Imprimer

10 - Les enjeux éthiques de l'avenir en science et technologie : au-delà de la santé

Du mercredi 27 au jeudi 28 mai 2015

Dans la réflexion éthique en science et en technologie, les enjeux liés au domaine de la santé ont souvent été mis à l’avant-scène. Le champ de l’éthique en science et en technologie dépasse néanmoins considérablement celui de l’éthique médicale et de la bioéthique classique. Dès 1979, notamment, le philosophe allemand Hans Jonas rappelait dans son livre Le principe responsabilité que la vulnérabilité humaine s’étend bien au-delà du domaine de la santé, surtout depuis que les moyens scientifiques et technologiques donnent à l’humain la possibilité de détruire ses propres conditions de vie sur la Terre.

La Commission de l’éthique en science et en technologie* (CEST) sollicite la collaboration des chercheurs et des étudiants pour identifier les futures avancées technologiques et les percées scientifiques qui exigeront qu’elle porte un regard critique sur leur développement et leurs applications, ainsi que sur les enjeux qui en découleront pour la société. Plus spécifiquement, le colloque vise à :

– Faire le point sur l’état de la réflexion éthique en science et en technologie, les grands enjeux qui la traversent et la position à partir de laquelle nous pouvons envisager l’avenir de ce champ de recherche et d’intervention;
– Développer une réflexion multidisciplinaire sur les avancées scientifiques et les nouvelles technologies susceptibles de soulever des enjeux éthiques dans un avenir rapproché;
– Attirer l’attention sur des sujets peu explorés en éthique mais néanmoins importants;
– Assurer un partage d’information et d’expertise sur ces enjeux et ainsi encourager de futures collaborations pour y faire face;
– Alimenter la veille éthique de la CEST : les sujets discutés pourraient éventuellement être abordés dans les travaux de la CEST et les conférenciers pourraient être sollicités à titre d’experts dans ces travaux.

* La Commission de l'éthique en science et en technologie est un organisme du gouvernement du Québec dont la mission est de développer une réflexion ouverte, pluraliste et permanente sur les enjeux éthiques associés à l’activité scientifique et technologique.

Lire la suite »
Colloque
Enjeux de la recherche
Responsables
UQAR - Université du Québec à Rimouski
CEST - Commission de l'éthique en science et en technologie
CEST - Commission de l'éthique en science et en technologie
CEST - Commission de l'éthique en science et en technologie
Ajouter à mon horaire
Afficher tous les résumés
Avant-midi
09 h 00 à 10 h 15
Communications orales
Conférence plénière
09 h 00
Les enjeux éthiques de l'avenir en science et en technologie : au-delà de la santé
Georges-A. Legault (UdeS - Université de Sherbrooke)

L'avenir en science et en technologie se construit par le processus social de la technoscience. Ce processus soulève plusieurs enjeux éthiques puisqu'il s'agit de concilier le développement du savoir à travers celui de technologies commercialisables. Le premier enjeu consiste à savoir à quel moment faire l'évaluation éthique. Doit-on attendre la commercialisation pour se poser les questions éthiques ou doit-on plutôt penser accompagner le développement lui-même? Mais un tel accompagnement obligerait les sciences humaines de modifier leur approche traditionnelle.

Les réactions sociales face au développement des OGM et des nanotechnologies ont soulevé deux autres enjeux éthiques du développement technologique. Le premier concerne les insuffisances de l'approche actuelle qui consiste à pondérer uniquement deux valeurs pour établir l'acceptabilité sociale : le commerce et la santé. Une approche e3ls cherche à s'imposer afin que l'acceptabilité sociale tienne compte de tous les enjeux économiques, éthiques, environnementaux, légaux et sociaux. Le second concerne le défi démocratique comme l'a montré le débat public en France sur les nanotechnologies. Comment relever le défi de démocratiser les débats sur la science? Y a-t-il de nouvelles approches à développer, dont la responsabilité de tous les acteurs dans le développement technologique?

Résumé
09 h 45
Période de questions
10 h 15
Pause
10 h 30 à 12 h 00
Communications orales
L'éthique en recherche
10 h 30
Les enjeux du financement de la recherche
10 h 50
La valorisation commerciale de la recherche universitaire : principes, modalités et enjeux d'éthique publique
Jean Bernatchez (UQAR - Université du Québec à Rimouski)

L'expression «valorisation commerciale de la recherche universitaire» désigne les activités qui visent à rendre disponible sur le marché un produit, un procédé ou un service conçu grâce à la recherche universitaire. Quels sont les principes qui contribuent à la légitimation du phénomène et quelles en sont les modalités? Les instruments conceptuels de l'analyse cognitive des politiques et ceux de la gouvernétique permettront de répondre à cette question. Quels sont les enjeux d'éthique publique liés au phénomène? À partir du cas québécois, mais en nous référant aussi à des exemples glanés ailleurs, nous analyserons les deux enjeux suivants: la liberté universitaire et les droits de propriété intellectuelle. Sur le plan méthodologique, l'analyse documentaire, y compris celle d'un important corpus de littérature grise, des entrevues semi-dirigées avec les parties prenantes et l'observation participante ont été mises à contribution. Nous sommes d'avis que la valorisation de la recherche universitaire est utile à notre développement comme individu, comme société et comme espèce, mais que la responsabilité sociale de chercheur et de l'université impose que cette activité soit subordonnée à une visée éthique semblable à celle que définit le philosophe Paul Ricoeur: celle de la vie bonne, avec et pour les autres, dans des institutions justes.

Résumé
11 h 10
Éthique et partenariat industriel en recherche : perception, réalité et gouvernance
Ariane PLOURDE (UQAR - Université du Québec à Rimouski)

L'Institut des sciences de la mer a été approché à l'été 2014 pour la création d'une chaire industrielle de recherche. Une démarche de réflexion alimentée de toute part s'est dès lors enclenchée et s'est conclue par le refus de concrétiser le projet.  Des questions d'éthique et de crédibilité ont été soulevées de même que des inquiétudes sur la liberté universitaire. Pourtant, depuis 2 décennies, les programmes subventionnaires de recherche encouragent la collaboration avec les utilisateurs de la recherche tant pour en augmenter la pertinence que pour assurer le transfert efficace des connaissances.  La discussion portera sur les expériences vécues et les leçons apprises en partenariat et sur les conditions requises pour assurer la liberté universitaire et la qualité de la recherche.

Résumé
11 h 30
Période de questions
12 h 00
Dîner
Après-midi
13 h 30 à 15 h 30
Communications orales
Quels sont les enjeux éthiques de l'avenir en science et en technologie? L'avis des jeunes chercheurs
13 h 30
Utiliser le travail citoyen pour combattre le crime? Réflexion sur les enjeux éthiques du crowdsourced policing
David Myles (UdeM - Université de Montréal)

À la suite des attentats de Boston en 2013, des chercheurs ont affirmé que les renseignements issus de contributions citoyennes effectuées «via l'usage d'outils de recherche, d'analyse et de communication» pourraient être utilisés advenant un meilleur contrôle de leur production (Marx, 2013: 60). Ce contrôle pourrait notamment être assuré grâce à l'implantation de groupes de travail en ligne ponctuels réglementés par l'État (Brabham, 2013). Le domaine de la sécurité publique connaît une hausse d'initiatives menées par des acteurs non-étatiques (Zedner, 2006), dont le crowdsourced policing qui réfère à l'usage du travail de citoyens par des institutions publiques ou privées de sécurité afin de résoudre des enquêtes criminelles (Schneider et Trottier, 2012). Si la contribution citoyenne au domaine scientifique a été étudiée sous diverses appellations, dont «sciences participatives», «sciences citoyennes» (Irwin, 1995) et crowdsourced science (Swan, 2012), peu d'études se sont cependant intéressées à la contribution citoyenne au domaine du policing, défini comme l'ensemble des processus par lesquels une société «désigne et autorise certains individus à générer de la sécurité publique» (Bayley et Shearing, 1996: 586). Cette présentation vise à souligner les enjeux éthiques générés par le crowdsourced policing, à réfléchir aux positions que l'État devrait adopter face à son émergence et à débattre du caractère public de la gestion de la sécurité.

Résumé
14 h 00
Les enjeux éthiques du débat sur la géoingénierie
Patricia Julien (UQAM - Université du Québec à Montréal)

La géoingénierie a pour but de manipuler délibérément le système climatique terrestre pour contrebalancer ou freiner les effets anthropiques responsables du réchauffement global. Une technique, la gestion des radiations solaires (SRM) consiste à injecter des particules sulfatées de soufre en continu dans la stratosphère pour réfléchir les radiations solaires et diminuer la température. Elle est présentée comme un plan B dans le cas de l'atteinte d'un point de basculement climatique. Cette solution méconnue est l'objet de plusieurs recherches et débats. La Royal Society, l'IPCC et l'Académie nationale des sciences américaine, entre autres, ont publié des rapports. Une vingtaine d'universités sont impliquées dans la recherche. Divers acteurs encouragent son développement alors que d'autres s'y opposent. La SRM suscite aussi la controverse en raison de ses possibles conséquences environnementales, sociales et économiques. De plus, c'est un enjeu éthique fondamental car sa mise en oeuvre modifierait drastiquement notre relation avec l'environnement. Cette communication vise à présenter les résultats préliminaires d'une analyse critique et éthique du débat politique autour de la SRM. Elle vise à comprendre comment les arguments, les valeurs et les représentations de l'environnement cadrent le débat actuel et à proposer des précautions éthiques pour encadrer le développement de la géoingénierie qui permettront de préserver une relation holistique avec l'environnement.

Résumé
14 h 30
Biocarburants à base d'algues: défis technologiques, défis éthiques
Bruno BOURLIAGUET (Université Laval)

Depuis quelques années, les bio-carburants cherchent à remplacer les énergies fossiles. L'une des plus récentes générations de bio-carburant utilise des algues comme matière première. À travers le monde, incluant le Québec et le Canada, de nombreuses équipes, tant publiques que privées, travaillent sur cette nouvelle technologie. Ces recherches sur les algo-carburants soulèvent leurs propres problèmes éthiques.

Après un bref rappel des avantages et des inconvénients de cette technologie, en particulier le bilan énergétique, nous aborderons ses problèmes éthiques en les séparant en trois catégories, soit les problèmes environnementaux, les problèmes économiques et l'éthique scientifique. Concernant les problèmes environnementaux, nous traiterons successivement les questions des algues OGM et des algues indigènes, des surfaces, de l'eau et des déchets. Les questions sur la gestion de ces ressources nous conduirons aux problèmes économiques. Nous dépasserons les questions de rendement et de rentabilité de cette technologie pour nous intéresser à la confusion possible entre économie du savoir et économie de la promesse. Une certaine éthique scientifique devrait permettre de surmonter cette confusion au niveau des recherches en cours. Sinon, la question d'une meilleure régulation de la part des organismes subventionnaires se pose.

Résumé
15 h 00
Gouvernance du développement de la robotique interactive : enjeux éthiques et juridiques
Charles-etienne Daniel (UdeS - Université de Sherbrooke)

Les récentes avancées réalisées en matière d'algorithmes et d'apprentissage de représentation profonde (deep learning) ont amené plusieurs chercheurs et entrepreneurs issus du milieu technologique à signer, en janvier 2015, une lettre d'intention commune plaidant en faveur d'un développement responsable de l'intelligence artificielle (Future of Life Institute, http://futureoflife.org/misc/open_letter). Cette lettre s'inscrit dans un mouvement de préoccupation grandissante à l'égard de robots qui, dotées de ces algorithmes, de capteurs et de microprocesseurs sophistiqués, possèdent un degré d'autonomie de plus en plus important. Ainsi, les capacités d'interactions de machines autonomes avec notre société, tels que l'auto sans conducteur de Google ou le robot-travailleur Baxter, soulèvent d'importants enjeux normatifs et posent la question de la gouvernance de leur développement. Cette communication propose ainsi d'identifier les impacts liés à l'introduction et l'utilisation de ces robots interactifs dans notre société. Par la suite, l'identification de ces impacts nous permettra de mettre en lumière certains enjeux juridiques, éthiques et sociaux, notamment sur le plan de la sécurité et de la vie privée. Enfin, nous entendons questionner le recours aux cadres normatifs québécois et canadien actuels pour gouverner le développement de robots autonomes et proposerons quelques pistes de réflexion liées au retard que semble accuser le droit devant les avancées de ces technologies.

Résumé
15 h 30
Pause
15 h 45 à 17 h 00
Panel
Promesses et craintes dans le domaine des biotechnologies végétales et animales : bilan et nouveaux enjeux
Participants : Lyne Létourneau (Université Laval)
Afficher tous les résumés
Avant-midi
08 h 00 à 09 h 30
Panel
Enjeux éthiques des machines pensantes : de l'ordinateur intelligent à la cohabitation avec les robots
Participants : Jean-pierre Béland (UQAC - Université du Québec à Chicoutimi), Guillaume Chicoisne (UdeM - Université de Montréal), Luc FAUCHER (UQAM - Université du Québec à Montréal)
09 h 30 à 11 h 00
Panel
La « ville intelligente » en débat : la technologie au service des citoyens et des administrations publiques?
Participants : Jean-Francois GAUTHIER (Institut de gouvernance numérique), Stéphane Roche (Université Laval), Patrick Turmel (Université Laval)
11 h 00
Pause
11 h 15 à 12 h 30
Panel
Table ronde : les enjeux éthiques de l'avenir en science et en technologie
Participants : Georges-A. Legault (UdeS - Université de Sherbrooke), Dany Rondeau (UQAR - Université du Québec à Rimouski)