Imprimer

35 - Les sciences sociales et humaines au cœur de l'innovation

Le dimanche 12 juin 2016

Compte tenu des univers auxquels elles s’intéressent, les recherches en sciences sociales et humaines (SSH) répondent à des questions qui touchent l’humain sous toutes ses facettes. Les recherches en SSH ne mènent pas seulement à des innovations sociales, elles contribuent à l’innovation en santé, en gestion, en culture et dans bien d’autres domaines. Dans cet esprit, le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), le Conseil national de la recherche scientifique (CNRS) en France et le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC) proposent aux congressistes de découvrir des collaborations inédites et surprenantes entre des chercheurs en SSH et des milieux de pratique. Des historiens qui travaillent avec une caisse de réassurance, des professionnels de la santé qui collaborent avec des concepteurs de jeux vidéo, un représentant de l’Office national du film du Canada (ONF) qui dialogue avec une chercheuse interdisciplinaire… Laissez-vous surprendre par le remarquable potentiel de l’intersectorialité!

En plus de présenter leurs innovations et les recherches qui y sont associées, les intervenants présenteront aussi le processus ayant mené à ce résultat. En France, au Québec comme ailleurs au Canada, le franchissement des frontières sectorielles et académiques apporte une réelle plus-value à l’activité de recherche, mais amène aussi son lot de défis à relever. Les intervenants prendront le temps d’échanger leurs idées sur les réalités avec lesquelles ils ont composé pour réaliser leurs projets et dégageront de bonnes pratiques au regard de leurs expériences.

Lire la suite »
Colloque
Enjeux de la recherche
Responsables
Louise POISSANT
Fonds de recherche du Québec - Société et culture
Patrice BOURDELAIS
CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
Ted HEWITT
CRSH - Conseil de recherches en sciences humaines du Canada
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 45 à 09 h 30
Communications orales
Ouverture du colloque : sciences sociales et humaines, innovation et intersectorialité
08 h 45
Mots d'ouverture
Louise POISSANT (Fonds de recherche du Québec - Société et culture), Patrice BOURDELAIS (CNRS - Institut des sciences humaines et sociales), Ted HEWITT (CRSH - Conseil de recherches en sciences humaines du Canada)
09 h 00
Collaboration interorganisationnelle – intrasectorielle et intersectorielle : réflexions basées sur un atelier de cocréation et sur les enquêtes de POINT
Catherine Beaudry (Polytechnique Montréal)

Les travaux de recherche présentés pendant cette conférence ont été réalisés dans le cadre de la Chaire de recherche du Canada sur la création, le développement et la commercialisation de l'innovation.

La présentation fera le survol de la méthodologie employée et des résultats obtenus lors d'un atelier de co-création visant le développement d'une typologie des différents types d'ouverture de l'innovation : ce qui existe actuellement, ce qui doit être modifié et ce qu'il faut mettre en place de façon à faciliter la collaboration intersectorielle. Lors de cet atelier, nous avons fait appel à une méthode d'idéation appelée « KCP » (knowledge – concept – proposition) et souvent utilisée pour améliorer le processus de conception en ingénierie de façon à aider les participants à explorer la collaboration intersectorielle sous un angle nouveau. Nous avons utilisé la fiction de l'innovation à développer comme prétexte à l'élaboration de modes de collaboration intersectorielle, plutôt que comme but en soi.

Le cadre théorique développé, nous avons exploré la question de la collaboration inter-organisationnelle – intra- et intersectorielle – par le biais d'études de cas et d'enquêtes. La présentation poursuivra en résumant les grandes lignes des résultats obtenus dans les secteurs de l'aérospatiale et du spatial, de même que des matériaux de pointe et des nanotechnologies. 

Résumé
09 h 30 à 10 h 55
Communications orales
Au cœur de l'innovation en gestion
Présidence/Animation : Louise POISSANT (Fonds de recherche du Québec - Société et culture)
09 h 30
PDGmd-Santé : un outil pour l'évaluation et la gestion de la santé du dirigeant de PME et de son entreprise
Stéphanie AUSTIN (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)

L'innovation sociale présentée est un outil de diagnostic qui permet au dirigeant d'une PME de cibler les leviers sur lesquels il est possible d'agir pour prévenir, maintenir et améliorer sa santé et ce, tout en contribuant au succès de son entreprise. Le contenu de l'outil a été développé à partir de travaux de recherche dans les domaines de la santé au travail et de la performance des PME. Il évalue : l'état de santé psychologique; les contraintes et les ressources psychosociales; les capacités de gestion; et la performance de l'entreprise. Cet outil permet aussi d'aider les organismes qui les accompagnent à détecter la vulnérabilité des PME et les diverses difficultés rencontrées à partir de l'état de santé de leur propriétaire dirigeant.

Le peu de connaissances sur le sujet a été comblé par un travail de co-construction avec des dirigeants de PME. Près de deux années ont été consacrées à comprendre les facteurs de stress qui peuvent miner leur état de santé; comment ils réagissent à ces sources de tensions; et quelles sont les conséquences sur leur situation personnelle et celle de leur entreprise. Cette méthode de recherche collaborative s'appuie sur l'expérience développée avec les dirigeants de PME et qui a mené à la création d'une importante infrastructure de recherche. Celle-ci permet aux chercheurs de disposer de données riches pour de la recherche de pointe sur les PME, et aux PME d'avoir accès à des outils de diagnostic adaptés à leur réalité et leurs besoins. 

Résumé
10 h 00
Histoire et réassurance du risque littoral
Emmanuel GARNIER (CNRS), Thierry COHIGNAC (Caisse Centrale de Réassurance (CCR))

Le projet implique le CNRS (Emmanuel Garnier) et la Caisse Centrale de Réassurance (CCR). La CCR remplit une mission d'intérêt général par la réassurance des risques liés aux catastrophes naturelles en France.

Elle est donc directement intéressée par un partenariat scientifique consacré aux cyclones et tempêtes littorales puisqu'il vise à améliorer les connaissances de ces périls naturels et de la vulnérabilité des zones exposées à partir de l'analyse des données. Ces données historiques contribuent à l'évaluation des conséquences financières des catastrophes naturelles et permettent au réassureur d'élaborer des outils de modélisation.

Les résultats présentés s'inscrivent dans le cadre du projet scientifique européen FP 7-ERC Resilience-Increasing Strategies for Coasts auquel Emmanuel Garnier participe comme principal investigateur en y associant la CCR. Dans le cadre des recherches en outre-mer (Antilles, Réunion), la CCR a financé un contrat de post-doctorat, contrat transformé en embauche ferme en 2014, sous la forme d'un poste d'ingénieur de recherche.

Cette intervention présentera simultanément les points suivants :

- la collecte de données historiques se rapportant aux extrêmes climatiques (cyclones et submersions);

- les principaux résultats en matière de fréquence, sévérité et de vulnérabilité sociale;

- les pratiques communes (réassureur et scientifiques) et les acquis pour les deux parties au terme de ce travail en collaboration.

Résumé
10 h 30
Discussion
10 h 40
Pause
10 h 55 à 12 h 05
Communications orales
Au cœur de l'innovation en santé
Présidence/Animation : Patrice BOURDELAIS (CNRS - Institut des sciences humaines et sociales)
10 h 55
Le jardin thérapeutique « art, mémoire et vie » : espace de recherche, de soin et de valorisation économique
Martine BATT (UL - Université de Lorraine), Charlotte DUMONT (URIOPSS Lorraine)

Le programme JAZ (Jardin AlZheimer) conjoint la recherche en SHS et le soin, en répondant aux besoins des personnes atteintes de maladies neuro-dégénératives tout en sollicitant les entreprises du paysage et des métiers d'art régionaux et en créant une gamme spécifique à l'aménagement de jardins thérapeutiques. Lieu d'étayage des fonctions psychologiques, ce jardin est aussi un dispositif de recherche dans une approche neuropsychologique, artistique, ergonomique, opérationnalisée selon une méthode d'analyse des interactions communicatives. De la qualité de la transposition du jardin prototype « art, mémoire et vie » aux structures médico-sociales et de la transmission de l'expertise scientifique acquise, dépend la valorisation économique pour les entreprises, l'amélioration des conditions de travail et des économies de santé. Dans cet objectif, l'URIOPSS (Union régionale interfédérale des organismes privés sanitaires et sociaux) réunit les décideurs d'institutions publiques, les associations lorraines des secteurs sanitaire et médico-social (800 établissements et services) et a créé avec l'Université de Lorraine le think tank Santé Autonomie Innovation en Lorraine (SAILOR) afin de promouvoir l'autonomie des personnes âgées. Par la création d'espaces d'échanges entre collectivités territoriales et entreprises, par la valorisation de connaissances telles que le jardin thérapeutique, l'URIOPSS participe à l'essor régional de la silver economie avec une reconnaissance nationale.

Résumé
11 h 25
fibrosekystique.net : vers un standard libre pour se soigner par le jeu
Fabio BALLI (Université Concordia), Christian VOIROL (CHU Sainte-Justine)

La fibrose kystique est la maladie génétique la plus fréquente chez les jeunes québécois. Un enfant atteint de fibrose kystique devra, dès l'âge de sept ans, effectuer une heure de thérapie quotidienne afin de libérer ses poumons des mucus qui les entravent. Pour garantir le succès de ce type de traitements, il est capital de se soucier de l'adhérence thérapeutique, c'est-à-dire de la capacité des patients à suivre rigoureusement leur thérapie.

Les jeux vidéo ont montré des résultats prometteurs pour rendre l'acquisition de bonnes habitudes ludique. Ainsi, une équipe interdisciplinaire a conçu trois prototypes de jeux et un périphérique, qui ont été testés auprès de dix patients de l'hôpital Sainte-Justine.

Concevoir des jeux et périphériques scientifiquement valides requiert cependant de nombreux acteurs ‒ patients, cliniciens, chercheurs, designers, développeurs, artistes et professionnels d'autres domaines ‒, difficiles à réunir dans une structure de recherche ou dans une entreprise seules.

Pour favoriser une collaboration interdisciplinaire et mobiliser un maximum de contributeurs, nous avons donc décidé de créer un standard open source, et de rendre notre travail accessible à tous par des licences libres. Nous développons aussi une communauté, qui inclut aujourd'hui des chercheurs en santé, ingénierie, socio-économie et recherche action participative.

L'objectif est de disposer d'ici un an de jeux d'une durée de 15 heures pour réaliser une étude au Québec et en Suisse.

Résumé
11 h 55
Discussion
Après-midi
12 h 05 à 13 h 35
Assemblée générale
Dîner
13 h 35 à 15 h 15
Communications orales
Au cœur de l'innovation en culture
Présidence/Animation : Ted HEWITT (CRSH - Conseil de recherches en sciences humaines du Canada)
13 h 35
« Quand j'entre dans l'exposition, c'est comme si j'entrais dans ma tente » : une communauté entière se met en scène par l'exposition L'univers des Innus de Ekuanitshit
Élisabeth Kaine (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Rita MESTOKOSHO (La Boîte Rouge vif)

Notre communication porte sur le développement de l'exposition L'univers des Innus d'Ekuanitshit. La démarche, d'une durée de deux ans (2013-2015), a permis à la communauté de se représenter elle-même, et de réaliser un manifeste d'occupation de son territoire traditionnel et de ses ressources. La Boîte Rouge vif l'accompagna dans cette démarche d'inventaire, de mise en valeur et de transmission culturelle. Des méthodologies novatrices basées sur la collaboration, la concertation et la co-création ont favorisé l'appropriation par la communauté de ce projet : «L'objectif n'était pas juste de faire une exposition, c'était avant tout de chercher quel potentiel il y avait dans notre propre milieu. Je voulais que ce soit la communauté qui pense l'exposition et participe; pour ce faire nous avions besoin d'une équipe pour les stimuler.» (Rita Mestokosho). Au cours des dernières décennies, la communauté d'Ekuanitshit a connu, comme l'ensemble des peuples autochtones du monde, une histoire d'oppression et de tentatives d'acculturation, stratégies de colonisation mises en œuvre par la société dominante. Reconnaissant l'urgence les aînés ont longtemps souhaité un lieu pour transmettre la culture aux jeunes. Après 25 ans de revendications, un bâtiment a finalement vu le jour. Débuta alors une démarche qui allait impliquer des dizaines de personnes de la communauté dans un véritable processus d'empowerment.

Résumé
14 h 05
MOSART et le projet OPTIMOD'LYON : vers une mobilité intelligente à l'échelle d'une métropole
Yves CROZET (Université de Lyon), Jean COLDEFY (Métropole de Lyon)

La plateforme de modélisation MOSART (Modélisation et Simulation de l'accessibilité aux réseaux et aux territoires) a été développée au sein du Laboratoire Aménagement Economie Transports (LAET) depuis 2007.  Elle combine un Système d'information géographique (SIG) et un modèle de transport à l'échelle de l'aire urbaine de Lyon.

Le projet Optimod'Lyon (www.optimodlyon.com), lancé par le Grand Lyon, a permis de collecter, centraliser et traiter l'ensemble des données de la mobilité urbaine sur une plateforme unique. S'appuyant sur les technologies ITS, il vise à réduire la part d'utilisation de la voiture personnelle en offrant des alternatives crédibles et faciliter ainsi les déplacements urbains des particuliers comme des professionnels du fret.       

La rencontre entre MOSART et OPTIMOD s'inscrit à l'interface entre une logique d'optimisation de court terme et la prise en compte des enjeux de long terme. Il en a résulté des apports mutuels entre partenaires.

Grâce à OPTIMOD la collecte et le partage des données ont été effectués de façon rationalisée sous la houlette d'un chef d'orchestre.

Les chercheurs ont la possibilité de travailler sur un terrain concret en résistant au « splendide isolement » académique.

En centrant la réflexion sur la collectivité et l'usage optimal de l'espace, la recherche aide à remettre au centre du jeu l'intérêt général, qui n'est pas que la somme des intérêts particuliers.

Résumé
14 h 35
Étude de terrain sur les pratiques d'appropriation du mégaphone en espace public
Claude FORTIN (Université McGill), Louis-Richard TREMBLAY (Office national du film du Canada)

Cette investigation empirique est un cas d'étude portant sur Mégaphone, une installation interactive urbaine utilisant les avancées en matière de technologie de reconnaissance vocale pour raviver deux traditions québécoises vieilles de plus d'un siècle, soit l'art oratoire et la prise de parole citoyenne. Cette recherche avait pour but de mieux comprendre comment le grand public utiliserait Mégaphone pour s'exprimer ainsi que pour former et développer des réseaux sociaux et communautaires de façon à améliorer le design de nouvelles technologies de l'information et de la communication (TIC) en espace public. La chercheure principale a mené sa recherche participative en travaillant en collaboration avec différents acteurs impliqués d'une part, dans l'usage de cette technologie interactive, et d'autre part dans sa conception et sa mise en œuvre. Les partenaires épistémiques de cette recherche comprenaient des usagers, des membres de l'équipe de design employés par Moment Factory -- une entreprise privée montréalaise -- ainsi que des membres du personnel du Partenariat du Quartier des spectacles de Montréal de même que du studio interactif de l'Office national du film du Canada -- les deux coproducteurs issus du secteur public. L'étendue de cette recherche soutient l'élaboration d'un nouveau protocole d'investigation permettant de mettre en rapport les experts (acteurs publics et privés) et les usagers afin de répondre au vide méthodologique actuel dans ce domaine d'innovation.

Résumé
15 h 05
Discussion
15 h 15 à 16 h 00
Panel
Points de rencontre : pratiques intersectorielles en innovation 
Participants : Fabio BALLI (Université Concordia), Martine BATT (UL - Université de Lorraine), Thierry COHIGNAC (Caisse Centrale de Réassurance (CCR)), Yves CROZET (Université de Lyon), Claude FORTIN (Université McGill), Élisabeth Kaine (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Josée St-pierre (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)
16 h 00 à 16 h 15
Communications orales
Conclusion du colloque
16 h 00
Mot de clôture
Rémi Quirion (Scientifique en chef du Québec)