Imprimer

604 - Familles d’ici et d’ailleurs

Le lundi 27 mai 2019

Pour ce colloque proposé par Équipe Paternité, famille et société (FQRSC), nous avons choisi de porter notre regard aux « Familles d’ici et d’ailleurs ». Ce thème reconnaît la diversité et le multiculturalisme des sociétés québécoise et canadienne, tissées sur plusieurs générations du fil de l’apport culturel des familles d’ici, souvent venues d’ailleurs. Il crée ainsi un espace d’échanges autour du vécu des familles d’ici et d’ailleurs. En ce sens, nous reconnaissons que la famille est, mondialement, au cœur du développement des sociétés modernes.

Bien qu’à première vue il puisse exister des multitudes de différences entre les familles d’ici et d’ailleurs, les travaux des 30 dernières années ont contribué à des avancées importantes sur le plan des connaissances et des pratiques visant à soutenir les trajectoires de vie de ces familles. On reconnaît que les trajectoires de vie familiale ne se déploient pas en vase clos, l’expérience de chacun-e étant profondément ancrée dans un contexte personnel, conjugal, familial, social, culturel ou économique. Ces trajectoires peuvent être fragilisées lorsque ses membres composent avec des caractéristiques personnelles (p. ex., des troubles de santé mentale ou une séparation conjugale) ou contextuelles (p. ex., être immigrant, vivre un deuil), qui contribuent alors à des trajectoires de développement plus complexes, et encore méconnues. L’originalité de ce colloque sera de créer des occasions de partages entre chercheurs, cliniciens, familles et étudiants issus de disciplines diverses à propos des réalités familiales des familles d’ici et d’ailleurs en donnant la parole aux acteurs concernés. Il s’agit de dégager à la fois ce qui distingue chaque famille, dans un contexte de vie qui lui est propre, et de dessiner un tronc commun d’expériences afin de guider des interventions qui sauront répondre aux spécificités des familles à des moments critiques de leur vie. 

Lire la suite »
Remerciements

Le comité d'organisation du colloque souhaite remercier le Fonds Québécois de recherche Société et Culture, pour le soutien financier accordé à l’Équipe Paternité, Famille et Société, dans le cadre du concours de financement équipe.

Colloque
Section 600 - Colloques multisectoriels
Responsables
Francine de Montigny
UQO - Université du Québec en Outaouais
Diane Dubeau
UQO - Université du Québec en Outaouais
Université d’Ottawa
UQO - Université du Québec en Outaouais
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 30 à 10 h 20
Communications orales
Réalités familiales contemporaines
Présidence/Animation : Francine de Montigny (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Batiment : UQO A.-Taché
Local : E0204
08 h 30
Mot de bienvenue
08 h 45
Parole aux enfants: Les gens qui m’entourent : La famille (présentation vidéo)
Francine de Montigny (UQO - Université du Québec en Outaouais), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais), Renée-Pier Trottier-Cyr (Université du Québec en Outaouais), Tatou Lachaine-Parisien (Université du Québec en Outaouais), Kévin Lavoie (Université du Québec en Outaouais)
08 h 50
Quels effets produisent sur le devenir parent les pratiques et les discours actuels entourant la naissance?
Marguerite Soulière (Université d’Ottawa), Nathalie Mondain (Université d’Ottawa)

Bien que le processus de la naissance ne constitue pas un problème de santé, il s’inscrit actuellement dans un univers extrêmement médicalisé fondé sur une rhétorique du risque. Ce phénomène va de pair avec une sur-information produite par des experts tant des sciences médicales que d’autres domaines et largement accessible en ligne et dans les sites destinés aux parents.  

Comment les parents vivent-ils ce suivi fondamentalement médical et prescriptif, et comment celui-ci interfère-t-il dans leur expérience de devenir parent? Jusqu’où la prégnance des modèles de comment être « un bon parent, une bonne mère », souvent culpabilisants, affecte-t-elle l’agentivité des parents?

Considérant l’ancrage de la naissance dans des contextes diversifiés, nous avons conçu une méthodologie collaborative et interdisciplinaire grâce à un partenariat entre des chercheurs et praticiens-chercheurs au Brésil, au Canada et en France. Au cœur de celle-ci, la construction collective d’un questionnaire pour comprendre en profondeur et dans sa diversité l’expérience des parents, le sens qu’ils y donnent et les processus complexes qui entourent leurs choix. Cette démarche permet de proposer des pistes de recherche et d’intervention entourant la naissance qui se fondent sur la diversité des réalités et des expériences parentales. 

Résumé
09 h 10
La construction du lien coparental dans les familles multiculturelles : une étude empirique
Francesca Suardi (Université de Genève)

Malgré l’augmentation des familles composées de partenaires d’origine culturelle différente, très peu d’études se sont intéressées à la coparentalité dans les familles multiculturelles. L’objectif de la présente étude a été de mieux comprendre la construction du lien coparental chez les couples multiculturels dans la transition à la parentalité. 41 couples volontaires attendant leur premier enfant ont participé à deux rencontres : prénatale (T1) et postnatale (T2). La multiculturalité familiale a été mesurée par l’Indice d’Hétérogénéité Culturelle (IHC) ; la relation coparentale a été étudiée par l’analyse des interactions coparentales prénatales et postnatales (« Lausanne Trilogue Play », LTP) et par l’analyse (qualitative et quantitative) d’une discussion coparentale de résolution de conflit entre les partenaires. Les résultats des analyses quantitatives n’ont montré aucun lien significatif entre la multiculturalité familiale et la qualité de la relation coparentale. En revanche, pour tous les couples, la chaleur coparentale postnatale était prédite par l’alliance coparentale prénatale. Les analyses qualitatives de la discussion coparentale ont mis en évidence la spécificité des couples multiculturels dans la transmission, plurielle ou pas, de marqueurs identitaires à l’enfant. La discussion porte sur la spécificité du lien coparental dans les familles multiculturelles, qui peut rendre possible l’émergence de l’identité familiale multiculturelle.

Résumé
09 h 30
Mères d’ici et d’ailleurs : Santé mentale et soutien social durant la grossesse
Francine de Montigny (UQO - Université du Québec en Outaouais), Deborah Dacosta (Université McGill), Tamarha Pierce (Université Laval), Christine Gervais (Université du Québec en Outaouais), Diane Dubeau (Université du Québec en Outaouais), Milica Miljus (Université Laval)
09 h 50
Conciliation Famille-Travail-Bien-être… Que vivent les mères et les pères d’aujourd’hui?
Karine Sauvé (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières), Jean-Pierre Gagnier (Université du Québec à Trois-Rivière), Diane Dubeau (Université du Québec en Outaouais)

La conciliation famille-travail (CFT1) est un enjeu majeur qui a d’importantes répercussions sur la santé physique et mentale des familles. Les stratégies et les impacts de la CFT sont abondamment analysés, sous l’angle du travail, mais l’expérience famille est peu abordée. Considérant que l’articulation des rôles se réalise dans une sphère privée, reposant sur l’adaptation des parents aux différentes exigences, on se questionne sur quelle est la véritable face cachée de cette CFT. Une recherche qualitative a été menée afin de mieux comprendre le vécu des mères et des pères ayant au moins un enfant âgé entre 1 et 5 ans. Seize parents (8 couples) ont été rencontrés individuellement afin de connaître leur expérience de la CFT. Les résultats préliminaires font ressortir des distinctions entre les mères et les pères qui témoignent toutefois que la charge mentale pour ces parents est notable, que les discours publics dictant les attentes sont fortement intégrés par ceux-ci, qu’il est ardu d’arriver à un équilibre sain et qu’il est difficile de prendre soin de soi, du couple et de la famille en même temps. Manifestement, un sentiment de culpabilité est nommé et le stress ressenti a un effet de débordement significatif sur les enfants.  

Résumé
10 h 10
Discussion
10 h 20 à 10 h 35
Communications par affiches
Pause et communications par affiches
Batiment : UQO A.-Taché
Local : E0209
1
Comprendre les éléments structurant la relation fraternelle pour arriver à mieux soutenir les fonctions de la fratrie : proposition d’un modèle intégratif
Assumpta Ndengeyingoma (UQO - Université du Québec en Outaouais), Germain Couture (Université du Québec à Trois-Rivière), Marie- Hélène Poulin (Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue), Stéphanie Fecteau (Université du Québec en Outaouais), Elodie Lebeau (Université du Québec à Trois-Rivière)

L’influence de la relation entre les membres de la famille sur la santé familiale est maintenant reconnue. Pourtant, plusieurs études regardent la relation parents-enfants et rares sont ceux qui considèrent la relation fraternelle. La fratrie est un sous-système qui fonctionne sur un mode particulier. Ces liens qui unissent les frères et les sœurs sont considérés comme indissolubles et complexes. Même si les relations fraternelles ne sont pas toujours soit harmonieuses soit conflictuelles, la fratrie a des règles explicites et implicites de fonctionnement qui s’adaptent aux circonstances pour remplir sa fonction de soutien émotionnel et instrumental.  Une recension des écrits a été menée pour dresser le portrait des connaissances actuelles concernant à la fois les différents rôles des relations fraternelles et les principaux facteurs susceptibles d’influencer ces relations au cours de la vie d’une personne. Les résultats démontrent que la relation dans la fratrie est influencée soit par les caractéristiques personnelles des individus, celles du système familial ou encore celles du milieu d’appartenance. Le modèle que nous proposons pourra soutenir le développement de recherches dans ce domaine afin que les interventions familiales puissent soutenir les fonctions de la fratrie.

Résumé
2
Les comportements de l’enfant après un séjour hospitalier : quelles sont les répercussions du contexte de soin sur la relation parent-enfant ?
Sonia Dubé (UQAR - Université du Québec à Rimouski), Carl Lacharité (Université du Québec à Trois-Rivière), Marie Lacombe (Université du Québec à Rimouski)

Plusieurs enfants ayant séjourné en contexte de soins pédiatriques développent des manifestations de comportement post-hospitalier. Certains auteurs soutiennent qu’il s’agirait d’une conséquence du stress ressenti par les parents et de certaines conduites parentales. Le but de l’étude vise à comprendre et expliquer les comportements de l’enfant après un séjour hospitalier du point de vue des mères et des pères. Le cadre théorique combine le modèle écologique et le modèle transactionnel du développement de l'enfant. Un devis mixte séquentiel explicatif a été privilégié auprès de parents d’enfants âgés de 17 à 48 mois après un séjour hospitalier. Les participants (parents de 50 enfants) ont été recrutés par choix raisonné dans trois centres universitaires pédiatriques du Québec pour répondre au questionnaire, et 16 d’entre eux ont participé aux entrevues semi-dirigées. Les résultats quantitatifs démontrent que les stresseurs paternels reliés aux soins et les cognitions et conduites maternelles et paternelles sont associés aux difficultés de comportements des enfants jusqu’à deux mois après une hospitalisation. Les résultats qualitatifs mettent en lumière des processus transactionnels continu, difficile, ambivalent et complexe présents dans la relation parent-enfant-professionnels de soins. À l’évidence, réduire les stresseurs reliés aux soins et intervenir sur les cognitions et conduites parentales semblent nécessaires.

Résumé
3
L'expérience de l'espoir dans les familles d'enfants et d'adolescents vivant avec une maladie chronique: une méta-synthèse
Willyane de Andrade Alvarenga (UQO - Université du Québec en Outaouais), Ana Carolina Andrade Biaggi Leitea (University of São Paulo at Ribeirão Preto), Rhyquelle Rhibna Neris (University of São Paulo at Ribeirão Preto), Cristina Garcia-Vivar (University of Navarra), Willyane de Andrade Alvarenga (UQO), Lucila Castanheira Nascimento (University of São Paulo at Ribeirão Preto)

Afin de développer des interventions plus efficaces pour l'adaptation psychosociale de familles, il est nécessaire pour les infirmières une meilleure compréhension du rôle et des caractéristiques de l'espoir. Cette méta-synthèse visait à synthétiser les études qualitatives sur l'expérience d'espoir dans les familles d'enfants et d'adolescents atteint d'une maladie chronique. Une recherche dans les bases de données (PubMed, CINAHL, LILACS, PsycINFO, Scopus et Web of Science) a été réalisée et 31 études de 15 pays, publiées entre 1981 et 2018, ont été incluses. Une synthèse thématique a été réalisée pour présenter les résultats : une catégorie centrale « L´espoir de la famille: maintenir l´équilibre au jour le jour », ce qui est expliqué dans les sous-catégories: Incertitude; Soutien; Information; Entre les « pensées noires » et les pensées positives; et dans l'espoir de revenir à la normalité. Cette méta-synthèse souligne la dimension familiale de l'espoir et l’influence des relations entre la famille et les enfants et adolescents atteints de maladie chronique dans la balance de l'espoir. Il est recommandé aux professionnels de la santé d'adopter une approche centrée sur la famille et considérer les éléments qui influencent l’espoir pour aider ces familles à une adaptation positive á l'expérience de la chronicité.

Résumé
4
Comprendre la spiritualité des parents après la mortinaissance: méta-synthèse qualitative
Willyane de Andrade Alvarenga (UQO - Université du Québec en Outaouais), Francine deMontigny (Université du Québec en Outaouais), Sabrina Zeghiche (Université du Québec en Outaouais), Naiara Barros Polita (University of São Paulo at Ribeirão Preto), Chantal Verdon (Université du Québec en Outaouais), Lucila Castanheira Nascimento (University of São Paulo at Ribeirão Preto )

Il est connu que l’expérience d’une mortinaissance est un défi pour les parents, cependant, il est nécessaire pour les infirmières de mieux comprendre les enjeux au plan spirituel, afin de mieux accompagner la souffrance. Cette méta-synthèse vise à synthétiser les données qualitatives d'études primaires afin de mieux comprendre l'expérience de la spiritualité des parents et son lien avec l'adaptation après la mortinaissance. Cette recension a suivi les lignes directrices ENTREQ et l'outil CASP pour évaluer la qualité des études. Cinq bases de données (PUBMED, CINAHL, PsycINFO, LILACS et SCOPUS) ont été utilisées et un total de 21 études qualitatives ont été identifiés. Une synthèse thématique a été réalisée pour synthétiser les résultats. Ceux-ci ont ensuite été intégrés dans deux thèmes, englobant la souffrance spirituelle des parents après la mortinaissance et les aspects de la spiritualité qui facilitent le processus d’adaptation. Des stratégies peuvent être utilisées pour intégrer la spiritualité dans les soins du deuil. Les résultats peuvent éclairer une approche des soins de santé plus sensible sur le plan culturel et spirituel, qui prend en compte les croyances des parents, les coutumes folkloriques, la religion, les valeurs et les besoins spirituels, facilitant le processus de deuil périnatal.

Résumé
5
Expériences de pères face à une récidive du cancer de l'enfant
Naiara Barros Polita (UQO - Université du Québec en Outaouais), Francine de Montigny (Université du Québec en Outaouais), Lucila Castanheira Nascimento (Universidade de São Paulo)

Problématique: La récidive du cancer chez l’enfant représente une nouvelle crise qui exige de la famille de nouvelles significations pour la maladie et de nouvelles pratiques de soins. La manière dont les hommes gèrent les situations de maladie de l’enfant est influencée par les normes sociales et la culture. Objectif: Interpréter le sens de la récidive du cancer chez l'enfant attribuée par le père. Méthodologie: Recherche narrative menée auprès de 9 pères Brésiliens d’enfants atteints d’une récidive de cancer. Les données ont été collectées par des entrevues semi-structurées. Des narratives individuels et collectifs ont été construits et une analyses thématique inductive a été menée. Résultats: Les pères ont attribué un nouveau sens au cancer. Ils ont fini par comprendre les expériences de souffrance en tant que parties d'un plan divin. Pour faire face aux situations imposées par la récidive de la maladie, ils ont mobilisé leurs ressources et développé de nouvelles pratiques socialement reconnu comme "féminines", sans abandonner les pratiques traditionnelles masculines. Conclusion: La connaissance de particularités des expériences masculines facilite le développement d'interventions spécifiques aux pères, pour mieux soutenir leur engagement au sein de la famille et leur mobilisation des ressources pour mieux faire face à leurs souffrances.

Résumé
6
À qui appartient ma grossesse? Clarification du concept d’appropriation de la grossesse à l’adolescence
Sandra Bonilla (UQO - Université du Québec en Outaouais), Assumpta Ndengeyingoma (Université du Québec en Outaouais), Roseline Galipeau (Université du Québec en Outaouais)

Problématique. Le concept d’appropriation de la grossesse chez les adolescentes est peu défini dans les écrits. Bien que la promotion de l’autonomie de l’adolescente dans la prise en charge de sa grossesse soit rapportée comme primordiale, il est nécessaire aussi de considérer la perspective des adolescentes envers cette autonomie (Yeh & al, 2016). Objectif. Analyser le concept de l’appropriation de la grossesse à l’adolescence. Méthode. Recension des écrits dans cinq bases de données sur 15 ans, et 35 articles retenus. Analyse conceptuelle basée sur la méthode de Walker et Avant. Résultats. Les attributs de l’appropriation de la grossesse se rapportent au fait de vivre une expérience d’engagement, au sentiment d’autoperception parentale et aux stratégies d’adaptation. Les antécédents font référence à la dimension intrapersonnelle telle la représentation de la grossesse et les caractéristiques personnelles, ainsi qu’à la dimension extrapersonnelle qui inclut les attitudes sociétale et culturelle. Les conséquences concernent le vécu sur les plans physique, psychoaffectif et comportemental. Conclusion. L’appropriation de la grossesse est le sens donné par la mère/père quant à son engagement face à la grossesse, au rôle parental et aux responsabilités qui en découlent.

Résumé
7
Analyse du concept de stress post-traumatique en contexte de naissance
Paméla Hamel-Hilaréguy (UQO - Université du Québec en Outaouais), Francine deMontigny (Université du Québec en Outaouais), Chantal Verdon (Université du Québec en Outaouais)

Introduction. D’après les études, un bon nombre de femmes qualifie la période du travail et de l’accouchement comme ayant été traumatisant. Étonnamment, 21 à 32% développent des symptômes de stress post-traumatique (SPT) et 3,1% remplissent les critères diagnostiques de ce trouble en post-partum. Sachant que le SPT peut engendrer de nombreuses conséquences sur la famille et la société, on doit s’y attarder. Ceci dit, en raison de son apparition récente en périnatalité, le SPT est peu défini, et de par ce fait, il est souvent confondu avec d’autres concepts, et donc, mal diagnostiqué. Objectifs. À la lumière de ce constat, cette étude vise à clarifier le concept de SPT en lien avec la naissance comme phénomène potentiellement traumatisant, et ce, afin de susciter la compréhension, la réflexion et un langage commun chez les professionnels de la santé. Méthodologie. Le concept de SPT a été analysé selon la méthode de Walker et Avant. Résultats. Les attributs, les antécédents et les conséquents, puis l’absence de référent empirique de ce concept propre au contexte de la naissance traumatisante sont mis de l’avant. Conclusion. Mieux définir le concept de SPT en contexte de naissance permettra d’outiller les chercheurs afin de mieux comprendre ce phénomène.

Résumé
8
Récits de mères immigrantes ayant vécu un décès périnatal : des témoignages pour mieux revoir nos soins et nos pratiques.
Chantal Verdon (UQO - Université du Québec en Outaouais), Francine deMontigny (Université du Québec en Outaouais), Sabrina Zeghiche (Université d'Ottawa), Christine Gervais (Université du Québec en Outaouais)
9
Le présentéisme chez les pères endeuillés : stratégies de développement de l’identité professionnelle.
Dominique Lalande (UQO - Université du Québec en Outaouais), Jici Lord-Gauthier (Université du Québec à Montréal), Francine deMontigny (Université du Québec en Outaouais), Martin Lauzier (Université du Québec en Outaouais)
10
L’expérience des groupes de soutien vécue par des parents vivant un deuil périnatal : Une méta-synthèse qualitative
Dominique Lalande (UQO - Université du Québec en Outaouais), Andrée-Anne Desrosiers (Université du Québec en Outaouais), Francine deMontigny (Université du Québec en Outaouais), Sabrina Zeghiche (Université d'Ottawa), Naira Polita (Université du Québec en Outaouais)
11
La littératie en santé dans la période périnatale : Une métasynthèse qualitative.
Louise Catherine DE JORDY (UQO - Université du Québec en Outaouais), Francine deMontigny (Université du Québec en Outaouais), Maude-Christine Chouinard (Université du Québec à Chicoutimi), Naiara Polita (Université du Québec en Outaouais)
12
Les besoins des parents immigrants lors d'un décès périnatal : état des lieux et pistes pour des services plus adéquats.
Sabrina Zeghiche (Université d’Ottawa), Chantal Verdon (Université du Québec en Outaouais), Francine deMontigny (Université du Québec en Outaouais), Christine Gervais (Université du Québec en Outaouais), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais)
13
État des lieux des connaissances sur le deuil périnatal en contexte migratoire.
Sabrina Zeghiche (Université d’Ottawa), Francine deMontigny (Université du Québec en Outaouais), José Lopez (Université d'Ottawa), Chantal Verdon (Université du Québec en Outaouais)
14
Fausse couche à l'urgence: quels sont les besoins des femmes
Danaë Larivière-Bastien (UQO - Université du Québec en Outaouais), Francine deMontigny (Université du Québec en Outaouais), Chantal Verdon (Université du Québec en Outaouais)
15
Prédicteurs précoces pour l’apparition et la persistance de la dépression durant le deuxième trimestre de la grossesse
Monica Vaillancourt (UdeM - Université de Montréal), Deborah Da Costa (Université McGill)

L’objectif est de déterminer l'évolution de la dépression (début – mi-grossesse) et d’identifier les facteurs de risque précoces associés aux symptômes dépressifs persistants à mi grossesse. 623 femmes enceintes ont complété des questionnaires auto-rapportés en ligne durant le 1er (T1) et 2ème trimestre (T2). Parmi les femmes signalant des symptômes dépressifs à T2, 8,5% ont connu une nouvelle apparition des symptômes tandis que 8,2% ont eu une dépression persistante (T1 et T2). Des régressions logistiques multivariées ont révélé que comparées aux femmes ne déclarant aucun symptôme dépressif au cours des 2 trimestres, celles présentant des symptômes à T2 ont signalé une mauvaise qualité du sommeil et de l’alimentation et des scores plus élevés d'humeur dépressive au cours du T1. Les femmes souffrant de dépression persistante étaient plus susceptibles d'avoir une grossesse imprévue, un score de pleine conscience plus bas, une qualité de sommeil moins bonne et de l’anxiété liée à la grossesse plus élevée à T1 que celles ne présentant aucun symptôme au cours de T1 et T2. La connaissance des facteurs de risque spécifiques peut aider à améliorer le dépistage précoce et orienter le développement d'interventions ciblant des facteurs modifiables afin de réduire les symptômes dépressifs et leurs séquelles.

Résumé
10 h 35 à 12 h 15
Communications orales
Contexte de vulnérabilité : le deuil
Présidence/Animation : Francine de Montigny (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Batiment : UQO A.-Taché
Local : E0204
10 h 35
Besoins des parents vivant une fausse couche aux services d’urgence : Résultats d’une étude qualitative auprès de parents et d’infirmières
Tina Emond (Université Laval), Laurence Guillaumie (Université Laval), Francine deMontigny (Université du Québec en Outaouais)

Problématique : Au Canada, il est estimé qu’environ 20 % des grossesses se terminent par une fausse couche. Les parents qui y sont confrontés se présentent généralement aux services d’urgence pour être pris en charge et cette visite constitue souvent leur seule occasion pour bénéficier d’un soutien informatif et émotionnel. Les rares études s’étant intéressées à l’expérience des parents lors d’une fausse couche aux services d’urgence rapportent une insatisfaction quant aux soins reçus.

Objectifs : Dresser un portrait des besoins des parents se présentant aux services d’urgence lors d’une fausse couche et formuler des recommandations afin d’améliorer les soins offerts.

Méthode : Une étude qualitative descriptive exploratoire a été conduite dans un service d’urgence de la province du Nouveau-Brunswick, auprès de parents, d’infirmières et d’infirmières-gestionnaires (N = 26).

Résultats : Les besoins des parents ont été identifiés et ont mis en évidence la faible considération de l’état émotionnel des parents, les lacunes dans l’information transmise et la méconnaissance de lignes directrices existantes.

Conclusion : Plusieurs parents qui ont consulté les SU lors d’une fausse couche étaient insatisfaits des soins reçus en raison de besoins qui étaient non comblés. Différentes contraintes organisationnelles ont nui à l’offre de soins optimaux.

Résumé
10 h 55
Être mère sans enfant » : le labeur social en contexte de deuil périnatal
Sabrina Zeghiche (Université d’Ottawa), Francine deMontigny (Université du Québec en Outaouais), José Lopez (Université d'Ottawa)

La littérature sur le deuil périnatal s’est fortement intéressée à la question de sa non reconnaissance sociale, en invoquant le concept de disenfranchized grief (Doka, 1989 ; 2002). Ce qui a particulièrement retenu l’attention, c’est d’une part, ses conséquences psychosociales (Brierley-Jones et al., 2015), et d’autre part, le recours aux rituels comme réponse à cette non reconnaissance (Brin, 2004). Si le premier constat risque d’occulter la part d’agentivité des personnes endeuillées, le second risque de la surestimer. Sur la base d’une analyse qualitative de données recueillies auprès de 21 mères ayant perdu leur bébé après 12 semaines de grossesse, et en recourant au concept de labeur social emprunté à Kurasawa (2007) et López (2018), enrichi des contributions théoriques de Goffman (1975) sur les stigmates, je me propose d’examiner le champ d’action des mères face à cette non reconnaissance. Autrement dit, je m’intéresse au processus à l’œuvre, à la fois dans les interactions sociales des mères avec les acteurs des différents espaces aux différentes temporalités, mais aussi dans leurs pratiques idéelles, matérielles et symboliques, en amont et en aval de cette non reconnaissance.

Résumé
11 h 15
Deuil périnatal et milieu de travail : une revue systématique du vécu des parents-travailleurs
Sophie Meunier (UQAM - Université du Québec à Montréal), Francine de Montigny (Université du Québec en Outaouais), Sabrina Zeghiche (Université du Québec en Outaouais), Dominique Lalande (Université du Québec en Outaouais), Chantal Verdon (Université du Québec en Outaouais), Deborah Da Costa (Université McGill)

Si le deuil périnatal a connu un intérêt grandissant dans la littérature depuis les années 1980, il est encore considéré comme étant un sujet tabou dans les milieux de travail. Or, plusieurs parents endeuillés réintègrent leur poste alors qu’ils présentent encore un niveau de détresse psychologique élevé. La présente étude consiste en une recension des écrits, de type scoping review, visant à synthétiser la documentation actuelle concernant le vécu au travail de ces parents. Une recherche, effectuée dans 7 bases de données, a permis d’identifier 10 articles. Les principaux thèmes abordés par ces articles concernaient : 1) la non reconnaissance légale ou administrative du deuil périnatal; 2) les accommodements possibles lors du retour au travail; 3) les interactions sociales avec l’employeur, les collègues, ou les structures de soutien ; 4) le sens du travail suite à un deuil périnatal. Des recommandations étaient aussi formulées et visaient à former les gestionnaires au sujet du deuil périnatal ainsi qu’à modifier le cadre législatif afin qu’il soit mieux reconnu. Des recherches futures sont nécessaires afin de documenter les effets du deuil périnatal sur le fonctionnement des travailleurs et d’identifier les facteurs de risque et de protection propres au milieu de travail.

Résumé
11 h 35
Deuil et famille, expériences et défis d’infirmières œuvrant en première ligne : réflexions et constats pour améliorer les interventions familiales.
Chantal Verdon (UQO - Université du Québec en Outaouais), Francine de Montigny (Université du Québec en Outaouais), Christine Gervais (Université du Québec en Outaouais), Sophie Meunier (Université du Québec à Montréal)

Un malaise chez les infirmières est palpable pour intervenir dans un contexte de deuil et bien souvent au moment du décès (Hill et al., 2014). Or, celles qui œuvrent en première ligne et rencontrent des familles qui vivent un deuil implique souvent des suivis et une offre de services différents. On se questionne sur la façon dont elles les soutiennent à court, moyen et plus long terme. Un projet pilote mené récemment auprès d’une dizaine d’infirmières assurant ce type de soins nous amène à décrire deux grands thèmes, par l’entremise d’entretiens semi-dirigés. Elles décrivent des expériences qui les amènent à questionner un deuil dit normal. De plus, les résultats de cette étude démontrent que les infirmières trouvent difficile d’explorer les réactions de deuil chez des familles qui expriment peu, voire qui taisent ou banalisent leurs réactions de deuil, plus particulièrement quand il s’agit d’une clientèle masculine. Aussi, les infirmières qui ont vécu personnellement un deuil se disent plus à l’aise pour détecter des émotions et intervenir. De ces témoignages émergent des réflexions pour construire des interventions familiales efficaces.

Résumé
11 h 55
Plénière
Dîner
12 h 15 à 13 h 15
Dîner
Dîner et communications par affiches
Batiment : UQO A.-Taché
Local : E0209
Après-midi
13 h 15 à 14 h 30
Communications orales
Contexte de vulnérabilité : PMA, adoption, migration et handicap
Présidence/Animation : Francine de Montigny (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Batiment : UQO A.-Taché
Local : E0204
13 h 15
Accompagnement de la parentalité en service d’assistance médicale à la procréation (AMP) en France. De la médicalisation de la conception au devenir parent.
Delphine Collin (Université Paris Descartes France), Sylvie Bourdet-Loubère (Université de Toulouse Jean Jaurès)

Cette recherche clinique s’inscrit dans une pratique auprès de couples infertiles. Les difficultés rapportées par les couples en consultation psychologique justifient l’intérêt d’une recherche visant à mieux comprendre le passage du conjugal au parental. Nous avons interrogé le devenir de la sexualité, pierre angulaire de la conjugalité, et notamment la spécificité de ses modalités d’inscription dans la parentalité. En effet, le sexuel conjugal agit comme opérateur de symbolisation chez l’enfant par la triangulation qu’il instaure. L’intervention du tiers médical via une sexualité prescrite ou une conception désexualisée, peut perturber l’équilibre des patients sur le plan narcissique, identitaire et objectal, avant même la survenue de l’enfant. Notre démarche qualitative se base sur des entretiens individuels, conjugaux, des génogrammes et l’observation de la dynamique familiale. Les résultats mettent en évidence un lien entre blessure narcissique liée à l’infertilité et surinvestissement de l’enfant né, idéalisation de la relation parent/enfant au détriment d’une conjugalité investie psychiquement, et absence de triangulation. Les relations parentales délibidinalisées devenant opératoires ne laissent plus apparaitre de dynamique conjugale symbolisante. Ces résultats soulignent l’intérêt du suivi du couple en médecine procréative, car l’accès à l’enfantement ne saurait suffire au maintien d’une conjugalité blessée par le traumatisme de l’incapacité à concevoir

Résumé
13 h 35
Abandon, vie en institution et adoption : enjeux et impacts à l’âge d’adulte.
Maïly Daigle (UQO - Université du Québec en Outaouais), Diane Dubeau (Université du Québec en Outaouais)

La recherche et la pratique en matière d’adoption mettent l’accent sur les enfants et adolescents. Les connaissances quant aux enjeux et impacts propres aux adultes adoptés sont plus limitées, et ce, même si la réalité québécoise met en évidence la présence d’environ 20 000 personnes adoptées à l’international. La présente étude se centre sur les qualités d’adaptation d’adultes vietnamiens ayant été adoptés ou ayant vécu en orphelinat. Elle adopte une approche méthodologique qualitative, de type étude de cas multiples. Un échantillonnage raisonné de 16 participants d’origine vietnamienne, ayant vécu dans un orphelinat entre 1990 et 2000, a été sélectionné : huit adultes adoptés au Québec et huit ayant vécu dans un orphelinat jusqu'à l'âge de leur majorité. Des entrevues semi-structurées ont été réalisées auprès des participants. Ils ont également rempli le Questionnaire des Styles d’Attachement. Le résultat de l’étude souligne l’importance des contextes de vie, la présence des ressources internes (stratégies d’adaptation) et externes (figure significative) dans le développement. Pour soutenir l’adaptation, des efforts devraient être dirigés vers le soutien à la famille naturelle afin d’éviter le déracinement et divers traumatismes chez l'individu. La prévention de la négligence et de la maltraitance sera gagnante pour un développement sain.

Résumé
13 h 55
Quand la migration rencontre le handicap : Résultats d’une recherche participative avec des familles immigrantes vivant avec un enfant en situation de
Genevieve Saulnier (Pavillon du Parc)

La migration familiale ainsi que la naissance d’un enfant présentant un handicap sont toutes deux des expériences qui posent des défis importants et qui sont sources d’adversité potentielle. Pour les familles confrontées simultanément à cette double réalité «migration/handicap», la vie est traversée d’incertitudes et ponctuée d’ajustements continuels. Pour explorer cette expérience et pour aborder les défis qui en découlent, certains auteurs s’appuient sur la thèse d’une «rhétorique du double» (Piérart, 2013). Cette notion entend traduire la double réalité vécue par ces familles en suggérant que celles-ci sont susceptibles de vivre un « double handicap », une « double-barrière » ou une «double oppression» en raison de leur statut de migrant, d’une part, et du handicap de leur enfant, d’autre part. Cette communication présentera les résultats d’une recherche participative qui a exploré le sens que les familles immigrantes vivant avec un enfant en situation de handicap donnent à leur expérience et de mettre en lumière les stratégies qu’elles mobilisent pour composer avec cette réalité. Il sera démontré que si le parcours du handicap de l’enfant à travers celui de la migration implique de nombreux défis, il représente également une opportunité d’actualisation de soi, d’insertion et d’émancipation pour ces familles.

Résumé
14 h 15
Discussion
14 h 30 à 14 h 45
Communications par affiches
Pause et communications par affiches
Batiment : UQO A.-Taché
Local : E0209
14 h 45 à 16 h 10
Communications orales
Interventions auprès des pères et des familles
Présidence/Animation : Francine de Montigny (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Batiment : UQO A.-Taché
Local : E0204
14 h 45
Parole aux enfants Mon papa et moi (présentation vidéo)
Francine de Montigny (UQO - Université du Québec en Outaouais), Christine Gervais (Université du Québec en Outaouais), Isabel Côté (Université du Québec en Outaouais), Renée-Pier Trottier-Cyr (Université du Québec en Outaouais), Tatou Lachaine-Parisien (Université du Québec en Outaouais)
14 h 50
La participation des pères au programme Triple P et les réponses à leurs besoins
Christine Renard (CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal), Annie Devault (Université du Québec en Outaouais)

Les pères sont peu présents dans les programmes pour parents. Cette situation est préoccupante car l’importance d’un engagement paternel de qualité pour le développement des enfants n’est plus à démontrer.

L’étude présentée vise deux objectifs. Le premier cherche à connaître l’expérience de pères ayant participé au programme Triple P. Des entrevues ont été menées auprès de 12 pères et des questionnaires de satisfaction ont été remplis par cinquante-cinq pères (n=55) ayant tous suivi la modalité de groupe du programme.

Le deuxième objectif vérifie l’hypothèse voulant que la participation des pères aux groupes augmente lorsqu’on met en place des conditions pour les attirer. Une recherche quasi-expérimentale à Montréal, avec groupe témoin à Québec, a été conduite dont la variable indépendante est une série d’interventions visant spécifiquement le recrutement des pères.

Selon les résultats, les pères qui suivent Triple P sont satisfaits.  Cependant, le programme semble rejoindre un échantillon homogène d’hommes en couple biparentale. Ceci, malgré les efforts déployés pour attirer davantage de pères aux groupes. Le défi se présente dès lors: comment ces programmes peuvent-ils rejoindre une plus grande variété d’hommes ?

Résumé
15 h 10
LES PÈRES ET LEUR RAPPORT AVEC LA JUSTICE ET LA DPJ : LE DIVORCE DES CULTURES?
Jacques Roy (Université Laval)

Problématique

Le soliloque entre les pères et le milieu de la justice et la DPJ, constitue un phénomène observé dans le champ des pratiques et documenté dans les écrits. Pour notre part, nous avons réalisé un projet de recherche-intervention sur un an auprès de pères dans le contexte de leur rapport avec la justice et la DPJ (Roy, 2018).

Objectifs

Identifier et partager une lecture des aspects de culture qui contribuent à l’éloignement entre les pères et les intervenants.

Méthodologie

Accompagnement professionnel d’un échantillon de 63 hommes clients d’AutonHommie dans leurs démarches auprès de la justice et de la DPJ. Évaluation de l’expérience effectuée auprès des pères et des avocats participants.

Résultats

Il a été observé des différences majeures sur le plan des cultures en présence entre les pères et les institutions contribuant au fossé entre les deux. En ce sens, l’accompagnement professionnel a permis une médiation entre les pères et la justice ainsi qu’avec la DPJ.

Conclusion

Il faut revisiter les modes d’interventions afin de mieux rejoindre et se rapprocher des pères.

Résumé
15 h 30
Comment mieux soutenir les pères en contexte migratoire
Diane Dubeau (UQO - Université du Québec en Outaouais), Genevieve Turcotte (Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal ), Miguel Salmon (Université du Québec en Outaouais)

La reconnaissance d’un engagement accru des pères auprès de leur enfant et de ses bienfaits incite les milieux d’intervention à adapter leurs pratiques pour mieux les rejoindre et les soutenir (Allen et Daly, 2007). Malgré les avancées importantes observées sur le plan des pratiques, un consensus existe toutefois quant au défi supplémentaire posé par le contexte migratoire vécu par de plus en plus de familles nouvellement arrivées au Québec. L’évaluation d’impacts de Relais-Pères démontre la pertinence de cette approche de proximité qui mise sur l’accompagnement pour rejoindre les pères immigrants dans leur milieu naturel, leur offrir une présence et un soutien continu, leur faire connaître les ressources du milieu et favoriser leur participation sociale. La présentation se centre sur les résultats obtenus pour 21 des 40 études de cas réalisées pour l’évaluation d’impacts qui concernaient un contexte d’immigration récente des familles. L’approche qualitative adoptée qui s’est traduite par l’analyse de contenu des entrevues réalisées auprès des pères (2) et des intervenants montre la diversité des types d’accompagnement réalisés et les effets perçus sur les différentes sphères de vie de ces pères (personnelle, parentale et sociale). Les principaux résultats seront présentés et discutés selon une perspective écosystémique de la famille.    

Résumé
15 h 50
Discussion
16 h 10 à 17 h 00
Communications orales
Table ronde « Parents d’ici et d’ailleurs »
Présidence/Animation : Francine de Montigny (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Batiment : UQO A.-Taché
Local : E0204
16 h 55
Mot de clôture
Soir
17 h 00 à 19 h 00
Cocktail
5 à 7 festif
Présidence/Animation : Francine de Montigny (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Batiment : UQO A.-Taché
Local : D0446