Aller au contenu principal
Il y a présentement 0 item dans votre panier d'achat.

Le vendredi 12 mai 2017

Les élections américaines ont récemment amené les relations entre musique et politique sous le feu des projecteurs, que ce soit par les protestations de certains musiciens contre l’emploi de leur musique au cours de la campagne électorale ou par leur refus de jouer lors de l’inauguration du nouveau président. Cette politisation de la musique et des musiciens n’est certes pas nouvelle : l’histoire de la musique est parsemée d’exemples où la musique a joué un rôle politique important, aussi bien en tant qu’outil de propagande instrumentalisé par les autorités qu’en tant qu’élément de résistance revendiqué et transformé par les auditeurs. Si la reconnaissance du potentiel politique de la musique remonte à l’Antiquité (réglementer la musique était l’un des éléments du projet d’État idéal de Platon présenté dans La République), l’intérêt universitaire pour son fonctionnement est relativement récent. D’abord axée sur la recherche d’éléments politiques dans la musique elle-même (souvent sans tenir compte du contexte), la discussion s’est ensuite réorientée pour prendre un tour davantage culturaliste, particulièrement marqué dans les domaines de la musique populaire et de l’ethnomusicologie. L’intérêt pour le rôle politique de la musique sous-tend maintenant une multitude d’études sur tous les genres de musique de toutes les époques, en adoptant une variété de méthodologies; il manque cependant encore une vue d’ensemble qui pourrait émerger d’une mise en commun de ces diverses études de cas et qui mènerait à une compréhension plus profonde de ce qui relie et distingue le rapport entre musique et politique à travers différentes époques.

Afin de créer un pont entre des périodes et des répertoires distincts, le colloque s’articulera en deux grandes parties. Dans la première, chaque présentation investiguera la relation complexe entre les positions politiques des compositeurs et des musiciens, leur musique et la négociation entre ces positions et l’instrumentalisation de la musique par les autorités (dans des cas aussi distincts que la France du 17e siècle ou l’Allemagne nazie). Nous explorerons également en quoi ces positions politiques peuvent se retrouver dans les œuvres musicales en tant que telles. La deuxième partie de la journée sera consacrée à l’étude de la musique dans un contexte d’oppression ou d’inégalité, afin de voir comment la musique peut être un outil à la fois de domination et de résistance, et ce, parfois au sein d’une même œuvre. Le colloque se terminera par un récital commenté qui permettra d’explorer et de ressentir directement certaines problématiques soulevées au cours de la journée.

En réunissant des études qui couvrent une grande variété de répertoires et d’époques ainsi qu’une diversité d’approches théoriques, ce colloque crée un espace de dialogue grâce auquel il devient possible d’esquisser une vue d’ensemble du complexe musique-politique.

Lire la suite »
Ajouter à mon horaire

Colloque

Section 300 - Lettres, arts et sciences humaines

Responsables

Afficher tous les résumés

Avant-midi

09 h 00 à 10 h 45
Communication orale
Communications orales
Stratégies
Présidence/Animation : Zoey Cochran (Université McGill)
Batiment : (A) ARTS
Local : (A) 260
09 h 00
Mot de bienvenue
09 h 05
Célébrer Mozart en Autriche de la Première République au Troisième Reich, ou comment nazifier un anniversaire
Marie-Hélène Benoit-Otis (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
09 h 25
Livres de luth, dédicaces et jeux de coulisses en France au début du 17e siècle
Alexis Risler (Université McGill)
Résumé
09 h 45
Jouer pour les scènes musicales engagées sans y militer : concert de soutien, DIY et principe éthique chez les musiciens amateurs des scènes contre-culturelles contemporaines parisiennes et berlinoises
Romuald Jamet (INRS - Institut national de la recherche scientifique)
Résumé
10 h 05
Discussion
10 h 45
Pause
11 h 00 à 12 h 15
Communication orale
Communications orales
Idéologies et spiritualités
Présidence/Animation : Marie-Hélène Benoit-Otis (UdeM - Université de Montréal)
Batiment : (A) ARTS
Local : (A) 260
11 h 00
Beethoven, l’Aufklärung et la franc-maçonnerie : décoder l’« Eroica »
Béatrice Cadrin (UdeM - Université de Montréal)
Résumé
11 h 20
« Discordia concors » dans l’« Ecclesiae militantis » de Dufay : une expression musicale de la suprématie pontificale
Julie Cumming (Université McGill)
Résumé
11 h 40
Discussion

Dîner

12 h 15 à 13 h 45
Diner
Dîner
Dîner
Batiment : (A) ARTS
Local : (A) 260

Après-midi

13 h 45 à 15 h 00
Communication orale
Communications orales
Représentations
Présidence/Animation : Zoey Cochran (Université McGill)
Batiment : (A) ARTS
Local : (A) 260
13 h 45
Le mal deviendrait-il le bien, par le fait d’un accompagnement de musique? Vice et jazz pendant « l’âge d’or » du jazz à Montréal (1925-1955)
Vanessa Blais-Tremblay (UQAM - Université du Québec à Montréal)
Résumé
14 h 05
« Les muses du peuple » : Amiati, Bordas et la chanson patriotique après la guerre franco-prussienne
Kathleen Hulley (Chercheuse indépendante), Kimberly White (Université de Montréal)
Résumé
14 h 25
Discussion
15 h 00
Pause
15 h 15 à 17 h 00
Communication orale
Communications orales
Impérialismes
Présidence/Animation : Marie-Hélène Benoit-Otis (UdeM - Université de Montréal)
Batiment : (A) ARTS
Local : (A) 260
15 h 15
Représentations musicales russes de la Pologne : oppression politique et résistance artistique
Adalyat Issiyeva (Université McGill)
Résumé
15 h 35
« Et, par la force, les rebelles conduiroit dedans les cieux » : Marc Lescarbot (v. 1570-1642) et la légitimation d’une politique d’oppression
Patrice Nicolas (Université de Moncton)
Résumé
15 h 55
L’opéra sous domination étrangère : intégration et résistance dans les premiers drammi per musica de Nicola Porpora
Zoey Cochran (Université McGill)
Résumé
16 h 15
Discussion
17 h 00
Pause

Soir

17 h 30 à 18 h 30
Cocktail
Cocktail
Récital-causerie
Présidence/Animation : Marie-Hélène Benoit-Otis (UdeM - Université de Montréal)
Discutant-e- : Zoey Cochran (Université McGill)
Batiment : (A) ARTS
Local : (A) 260
17 h 30
« Aux armes, citoyens! » Récital-causerie autour de l’utilisation de la musique à des fins de propagande durant la Révolution française
Mathieu Lussier (UdeM - Université de Montréal), Martin Carpentier (Université de Montréal), Laurence Neill-Poirier (Musicienne indépendante), Pierre-Luc Houde (Université de Montréal)
Résumé