Imprimer

32 - L'expertise : perspectives interdisciplinaires

Le samedi 11 juin 2016

Nous sommes individuellement et collectivement dépendants d’une grande variété d’experts. Comme individus ou groupes réputés pour en connaître plus que le profane sur un domaine, ils nous servent de témoins privilégiés dans notre tentative de comprendre et d’agir sur le monde. Nous sommes aussi méfiants envers les experts : ils sont loin de toujours s’entendre, se trompent souvent et ont tendance à vouloir se substituer à nous dans la prise de décision. Lorsque l’on ajoute à cette tension entre dépendance et méfiance le fait que « les experts », ce ne sont pas seulement « eux », mais bien souvent « nous » – chacun se sentant dans au moins une sphère de l’expérience humaine mieux assuré que le profane –, nous ne faisons que commencer à éclairer les sources du malaise qui entoure aujourd’hui le sujet de l’expertise. Ce colloque est un lieu d’échanges sur ce sujet embarrassant mais fascinant. L’événement regroupe des chercheuses et chercheurs aux origines disciplinaires variées qui partagent une fascination pour ce sujet.

Lire la suite »
Colloque
Enjeux de la recherche
Responsables
UdeS - Université de Sherbrooke
UdeM - Université de Montréal
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
09 h 30 à 11 h 30
Communications orales
Ce qui fait de nous un(e) expert(e)
Présidence/Animation : François CLAVEAU (UdeS - Université de Sherbrooke)
09 h 30
« Vivre au grand jour » : structure normative de la science et régulation morale des savants chez Auguste Comte
Vincent Guillin (UQAM - Université du Québec à Montréal)

Comte, fondateur de la sociologie, ne pouvait faire l'économie d'une sociologie des sciences, et donc d'une sociologie des savants: si la réorganisation temporelle d'un monde occidental en crise passait par l'élaboration d'une nouvelle doctrine sociale, et si celle-ci devait être produite conformément aux exigences de l'esprit positif, alors celui-ci ne pouvait se mieux saisir que par l'étude des réalisations de la classe en laquelle il s'incarnait, à savoir la classe savante. Cette ambition politique pour la science et ce rôle crucial attribué aux savants expliquent en grande partie la déception de Comte et la virulence de ses attaques quand ses espoirs de reconnaissance académique (à l'École polytechnique et à l'Académie des sciences) ont été déçus les uns après les autres. Dans notre présentation, nous aimerions montrer dans quelle mesure les portraits que Comte dresse de lui-même et des savants qui lui sont contemporains, bien loin d'être les manifestations déplacées d'un orgueil froissé, fonctionnent comme autant d'illustrations ou de corroborations des différentes thèses développées par la sociologie comtienne relativement à la nature et au fonctionnement de la communauté scientifique, autant dans son état présent et imparfait que dans son état final et positif. On verra ainsi que chez Comte analyse sociologique et polémique institutionnelle sont étroitement solidaires, parce qu'elles se fondent toutes deux sur une conception extrêmement exigeante de l'ethos scientifique.



Résumé
10 h 10
Les experts « psy » en justice ou la mise en cause de la fonction judiciaire
Emmanuelle Bernheim (UQAM - Université du Québec à Montréal)
10 h 50
Regard sur une expertise citoyenne : le cas de la poussière métallique à Québec
Chantal Pouliot (Université Laval)
11 h 30 à 12 h 45
Assemblée générale
Dîner
Après-midi
12 h 45 à 14 h 45
Communications orales
L'expert dans une société démocratique
Présidence/Animation : François CLAVEAU (UdeS - Université de Sherbrooke)
12 h 45
Le scientifique et l'élaboration des politiques publiques
Éric Montpetit (UdeM - Université de Montréal), Erick LACHAPELLE (UdeM - Université de Montréal)
13 h 25
Le rôle des experts dans le processus constitutionnel islandais de 2010-2013
Helene LANDEMORE (Yale University)
14 h 05
L'expert et la crédibilité des institutions scientifiques
Frédéric Bouchard (UdeM - Université de Montréal)

La crédibilité de l'expert dépend largement de la crédibilité des institutions scientifiques. Nous suggérerons que cette relation devrait motiver la communauté de la recherche à se préoccuper davantage du fonctionnement des institutions scientifiques et des politiques qui encadrent leurs activités. Dans la mesure où la société a besoin d'experts et de leurs avis, elle a aussi besoin que ses experts se préoccupent des rouages du milieu de la recherche qui rend leurs actions possibles.

Résumé
14 h 25
On est tous experts, non? Nos rôles et responsabilités
Rémi Quirion (Scientifique en chef du Québec)
14 h 45
Pause
15 h 00 à 17 h 00
Communications orales
Organisation sociale de l'expertise
Présidence/Animation : François CLAVEAU (UdeS - Université de Sherbrooke)
15 h 00
Structurer l'expertise : professions et professionnels au Québec
Julien Prud'homme (UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières)
15 h 40
Collaboration comme objet et méthode dans l'étude de la recherche épigénétique
Stephanie LLOYD (Université Laval)
16 h 20
Autorité et expertise : la crise de la statistique britannique durant l'ère Thatcher
Quentin WALLUT (CIRST - Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie), Jean-Guy Prévost (UQAM - Université du Québec à Montréal)