Imprimer

404 - Médias, communications et information

Du lundi 27 au mardi 28 mai 2019

Cette section traite d’épistémologies, de méthodologies, d’éthiques et d’études de cas liées aux médias dans toutes leurs formes actuelles. Les stratégies, pratiques et politiques d’utilisation des médias sociaux et de masse ainsi que d’autres outils et moyens de communication et d’information sont reconfigurées dans divers milieux pour prendre en compte la transversalité, les défis et les enjeux du numérique à notre époque. Ainsi, algorithmes, fake news, récits de soi, lanceurs d’alerte, design de service ou d’information, production et transmission de savoirs, communications environnementales et migratoires – notamment – deviennent ici autant des objets que des catégories d’analyse, fluidité annonciatrice d’une réappropriation théorique à partir de la pratique.

Lire la suite »
Domaine
Section 400 - Sciences sociales
Responsables
Karoline Truchon
UQO - Université du Québec en Outaouais
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
09 h 00 à 11 h 30
Communications orales
Les communications durent 15 minutes chacune. Au cours de la session, il y aura une pause et une période de questions. Les présidents de sessions pourront revoir l’ordre des communications avant la session.
Lanceur d’alerte et design de service ou d’information : conceptualisation, cadrage et intervention
Présidence/Animation : Aimé-Jules Bizimana (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Batiment : UQO A.-Taché
Local : D0438
1
Lanceur d’alerte, serviteur des politiques publiques ou promoteur du débat public 1 ? Une grille d’analyse
Raymond Corriveau (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières), Sébastien Houle (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)

Le droit du public à l’information est une condition initiale et essentielle à la participation du public dans la vie démocratique (Landry 2013). Or, si le droit à l’information tend de plus en plus à être reconnu par différentes législations, l’actualité démontre une tendance à limiter ce droit sur la base de considérations relatives à la sécurité nationale (Kelmor, 2016). À cet égard, le lancement d’alertes est un dossier particulièrement sensible, même si La Convention européenne des droits de l’homme affirme que « chacun a le droit de dire et d’écrire ce qu’il pense, et de recevoir ou de communiquer des informations ».

Dans le cadre d’une recherche menée avec Amnistie internationale (section canadienne-francophone), nous cherchons à caractériser le corpus juridique relatif au lancement d’alerte pour mieux en évaluer la possibilité d’en faire un problème public, c’est-à-dire de transformer un fait social en objet de débat social et, ultimement, de politiques publiques (Neveu, 2015, p. 41). Nous proposons une grille qui, au moyen de différents indicateurs – identité, motivation, nature des révélations, mode d’expression –, nous permettra d’analyser les lois visant à offrir une protection aux lanceurs d’alerte. Se soucient-elles, de manière plus restreinte, du « dénonciateur légal » ou, de façon plus ouverte, du lanceur d’alerte « de conscience », qui, en plus de vouloir remédier à une situation problématique, vise à susciter un débat public?

Résumé
2
Lanceur d’alerte, serviteur des politiques publiques ou promoteur du débat public 2 ? Le cadrage juridique de la divulgation
Véronique Durocher (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières), Raymond Corriveau (Université du Québec à Trois-Rivières)

Après les révélations d’Edward Snowden en juin 2013 sur la surveillance de masse, les médias ont souvent présenté et opposé deux cadrages des lanceurs d’alerte : celui du traitre et du héros, jouant de la polarisation prégnante dans le contexte actuel de l’hyperconcurrence entre les médias d’information (Brin, Charron et de Bonville, 2004). Sur le plan théorique, on trouve aussi deux grandes conceptions du lanceur d’alerte : celle du « dénonciateur légal », agissant dans un cadre défini par les autorités; et celle du lanceur d’alerte « de conscience », plus radical dans sa relation à l’État, tourné vers le public et l’espace public médiatique (Foegle, 2014). Plutôt que d’aborder ces conceptions dans une logique binaire, nous avons élaboré une typologie à plusieurs entrées continues – identité, motivation, nature des révélations, mode d’expression –, permettant d’observer plus finement la conception du lanceur d’alerte. Dans le cadre de notre présentation, nous appliquerons la grille d’analyse tirée de notre typologie aux lois québécoise et canadienne relatives à la divulgation d’actes répréhensibles adoptées respectivement en 2005 et en 2016. L’exercice nous permettra de comparer les lois entre elles, de les situer sur nos continuums, mais également de les contraster avec le cas très médiatisé d’Edward Snowden. In fine, notre analyse contribuera à documenter les potentialités de réalisation du droit du public à l’information dans le contexte canadien.

Résumé
3
Lanceur d’alerte, serviteur des politiques publiques ou promoteur du débat public 3 ? Le cadrage militant des droits de la personne
France Aubin (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières), Andréanne Pâquet (Amnistie internationale)

Après avoir travaillé à l’élaboration d’une typologie des lois relatives au lancement d’alerte les distribuant sur des continuums allant d’une conception restreinte à une conception ouverte, puis appliqué cette typologie à 2 lois canadiennes, nous allons nous pencher sur la campagne d’Amnistie internationale (AI) pour obtenir le pardon du lanceur d’alerte Edward Snowden. Elle a ceci de particulier qu’elle s’articule sur deux fronts parallèles et distincts. Il y a d’une part la nature des révélations de Snowden, qui mettent en lumière la violation par les États-Unis de ses propres lois en espionnant de façon massive ses citoyens, ce qu’AI déplore et combat; puis il y a, sur l’autre front, la défense du lanceur d’alerte que l’on dépeint comme un défenseur de l’intérêt public et pour lequel on se mobilise. La mise en récit d’AI se décline ainsi en deux axes : on étaye la nature des révélations faites par Snowden tout en se penchant sur le sort qui est réservé au lanceur d’alerte. La difficulté pour AI consiste donc à travailler avec un enjeu qui se déplie : la protection des lanceurs d'alerte étant toujours connectée à un autre enjeu, comme la protection de la vie privée ou la lutte à la corruption, enjeux auxquels les médias consacreront plus volontiers leur attention. Le survol des stratégies d'AI pour relever ce défi particulier nous mènera à établir – et à présenter – une correspondance avec la typologie des lanceurs d'alerte présentée dans les 2 conférences précédentes.

Résumé
4
Le design de service : un concept à définir
Laurence Paquette (Université Laval), Éric Kavanagh (Université Laval), Anne Catherine Verrette (Université Laval)

Notre société évolue et se transforme. La croissance du secteur tertiaire l’a amenée à se métamorphoser en une société de service. Ce nouveau paradigme amène inévitablement le besoin de nouvelles expertises pour la conception de services. Dans ce sens, le design s’est adapté, ses approches et ses méthodes se sont transformées. C’est dans cet élan que le concept de design de service est apparu peu avant le début des années 1990 (SHOSTACK 1982, 1984). Ce n’est que depuis 2004 que l’on reconnaît le design de service comme une spécialisation du design (MORITZ et MAGER 2005). De ce fait, le design de service a besoin de nouveaux modèles pour mieux répondre aux besoins des consommateurs dans ce nouveau paradigme. Notre équipe propose de répondre à cette urgente nécessité. Certes, le concept de design de service reste relativement jeune et doit être défini.

Dans cette communication, nous  présenterons l’évolution du concept de design de service en faisant l’exposé de la transformation de sa définition au cours des dernières décennies. Nous mettrons en lumière la récurrence et la rareté de certains éléments descriptifs afin d’en dresser un portrait révélateur. De là, nous serons en mesure de saisir avec plus de précision la nature, les motivations et les aspirations profondes de ce concept nouveau. Il s’agira du point de départ essentiel aux réflexions sur le rôle du designer dans la conception des services de demain.

Résumé
5
Évolution du design d'information par l'examen des définitions proposées depuis 1979
Anne Catherine Verrette (Université Laval), Éric Kavanagh (Université Laval ), Laurence Paquette (Université Laval )

Le design d’information est une spécialisation du design encore jeune qui a longtemps été considérée comme une variante du design graphique ou de la rédaction technique. Plusieurs définitions et types de documents lui ont été associés au fil du temps: formulaires, panneaux de signalisation, instructions techniques, etc. (PASSINI 1999). Ce foisonnement d'artéfacts a conduit à l'émancipation de l'expertise, dont les principaux repères ont été la création du Document Design Project (1978), de l'Information Design Journal (1979), de l'International Institute for Information Design (1986) ainsi que la publication de trois ouvrages-clés: Schriver (1997), Jacobson (1999) et Black et coll. (2017).

L'examen de ces 6 sources d'information nous a permis de recueillir diverses définitions du design d'information. Dans cette présentation, nous exposerons les définitions retrouvées et en ferons l'examen topiques. Nous serons à même de montrer diverses tendances évolutives en matière technologique, psychosociale, économique, etc.

Résumé
6
L'écosystème informationnel: vers un cadre d'intervention structurant pour le design d'information
Éric Kavanagh (Université Laval), Laurence Paquette (Université Laval), Anne Catherine Verrette (Université Laval)

Depuis des décennies, le design d'information est pensé comme une expertise centrée presque exclusivement sur l'artéfact, en l'occurrence le document papier ou numérique (FELKER et coll. 1981; SCHRIVER 1996; ZWAGA et coll. 1999; FRASCARA 2015). Or, avec l'avènement du design de services, les designers sont davantage appelés à considérer les choses dans une perspective dite d'écosystème. Emprunté aux sciences naturelles, le concept d'écosystème permet d'enrichir le contexte d'un design donné, voire d'opérationnaliser sa prise en charge dans le processus de design. Considérant la portée et la puissance de ce concept, notre équipe a voulu l'intégrer dans son cadre d'intervention en design d'information. Après plusieurs années de recherche-action et de recherche-intervention, notamment dans le milieu de la santé et dans le monde juridique, l'équipe a mis sur pied un modèle d'écosystème informationnel qui permet à une équipe de design une meilleure prise en charge des parcours informationnels et une meilleure compréhension des schémas cognitifs et des représentations mentales des usagers d'un écosystème donné. Dans cette communication, nous présenterons ce modèle d'écosystème ainsi que des données d'utilisation provenant d'un groupe d'une trentaine de designers en cours de formation (3e année de baccalauréat). Les données, principalement qualitatives, ont été colligées lors d'un cours universitaire (sur 14 semaines) en mode prétest/post-test.

Résumé
Après-midi
13 h 00 à 17 h 00
Communications orales
Les communications durent 15 minutes chacune. Au cours de la session, il y aura une pause et une période de questions. Les présidents de sessions pourront revoir l’ordre des communications avant la session.
Épistémologies, méthodologies et études de cas dans la production et la transmission des savoirs
Présidence/Animation : Nabil Messabia (UQO - Université du Québec en Outaouais)
Batiment : UQO A.-Taché
Local : A0110
1
À la frontière de la communication et la physique : la diversité des approches pour penser les visualisations scientifiques à travers leur implication dans la production du savoir
Marie-Maude Roy (UdeM - Université de Montréal)

Le milieu scientifique n'échappe pas à la culture visuelle, un pan de la société occidentale moderne caractérisé par l'omniprésence des images dans la transmission et la production du savoir. Les visualisations scientifiques (VS) se présentent alors comme un objet d'étude de choix pour explorer les rouages de la pratique scientifique. Une question se pose avant tout : comment peut-on penser les VS, ces médiatrices de connaissances ? Si l'on s'intéresse à ce qu'elles signifient, on peut se demander de quelle façon elles sont perçues par les individus ou les collectivités. On peut comprendre ces structures complexes comme celles d'un langage, et analyser leur syntaxe et sémantique (sémiotique visuelle). Il devient pertinent d'aborder les capacités cognitives mobilisées pour en interpréter le contenu (sciences cognitives). On peut aussi les penser en termes de constructions sociales du savoir, soient comme des artefacts : sont alors investigueés leurs conditions de production, participation dans les relations de pouvoir et fonctions au sein de différents groupes sociaux (STS). Si l'on s'intéresse moins à ce qu'elles produisent et davantage à leur nature, on peut prendre un angle purement organisationnel et analyser la façon dont elles structurent l'information - hiérarchiquement ou analogiquement par exemple (graphisme). Je propose dans cette communication d'étayer la pluralité des perspectives pour penser les VS afin de comprendre leur implication dans la production du savoir.

Résumé
2
Des représentations sociales des sciences et de la société: comment les dialogues reconstruisent les savoirs
Frédéric Couston (Université Nice-Sophia Antipolis), Peggy Cadel (Université de Nice Sophia Antipolis Ure //Transitions), Amélie Coulbaut-Lazzarini (Université Nice-Sophia Antipolis URE //Transitions), Hélène Ledouble (Université de Nice URE //Transitions)

Nos travaux s’inscrivent dans une perspective de réflexion sur les humanités numériques qui interrogent toutes les fonctions de la communication, des pratiques de production de l’information, de sa matérialité sémio-discursive ou des modalités de sa réception.

En s’appuyant sur les travaux de nos collègues (Couston, Araszkiewiez) qui confrontent l’architecture de la pensée sociale et l’épistémologie, nous proposons de repenser les relations entre discours scientifiques et représentations sociales. En effet, les modifications sémantiques induites par les relations de plus en plus grandes entre les sciences, les techniques et les citoyens nécessitent de reconstruire des savoirs sur des bases plurielles.

Notre proposition s’attachera à montrer ces reconstructions, au travers d’une analyse sémantique de corpus d’une part, d’une analyse ethnographique issue de projets collaboratifs multi-acteurs d’autre part.

En effet, la diffusion des termes et la construction des connaissances nous semblent le point de départ nécessaire à l’appropriation des notions. Or, le manque de compréhension entre « acteurs » du domaine, en fonction de leurs niveaux de spécialisation, nuit aux échanges et complexifie la transmission de l’information du scientifique vers la société. 

Par ailleurs, l’analyse ethnographique révèle à la fois une modification des référents épistémiques des acteurs impliqués et une prise en compte à double sens des éléments constitutifs des représentations sociales liées au projet.

Résumé
3
L’adaptation : concevoir le passage d’un médium à un autre dans un projet de recherche-création
Aurélie Boucher (UdeM - Université de Montréal)

La recherche-création réclame souvent de dialoguer et d’interagir avec divers supports médiatiques. Patricia Leavy (2017) suggère que les passages d’un médium vers un autre, dans la recherche basée sur les arts, peuvent être conceptualisés comme des adaptations. Mon propre projet de mémoire en recherche-création comprend et prévoit plusieurs de ces passages (données d’entrevues transformées en œuvres d’art et présentation du processus de recherche sous la forme d’une exposition virtuelle). Cette communication vise à discuter de la notion d’adaptation en tant qu’acte créatif et interprétatif (Hutcheon et O’Flyyn, 2013) et à la comparer à des concepts connexes qui ont été envisagés dans le cadre de ce projet. Quel intérêt le concept d’adaptation présente-t-il dans un contexte de recherche-création impliquant des transferts de contenu entre plusieurs médiums, par comparaison avec d’autres notions, telles que, par exemple, la remédiation (Bolter et Grusin, 1999) ou la traduction? J’examinerai, dans un premier temps, comment l’adaptation peut être envisagée de façon large, dans un contexte transmédial, puis, dans un second temps, ce qui la distingue de notions voisines (p. ex. son traitement du contenu, sa flexibilité interprétative), tout en expliquant comment elle s’articule de façon particulière dans le cadre de mon projet de mémoire.

Résumé
4
La conduite enivrée: Mise en lumière d'une zone grise de la conduite sous influence d'alcool chez les jeunes et son influence sur les campagnes de sensibilisation

Au Québec, malgré les efforts de prévention, d’éducation et de sensibilisation déployés depuis près de quarante ans, l’alcool au volant se place toujours en tête des principales problématiques de sécurité routière. Ce problème est d’autant plus marqué chez les jeunes conducteurs de 16 à 24 ans, qui sont systématiquement surreprésentés dans le bilan routier des accidents et infractions. Pour mieux comprendre la persistance de la conduite sous influence d’alcool chez les jeunes conducteurs, nous nous sommes intéressée à la perspective de ces jeunes au regard de ce comportement. En tout, 57 jeunes conducteurs de 18 à 24 ans ont été interrogés. Leurs propos ont fait l’objet d’une analyse inductive et donné lieu à une théorisation basée sur quatre principaux freins à l’adoption d’une conduite responsable. Ces derniers ont permis de mettre en lumière un comportement à risque largement méconnue, soit la conduite enivrée. Il s'agit d'une forme de conduite illégale qui contribue au maintien de l’alcool au volant chez les jeunes conducteurs. S’apparentant à la conduite en état d’ébriété ou avec facultés affaiblies, le conducteur enivré ne montre toutefois que très peu de signes d’intoxication et, par conséquent, ne reconnaît pas son incapacité à conduire. Nous présenterons nos principales analyses et suggèrerons des pistes de solution pour contrer les barrières à l’adoption de comportements de conduite sécuritaires qui maintiennent la conduite enivrée dans les mœurs des jeunes.

Résumé
5
Comment l’on fait fort courageusement la lutte : Le Droit et la grève des allumettières de la E.B. Eddy Match Co. de Hull, 1924
Kathleen Durocher (Université d’Ottawa)

Les allumettières de Hull parviennent à faire leur place dans l’histoire lorsqu’elles mènent, en décembre 1919, la première grève organisée par un syndicat féminin au Québec. Toutefois, ce conflit de quelques jours n’est que de bien modeste envergure en comparaison à celui qui attend ces femmes à l'automne 1924. Au cours de ces quatre mois turbulents, la lutte ouvrière est abordée plus de 170 fois par le biais d’éditoriaux, de rubriques, de billets syndicaux et d’annonces diverses qui paressent dans les pages du quotidien Le Droit, journal franco-ottavien. Dans ce corpus considérable, de nombreux articles d’opinion permettent d’observer l’idéologie des rédacteurs face à la grève des « demoiselles aux allumettes », sa valeur morale, le militantisme dont font preuve les ouvrières, mais aussi la ligne de conduite qu’elles doivent suivre dans l’effort syndical.

Or, bien que l’attention médiatique soit portée sur elles, les employées de la Eddy demeurent muettes dans les publications du Droit. Dans cet effort féminin, ce sont des hommes qui prennent la parole et qui décrivent les demandes et les défis des ouvrières. En cet automne mouvementé, l’organe de presse s’empare du conflit pour y faire déferler une image précise des grévistes. En cernant cette dernière, il sera possible de mieux comprendre à quel idéal les allumettières doivent se soumettre pour que leur militantisme gagne le titre de « noble lutte » et d’obtenir la reconnaissance de leurs droits en tant que travailleuses.

Résumé
6
Exploration de la couverture médiatique des communications de la Banque du Canada par les journalistes économiques québécois : diffusion et légitimation de l’économie néoclassique
Samuel Lamoureux (UQAM - Université du Québec à Montréal)

L’économie néoclassique est devenue aujourd’hui la forme dominante de croyance collective au sein des sociétés modernes (Steiner, 2011; Orléan, 2011). Quatre facteurs ont été cruciaux dans la diffusion, la légitimation et l’institutionnalisation de cette théorie: son épistémologie instrumentaliste, son établissement dans les universités, la transformation des connaissances économiques en un pouvoir politique et l’existence de liens transnationaux dominés par les États-Unis (Fourcade, 2006; Lebaron, 2013). Notre mémoire de maîtrise ajoute un autre facteur: les communications des banques centrales et leur traitement médiatique par les journalistes économiques. L’objectif de cette recherche étant d’analyser les modes de production, de reproduction et de diffusion des croyances économiques afin de comprendre comment celles-ci deviennent des forces collectives dominantes.

Cette communication présente les résultats préliminaires d’une analyse de contenu s’attardant à tous les articles portant sur la Banque du Canada publié en 2018 par trois médias québécois : La Presse, Radio-Canada et le magazine Les Affaires. Il en ressort que les journalistes économiques québécois ont diffusé et légitimé l’économie néoclassique parce qu’ils relaient le fait que l’inflation est un phénomène monétaire, que les individus sont hyper-rationnels, qu’une crise économique vient de choc externe, que le libre-échange est nécessaire et que l’endettement est un outil pour mieux répartir ses dépenses. 

Résumé
7
Écrire en Prison: La littérature carcérale comme objet d'analyse pour les sciences politiques et sociales
Gabriel Secours (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Problématique et sujet: Alors que la grande majorité de ce qui est considéré comme de la littérature « politique » de prison nous provient de grandes figures révolutionnaires de toutes idéologies confondues, nous croyons, et ce par l'analyse de quatre ouvrages littéraires réalisés en contexte carcéral ou traitant de littérature carcérale (Écrire en Prison de Jacques Garneau, From the Iron House: Imprisonment in First Nations Writings de Deena Rymhs, L'Astragale de Albertine Sarrazin et Dans le ventre de la bête de Jack Henry Abbott) traitant collectivement de trois thématiques particulières (Temps, Espace et Identité), et ce en nous basant sur la distinction de la violence politique que fait le sociologue Jean-Philippe Warren, qu'il est possible d'élargir la nature politique de la littérature carcérale et d'en faire un objet d'analyse pour la science politique. 

Conclusions générales : Inversion de la violence politique selon Warren pour la littérature politique de prison (individu usant de la violence physique comme acte de résistance contre la société menant à l’incarcération / prison usant de la violence contre les individus qui usent de l’écriture comme acte de résistance). Vécu collectif de la violence carcérale, indépendamment de la nature politique ou non de l'incarcération. Prison comme microcosme sociétal, donc donnant lieu à plusieurs parallèles entre prison et société, articulés autour d'un rapport dialectique entre oppression structurale et acte de résistance.

 

Résumé
8
Regard longitudinal sur la trajectoire de jeunes pères
Jean-Martin Deslauriers (Université d’Ottawa)

Cette recherche exploratoire avait pour but d’établir un portrait des jeunes hommes ayant un enfant avec une mère de moins de 20 ans et de documenter leur expérience, depuis l’annonce de la grossesse jusqu’à ce que leur enfant soit âgé de 15 ans. Une première phase de la recherche indiquait que, malgré des réactions mitigées à l’annonce de la grossesse, une fois sa poursuite confirmée, ils sont généralement déterminés à assumer les responsabilités liées au rôle de père : leur revenu augmente considérablement et ils souhaitent emménager avec leur compagne. Ils s’acquittent de leur rôle malgré des conditions défavorables telles que leur jeune âge, leur faible scolarité et le peu de temps dont ils ont bénéficié pour établir une relation avec la mère de leur enfant. Malgré leur jeunesse, la diminution de leur liberté et le niveau de responsabilités liées à leur nouveau rôle, ils se préoccupent du bien-être de l’enfant à venir dès la grossesse, puis durant sa première année de vie. Une partie de ces pères furent rencontrés à nouveau 15 ans plus tard pour documenter leur trajectoire, notamment ce qui les a aidé à jouer leur rôle auprès de leur enfant ainsi que les obstacles rencontrés. Les facteurs qui influencent cet engagement sont présentés selon une perspective écosystémique, de même que des pistes d’intervention prometteuses. 

Résumé
9
L’Autoethnographie, une source de savoirs et un positionnement méthodologique
Sonia Ben Soltane (Université d’Ottawa), Cassandra El Helou (École de service social, Université d'Ottawa)

Dans la présente proposition les contributrices se proposent d’illustrer la manière dont elles ont utilisé l’autoethnographie comme une source de données relativement à la question de l’immigration, de l’intégration, et l’expérience de l’exil, et aussi comme un outil méthodologique pour définir leur positionnement de recherche. Ce dernier aspect permet de définir la positionnalité du chercheur et clarifier son interaction avec son sujet de recherche.

 

À travers des données empiriques tirées de leurs travaux respectifs, les deux présentatrices vont montrer comment l’autoethnographie leur a permis de questionner l’expérience de l’immigration « de l’intérieur » et de ce fait, comment elle leur a permis de situer des réalités peu explorées dans la recherche sur l’immigration. La démarche autoethnographique leur a aussi permis de se situer aussi comme des chercheures « de l’intérieur » de leurs communautés, des réalités étudiées, et de leurs terrains de recherche. Cette proximité avec le sujet étudié à de grandes répercussions sur la nature des données, la démarche d’analyse et les thèmes évoqués.  

Résumé
13 h 00 à 15 h 30
Communications orales
Les communications durent 15 minutes chacune. Au cours de la session, il y aura une pause et une période de questions. Les présidents de sessions pourront revoir l’ordre des communications avant la session.
Variations sur le même thème : défis et expériences à l’ère numérique
Présidence/Animation : Yves LABERGE (Université d’Ottawa)
Batiment : UQO L.-Brault
Local : B1010
1
Récits transmédiatiques et réseaux sociaux : les comptes officiels de personnages fictionnels en tant que paratextes
Philippe Gauthier (Queen's University )

Les relations entre les réseaux sociaux et les personnages fictionnels ont jusqu’à maintenant été presque exclusivement analysées à travers le prisme du « fandom » (McClellan 2013, Bore et Hickman 2013, et Lookadoo et Dickinson 2015). On souligne notamment dans ses recherches l’importance du rôle joué par les fans dans la création de comptes dédiés à leurs personnages préférés sur les médias sociaux. Rares sont toutefois les chercheurs qui sont se penchés sur l’intégration des médias sociaux dans les récits transmédiatiques via la création de comptes « officiels » pour des personnages fictionnels. Dans la présente communication, je me propose d’amorcer une réflexion sur ce phénomène relativement récent à travers l’analyse d’un cas particulier, celui du récit transmédiatique Marble Hornets développé de juin 2009 à juin 2014. Plus précisément, à partir des travaux de Brooker, Gray, Hills et Jenkins, dans lesquels ils ont exploré de nouveaux modes de réception à l’aide de concepts tels que la « convergence », le « débordement » et la « paratextualité » (Brooker 2001; Gray 2003 et 2010; Hills 2008; Jenkins 2006), mon objectif sera de démontrer la manière selon laquelle la présence de personnages fictionnels sur les médias sociaux fonctionne comme un paratexte transmédiatique qui poursuit explicitement le récit d’un monde fictionnel particulier, créant ainsi de nouvelles relations entre l’univers fictionnel et la réalité de l’interacteur (Guéneau 2006).

Résumé
2
Du micro-récit au public intime : la page Facebook de Humans of New York
Emmanuelle Parent (UdeM - Université de Montréal)

Les études de narratifs en ligne de Georgakopoulou et Page observent le micro-récit sur les profils personnels d’un réseau social ou dans de petites communautés en ligne. On y comprend que lorsque l’auditoire est relativement petit, l’usage de ce type de narratif semble un acte dédié au support social et à l’expression personnelle. Qu’arrive-t-il à ces concepts d’affectivité quand on partage le micro-récit à un public de plusieurs millions de personnes? Cette recherche est une étude de cas de la page Facebook de Humans of New York (HoNY), un blogue de photos accompagnées de courts témoignages, qui regroupe plus de 18 millions de mentions J’aime. Une analyse systémique détaille la relation entre les affordances de Facebook, la nature des récits et le sens de connexion personnelle qui se dégage des commentaires. Cette recherche propose que le micro-récit de la page Facebook de Humans of New York entraîne la formation de publics intimes, où les utilisateurs font preuve d’intimité les uns envers les autres, dans un environnement très contrôlé par la plateforme Facebook et l’organisation HoNY. L’identification personnelle et les échanges entre les usagers entraînent un phénomène de normalisation sociale et transforment le micro-récit en outil promotionnel de causes sociales ou de marketing. Malgré l’essence pseudo-ordinaire et affective de ces récits, ils ne représentent pas l’ensemble des New Yorkais et ils nécessitent des mises en garde. (Mémoire déposé à UConcordia en mai 2018)

Résumé
3
L’hybridité dans l’édition comme forme de résistance médiatique : le cas du magazine slow
Audrey-Maude Falardeau (UdeM - Université de Montréal)

À l’heure de la multiplication de l’offre informationnelle sur le Web, les industries traditionnelles de publication, et particulièrement le secteur de l’édition de magazines, sont en crise. Devant cette projection annonçant une « mort du papier » imminente, certaines publications magazines résistent pourtant au passage au Web.

Cette communication présentera les conclusions de mon mémoire de maîtrise, lequel s’est penché sur certains magazines qui campent la position slow media, soit une philosophie qui questionne la temporalité dans la production et la consommation médiatiques, et à leur insertion socioculturelle dans l’écologie médiatique québécoise. Comment le slow mag incarne-t-il la résistance au renouveau médiatique et le mythe de la mort du papier? Qu’est-ce que la matérialité de cet objet me révèle sur ce média, et la société l’ayant créé? Comment les significations sociales du slow mag sont-elles construites et représentées?

Cette communication présentera une analyse des discours par et sur les producteurs des magazines montréalais Nouveau Projet, Beside et Urbania. Cette analyse articule les identités, les temporalités de production et la matérialité de ces slow mags comme étant le résultat d’une hybridation de formes médiatiques issues de la culture hégémonique dominante et de stratégies de production alternatives issues de formations culturelles et médiatiques passées.

Résumé
4
Les enseignants face aux « digital natives », les enjeux d’une appropriation des nouvelles technologies comme vecteur de l’intégration des TIC dans les pratiques pédagogiques
Fleur Nadine NDJOCK (Ecole Supérieure des Sciences et Techniques de l'Information et de la Communication (ESSTIC))

Les TIC et particulièrement les réseaux sociaux ont systématiquement modifié notre quotidien et sont entrées à l’école. En Afrique, on note une croissance sans précédent dans l’utilisation de ces outils et un déphasage  des enseignants devant un nouveau genre d’apprenants dans les salles de classe.
Appelés à juste titre les « digital natives » ou « la génération numérique », les apprenants d'aujourd'hui utilisent les TIC plus de 60 heures par semaine. Entre fascination et crainte, les enseignants qui sont des « digital immigrants » oscillent. Ils s’interrogent sur le fonctionnement de cette génération et sur la manière de les aborder. Ce phénomène non seulement révolutionne mais force également au changement de paradigme. Cependant, la question qui se pose est de savoir si les enseignants doivent-ils s’accrocher et persévérer dans les schémas habituels comme c’est le cas ou muter en s’appropriant le langage des jeunes pour se faire comprendre ?
Cet article vise à explorer les enjeux  d’une appropriation des nouvelles technologies et particulièrement des réseaux sociaux comme vecteur de l’intégration des TIC dans les pratiques pédagogiques en Afrique centrale en général et particulièrement au Cameroun.
Nous visons deux objectifs : dresser un portrait des usages des médias numériques par les enseignants au sein et en dehors institutions éducatives, en déduire les enjeux d’une éducation aux médias et de proposer des solutions pour un usage à des fins pédagogiques.

 

Résumé
5
Les fake news ("infausses") dans la presse québécoise : perceptions des journalistes
Mathieu-Robert Sauvé (UdeS - Université de Sherbrooke)

Notre étude porte sur la perception des fake news ("infox" ou "infausses" en français) par les journalistes du Québec: sont-ils préoccupés par la question? S’estiment-ils à l’abri ? Ont-ils déjà été piégés ? Que conseilleraient-ils à leurs concitoyens pour les éviter ? Comment faire face, collectivement, au phénomène? Dans un premier temps, nous avons interrogé les membres de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, de l’Association des journalistes indépendants du Québec et de la Fédération nationale des communications par le biais d’un sondage web. Puis, dans le cadre d'une approche qualitative, nous avons rencontré six rédacteurs en chef, chefs de pupitre et directeurs de l'information de différents médias du Québec pour approfondir la question. Il s’agit de la première consultation sur les fake news dans le milieu journalistique du Québec dans le cadre d'une recherche de maîtrise.

 

Résumé
6
Déjouer les algorithmes des médias sociaux: une étude des professionnel.les du web
Maude Gauthier (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)

Les algorithmes sont des assemblages socio-techniques qui permettent la prise de décision automatique (Gillespie, 2016). Ceux des grandes entreprises de médias sociaux, comme Facebook, restent obscurs, en tout ou en partie, aux yeux des utilisateurs de ces plateformes (McKelvey, 2014). Bien que Facebook ait révélé que son fil de nouvelles sélectionnait les publications selon le nombre d’interactions et leur caractère récent, sa formule algorithmique reste confidentielle (Bucher, 2016). Depuis plusieurs mois, je fais partie du groupe Professionnels des médias sociaux et du Web au Québec (sur Facebook), qui permet à ses membres de s’entraider. Le groupe est très actif. On y discute par exemple des bogues, des changements et des anomalies dans le processus de publication de contenu (organique et payant) sur Facebook. Leur objectif étant de rejoindre les utilisateurs, les professionnel.les doivent s’adapter rapidement aux transformations des plateformes. Par exemple, on tente de produire un contenu qui déjouera la valeur relative des images et des vidéos. Je présenterai une analyse des publications à propos des problèmes et changements des algorithmes de Facebook qui affectent leur travail. Le résultat recherché sera de présenter les types de problèmes qui émergent en 2019 et les techniques suggérées pour les résoudre. Mon analyse inclura également une réflexion sur le rôle d’un tel groupe pour faire contrepoids aux grandes entreprises médiatiques.

Résumé
Afficher tous les résumés
Avant-midi
09 h 00 à 11 h 00
Communications orales
Les communications durent 15 minutes chacune. Au cours de la session, il y aura une pause et une période de questions. Les présidents de sessions pourront revoir l’ordre des communications avant la session.
Environnement, armement et migration : stratégies et politiques de communication et d’acceptabilité sociale
Présidence/Animation : Lucie BROSSEAU (Université d’Ottawa)
Batiment : UQO L.-Brault
Local : B1015
1
Le traitement du discours sur les changements climatiques dans l'actualité numérique des entreprises médiatiques au Québec
Mylène Vézina-Boucher (UQAM - Université du Québec à Montréal)

La couverture des enjeux sociétaux par les médias traditionnels a un impact important sur la perception des Québécois face à leur rôle de citoyens responsables (Bérubé, 2010). Ces médias prétendent à une couverture factuelle de ces enjeux. Bien qu'en apparences, certains articles sont dénués d’opinion, les études de Caliskan et al. (2017) ont démontré qu’un large corpus de textes tiré d'Internet n’ayant pas d’orientation à priori contenait certains biais, telle qu’une plus grande facilité à associer le genre masculin au métier de médecin et le genre féminin au métier d’infirmière.

L’objet principal de cette étude est de dégager et d’analyser les associations implicites relatives aux changements climatiques contenues dans les nouvelles produites par les médias au Québec. Plus précisément, il s’agit de reprendre la démarche de Caliskan et al. (2017) pour dégager des associations implicites d’un corpus sur les changements climatiques. Pour atteindre cet objectif, le cadre de la sémantique vectorielle est utilisé.

Le corpus est bâti à partir d'articles en ligne de TVA Nouvelles, de La Presse et de Radio-Canada, de 2010 à 2018, et contient 1 million de mots. Le traitement se fait à l'aide de GloVe (Pennington et al., 2014) pour créer des « word embeddings » et ensuite tester la similarité de paires de vecteurs à l’aide de la mesure du cosinus de leur angle. Résultats préliminaires: les changements climatiques sont plus fortement associés au lexique du politique qu'à l'économie.

Résumé
2
Stratégies de circulation des discours lors d"une controverse environnementale: le projet de port pétrolier de TransCanada à Cacouna (2014)
Olivier TURBIDE (UQAM - Université du Québec à Montréal), Nadège Broustau (Université libre de Bruxelles), Thomas MAXWELL (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Lors de grands projets d’infrastructures, la lutte pour l’imposition d’un cadrage pour interpréter et définir le projet est au cœur de l’activité communicationnelle des groupes : promoteurs, groupes de citoyens, politiciens, experts etc. (Gendron et al., 2016). Chacun tente alors de faire prévaloir son discours par lequel s’incarnent ses valeurs et sa vision du projet auprès des publics et, inversement, de décrédibiliser le discours proposé par les groupes adverses (Dascal, 1995, Turbide et al. 2010). Les espaces médiatiques, traditionnels et numériques, constituent un lieu privilégié pour observer cette dynamique de circulation des discours entre groupes.

À partir d’une perspective socio-interactionniste, nous présenterons ici les résultats de notre étude des stratégies de reprise, de reformulations et de transformations des messages diffusés par les promoteurs et groupes contestataires du projet de port pétrolier à Cacouna (Québec) de l’entreprise TransCanada (2014). Sur la base de 142 textes tirés de la presse québécoise sur cette controverse, l’analyse énonciative et argumentative s’attardera, en amont, aux modalités de représentation des discours source (communiqué de presse et conférence de presse) et, en aval, des commentaires et positionnements sur ces messages diffusés sur les plateformes socionumériques. Au final, plus que les mécanismes de co-construction de la controverse, cette analyse révélera les traces des rapports de tension et d’interdépendance entre acteurs.

Résumé
3
Responsabilité Sociale d’Entreprise et industrie de l’armement : étude du cas Nexter
Matthieu Balay (UdeM - Université de Montréal)

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est un concept très présent dans la gestion des entreprises aujourd’hui. Il s’exprime généralement sous plusieurs aspects comme la protection de l’environnement, l’équité salariale, l’éthique, etc. Certains théoriciens y voient un discours de pure forme destiné à convaincre des clients. D’autres courants de recherche analysent le discours des RSE comme engageant l’entreprise et comme ayant des répercussions sur les attentes des parties prenantes, mais aussi sur l’identité même de l’entreprise. Cette réflexion s’inscrit dans l’approche dite de la communication constitutive des organisations (CCO).

C’est dans cette optique que nous nous sommes intéressés à la RSE d’une entreprise d’armement, Nexter. Il nous a paru intéressant d’étudier le paradoxe d’une responsabilité sociale dans un secteur qui semble éloigner de ce genre de considération : vendre des armes et se préoccuper d’environnement ou du bien-être des populations. Nous avons plus particulièrement étudié la RSE telle que présentée site internet de l’entreprise. Une grande place est accordée à la notion d’éthique, mais de façon plus étonnante la question environnementale n’est pas abordée. Nexter appartenant à l’état français, un tel silence pourrait relever d’une stratégie particulière de non-engagement vis-à-vis de l’état et donc de la population. Cela alimente les réflexions des CCO autour des limites réelles d’une organisation et la définition même de parties prenantes.

Résumé
4
Entre politiques sexuelles homonationalistes et arabité hétéronormative: Le cas de la « communauté arabe queer » en contexte migratoire.
Lamiae Bouqentar (UdeM - Université de Montréal)

Je propose d’explorer les points de tensions qui traversent l’arabité queer en contexte migratoire. Étrangers doublement, puisque altérisés par l’islamophobie dans le discours public occidental et l’hétérosexisme dans l’orthodoxie arabo-musulmane, les queers arabes dans un contexte migratoire se situent dans une matrice intersectionnelle d’oppression « n’appartenant ni ici ni là-bas ». Ils seraient surtout invisibilisés de par une culture queer hostile aux religions et particulièrement à l’Islam et d’une autre part une religion dominée par une interprétation patriarcale et hétéronormative. Dans un cadre théorique anti-essentialiste articulant des perspectives féministes intersectionnelles, queer (Crenshaw, 1991; Duggan, 2012; Puar, 2013, Probyn, 1994) et la théorie du discours (Mouffe, 2016; Hall, 1996), je propose d’opérer une mise en relation de ces éléments en explorant l’intersection entre une identification arabe et une identificationqueerdans un contexte migratoire, traversé par le discours de « guerre contre le terrorisme islamique » (Heisbourg, 2016) ; articulé à une injonction à la sortie du placard où l’arabo-musulman.e est produit.e comme Autre(Abraham, 2009). 1) Comment concilient-ils deux identifications qui sont produites dans le discours public comme antagonistes? 2)Quelles seraient les stratégies d’hybridité identitaire(Dallaire et Roma, 2003) qu’ils adoptent pour vivre leur sexualité tout en essayant de s’affranchir de cette double injonction ?

Résumé
5
Artistes immigrants en région: stratégies de communication, réseautage et rayonnement
David Ferron (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)

La présente proposition a pour but d’offrir une analyse en deux volets sur la vie culturelle en région, à travers le prisme des artistes immigrant.e.s.  

Dans un premier temps, il s’agira de résumer les différents initiatives, lieux et médias locaux, comme des festivals, salles de spectacles, galeries d’art ou projets scolaires subventionnés, qui peuvent contribuer à favoriser le rayonnement de ces artistes.   
 
La deuxième partie de la communication est consacrée aux témoignages offerts par les artistes immigré.e.s vivant en région. Il s’agit alors de comprendre de quelle manière ces personnes tentent de créer un réseau et utilisent les médias locaux et réseaux sociaux pour favoriser le rayonnement de leurs œuvres.  
 
Le but de la communication, en combinant approche documentaire et approche ethnographique, est de mieux comprendre comment, d’une part, les liens entre des projets et entités, qu’elles soient institutionnelles, événementielles ou médiatiques, et des artistes immigrant.e.s se forment. D’autre part, il s’agit de connaître les stratégies de ces artistes afin de se démarquer des autres, tout en vivant avec l’étiquette d’«immigrant», étiquette qui pourrait avoir un impact sur le niveau de rayonnement.  
 
Les notions de territorialité, d’intégration/inclusion, de communication par les arts, de diversité culturelle, de réseautage et de médiatisation artistique seront donc mises en évidence.  

Résumé
Après-midi
12 h 30 à 15 h 00
Communications par affiches
Consultez la liste complète des communications libres par affiche qui seront présentées au même moment. Une seule grande session regroupe les affiches de tous les domaines de recherche.
Session d’affiches
Batiment : UQO A.-Taché
Local : Grande salle - domaine 404
1
Le discours radiophonique en Algérie
BOUDJEMAA ALI BOUTAMMINA (Université Abdelhamid Ibn Badis - Mostaganem)

Dans le cadre de ce travail et à partir d'un corpus constitué de six (06) enregistrements d'une durée de 312 minutes durant l’année de 2010 et de 2012 notre recherche en sciences du langage propose de présenter un bilan des résultats réalisés à ce jour, sur un phénomène sociolinguistique (bilinguisme) qui prend en charge un discours radiophonique arabophone, suivant la thématique des interactions verbales d’une émission radiodiffusée de la Radio FM de Mostaganem intitulé Génération Musique.

En effet, les résultats obtenus proposent une réflexion sur les aspects sociolinguistiques qui pèsent sur le déroulement de la situation de communication (la conversation), sur les usages oraux du langage en situation d'échange et sur les règles régissant les comportements langagiers de l'animateur, des participants et des auditeurs de l'émission, selon la diversité linguistique de la ville de Mostaganem (Algérie).

 

Mots clés

Audimat – Analyse des conversations – Analyse de contenu – Bilinguisme – Consommation auditive – Émission – Interactions verbales – Pratiques langagières – Radio FM.

Résumé