Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.

Le lundi 27 mai 2019

Les problèmes publics peuvent être liés à différents domaines de la société tels que l’écologie, la sécurité routière, etc. Dans le cadre de ce colloque, nous nous intéressons plus spécialement aux problèmes publics du domaine social (par exemple : la pauvreté, la toxicomanie, l’itinérance, le chômage, la maltraitance des enfants, la violence faite aux femmes, le racisme, etc.) que nous proposons d’appeler ici problèmes sociaux.

De nombreux auteurs ont écrit sur la notion de problème social, ont proposé une définition, ont tenté de tracer les contours de la notion (par exemple Rezsohazy, 1980; Horton et Leslie, 1971; Manis, 1974). D’autres auteurs se sont plus spécifiquement arrêtés aux processus complexes qui transforment une situation en un problème social, dont Blumer ou encore Spector et Kitsuse. La construction d’un problème social fait depuis l’objet d’une multitude d’études, de colloques, de publications, etc. qui tentent d’en saisir les frontières conceptuelles et théoriques (Dorvil et Boucher-Guèvremont, 2014; Loseke, 2003; Dorvil et Mayer, 2001; Hacking, 1999). De grandes interrogations subsistent : qu’est-ce qui définit vraiment un problème social? Les conditions du problème? Sa gravité? Sa prévalence? Ou plutôt les individus et les groupes que ce problème touche? La société et sa façon de prendre en charge ou de répondre au problème?

À cet égard, peu d’études se sont penchées sur le rôle des représentations sociales dans ce processus de construction des problèmes sociaux. En effet, même si plusieurs recherches se sont intéressées à l’influence des représentations sociales dans le contexte de l’intervention (Castro et Batel, 2008; Jodelet, 2012; Negura, 2016), elles l’ont rarement fait dans une perspective plus large de construction et de définition collective des problèmes sociaux. Il s’agit là d’un élément de réflexion riche pour une meilleure compréhension des interventions sociales, par exemple de leurs limites, des difficultés qui sont rencontrées ou encore de la réalité des intervenants et intervenantes. Réflexion à laquelle ce colloque souhaite contribuer.

Ce colloque se propose ainsi d’offrir aux chercheurs qui emploient différentes approches théoriques dans l’étude des problèmes sociaux, et qui proviennent de divers champs disciplinaires, de se réunir et de réfléchir aux aspects théoriques et empiriques de la définition des problèmes sociaux comme objets de représentation. Ce colloque constitue aussi un espace d’échange sur la pertinence pratique de l’analyse des problèmes sociaux dans une perspective des représentations sociales et sur la richesse des regards que cette perspective apporte sur toute une variété de problèmes sociaux auxquels la société est amenée à se confronter.

Lire la suite »
Ajouter à mon horaire

Colloque

Section 400 - Sciences sociales

Responsables

  • Lilian Negura
    Université d’Ottawa
  • Nathalie Plante
    Université d’Ottawa
Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 09 h 40
Communication orale
Communications orales
Séance d'ouverture
Batiment : Cégep G.-Roy
Local : 2.207
09 h 10
Mot de bienvenue
09 h 15
Conférence d'ouverture: La folie et ses représentations sociales ; une confirmation empirique de l'hypothèse de la polyphasie cognitive inspirée par l'approche de modélisation
Annamaria Silvana De Rosa (Université La Spaienza )
Résumé
09 h 45 à 11 h 45
Communication orale
Communications orales
Problèmes sociaux liés au domaine de la santé et représentations
Présidence/Animation : Lilian Negura (Université d’Ottawa)
Discutant-e- : Inna Bovina (Université d'Etat de Moscou de Psychologie et des Sciences de l'Education), Jean-Martin Deslauriers (Université d’Ottawa), Florina Gaborean (Ville de Gatineau ), Claude Lavoie (Université d’Ottawa), Lilian Negura (Université d’Ottawa)
Batiment : Cégep G.-Roy
Local : 2.027
09 h 45
La construction de la dépression comme problème social genré; Représentations sociales et services sociaux
Jean-Martin Deslauriers (Université d’Ottawa), Florina Gaborean (Université d'Ottawa), Lilian Negura (Université d'Ottawa)
Résumé
10 h 10
Représentations sociales et pratique de l’hypnose
Claude Lavoie (Université d’Ottawa)
Résumé
10 h 30
Pause
10 h 40
Représentations sociales de la santé et de la maladie chez les enfants : la question de la genèse
Inna Bovina (Université d'Etat de Moscou de Psychologie et des Sciences de l'Education)
Résumé
11 h 00
Discussion

Dîner

11 h 45 à 13 h 00
Diner
Dîner
Dîner
Batiment : Cégep G.-Roy
Local : 2.027

Après-midi

13 h 00 à 15 h 35
Communication orale
Communications orales
Jeunesse, problèmes sociaux et représentations
Présidence/Animation : Nathalie Plante (Université d’Ottawa)
Discutant-e- : Lorena Gil De Montes (Universite de Pays Basque), Quentin Guatieri (UdeM - Université de Montréal), Claudine Provencher (London School of Economics)
Batiment : Cégep G.-Roy
Local : 2.027
13 h 00
Mot de bienvenue
13 h 10
Risque situé et pratiques sexuelles: Une étude des représentations sociales
Lorena Gil De Montes (Universite de Pays Basque)
Résumé
13 h 35
Représentations sociales et construction d’un problème public : Le cas des NEET
Quentin Guatieri (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
14 h 00
La construction sociale des mauvais traitements psychologiques envers les enfants au Québec de 1977 à nos jours : résultats préliminaires de l’analyse des processus d’ancrage et d’objectivation dans les média québécois
Nathalie Plante (Université d’Ottawa)
Résumé
14 h 25
L’éducation universitaire – un problème social?
Claudine Provencher (London School of Economics)
Résumé
14 h 55
Discussion
15 h 35
Pause
15 h 45 à 16 h 30
Communication orale
Communications orales
Séance de clôture
Présidence/Animation : Lilian Negura (Université d’Ottawa)
Discutant-e- : Lilian Negura (Université d’Ottawa), Nathalie Plante (Université d’Ottawa)
Batiment : Cégep G.-Roy
Local : 2.027
15 h 45
Conférence de clôture: La construction des problèmes sociaux comme processus de naturalisation représentationnelle
Lilian Negura (Université d’Ottawa), Nathalie Plante (Université d'Ottawa)
Résumé
16 h 05
Discussion
16 h 15
Mot de clôture