Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.

Le jeudi 30 mai 2019

Au Québec, au cours des 5 dernières années, en moyenne 260 adoptions québécoises et 190 adoptions internationales ont été prononcées annuellement (bilan des DPJ/DP, 2014-2018; SAI, 2018). Ces chiffres ne tiennent pas compte des adoptions intrafamiliales pour lesquelles il n’existe aucune statistique officielle. Jusqu’à récemment, l’adoption au Québec n’existait que sous forme plénière, c’est-à-dire que la filiation adoptive avait pour effet définitif et irréversible de rompre la filiation d’origine (Roy, 2010). Depuis le 16 juin 2018, de nouvelles dispositions législatives en matière d’adoption (projet de loi no 113) sont entrées en vigueur, introduisant des changements majeurs, dont : une adoption avec reconnaissance des liens de filiation préexistants, la possibilité de convenir d’une entente de communication entre la famille adoptive et la famille d’origine après l’adoption et la levée de la confidentialité absolue des dossiers d’adoption. Ces modifications visent à moderniser l’appareil juridique afin de mieux répondre à la réalité et aux besoins des personnes adoptées, notamment en ce qui a trait à l’accès à leurs origines (Ouellette et Saint-Pierre, 2008; Tendron et Vallée, 2007) et à l’importance de l’ouverture communicationnelle des parents adoptifs par rapport à l’adoption (Brodzinsky, 2005, 2006; Grotevant et al., 2011; Neil, 2009). Or, ces changements suscitent plusieurs préoccupations chez les postulants à l’adoption, les familles adoptives ainsi que les professionnels. Dans quelles situations l’adoption avec reconnaissance des liens de filiation préexistants sera-t-elle privilégiée? Quel sera l’effet des ententes de communication sur les jeunes adoptés en contexte de protection de la jeunesse? Comment seront accompagnés les jeunes adoptés de 14 ans et plus qui pourront obtenir de l’information sur leurs parents d’origine sans le consentement de leurs parents adoptifs? Comment les professionnels seront-ils formés pour faire face à ces nouvelles réalités?

Le présent colloque vise à fournir un lieu de réflexion et d’échanges sur les enjeux et les retombées concrètes du projet de loi no 113 pour les personnes adoptées, les familles adoptives et les professionnels de l’adoption du Québec. La présence de conférenciers de différents horizons (chercheurs, étudiants, professionnels de l’adoption, représentants d’organisations civiles ou communautaires) permettra de réfléchir aux enjeux actuels et aux défis à venir pour tous les acteurs concernés. Afin d’alimenter les discussions, des conférenciers provenant tant du Québec que de l’extérieur de la province seront présents lors de cette journée. Ce colloque sera l’occasion de prendre connaissance de résultats de recherche et de considérer les expériences et les pratiques, provenant du Québec et d’ailleurs, en vue de guider la mise en application des changements apportés par le projet de loi no 113 en adoption au Québec.

Lire la suite »

Remerciements

Le comité organisateur de ce colloque souhaite remercier les personnes conférencières pour leur contribution à cette journée, ainsi que nos partenaires : l'Équipe de recherche sur le placement et l'adoption (Fonds de recherche du Québec Société et Culture), l'Institut universitaire Jeunes en difficulté ainsi que le Centre de recherche universitaire sur les jeunes et les familles.

Ajouter à mon horaire

Colloque

Section 400 - Sciences sociales

Responsables

Afficher tous les résumés

Avant-midi

08 h 30 à 12 h 00
Communication orale
Communications orales
L’adoption simple et l’adoption ouverte : perspectives canadienne et internationale
Batiment : UQO L.-Brault
Local : B1002
08 h 30
Mot de bienvenue
08 h 40
Les changements apportés par la Loi 113 : mise en contexte de la journée
Geneviève Pagé (UQO - Université du Québec en Outaouais)
09 h 00
Conserver les liens entre l’adopté et sa famille d’origine : la loi québécoise vue de France
Jean-François Mignot (Centre national de la recherche scientifique (CNRS))
Résumé
10 h 00
Pause
10 h 30
L'ouverture en adoption, un portrait global en Ontario. Où en sommes-nous après plus de 10 ans?
Andrée Guillemette (La société de l'aide à l'enfance d'Ottawa)
Résumé
11 h 00
Ce n’est pas pour créer des familles heureuses : Enjeux liés aux contacts directs pour les adoptés en contexte de protection de l’enfance à New South Wales (Australie)
Harriet Ward (University of Oxford, UK), Helen Trivedi (University of Oxford (UK)), Lynne Moggach (Barnardos Australia), Sue Tregeagle (Barnardos Australia)
Résumé

Dîner

12 h 00 à 13 h 30
Diner
Dîner
Lunch libre
Batiment : UQO L.-Brault
Local : B1002

Après-midi

13 h 30 à 16 h 30
Communication orale
Communications orales
L’adoption au Québec : perspectives de la recherche et du terrain
Batiment : UQO L.-Brault
Local : B1002
13 h 30
Composer avec une forme d’adoption plus ouverte : regard sur la diversité des positions et des profils des familles d’accueil Banque-mixte
Doris Chateauneuf (Centre de recherche universitaire sur les jeunes et les familles), Geneviève Pagé (Université du Québec en Outaouais), Béatrice Decaluwe (CISSS de Chaudières-Appalaches)
Résumé
14 h 00
L’influence des médias sociaux sur la quête des origines et les retrouvailles en contexte d’adoption internationale
Johanne Thomson-Sweeny (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
14 h 30
Pause
15 h 00
La Loi 113 vue par le Mouvement Retrouvailles
Caroline Fortin (Mouvement Retrouvailles - adopté(e)s - non adopté(e)s - parents)
Résumé
15 h 15
Les enjeux de la Loi 113 sur le terrain : regards d’une communauté de pratique en adoption
Josianne Damphousse (CIUSSS Mauricie-Centre-du-québec)
Résumé
15 h 45
Discussion
16 h 30
Mot de clôture