail chez les enfants souffrant de TCCL. Cependant, la mesure AF est difficile à interpréter car elle présume une seule direction de diffusion. Une méthode de pointe contourne ce problème en ajoutant des fonctions de distribution d'orientation des fibres. La métrique de choix est maintenant la Densité Apparente des Fibres (DAF).

Sous la direction de Guido Guberman, nous avons analysé 62 sujets, âgés de 7 à 17 ans, dont 16 avec TCCL. Nous avons contribué au développement de programmes informatiques et à l’interprétation des résultats après avoir fait une revue de littérature approfondie. Les résultats ont montré que 3 connexions thalamo-préfrontales avaient des différences significatives de mesures ITD entre les contrôles et le groupe TCCL, alors qu’une 4ème connexion cingulo-préfrontale a montré des différences significatives de l’AF et de la DAF. Les 3 premiers résultats corrélaient avec les scores de précision de la mémoire de travail contrairement au dernier.

Résumé
09 h 15
L’effet McGurk chez les aînés, les jeunes adultes et les musiciens
Alexander Ngo (Collège Dawson), Angely Te (Collège Dawson)

L’effet McGurk est une illusion audiovisuelle qui se produit quand il y a discordance entre stimuli les auditifs et visuels. Par exemple, en visionnant une vidéo d’une personne dont la bouche prononce « ba » alors que le son a été changé pour « ga » la majorité des personnes croiront entendre « da ». C’est un cas où le cerveau change l’information perçue par les sens.  Quoiqu’une large proportion de la population soit sujette à l’illusion, tous ne le sont pas également. Nous avons essayé de mesurer comment l’âge et la formation musicale influaient sur la probabilité d’être sujet à l’illusion. Nous avons aussi cherché à savoir si l’effet dépendait de la voyelle terminant la syllabe et de la consonne « vue » ou entendue. Un total de 96 sujets, incluant 19 aînés et 77 jeunes adultes, dont 28 étaient des musiciens faisaient partie de l’échantillon de cette étude. Nous avons observé que l’effet McGurk était plus apparent chez les non-musiciens que les musiciens. De plus, les voyelles i rendaient les sujets plus sensibles à l’illusion. Malheureusement, les différences mesurées n’étaient pas statistiquement significatives. Par contre, les résultats obtenus en changeant l’audio ba à l’audio ga et le visuel ga au visuel ba étaient eux réduits de manière significative. Pour terminer, notre recherche a conclu que les aînés étaient en fait plus vulnérables que les jeunes à cette expérience dans les cas où les syllabes se terminaient en i.

Résumé
09 h 30
Conception d’une jumelage solaire/hydrogène pour remplacer une génératrice diésel
Jonathan Côté-Fortin (Cégep de Jonquière)

Parmi les nombreux défis d’application que comportent les énergies vertes se trouve celui des sites éloignés qui ne peuvent pas bénéficier d’un apport en énergie du grand réseau.  L’électricité produite par des génératrice diésel est coûteuse et peu respectueuse de la nature. Le jumelage de panneaux solaires pour alimenter un électrolyseur permettrait du stockage saisonnier des surplus solaires sous forme d’hydrogène.  Une pile à combustible pourrait ensuite remplacer la génératrice diésel pour transformer l’hydrogène en électricité au besoin. La conception de ce système hybride d’alimentation de petite puissance 100% renouvelable est le mandat octroyé par l’entreprise Hyteon à la Chaire. En 2018, j’ai travaillé à temps partiel sur des schémas de principe, la recherche de technologies existantes et sur la modélisation du banc d’essai de ce système. Cette opportunité m’a permis non seulement d’acquérir des connaissances intéressantes et autres que mon domaine d’étude, la mécanique, mais aussi de vivre les étapes à partir de zéro d’un tel projet. Mon lieu de travail étant au collège, j’ai vécu l’expérience comme étant un cours de plus, avec un bon encadrement et un enjeu clair en tête. Voir mon nom écrit sur le rapport final est un accomplissement personnel et professionnel.  Je sors enrichi de cette expérience multidisciplinaire avec l’équipe qui m’a offerte cette opportunité.

Résumé
09 h 45
La recherche appliquée sur l’énergie solaire, une expérience éclairante!
Mickael Audet (Cégep de Jonquière)

L’industrie de l’énergie solaire photovoltaïque est en forte croissance induisant un coût d’acquisition des capteurs qui a diminué de 80% depuis 2010. Toutefois l’ajout d’équipements de conversion électronique rendent l’électricité solaire plus dispendieuse que le tarif domestique de Hydro-Québec. Selon les manufacturiers, le rendement, les modes de communications ainsi que le service à la clientèle de ces produits doivent être améliorés. L’entreprise Idénergie développe un convertisseur solaire intelligent aspirant à résoudre ces problématiques.   Dans le cadre d’un stage avec la Chaire à l’été 2018, le projet consistait à améliorer et instrumenter un banc d’essai comparatif afin de mesurer les performances du convertisseur Idénergie versus un système standard commercial.   Ce stage en recherche fût l’occasion de consolider les connaissances acquises en classe telles la conception sur AUTOCAD, l’étalonnage de capteurs météorologiques, la programmation d’un automate, l’installation d’équipements électriques, l’acquisition et le stockage de données, la création d’un réseau local.    Le stage a permis de réaliser un cabinet de mesure fonctionnel respectant les normes du code électrique.  Cette implication a bonifié mon dossier académique pour l’obtention de 2 bourses au Cégep de Jonquière. Cette riche expérience aura des retombées positives pour le reste de ma carrière professionnelle.

Résumé
10 h 00
Perspective d’un étudiant collégial impliqué en recherche et innovation sur les textiles intelligents
Vincent Garcia (Cégep de St-Hyacinthe), Justine Decaens (Groupe CTT)

Le Groupe CTT, centre de transfert technologique (CCTT) du Cégep de St-Hyacinthe, a développé depuis plusieurs années une expertise dans le domaine des textiles intelligents. Plus spécifiquement, les textiles conducteurs, utilisés pour des applications de chauffage sont développés et analysés par l’équipe de recherche dont font partie les étudiants-chercheurs.

Diverses techniques d’évaluation des performances thermiques et électriques des prototypes, réalisés en laboratoire, sont mises en œuvre pour identifier la solution technique la plus prometteuse et s’assurer de la durabilité du produit.

Le développement de montage utilisant une caméra thermique infrarouge vise à simuler des conditions d’utilisation réelles et recueillir un ensemble de données, qui seront exploitées afin de déterminer la conformité du prototype aussi bien en termes de performances thermiques que de durabilité. Ce volet technique est facilité par la mise en application des pratiques de laboratoire étudiées au cours de ma formation académique et est également complété par une approche analytique lors de la rédaction de rapports.

La communication présentera plus en détails la méthodologie de travail adoptée pour caractériser certains prototypes de textile chauffant en fonction de leurs applications cibles.

Résumé
10 h 15
Pause
10 h 30 à 12 h 15
Communications orales
La parole aux étudiants : des résultats concrets
Présidence/Animation : Martin Bourbonnais (Cégep de Jonquière)
Batiment : UQO A.-Taché
Local : E0236
10 h 30
Analyse de l’erreur de numération de l’imagerie spectroscopique proche infrarouge fonctionnelle avec la technique de montages optimaux
Émilie Dubé (Collège Dawson), Saife Muhsin (Collège Dawson), Amanda Spilkin (Université Concordia), Zhengchen Cai (Université Concordia), Christophe Grova (Université Concordia)

L’imagerie spectroscopique proche infrarouge fonctionnelle (ISPIf) est non-invasive et relativement peu couteuse. L’ISPIf mesure indirectement les changements en concentration d’hémoglobine oxygénée et d’hémoglobine désoxygénée dans le cerveau à l’aide de capteurs optiques disposés tout autour du crâne. De ceci, on obtient une image des zones corticales du cerveau. Le Multimodal Functional Imaging Lab du Dr. Christophe Grova à l’Université de Concordia développe des techniques pour optimiser la position des capteurs, en tenant compte de l’anatomie spécifique du cerveau de chaque sujet. Le but de notre projet était d’analyser deux aspects des montages de capteurs optiques optimaux. D’une part, nous cherchions à savoir s’il était  réellement avantageux d’utiliser plus de 150 points de références sur la tête plutôt que seulement trois pour aligner l’ISPIf à l’image en résonance magnétique (IRM) du même sujet. D’autre part, nous avons analysé les distances entre les positions théoriques des électrodes du montage optimal et leurs positions réelles sur le crâne. Se basant sur les données de six sujets testés au Multimodal Functional Imaging Lab, notre étude a montré que plus de points de référence amélioraient l’alignement des images ISPIf-IRM mais n’améliorait pas de façon significative l’erreur entre positions théoriques et expérimentales.

Résumé
10 h 45
Utiliser la résonance magnétique de diffusion pour étudier la plasticité du cerveau
Li Nguy Jiang (Collège Dawson), Philippe Gabriel (Collège Dawson), Zi Xiang Huang (Collège Dawson), Zhaoying Lei (Collège Dawson), Adrian Santos (Collège Dawson), Emma Campbell (Université de Montréal), Marie Simon (Université d e Montréal), Franco Lepore (Université de Montréal), Hélène Nadeau (Collège Dawson)

La plasticité cérébrale est cette capacité extraordinaire qu’a le cerveau de s’adapter aux changements environnementaux. Elle se manifeste en particulier quand des stimuli sensoriels n’atteignent pas les régions du cerveau qui les traiteraient normalement. Par exemple, le cortex auditif est altéré chez les sourds congénitaux de façon à gérer des stimuli visuels. Ces altérations affectent non seulement le cortex auditif mais aussi d’autres régions qui y sont reliées et les connections entre celles-ci. Ce sont spécifiquement ces connections que nous intéressent ici. Nous avons essayé de trouver s’il y avait différence de connectivité cérébrale entre 17 sujets sourds et 17 non-sourds à partir de données en résonnance magnétique de diffusion acquises par le laboratoire du Professeur Franco Lepore (CERNEC et Département de Psychologie de l’Université de Montréal). Nous avons utilisé le progiciel spécialisé FSL pour nettoyer nos images et mener une comparaison statistique des deux groupes. Quoique des différences soient apparues, elles n’étaient pas statistiquement significatives (p = 0.62). Nous nous sommes alors tournés vers d’autres méthodes afin d’essayer d’obtenir des résultats concluants, et avons exploré la suite Dipy (Diffusion + Python). L’arrivée de l’année scolaire a mis nos travaux en suspens, nous espérons les poursuivre prochainement.

Résumé
11 h 00
Présentation d’un projet de développement d’un vêtement chauffant intelligent
Audrey Coulombe (Cégep Marie-Victorin)

Lors de mes études au Cégep Marie-Victorin, j’ai eu la chance de participer au projet de recherche de Vestechpro qui visait à développer un manteau chauffant intelligent à destination des sportifs. En effet, ce produit devait maintenir une température donnée par son utilisateur, en fonction de plusieurs différents facteurs, via une application mobile.

Ce projet pourrait être divisé en trois grandes sphères de recherche et développement : la matière, le design et l’électronique. La recherche textile fut basée sur deux considérations principales, soit les caractéristiques de l’utilisateur et l’intégration de composants électroniques chauffants. Ainsi, plusieurs recherches furent nécessaires avant de cibler un textile idéal pour chaque zone ciblée. Le design fut basé sur des recherches réalisées préalablement. En effet, avant de se pencher sur l’esthétique, il a fallu considérer l’aspect pratique.

Avec toutes ces données, nous avons pu concevoir un design urbain et moderne tel que souhaité par le client. Ma contribution à ce projet m’aura ainsi amené de nouvelles connaissances, compétences, une méthodologie de travail et un emploi à temps plein chez Vestechpro!

La communication détaillera les divers enjeux liés aux recherches effectuées dans le cadre de ce projet.

Résumé
11 h 15
Efficacité énergétique et surdimensionnement des moteurs électriques utilisés à vitesse variable : analyse expérimentale
Kevin Audy (Cégep du Vieux Montréal), Mohamed Benhaddadi (Cégep du Vieux Montréal)

Les moteurs électriques sont souvent fortement surdimensionnés et, avant d'envisager un remplacement, il est important de définir, entre autres, les charges réelles et le temps de fonctionnement. Il faut savoir que la plupart des moteurs fonctionnent entre 40 % et 100 % de leur charge nominale et que le rendement énergétique tend à baisser substantiellement dès que la charge est au-dessous de 50 %. En termes de coûts d'énergie, il est aisé de déduire qu'une amélioration de rendement d'un seul point peut permettre des économies sur la durée de cycle de vie de l'équipement qui sont l'équivalent du prix d'achat du moteur.

Dans le cadre de la présente recherche, nous avons comparé les performances énergétiques de trois moteurs de, respectivement, 1.5 HP, 2 HP et 3 HP qui alimentent trois pompes centrifuges placées dans des conditions de fonctionnements identiques. Grâce à des variateurs électroniques de vitesse, le débit de ces pompes a été varié de zéro à 40 GPM (gallons par minutes). Plusieurs relevés technico-énergétiques ont été effectués et les résultats expérimentaux obtenus ont montré que, contrairement à l’idée fortement répandue, le surdimensionnement du moteur n’est pas automatiquement synonyme de mauvaises performances énergétiques. En effet, plusieurs paramètres doivent être pris en considération, dont en particulier, le service de fonctionnement en fonction de la charge.

Résumé
11 h 30
Proposition de changement dans l’article 28 Moteurs et Génératrices du Code Canadien de l’Électricité
Frédérick Morin (Cégep du Vieux Montréal), Mohamed Benhaddadi (Cégep du Vieux Montréal)

Le Code canadien de l’électricité CCE a pour objet d’établir des normes de sécurité relatives à l’installation et à l’entretien de l’appareillage électrique. Ce Code se divise en sections numérotées qui sont régulièrement mises à jour à la lumière des nouvelles connaissances et pratiques acquises.

La section 28 du CCE s’applique aux moteurs et génératrices électriques, ou le tableau 44 donne des recommandations sur les valeurs des courants des moteurs de 1 à 500 HP. Or, ce tableau date de plusieurs décennies et ses valeurs ne correspondent plus aux moteurs contemporains.

En effet, depuis deux décennies, l’emphase est mise sur les  moteurs à haute efficacité énergétique et, de nos jours, seuls les moteurs à rendement élevé NEMA Premium sont commercialisés sur le marché nord-américain. L’une des particularités de ces moteurs NEMA Premium est d’avoir des courants relativement moins élevés, ce qui rend obsolète les données du tableau 44 du CCE. À partir des données des catalogues des principaux constructeurs de moteurs électriques, nous avons élaboré un nouveau tableau synthèse sur les courants de moteurs en fonction de la tension d’alimentation. Cette recommandation a un impact significatif sur le calcul de la protection et, conformément à la procédure établie par le CCE, notre proposition de changement est en cours d’étude pour être intégrée dans la prochaine édition du CCE.

Résumé
11 h 45
Les études énergétiques : Richesse et défis de la collaboration en cascade dans une équipe de recherche
Yves NADEAU (Cégep de Jonquière), Tania Dufour (Cégep de Jonquière, chaire TERRE)

Plusieurs pourvoiries Québécoises sont isolées et alimentées en énergie par des carburants fossiles polluants et dispendieux.  Pour l’intégration d’énergies renouvelables, les gestionnaires ont besoin d’être conseillés sur la meilleure solution adaptée à leurs besoins.  L’analyse technique d’efficacité et d’approvisionnement renouvelable développée par la Chaire fournit un portrait actuel et une planification de leur pérennité énergétique.  Lors de la visite sur le terrain afin de prendre les relevés et installer le mesurage de la consommation, l’étudiante doit s’imprégner de la réalité du site et de ses habitants. Ensuite une formation sur la consignation des données et l’extraction des rapports de mesurage dans un fichier Excel permet d’affiner les notions théoriques.  C’est le fondement pour la suite de l’étude d’efficacité énergétique et le dimensionnement technico-économique optimal. La stagiaire a acquis une autonomie grâce à un cadre clair et rassurant, facilitant son intégration.  Chacun des 5 sites étudiés est différent.     L’accomplissement des tâches de façon efficace en cascades par chaque membre de l’équipe en respect des délais et des contraintes d’horaire est un défi de taille. Un suivi serré est essentiel.  L’amélioration continue des pratiques, de la méthodologie et de la cohésion du groupe crée un sentiment de fierté et d’utilité lors de la livraison de l’étude.

 

Résumé
12 h 00
Période de questions
Après-midi
13 h 45 à 15 h 10
Communications orales
Partages d’expériences d’encadrement et de gestion d’étudiants chercheurs
Présidence/Animation : Olivier Vermeersch (Groupe CTT - Cégep de Saint-Hyacinthe )
Batiment : UQO A.-Taché
Local : E0236
13 h 45
Performances et défis de la recherche menée par les étudiants au collégial: le Colloque de 2016 revisité
Mohamed Benhaddadi (Cégep du Vieux Montréal)
13 h 50
Performances et défis de la recherche menée par les étudiants au collégial: le Colloque de 2016 revisité
Martin Bourbonnais (Cégep de Jonquière)
13 h 55
Le club TERRE : Passer de la classe à une recherche sur le terrain !
Gino THIBEAULT (Cégep de Jonquière), Éric Vandal (Cégep de Jonquière, chaire TERRE)

L’approvisionnement énergétique durable des sites isolés est au cœur des travaux de la Chaire depuis 2012.  Fort de l’expérience acquise avec une quinzaine d’études énergétiques, l’équipe vise un transfert plus large des connaissances vers les étudiants sous un volet de recherche.  En ce sens, le Club TERRE, une activité parascolaire ouverte aux étudiants des techniques physiques du collège de Jonquière, est né en 2016. Il y participe avec assiduité une quinzaine d’étudiants motivés par année.  À l’automne, ils s’initient aux règles de l’art de l’énergie solaire photovoltaïque.  La conception et le montage d’un circuit PV petite puissance est réalisé et testé par une pratique en laboratoire. La préparation d’une sortie sur le terrain met en valeur des habilités personnelles non couvertes dans les cours en génie électrique.  Le club TERRE réalise annuellement une activité au village de pêche blanche de La Baie au Saguenay.  Les étudiants défient le froid et entrent en contact direct avec les pêcheurs pour vulgariser l’énergie solaire avec des valises de démonstration.   Ils recrutent des propriétaires pour une visite de leur cabane afin de relever leurs équipements.   De retour au collège, les étudiants estiment la charge consommée, dimensionnent et évaluent les coûts de la solution proposée.  Ils consignent ensuite le tout dans une étude concise et professionnelle pour leur client.

Résumé
14 h 05
Encadrement d’un finissant en Techniques du génie électrique sur un projet de R&D au CPA de Jonquière
Sebastien Morin (Cégep de Jonquière)

À la session printemps 2018, il a encadré un étudiant de troisième année en électronique industrielle dans le cadre d’un stage de 6 semaines au CPA. Le projet consistait en la conception, la fabrication et la mise en route d’un câble-sondes pour le contrôle optimisé de la température et de l’humidité dans des silos à grains pour assurer la qualité.  La sélection de l’étudiant s’est faite sur une base volontaire après une offre soumise par le CPA au département de TGE du Cégep de Jonquière.

Les clés du succès sont une bonne description au départ des grandes lignes du projet (attentes), une excellente communication avec l’étudiant et le maître de stage puis d’avoir les coordonnées de l’ensemble des personnes impliquées dans le programme.

Il faut savoir respecter les limites des stagiaires, ne pas compter ses heures, les superviser en leur laissant de la liberté tout en les orientant mais sans faire le travail pour eux.  Il faut sectoriser le projet avec un responsable en titre (chargé de projet).  De plus, ils doivent vivre le tout comme une expérience de travail réelle en leur disant que leur « rétribution » consiste en une note finale attribuée en fonction du sérieux de leur apport tout au long de la démarche et du résultat final.

Résumé
14 h 15
Intégration des étudiants-stagiaires internationaux dans les recherches menées au cégep du Vieux Montréal
Mohamed Benhaddadi (Cégep du Vieux Montréal)

L’intégration des étudiants-stagiaires internationaux dans les recherches menées au cégep du Vieux Montréal dans le domaine de l’électronique industrielle se fait depuis plus d’une décennie. Durant cette période, plus d’une dizaine d’étudiants ont pu participer à différents projets dans le domaine des entraînements électriques. Ces étudiants proviennent d’universités françaises et brésiliennes, ce dernier cas se fait dans le cadre du programme Sciences sans frontières. Tous les travaux réalisés se caractérisent par leur côté expérimental où les étudiants participent dans les montages et les multiples prises de relevés technico-énergétiques ou thermographiques. En plus, ces étudiants participent également à l’analyse et l’interprétation des résultats, tout comme ils contribuent dans le développement d’outils de calculs automatisés.  Certains de ces étudiants ont eu l’occasion de présenter leurs résultats aux Congrès de l’ACFAS et dans leurs institutions d’origine, tout comme ils sont co-auteurs de nombreux résultats publiés. La plus grande contrainte dans l’encadrement de ces étudiants réside dans l’absence de bourse ou d’un financement viable et continu, alors que l’encadreur des travaux ne bénéficie d’aucune forme de reconnaissance institutionnelle. Il est incontestable que la disponibilité d’un financement pour ces étudiants serait de nature à consolider une meilleure exploitation de cette filière, si précieuse pour le laboratoire.

Résumé
14 h 25
Perspectives sur l’évolution des défis et des solutions pour favoriser la participation des étudiants collégiaux du Cégep de St-Hyacinthe aux projets en recherche
Justine DECAENS (Groupe CTT - Cégep de Saint-Hyacinthe ), Olivier Vermeersch (Groupe CTT, chaire NEXTEX), Karine Mercier (Cégep de St-Hyacinthe)

La croissance significative du nombre de projets de recherche impliquant du financement public fédéral (CRSNG) et provincial (MEES), menés par le Groupe CTT, a généré une augmentation importante du volume d’étudiants impliqués dans ces projets. Or, le Groupe CTT est orphelin de programme textile collégial; aussi il offre les opportunités de stage à des étudiants de multiples programmes techniques et préuniversitaires.

Le recrutement et la gestion des étudiants s’avèrent parfois complexes. Par ailleurs, la disponibilité des chercheurs, leur capacité d’encadrement selon les habiletés et aptitudes des uns et des autres sont aussi des paramètres qui influent sur les expériences du tuteur, du stagiaire, et sur les retombées obtenues.

Différentes stratégies ont été mises en place pour maximiser ces expériences et l’intégration des étudiants collégiaux. L’objectif demeure de valoriser l’emploi dans le domaine de la recherche auprès des étudiants en prévalant les aspects de formation et en leur amenant une vision plus globale de la dynamique des projets.

Cette communication présentera les défis et pistes de solutions explorées, qu’elles furent à succès ou non, de sorte à tirer profit des interactions entre les chercheurs et les étudiants.

Résumé
14 h 35
Pourquoi augmenter les opportunités de stages en recherche pour les étudiant.e.s des collèges?
Hélène Nadeau (Collège Dawson)

Au cours des quatre dernières années, notre groupe de recherche en neurosciences a encadré les travaux d’une centaine de stagiaires étudiant à Dawson. Nous avons vu à quel point ces stages répondent à un besoin grandissant parmi nos étudiant.e.s et sont une excellente façon de préparer la relève en recherche fondamentale et en innovation. Débuter en recherche au deuxième cycle universitaire risque d’engendrer beaucoup de stress dû à l’attente de performance combinée à la découverte d’un environnement où les règles ne sont plus celles des cours magistraux. Par contre, une initiation qui commence dès le cégep permet de développer plusieurs compétences essentielles, étape par étape, dans un climat convivial où la carrière des stagiaires n’est pas en jeu. De plus, plusieurs étudiant.e.s  qui hésiteraient à se lancer dans un programme universitaire en sciences auront tout de même le goût d’essayer un stage de quelques semaines. L’expérience pourrait les aider à orienter leur future carrière et, en bout de ligne, augmenter la diversité de la relève en sciences. J’aimerais partager mes observations sur l’importance d’offrir de multiples opportunités de s’initier à la recherche dès le cégep et surtout sur des façons de le faire qui ont fait leur preuve chez nous. J’inclurai quelques suggestions bien précises pour un encadrement efficace. Enfin, je plaiderai pour élargir les programmes de financement afin de faire vivre des programmes comme le nôtre.

Résumé
14 h 45
Une approche d’intégration inversée des stagiaires en milieu de recherche
Hugo St-Louis (Cégep de St-Hyacinthe)

Les stages en milieu de recherche dans les Centre collégiaux de Transfert Technologique offrent une opportunité idéale pour les étudiants de niveau collégial d’approfondir leurs connaissances. Ces stages permettent d’appliquer concrètement les connaissances acquises, d’enrichir les formations par l’expérience et offrir une première expérience professionnelle. Pour que le stage remplisse son objectif, il est nécessaire que le stagiaire ait suffisamment de connaissances pour accomplir ses tâches et une bonne intégration au milieu. Comme les stagiaires sont souvent en début de parcours scolaire, ils n’ont pas les connaissances suffisantes pour réaliser les tâches complexes, il est donc nécessaire d’offrir une supervision plus exhaustive. D’un autre côté, comme chaque session beaucoup de stagiaires doivent être remplacés, il est rarement possible pour un superviseur d’offrir un tel encadrement.

Pour une intégration réussie, l’approche utilisée consiste à responsabiliser l’étudiant sur l’impact de ses actions et à lui permettre de découvrir par lui-même le contexte de travail et des tâches à accomplir. Plutôt que de débuter un stage en réalisant des tâches de moindre envergure, l’étudiant est amené à valider les tâches des stagiaires plus expérimentés et à comprendre le système, pour qu’ultimement il soit en mesure de bien accomplir ses tâches.

Résumé
14 h 55
Pause
15 h 10 à 15 h 30
Communications orales
Table ronde – Satisfaits de l’implication des étudiants collégiaux en recherche? Quelles sont les prochaines étapes?
Présidence/Animation : Paulette Kaci (Cégep Marie-Victorin)
Batiment : UQO A.-Taché
Local : E0236
15 h 10
Implication des étudiants du collégial dans les CCTT : partage de la vision d’une gestionnaire
Nadine ARBOUR (Cégep de Jonquière)

Les centres collégiaux de transfert (CCTT et CCTT-PSN) ont pour mandat d’exercer dans un domaine particulier, des activités de recherche appliquée, d’aide technique et de diffusion d’information en vue de contribuer à l’élaboration et à la réalisation de projets technologiques et sociales. La participation d’enseignants et d’étudiants aux activités des CCTT contribue à enrichir l’enseignement dispensé et à stimuler l’intérêt des jeunes pour les carrières scientifiques. Par la présentation des actions réalisées depuis les dix dernières années, ÉCOBES–Recherche et transfert témoignera des multiples retombées de l’implication des étudiants du collégial dans travaux de recherche en innovation sociale.

Le Centre ÉCOBES du Cégep de Jonquière, reconnu à titre de CCTT depuis 2009, œuvre en région éloignée des grands centres dans le domaine du développement socio-organisationnel en santé et en éducation. Depuis sa fondation, ÉCOBES s’affirme en tant que chef de file de la recherche en sciences sociales au sein du réseau collégial québécois.

Cette communication se veut une occasion de réflexion sur les actions à poser afin de développer des pratiques inclusives entre la recherche, l’enseignement et la communauté. La communication s’adresse aux praticiens et administrateurs intéressés par la recherche de solutions innovantes à mettre en place afin de favoriser la réussite des étudiants du collégial.

Résumé
15 h 20
Évaluation des retombées de la recherche sur la formation collégiale
Karine Mercier (Cégep de St-Hyacinthe)

La participation d’étudiants et d’enseignants à des projets de recherche réalisés dans nos centres collégiaux de transferts de technologie (CCTT) est une tradition bien ancrée au Cégep de Saint-Hyacinthe. Chaque année, le cégep engage en moyenne 45 étudiants et environ 6 enseignants pour qu’ils contribuent de diverses manières à la réalisation des projets de recherche menés dans nos CCTT. Forts de ce succès, nous avons évalué quelles étaient les retombées de la recherche effectuée par nos étudiants et nos enseignants en collaboration avec les CCTT sur la formation collégiale. L’outil de collecte de données de Kingsbury, F. et Bourgeois, F. (2011) servant à évaluer les retombées des activités des CCTT sur la formation collégiale a été utilisé à l’hiver 2019. Nous présenterons les résultats de cette consultation ainsi que des pistes de réflexion sur les améliorations possibles. Les résultats préliminaires démontrent que la compréhension des rôles et responsabilités des différents acteurs de la recherche demeure méconnue et qu’une plus grande collaboration entre le cégep et ses CCTT est souhaitée.

Résumé
15 h 30 à 16 h 45
Panel
Table ronde – Satisfaits de l’implication des étudiants collégiaux en recherche? Quelles sont les prochaines étapes?
Présidence/Animation : Paulette Kaci (Cégep Marie-Victorin)
Participants : Karine Mercier (Cégep de St-Hyacinthe), Marie Thibault (CRSNG), Marie Blain (Cégep Marie-Victorin), Lynn Lapostolle (ARC - Association pour la recherche au collégial), Céline Desjardins (Fédération des Cégeps), Nadine ARBOUR (Cégep de Jonquière)
Batiment : UQO A.-Taché
Local : E0236
Soir
17 h 00 à 18 h 30
Cocktail
Réseautage
Batiment : UQO A.-Taché
Local : E0230